JoVE   
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Biology

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Neuroscience

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Immunology and Infection

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Clinical and Translational Medicine

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Bioengineering

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Applied Physics

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Chemistry

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Behavior

  
You do not have subscription access to articles in this section. Learn more about access.

  JoVE Environment

|   

JoVE Science Education

General Laboratory Techniques

You do not have subscription access to videos in this collection. Learn more about access.

Basic Methods in Cellular and Molecular Biology

You do not have subscription access to videos in this collection. Learn more about access.

Model Organisms I

You do not have subscription access to videos in this collection. Learn more about access.

Model Organisms II

You do not have subscription access to videos in this collection. Learn more about access.

Essentials of
Neuroscience

You do not have subscription access to videos in this collection. Learn more about access.

Automatic Translation

This translation into French was automatically generated through Google Translate.
English Version | Other Languages

 JoVE Biology

Effets de l'acupuncture suivi sur le cerveau humain par IRMf

1, 1, 1, 1, 1,2, 1, 1, 1, 1, 1

1Department of Radiology, Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School, 2William Beaumont Hospital

Article
    Downloads Comments Metrics

    You must be subscribed to JoVE to access this content.

    This article is a part of   JoVE Biology. If you think this article would be useful for your research, please recommend JoVE to your institution's librarian.

    Recommend JoVE to Your Librarian

    Current Access Through Your IP Address

    You do not have access to any JoVE content through your current IP address.

    IP: 54.161.202.106, User IP: 54.161.202.106, User IP Hex: 916572778

    Current Access Through Your Registered Email Address

    You aren't signed into JoVE. If your institution subscribes to JoVE, please or create an account with your institutional email address to access this content.

     

    Summary

    Surveillance IRMf et physiologique est utilisé pour étudier les effets de l'acupuncture sur les systèmes nerveux central et périphérique. Acupuncture mobilise un réseau limbique-paralimbiques-néocortex, avec un chevauchement avec le réseau grande mode par défaut, de moduler l'activité neurologique, éventuellement lié à son effet autonome dans le système nerveux périphérique.

    Date Published: 4/08/2010, Issue 38; doi: 10.3791/1190

    Cite this Article

    Hui, K. K. S., Napadow, V., Liu, J., Li, M., Marina, O., Nixon, E. E., et al. Monitoring Acupuncture Effects on Human Brain by fMRI. J. Vis. Exp. (38), e1190, doi:10.3791/1190 (2010).

    Abstract

    L'IRM fonctionnelle est utilisée pour étudier les effets de l'acupuncture sur la réponse BOLD et la connectivité fonctionnelle du cerveau humain. Les résultats montrent que l'acupuncture mobilise un réseau limbique-paralimbiques-néocortex et son anti-corrélés sensori / paralimbiques réseau à plusieurs niveaux du cerveau et que la réponse hémodynamique est influencée par la réponse psychophysique. Surveillance physiologique peut être effectuée afin d'étudier la réponse périphérique de la fonction du système nerveux autonome. Cette vidéo décrit les études effectuées à LI4 (Hegu), ST36 (Zusanli) et LV3 (taichong), points d'acupuncture classiques qui sont couramment utilisés pour des actions modulatrices et réducteur de la douleur. Certaines des questions qui nécessitent une attention dans les applications de l'IRMf à une enquête d'acupuncture sont notées.

    Protocol

    Partie 1: connaissance de la préparation consentement et sous réserve

    Volontaires adultes en bonne santé sont recrutés pour l'étude selon Institutional Review Board a approuvé des procédures. Le consentement éclairé du sujet est signé avant le début de l'étude.

    Partie 2: Mise en place d'équipements de surveillance physiologique

    Les instruments ad PowerLab système permet de données physiologiques pour être synchronisé avec le balayage IRMf en utilisant le signal de déclenchement IRMf enregistrés sur un canal d'entrée. Ceci est un système portable basé avec des entrées pour l'ECG, la respiration, la réponse conductance de la peau, l'oxymétrie de pouls, et tout autre signal physiologique qui aurait besoin d'être enregistré.

    1. Si un système de ceinture respiratoire est utilisé, le capteur doit être branché dans une prise électrique dans la salle adjacente au scanner, avec le tube menant à la ceinture alimentée par l'entrée dans la salle d'examen et d'un connecteur BNC menant à la PowerLab dans le scan salle de contrôle.
    2. Si un déclencheur est utilisé pour synchroniser les données physiologiques à l'IRMf, puis un câble BNC doit également connecter le signal IRM de déclenchement à la PowerLab dans la salle de commande de balayage.
    3. Rassemblez des dispositifs de surveillance. Quatre électrodes ECG seront nécessaires, ainsi que d'un câble connecté à un ECG compatible avec la RM En rollcart système in vivo.
    4. Si conductance de la peau qui est mesuré, brancher les connecteurs conductance de la peau dans la boîte de dérivation dans la salle d'examen, et ont un gel de conductance cutanée prête dans la salle d'examen.

    Partie 3: Préparation pour objet l'IRM

    1. Il est important d'éliminer l'anxiété et la fatigue indue le jour de l'analyse, car l'état de base peut affecter la réponse du cerveau à la stimulation d'acupuncture. Proposer ce sujet manger un repas léger avant la procédure afin que les réactions indésirables faiblesse et peut être évitée.
    2. Demandez au sujet de mentir en position couchée dans la machine à porter des bouchons d'oreille pour supprimer le bruit du scanner et à la tête immobilisée par des supports rembourrés. Depuis le rapport signal / bruit de scans de stimulation acupuncture est faible par rapport à moteur commun ou des tâches visuelles, les données ont tendance à être plus facilement corrompus par mouvement de la tête. Un support est placé sous les genoux pour garder les talons forment la surface de la civière à réduire le mouvement du corps. La bobine est attachée la tête et les coussins sont ajustées pour le confort. Pour une session de numérisation en moyenne de 2 heures, le confort est essentiel pour la numérisation sans interruption.
    3. Si la surveillance physiologique est désiré, l'objet doit être préparé selon la section précédente avant d'être mis dans le scanner. Il est souhaitable de suivre l'état d'éveil du sujet avec eye-tracking durant les scans, si disponible.
    4. Fixez quatre électrodes ECG à gauche du sujet poitrine (pour les sujets féminins, de prendre des précautions de confidentialité, comme l'abaissement des stores de la fenêtre de la baie dans la salle de commande de balayage et de fermer la porte du scanner). Branchez le câble aux électrodes et à l'appareil En Vivo. Pour la sécurité de ce câble et tous les autres câbles menant à la réserve devrait fonctionner directement sur la table de numérisation, sans former de boucles. Allumez le périphérique En Vivo et vérifier la qualité du signal ECG. Réglez la position de l'électrode, si nécessaire.
    5. Remplir les puits des électrodes SCR avec un gel conducteur. Ce gel spécial RCS doit être isotonique à la peau. Effectuer ouverte à zéro du circuit dans le logiciel graphique. Fixez les électrodes adjacentes à 2 RCS pulpe des doigts de la main distale du sujet en enveloppant le velcro autour aussi serré que c'est confortable.

    Partie 4: RM fonctionnelle des séquences d'imagerie adaptées à l'imagerie d'acupuncture de stimulation.

    1. Nous utilisons un 1,5 ou 3,0 Tesla Siemens Trio système IRM (Siemens, Erlangen, Allemagne) équipé pour l'imagerie écho planar avec une bobine tête quadratique standard.
    2. Nos études au cours des années constamment démontré que l'acupuncture avait une action plus vaste de systèmes fonctionnels à de multiples niveaux du cerveau. Les structures situées à la base du cerveau telles que l'amygdale, l'hippocampe, cortex médial préfrontal ventral et les zones subgénual sont particulièrement sensibles aux artéfacts de susceptibilité. Il est important de vérifier chaque balayage du PEV fonctionnels pour éliminer la perte de signal dans ces régions que nous avons constaté des différences dans la perte des signaux entre les deux modèles d'un scanner Siemens avec l'intensité du champ semblables et avec une séquence similaire IRM pour la collecte des données.
    3. Tranches de cerveau Diluant sont préférables pour réduire les artéfacts de susceptibilité. Tranches de 3 mm d'épaisseur avec 0,6 mm ou 0,75 mm fossé dans l'orientation sagittale ou axial sont utilisés pour couvrir l'ensemble du cerveau, y compris le tronc cérébral et le cervelet en fonction de la capacité de mémoire du système d'imagerie. D'autres orientations et d'épaisseur de coupe peut être utilisé pour l'imagerie cérébrale partielle. L'attention particulière que nous portons à ces questions contribuent à la plusconclusions cohérentes des effets de l'acupuncture sur les structures à la base du cerveau.
    4. Les scans fonctionnels sont acquises avec un T2 *- pondérée séquences en écho de gradient (TR / TE 4000/30 ms, FOV 200 mm, matrice 64x64, angle de bascule de 90 °, épaisseur de coupe 3,0 mm, l'écart de 0,6 mm). Nous avons acquis un total de 150 points de temps en 10 min. Collection d'images est précédée par quatre scans factice pour permettre l'équilibrage du signal IRMf. Le plus court TE réduit les artefacts de susceptibilité. Le TR relativement long permet une couverture cerveau entier à haute résolution spatiale.

    Partie 5: Le localisateur initiale et scans anatomiques

    1. Avant de scans fonctionnels avec l'acupuncture sont exécutés, un scan de piste, un scanner haute résolution anatomique et l'pondérées en T1 3D MP-RAGE sont acquises pour assurer un positionnement correct et la solidité anatomiques. L'observation générale à cet endroit peut assurer que scans inutiles ne sont pas exécutés. La piste, un scan très court, assure que l'ensemble du cerveau est inclus dans l'analyse et vous permet de l'aligner avec la ligne AC-PC. S'il ya des anomalies suspectes, les chercheurs envoyer des images à un radiologue formé mais ne devrait pas faire d'affirmation sur ce qui est sur le scan pour les sujets.
    2. Les scans initiaux prendre environ 20 minutes au total. Brève visualisation pouvez dire l'enquêteur si elle sera utile pour poursuivre la numérisation. C'est un bon moment pour parler avec le sujet et s'assurer qu'ils sont toujours à l'aise et ne subissent pas les effets négatifs d'être dans l'aimant.

    Partie 6: L'acupuncture avec surveillance IRMf

    Parmi les deux formes de traitement (manipulation des aiguilles manuel et la stimulation électrique), cette vidéo sera limitée à l'acupuncture manuelle, qui a une histoire beaucoup plus longue de l'utilisation clinique. La stimulation acupuncture est administré dans les courses en double pour les points d'acupuncture classiques LI4 sur la main, LV3 sur le pied ou la jambe sur le ST36, employant stérile, à usage unique ne aiguilles d'acupuncture.

    1. Demandez des sujets pour se détendre, garder les yeux fermés et de s'abstenir de mouvements pendant le balayage. Afin d'éviter une stimulation nociceptive, nous avons spécifiquement instruire le sujet à poser un doigt si l'un des sensations d'acupuncture s'approche d'un score de 8, et d'élever deux doigts dans le cas de douleur aiguë d'un degré quelconque.
    2. Après l'insertion de l'aiguille prétest, du sujet de sensibilité et de tolérance à l'aiguille de manipulation pour vous aider à choisir la profondeur d'insertion et de la force de manipulation pour la collecte des données.
    3. Au cours de l'imagerie fonctionnelle à 10 min, l'aiguille est tournée pendant 2 min lors de M1 et M2, et laissé en place pendant des périodes de repos, la R1 (2min)), R2 (3min), R3 (1 min). L'acupuncteur fait en sorte de ne pas approcher ou quitter le sujet directement avant ou après la période de stimulation, comme même que le mouvement pourrait affecter les résultats. (Paradigm, Fig 1)
      Figure 1
      Figure 1. Acupuncture IRMf Paradigm.
    4. À la fin de la stimulation d'acupuncture, l'acupuncteur enregistre la force avec laquelle l'aiguille résiste manipulation. A la fin de chaque cycle, un autre enquêteur du personnel demande au sujet de noter les sensations éprouvées sur une échelle de 1-10. La liste, endolorissement, une algie, la pression, de plénitude, de lourdeur, engourdissement, des picotements, une douleur sourde, douleur aiguë, est basé sur l'expérience de la communauté acupuncteur et précédentes données expérimentales plutôt que des questionnaires douleur dans la littérature. La réponse psychophysique est classé comme un groupe typique deqi et un autre groupe de deqi mélangé avec une douleur vive à partir de ces enregistrements.
    5. Parlez à des sujets entre les balayages pour s'assurer qu'ils se sentent à l'aise et ils rester éveillé. Si une partie de leur corps commence à ressentir des crampes ou mal à l'aise, le personnel de recherche sur le site devrait prendre les mesures appropriées pour soulager l'inconfort. Les mouvements générés par le sujet serait provoquer une corruption de données. Sujets occasionnel peut s'endormir pendant la numérisation, ce qui aurait une incidence sur la réponse hémodynamique.

    Partie 7: Traitement des données

    1. Plusieurs niveaux d'analyse peut être exécuté. Un modèle linéaire général utilise des périodes de repos comme base de référence pour déterminer le% de variation du signal BOLD MR à chaque voxel du cerveau lors de la tâche. Il détermine également la signification statistique de ces changements et supprime les données BOLD qui n'atteignent pas 3 voxels contigus à un moment précis de p-valeur.
    2. Effectuer l'analyse à base de graines de corrélation croisée pour montrer la connectivité fonctionnelle entre une région neurologiques et le reste du cerveau. Ceci est fait en sélectionnant une des régions de référence et en comparant son temps de cours à celle de tous les voxels d'autres dans le cerveau. D'autres analyses comme l'analyse en composantes indépendantes, l'analyse typologique flous, la modélisation par équation structurelle, de causalité de Granger peut être appliquée.
    3. Données physiologiques peuventêtre analysées en faisant la moyenne de réponse dans les fenêtres liées à la stimulation d'aiguille d'acupuncture. Par exemple, les données ECG peuvent être annotées pour QRS complexes de synchronisation suivie par l'analyse du rythme cardiaque et la variabilité du rythme cardiaque.

    Partie 8: Résultats

    Figure 2
    Figure 2. Réponse hémodynamique en acupuncture deqi vs stimulation tactile à droite LI4, ST36 et LV3 (52 runs/37 sujets). Les grappes de structures désactivé à l'(cortex médial préfrontal) MPFC (1), MPC (cortex pariétal médial) (2), le LTM (lobe temporal médial) (3), ont été plus important dans l'acupuncture (figure A) que dans la stimulation tactile (Fig. B). La désactivation complète de la droite BA22/21 (4) en acupuncture n'a pas été observé dans la stimulation tactile. Le BA43 sensorimoteur (5) et cortex associatif (6) a montré plus d'activation dans la stimulation tactile que dans l'acupuncture (non représentée). Fait intéressant, le droit insula antérieure, (7) a été activé en acupuncture et non dans la stimulation tactile. (P <0,0001).

    Figure 3
    Figure 3. Réponse hémodynamique au deqi (52 runs/37 sujets) par rapport deqi mélangé avec une douleur aiguë (52 runs/29 sujets) pendant la stimulation d'acupuncture à droite LI4, ST36 et LV3, la désactivation de l'éminent MPFC (1), MPC ( 2) et MTL (3) vu avec douleur deqi absents (figure A) a été atténué dans la présence de la douleur (figure B). Avec la douleur, l'activation du cortex sensori-motrices et d'association (4) est devenu plus important, et un sous-ensemble des régions limbiques et paralimbiques comme le MIDC / SMA (5), postC_BA23 (6), Amy (7), et du vermis cérébelleux ( 8) devient actif. Le droit insula antérieure (9) a été nettement activé dans deqi tandis que les petits domaines de insula antérieure et postérieure (10) ont été activés de façon bilatérale dans la douleur. P <0,0001.

    Figure 4
    Figure 4 chevauchement des limbique-paralimbiques-néocorticale réseau (LPNN) en acupuncture avec le réseau en mode par défaut (DMN);. La réponse BOLD de l'LPNN par GLM analyse (fig.A) et par le modèle sans analyse typologique floue (figure B ) lors de la stimulation acupuncture à LI4, ST36 et LV3 montrent les modèles quasiment identiques à la DMN (Fig.C, adapté de Shulman et al, 1997). Des grappes de régions avec des diminutions signal cohérent apparaissent dans le cortex préfrontal médial (1), postéro-interne du cortex (2) et le lobe temporal (3). p <0,0001.

    Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

    Discussion

    L'emploi de techniques appropriées, l'expérience de l'acupuncteur et un échantillon de grande taille pour permettre la séparation des effets de confusion de stimulation nociceptive par inadvertance sont importants dans l'acquisition et l'interprétation des données IRMf acupuncture. Nos études de plusieurs points d'acupuncture classique, indiquent que l'acupuncture module réseau limbique, une importante intrinsèque du système de régulation du cerveau humain. Le réseau montre un chevauchement important avec le mode par défaut du cerveau au repos. Ces changements associés autonomique fonction nerveuse peut être démontrée par le monitorage physiologique.

    Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

    Disclosures

    Acknowledgements

    Le travail a été soutenu par le Centre des NIH / National pour la médecine complémentaire et alternative (R21AT00978) (1-P01-002048-01) (K01-AT-002166-01), le Centre National des Ressources de la recherche (P41RR14075), la maladie mentale et neurosciences Discovery Institute (l'esprit) et le cerveau Projet de subvention (34 189 NS).

    References

    1. Hui, K.K.S., Liu, J., Marina, O., Napadow, V., Haselgrove, C., Kwong K.K., Kennedy, D.N., Makris, N. The integrated response of the human cerebro-cerebellar and limbic systems to acupuncture stimulation at ST 36 as evidenced by fMRI. Neuroimage 27 (3), 479-496 (2005).
    2. Hui, K.K.S., Marina, O., Claunch, J.D., Nixon E.E., Fang, J., Liu, J., Li, M., Napadow, V., Vangel, M., Makris, N., Chan, S.T., Kwong, K.K., Rosen, B.R. Acupuncture mobilizes the brain's default mode and its anti-correlated network in healthy subjects. Brain Res 1287:84-103 (2009).
    3. Napadow, V., Dhond, R.P., Purdon, P., Kettner, N., Makris, N., Kwong, K.K., Hui, K.K. Correlating acupuncture fMRI in the human brainstem with heart rate variability. Conf Proc IEEE Eng Med Biol Soc 5:4496-4499 (2005).
    4. Shulman, G.L., Corbetta, M., Buckner, R.L., Raichle, M.E., Fiez, J.A., Miezin, F.M., Petersen, S.E., Top-down modulation of early sensory cortex. Cereb. Cortex. 7 (3), 193-206 (1997).

    Comments

    6 Comments

    This study is missing a control: they should have also monitored the effects of needling points of the body that are not associated with traditional acupoints. It is interesting to note that, "during acupuncture stimulation at LI4, ST36 and LV3 show virtually identical patterns with the DMN." Would needling in non-acupoints produce the same effects?
    Reply

    Posted by: Jacqueline G.April 9, 2010, 11:14 AM

    The existence of needling points not associated with traditional acupoints, so called control points that have zero acupuncture effect is, I believe, a mythical , misplaced and unfortunately a firmly ingrained belief. The meridian system is a schematic which suggests which needling points have the strongest acupuncture effect. It is a leap to conclude that needling points outside the traditional acupoints would then have no acupuncture effect. Any analogy is in order. If an artery is cut, it will bleed profusely. It would be a logical leap to conclude that if tissue outside the artery is cut, it must not bleed.
    The important idea that came out of of Hui's study is that acupuncture manipulation engages an enormous brain network, not just localized brain responses. Needling "control" points should naturally also engage large areas of the brain network. Since there is only so much real estate in the brain matter, it won't be surprising that there will be overlaps in the two brain networks. There should be differences which have however yet to be published. However, it would be rash to label whatever differences that will show up as brain regions that have zero acupuncture effect. It should likely be labeled as regions of different acupuncture effect, just like the differences observed with the stimulation of LI4, ST36 and LV3 despite a huge overlap of responses at part of the DMN. It is not surprising for the large overlap in brain responses to manipulation at different acupoints. Often one single acupoint, say LI4, is supposed to be multi-tasked, able to relieve pain, stress and anxiety, sharing basically many of the acupuncture functions of other acupoints. Differences in brain responses to manipulation of different acupoints do exist in smaller portions of the brain network which are being investigated for the specificity of each acupoint. Would any "control" point be able to show some general and vague acupuncture effect even though it may not be able to deliver as strong an acupuncture effect if specific clinical outcome is desired, for example an improvement of heart function? While I do not believe that one can find a "control" point with no acupuncture function, I do agree that imaging the brain responses of "control" point will clarify the relationship with traditional acupoints and non-traditional points.
    Reply

    Posted by: Kenneth K.April 11, 2010, 1:02 PM

    "The existence of needling points not associated with traditional acupoints, so called control points that have zero acupuncture effect is, I believe, a mythical , misplaced and unfortunately a firmly ingrained belief."

    IE Just poke anywhere! You can't miss!

    "Needling "control" points should naturally also engage large areas of the brain network. Since there is only so much real estate in the brain matter, it won't be surprising that there will be overlaps in the two brain networks"

    &

    "It is not surprising for the large overlap in brain responses to manipulation at different acupoints"

    So why bother to do the study then? If you knew that poking anywhere will light up similar or the same areas of the brain, why show that? What credence dŒs it lend the idea that poking one area will light up one region of the brain in a healing way, but poke another area and it will light up the same area, but not in a healing way? How can you draw a conclusion that they&#x²019;re different if they&#x²019;re indistinguishable by your own admission?

    Why not have controls that act in a very similar but non-acupuncture fashion? Stimulate with a fine plastic bristle or something that produces a similar physical sensation. If acupuncture is effective shouldn't it show a vast difference in brain activity, as touching with a plastic tine is vastly different to inserting a fine metal needle in acupuncture terms? One should be active, the other inactive.

    Totally omitting to carry out negative controls proves nothing further than confirming that your treatment is as effective as a placebo. Nothing more. It cannot show any greater effect as there is nothing to compare it to.
    Reply

    Posted by: AnonymousApril 20, 2010, 1:19 AM

    "poking anywhere will light up similar or the same areas of the brain, why show that?"
    "if they&#x²019;re indistinguishable by your own admission?"
    There is a big difference between lighting up "similar" areas and lightening up the "same" areas. There was no admission of lighting up only the same areas.

    "Why not have controls that act in a very similar but non-acupuncture fashion? Stimulate with a fine plastic bristle?"
    The sensory control of touching with a fine plastic bristle was done and reported half a dozen times in the literature by MGH alone in the last 10 years. There was vast difference in brain activity.

    A reiteration of the very simple idea (to be verified) presented in the previous response: Traditional acupoints are chosen presumably due to their strong acupuncture effect while non-traditional points yield weaker effect (there is no need to postulate a null effect). If I were a clinician, it makes sense to always go for the stronger effect and not just to poke anywhere.
    Reply

    Posted by: Kenneth K.April 20, 2010, 3:34 AM

    The design of controlled experiments for acupuncture
    studies is fraught with difficulties, and few attempts
    have satisfied Western scientific standards [Richardson
    and Vincent, 1986; Vincent and Richardson,
    1986]. One reason is the difficulty of finding a true
    &#x²018;&#x²018;sham point&#x²019;&#x²019; to use in comparison with the acupuncture
    point. According to traditional Chinese acupuncture,
    focal stimulation of a needle at relatively specific
    points with the evocation of the deqi sensation is
    important in generating therapeutic acupuncture effect.
    The specific location of acupuncture points along
    each meridian is derived from thousands of years of
    clinical experience. It is known that needling at points
    other than those indicated on acupuncture charts also
    can have therapeutic effects. For instance, Ah Shi and
    trigger points are focal tender points that are used in
    therapeutic acupuncture to treat chronic pain. An ideal
    &#x²018;&#x²018;sham point&#x²019;&#x²019; would be an area of skin located some
    distance from any known acupuncture point or trigger
    point. However, some of the physiological effects of
    acupuncture have been observed when such supposed
    &#x²018;&#x²018;sham points&#x²019;&#x²019; were stimulated [Margolin et al., 1993b].
    This may be due to fact that the acupuncture &#x²018;&#x²018;point&#x²019;&#x²019; is
    actually an &#x²018;&#x²018;area&#x²019;&#x²019; overlying densely innervated muscle
    [Melzack, 1989].
    We chose to use a number of controls including
    imaging during &#x²018;&#x²018;needle at rest&#x²019;&#x²019; and matched scans
    during tactile stimulation of the overlying area. Our
    data showed that neither &#x²018;&#x²018;needle at rest&#x²019;&#x²019; nor tactile
    stimulation produced the marked signal decrease in
    deep structures associated with needle manipulation.
    As can be seen from the time courses shown in Figures
    ² and 4, insertion of the acupuncture needle caused at
    most transient signal changes (increases or decreases),
    never the sustained signal decreases observed during
    needle manipulation. The tactile stimulation paradigm
    used for the quantitative comparison was exactly
    matched to the acupuncture paradigm (² epochs of ²
    min stimulation separated by 4 min of rest and stimulus
    delivery 1²0 times per min) because the magnitude
    of the fMRI signal change is affected by these parameters.
    We tried another experimental design, needle
    manipulation within the subcutaneous tissue just beneath
    the corium (n 5 ²) (data not shown). This method
    did not yield significant signal decreases in the deep
    structures described for acupuncture at LI 4.
    Our results indicate that insertion of the needle into
    the muscle and its manipulation are necessary to
    produce the deqi sensation and the prominent fMRI
    signal changes in the deep structures of the human
    brain. Additional evidence in support of this is provided
    by the results of an earlier preliminary study
    conducted in our center. They reported similar signal
    decreases in several of the limbic structures described
    above during acupuncture needle manipulation at
    acupuncture point Stomach 36 (ST 36, Zusanli) on the
    leg, but not during the control paradigm, pricking the
    skin over the ST 36 acupuncture point [Wu et al., 1997].
    We did additional control scans (data not shown) in
    which several of the subjects were imaged for up to 8
    min during needle insertion without manipulation.
    There were no accompanying signal decreases even
    during this prolonged needle insertion.
    Reply

    Posted by: Tara S.April 20, 2010, 9:30 AM

    The design of an optimal control for
    acupuncture stimulation remains unresolved (Ernst and White,
    1997). It is known that acupuncture performed to sites that are not
    located on meridians can have varying degrees of physiological
    and clinical effects. Therefore, we chose to deliver superficial
    tactile stimulation to the skin surface as a non-invasive control at
    the acupoint rather than invasive needling at a non-acupoint. Lying
    supine in the magnet bore, the subjects could not see the devices
    being used to conduct the tests on their extremity. They were not
    aware which test was being performed, the sensory control or the
    real acupuncture. When control stimulation is given in an
    environment where the subject&#x²019;s view of the site of stimulation
    ubiquitous, the use of a nearby non-point (not on any
    meridian) for control cannot be viewed as inert or inactive
    (Dincer and Linde ²003, Complement Ther Med; Lund and
    Lundeberg, ²006; Kong et al., ²009). There is no consensus as to
    the proper selection of a non-point, for example, how far from
    the classical acupoint in use, the minimal distance from
    another meridian point in the neighborhood, and how
    different in histological components and segmental innervations.
    In our exploration for a non-point control in our early
    acupuncture fMRI studies, the response of the point chosen
    was very variable, ranging from minimal to pronounced
    response. Although successful use of non-points as control is
    purported by many authors, reports are emerging that fail to
    find significant differences between non-points and real
    acupoints (Fang et al., ²008). The common practice of placebo
    needles for sham acupuncture is also problematic (Tsukayama
    et al., ²006, White et al., ²003, ²008). We, therefore, have opted
    to deliver superficial tactile stimulation to the acupoint, not as
    an inert control but as a means to help understand how
    acupuncture compares with a conventional form of sensory
    stimulation (Hui et al., ²000, ²005; Napadow et al. ²005, ²007). A
    recent study suggests tactile stimulation to be a &#x²01C;better control
    paradigm to extract the acupuncture specific brain responses&#x²01D;,
    which is in support of our findings (Ho et al., ²008).
    Reply

    Posted by: Tara S.April 20, 2010, 9:34 AM

    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Metrics

    Waiting
    simple hit counter