Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

5.8: Tonicité dans les plantes
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

This content is Free Access.

Education
Tonicité dans les plantes
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION
* La traduction du texte est générée par ordinateur

5.8: Tonicité dans les plantes

La tonicité décrit la capacité d’une cellule à perdre ou à gagner de l’eau. Cela dépend de la quantité de soluté qui ne pénètre pas dans la membrane. La tonicité délimit l’ampleur et la direction de l’osmose et aboutit à trois scénarios possibles qui modifient le volume d’une cellule : l’hypertonicité, l’hypotonicité et l’isotonicité. En raison des différences de structure et de physiologie, la tonicité des cellules végétales est différente de celle des cellules animales dans certains scénarios.

Plantes et environnements hypotoniques

Contrairement aux cellules animales, les plantes prospèrent lorsqu’il y a plus d’eau dans leur environnement extracellulaire environnant que leur intérieur cytoplasmique. Dans les environnements hypotoniques, l’eau pénètre dans la cellule par osmose et la fait gonfler parce qu’il y a une concentration plus élevée de solutés à l’intérieur des cellules végétales qu’à l’extérieur. La force, qui est générée quand un afflux d’eau provoque la membrane plasmatique à pousser contre la paroi cellulaire, est appelé pression turgor. Contrairement aux cellules animales, les cellules végétales ont des parois cellulaires rigides qui limitent l’expansion induite par l’osmose de la membrane plasmatique. En limitant l’expansion, la paroi cellulaire empêche la cellule d’éclater et provoque le raidissement des plantes (c.-à-d. devenir turgide). La turgidité permet aux plantes de se tenir debout au lieu de flétrir.

Plantes et environnements hypertoniques

Les plantes flétrissent si elles ne peuvent pas prendre suffisamment d’eau. Dans un tel scénario, leur environnement extracellulaire devient hypertonique, provoquant l’eau de quitter l’intérieur par osmose. En conséquence, les vacuoles diminuent en taille et la membrane plasmatique se détache de la paroi cellulaire causant le cytoplasme à se contracter. Ce processus est appelé plasmolyse et c’est pourquoi les plantes perdent la pression de turgor et le flétrissement.

Plantes et environnements isotoniques

Dans les environnements isotoniques, il y a un équilibre de l’eau à l’intérieur et à l’extérieur des cellules végétales. Par conséquent, comme dans les cellules animales, aucun changement ne se produit dans le volume des cellules végétales.

Osmorégulation dans les plantes

Une variété de différentes structures et stratégies de cellules végétales aident à maintenir l’équilibre osmotique approprié dans des conditions extrêmes. Par exemple, les plantes dans les environnements secs stockent l’eau dans les vacuoles, limitent l’ouverture de leur stomie et ont des cuticules épaisses et cireuses pour prévenir la perte inutile d’eau. Certaines espèces de plantes qui vivent dans des environnements salés emmagasinent le sel dans leurs racines. En conséquence, l’osmose de l’eau se produit dans la racine du sol environnant.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter