Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

12.17: Traits polygéniques
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Polygenic Traits
 
TRANSCRIPTION

12.17: Polygenic Traits

12.17: Traits polygéniques

When more than one gene is responsible for a given phenotype, the trait is considered polygenic. Human height is a polygenic trait. Studies have uncovered hundreds of loci that influence height, and there are believed to be many more. Due to the high number of genes involved, as well as environmental and nutritional factors, height varies significantly within a given population. The distribution of height forms a bell-shaped curve, with relatively few individuals in the population at the minimum or maximum heights and the majority of the population in the middle height range. Most polygenic traits, like weight, blood pressure, and aspects of fingerprint patterns, also plot as bell-shaped curves.

Human Height—a Polygenic Trait

Although Mendel’s seminal work on genetic inheritance focused on traits that arose from single genes, experiments such as genome-wide association studies have revealed that many human traits develop through the cooperation of multiple gene products. The collaboration of numerous genes to influence a phenotype constitutes a polygenic (i.e., “many gene”) trait.

One example of a polygenic trait is human height. Hundreds of loci are implicated in human height variability, and it is believed that there are more that have not yet been identified. Many of these genes directly or indirectly affect cartilage in growth plates, which are found in the long bones of the arms and legs.

Population Distribution of Polygenic Traits

Human height varies considerably, in part due to a large number of genes that influence it. Height is also affected by environmental and nutritional factors, such as whether or not the mother smoked during pregnancy, the mother’s diet during pregnancy, and the offspring’s diet.

In a population in which the minimum female height is approximately five feet, and the maximum female height is about six feet, women of all heights in between these values are present. Plotting the height distribution results in a bell-shaped curve, with relatively few women approaching the minimum or maximum heights and the majority exhibiting heights near the average of five-and-a-half feet. Most polygenic traits, such as weight, blood pressure, and aspects of fingerprint patterns, like the number of ridges, also take on bell-shaped distributions due to the high number of possible combinations of alleles.

Lorsque plus d’un gène est responsable d’un phénotype donné, le trait est considéré comme polygénique. La hauteur humaine est un trait polygénique. Des études ont mis au jour des centaines de loci qui influencent la hauteur, et on pense qu’il y en a beaucoup plus. En raison du nombre élevé de gènes impliqués, ainsi que des facteurs environnementaux et nutritionnels, la taille varie considérablement au sein d’une population donnée. La répartition de la hauteur forme une courbe en forme de cloche, avec relativement peu d’individus dans la population à des hauteurs minimales ou maximales et la majorité de la population dans la gamme de hauteur moyenne. La plupart des traits polygéniques, comme le poids, la pression artérielle, et les aspects des modèles d’empreintes digitales, complotent également comme des courbes en forme de cloche.

Hauteur humaine — un trait polygénique

Bien que les travaux fondateurs de Mendel sur l’héritage génétique se soient concentrés sur des traits issus de gènes uniques, des expériences telles que des études d’association à l’échelle du génome ont révélé que de nombreux traits humains se développent grâce à la coopération de multiples produits génétiques. La collaboration de nombreux gènes pour influencer un phénotype constitue un trait polygénique (c’est-à-dire « de nombreux gènes ».

Un exemple d’un trait polygénique est la hauteur humaine. Des centaines de loci sont impliqués dans la variabilité de la hauteur humaine, et on croit qu’il ya plus qui n’ont pas encore été identifiés. Beaucoup de ces gènes affectent directement ou indirectement le cartilage dans les plaques de croissance, qui se trouvent dans les os longs des bras et des jambes.

Répartition de la population des traits polygéniques

La taille humaine varie considérablement, en partie en raison d’un grand nombre de gènes qui l’influencent. La taille est également affectée par des facteurs environnementaux et nutritionnels, tels que le fait que la mère ait fumé pendant la grossesse, le régime alimentaire de la mère pendant la grossesse et l’alimentation de la progéniture.

Dans une population où la taille minimale féminine est d’environ cinq pieds, et la taille maximale des femelles est d’environ six pieds, les femmes de toutes les hauteurs entre ces valeurs sont présentes. Tracer la distribution de la hauteur se traduit par une courbe en forme de cloche, avec relativement peu de femmes approchant les hauteurs minimales ou maximales et la majorité d’entre elles présentant des hauteurs proches de la moyenne de cinq pieds et demi. La plupart des traits polygéniques, tels que le poids, la pression artérielle, et les aspects des modèles d’empreintes digitales, comme le nombre de crêtes, prennent également sur les distributions en forme de cloche en raison du nombre élevé de combinaisons possibles d’allèles.

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter