Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

14.2: Dogme central
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Dogme central
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION
* La traduction du texte est générée par ordinateur

14.2: Dogme central

Aperçu

Le dogme central de la biologie affirme que l’information codée dans l’ADN est transférée à l’ARN messager (ARNm), qui dirige ensuite la synthèse des protéines. L’ensemble d’instructions qui permettent de décoder la séquence nucléotide de l’ARNm en acides aminés est appelé le code génétique. La nature universelle de ce code génétique a stimulé les progrès de la recherche scientifique, de l’agriculture et de la médecine.

L’ARN est le chaînon manquant entre l’ADN et les protéines

Au début des années 1900, les scientifiques ont découvert que l’ADN stocke toutes les informations nécessaires aux fonctions cellulaires et que les protéines remplissent la plupart de ces fonctions. Cependant, les mécanismes de conversion de l’information génétique en protéines fonctionnelles sont restés inconnus pendant de nombreuses années. Au départ, on croyait qu’un seul gène est directement converti en sa protéine codée. Deux découvertes cruciales dans les cellules eucaryotes ont remis en question cette théorie : premièrement, la production de protéines n’a pas lieu dans le noyau. Deuxièmement, l’ADN n’est pas présent en dehors du noyau. Ces résultats ont déclenché la recherche d’une molécule intermédiaire qui relie l’ADN à la production de protéines. Cette molécule intermédiaire, trouvée dans le noyau et le cytoplasme, et associée à la production de protéines, est l’ARN.

Pendant la transcription, l’ARN est synthétisé dans le noyau, en utilisant l’ADN comme modèle. L’ARN nouvellement synthétisé est semblable dans l’ordre au brin d’ADN, sauf que la thymidine dans l’ADN est remplacée par l’uracil dans l’ARN. Dans les eucaryotes, cette transcription primaire est traitée en outre, en supprimant les régions non codantes de protéines, en plafonnant l’extrémité de 5' et en ajoutant une queue poly-A de 3', pour créer l’ARNm qui est ensuite exporté vers le cytoplasme.

Les règles d’interprétation de la séquence de l’ARNm constituent le code génétique

La traduction se produit aux ribosomes dans le cytoplasme, où l’information codée dans l’ARNm est traduite en chaîne d’acides aminés. Un ensemble de trois codes nucléotides pour un acide aminé et ces triplés sont appelés codons. L’ensemble des règles qui décrivent quels codons spécifient un acide aminé particulier composent le code génétique.

Le code génétique est redondant

Les protéines sont créées à partir de 20 acides aminés dans les eucaryotes. La combinaison de quatre nucléotides en séries de trois fournit 64 (43) codons possibles. Cela signifie qu’il est possible que l’acide aminé individuel peut être codé par plus d’un codon. Le code génétique serait redondant ou dégénéré. Souvent, mais pas toujours, les codons qui spécifient les mêmes acides aminés ne diffèrent que dans le troisième nucléotide du triplet. Par exemple, les codons GUU, GUC, GUA et GUG représentent tous la valine des acides aminés. Cependant, AUG est le seul codon qui représente l’acide aminé méthionine. Le codon AUG est également le codon où la synthèse des protéines commence et est donc appelé le codon de départ. La redondance dans le système minimise les effets nocifs des mutations. Une mutation (c.-à-d. un changement) à la troisième position du codon pourrait ne pas nécessairement entraîner un changement de l’acide aminé.

Le code génétique est universel

À quelques exceptions près, la plupart des organismes procaryotes et eucaryotes utilisent le même code génétique pour la synthèse des protéines. Cette universalité du code génétique a permis des progrès dans la recherche scientifique, l’agriculture et la médecine. Par exemple, l’insuline humaine peut maintenant être fabriquée à grande échelle dans les bactéries. Ceci est fait en utilisant la technologie de l’ADN recombinant. L’ADN recombinant se compose de matériel génétique provenant de différentes espèces. Les gènes qui encodent l’insuline humaine sont joints à l’ADN bactérien et insérés dans une cellule bactérienne. La cellule bactérienne effectue la transcription et la traduction pour produire l’insuline humaine codée dans l’ADN recombinant. L’insuline humaine qui en résulte est utilisée pour traiter le diabète.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter