Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

12.18: Pléiotropie
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Pléiotropie
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION
* La traduction du texte est générée par ordinateur

12.18: Pléiotropie

La pléiotropie est le phénomène dans lequel un seul gène a un impact sur des traits phénotypiques multiples, apparemment sans rapport. Par exemple, les défauts du gène SOX10 causent le syndrome de Waardenburg type 4, ou WS4, qui peut causer des défauts dans la pigmentation, les déficiences auditives, et l’absence de contractions intestinales nécessaires pour l’élimination. Cette diversité de phénotypes résulte du modèle d’expression de SOX10 dans le développement embryonnaire et foetal tôt. SOX10 se trouve dans les cellules de crête neurale qui forment des mélanocytes, qui sont impliqués dans la pigmentation et aussi dans le développement précoce de l’oreille. SOX10 est également exprimé dans le tissu nerveux qui contribue éventuellement au système nerveux entérique dans l’intestin, qui contrôle les contractions nécessaires à l’élimination des déchets. De cette façon, SOX10 présente des effets pléiotropes, car il influence plusieurs phénotypes.

Effets pléiotropes de SOX10

La pléiotropie peut survenir par plusieurs mécanismes. La pléiotropie génétique se produit lorsqu’un gène a diverses fonctions en raison de l’encodage d’un produit qui interagit avec plusieurs protéines ou catalyse plusieurs réactions. Par exemple, chez l’homme, une copie anormale du gène SOX10, dans laquelle une région est supprimée, peut entraîner des défauts de développement qui comprennent un avant-verrouillage blanc, des iris de différentes couleurs (p. ex., un bleu et un brun), et des régions de peau non colorée. Ces traits sont tous des symptômes d’un trouble appelé syndrome de Waardenburg type 4, ou WS4, un trouble récessif autosomal qui entraîne de multiples défauts pigmentaires. Les effets pléiotropes de SOX10 dans WS4 s’étendent vers des symptômes supplémentaires apparemment sans rapport avec la pigmentation, tels que la perte auditive. Les personnes atteintes de WS4 souffrent également d’un manque de contractions intestinales, ce qui entraîne une hypertrophie du côlon et des difficultés à éliminer les déchets. Ces symptômes indiquent que, en plus d’affecter la pigmentation, SOX10 affecte également l’audition et contribue à un phénotype anormal de l’intestin.

Modèles d’expression du développement précoce

La capacité de SOX10 à exercer ses effets pléiotropes peut s’expliquer par son expression dans le développement embryonnaire et fœtal précoce, au cours de laquelle il se trouve dans les cellules de crête neurale qui conduisent finalement à la formation de cellules pigmentaires appelées mélanocytes. En plus de la pigmentation, les mélanocytes influencent l’audition, comme on les trouve dans l’oreille en développement. SOX10 est également exprimé dans les cellules ganglionnaires du hindgut terminal qui contribuent à la formation du tractus gastro-intestinal et contrôlent les contractions intestinales. Cela explique les problèmes d’élimination et les deux points agrandis chez certains individus WS4. Par conséquent, SOX10 est un exemple d’un gène pléiotrope, parce qu’il a un impact sur plusieurs processus de développement et influence de multiples traits phénotypiques.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter