Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

12.19: Nature et culture
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Nature and Nurture
 
TRANSCRIPTION

12.19: Nature and Nurture

12.19: Nature et culture

Many human characteristics, like height, are shaped by both nature—in other words, by our genes—and by nurture, or our environment. For example, chronic stress during childhood inhibits the production of growth hormones and consequently reduces bone growth and height. Scientists estimate that 70-90% of variation in height is due to genetic differences among individuals, and 10-30% of variation in height is due to differences in the environments that individuals experience, such as differences in diet. Many other phenotypes are similarly influenced by both genes and environments. Some of these phenotypes arise later in life, like cancer and other diseases.

Nutrition’s Influence on Height

Hundreds of genes that influence height in humans have been identified. One study found that the most important factor explaining current differences in stature among men in different nations was the ratio between the intake of high-quality animal protein and low-quality proteins from grain and vegetables during childhood.

The tallest early men are believed to be Upper Paleolithic hunters from the Gravettian culture, which thrived in Europe 34,000 to 26,000 years ago. Their stature (ranging from 5’10” to 6’2”) was due in part to a low population density and a diet abundant in high-quality animal protein. In modern times, increased stature is attributed to nutritional and socioeconomic improvements.

The Impact of Stress on Stature

Physical growth is metabolically demanding and is inhibited by stress, in part through the hypothalamic-pituitary-adrenal axis. For example, corticotropin-releasing hormone (CRH) stimulates the synthesis of adrenocorticotropic hormone (ACTH), which induces the release of glucocorticoids (e.g., cortisol, the “stress hormone”). Cortisol stimulates appetite but reduces the liver’s production of IGF-1, which is also needed for bone growth and development. Additionally, an excess of glucocorticoids increases somatostatin release, which inhibits the release of growth hormone.

In children, chronic stress has been shown to inhibit bone growth and weight gain—both of which can resume when stress is reduced or eliminated. In addition, when children are raised under socially stressful conditions, where too many children are sharing too few resources, and both physical and emotional needs are unmet, children can also experience growth delay. This is evident in institutionalized children who do not develop strong, consistent relationships with their caregivers. Therefore, stress, psychosocially-induced growth hormone reduction, and inadequate nutrition can all stunt stature.

A Combination of Nature and Nurture

Because people inherit different genes and grow, live, and develop under different environmental conditions, it is important to consider that both nature and nurture influence the final appearance of many phenotypes—even those that may develop later in life, like cancer or heart disease.

De nombreuses caractéristiques humaines, comme la hauteur, sont façonnées à la fois par la nature— en d’autres termes, par nos gènes — et par l’alimentation, ou notre environnement. Par exemple, le stress chronique pendant l’enfance inhibe la production d’hormones de croissance et réduit par conséquent la croissance et la hauteur des os. Les scientifiques estiment que 70-90% de la variation de la taille est due à des différences génétiques entre les individus, et 10-30% de la variation de la taille est due à des différences dans les environnements que les individus éprouvent, telles que les différences dans l’alimentation. Beaucoup d’autres phénotypes sont influencés de la même façon par les gènes et les environnements. Certains de ces phénotypes apparaissent plus tard dans la vie, comme le cancer et d’autres maladies.

L’influence de la nutrition sur la hauteur

Des centaines de gènes qui influencent la taille chez l’homme ont été identifiés. Une étude a révélé que le facteur le plus important expliquant les différences actuelles de stature chez les hommes dans différentes nations était le rapport entre la consommation de protéines animales de haute qualité et les protéines de faible qualité provenant des céréales et des légumes pendant l’enfance.

Les premiers hommes les plus grands seraient des chasseurs paléolithiques supérieurs de la culture gravettien, qui ont prospéré en Europe il y a 34 000 à 26 000 ans. Leur stature (allant de 5'10 » à 6'2 ») était due en partie à une faible densité de population et à un régime alimentaire abondant en protéines animales de haute qualité. Dans les temps modernes, la stature accrue est attribuée aux améliorations nutritionnelles et socio-économiques.

L’impact du stress sur la stature

La croissance physique est métaboliquement exigeante et est inhibée par le stress, en partie par l’axe hypothalamique-pituitaire-surrénale. Par exemple, l’hormone de libération de corticotropine (CRH) stimule la synthèse de l’hormone adrenocorticotrope (ACTH), qui induit la libération de glucocorticoïdes (par exemple, le cortisol, l'« hormone du stress »). Le cortisol stimule l’appétit mais réduit la production d’IGF-1 du foie, qui est également nécessaire pour la croissance et le développement des os. En outre, un excès de glucocorticoïdes augmente la libération de somatostatine, ce qui inhibe la libération de l’hormone de croissance.

Chez les enfants, il a été démontré que le stress chronique inhibe la croissance osseuse et la prise de poids, qui peuvent reprendre lorsque le stress est réduit ou éliminé. En outre, lorsque les enfants sont élevés dans des conditions socialement stressantes, où trop d’enfants partagent trop peu de ressources, et que les besoins physiques et émotionnels ne sont pas satisfaits, les enfants peuvent également connaître un retard de croissance. Cela est évident chez les enfants institutionnalisés qui n’établissent pas de relations solides et cohérentes avec leurs aidants naturels. Par conséquent, le stress, la réduction psychosociale induite par l’hormone de croissance, et une nutrition inadéquate peuvent tous cascader stature.

Une combinaison de nature et de nourrir

Parce que les gens héritent de différents gènes et se développent, vivent et se développent dans des conditions environnementales différentes, il est important de considérer que la nature et l’alimentation influencent l’apparence finale de nombreux phénotypes, même ceux qui peuvent se développer plus tard dans la vie, comme le cancer ou les maladies cardiaques.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter