Waiting
Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

15.11: Le clonage reproductif
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Reproductive Cloning
 
TRANSCRIPTION

15.11: Le clonage reproductif

Le clonage reproductif est le processus de production d’une copie génétiquement identique — un clone — d’un organisme entier. Alors que les clones peuvent être produits en divisant un embryon précoce &mdah; semblable à ce qui se passe naturellement avec des jumeaux identiques — le clonage d’animaux adultes est généralement effectué par un procédé appelé transfert nucléaire de cellules somatiques (TNCS).

Transfert nucléaire de cellules somatiques

Dans le cadre du TNCS, un ovocyte est prélevé sur un animal et son noyau est retiré, ce qui crée un ovocyte énucléé. Ensuite, une cellule somatique — toute cellule qui n’est pas une cellule sexuelle — est prélevée sur l’animal devant être cloné. Le noyau de la cellule somatique est ensuite transféré dans l'ovocyte énucléé, soit par injection directe, soit par fusion de la cellule somatique à l'ovocyte à l’aide d’un courant électrique.

L'ovocyte contient maintenant le noyau, avec l’ADN chromosomique, de l’animal à cloner. On le stimule pour qu’il se divise, formant un embryon qui est ensuite implanté dans l’utérus d’une mère porteuse. Si tout va bien, il se développe normalement et le clone est né.

Bien que ce procédé ait été utilisé pour cloner avec succès de nombreux types d’animaux, y compris des moutons, des vaches, des mules, des lapins et des chiens, son taux de réussite est faible, avec seulement un faible pourcentage d’embryons survivant à la naissance. Les animaux clonés qui survivent à la naissance semblent également vieillir et mourir prématurément. C’est parce que leur ADN provient de cellules adultes qui ont subi le raccourcissement des télomères — la perte d’une petite partie des extrémités protectrices des chromosomes avec chaque division cellulaire — dans le cadre du processus normal de vieillissement.

Alors que l’ADN chromosomique du clone est le même que celui du donneur de noyau, il peut avoir un ADN mitochondrial différent, puisque les mitochondries proviennent du cytoplasme de l’ovocyte qui appartient habituellement à un animal différent. En outre, des différences phénotypiques peuvent se produire entre le clone et l’animal d’origine, en raison de facteurs environnementaux et épigénétiques. Par exemple, le premier chat cloné, Cc, avait l’air très différent du chat d’origine, parce que le motif de la fourrure est dû à l’inactivation aléatoire du chromosome X dans différentes cellules.

Malgré les défis techniques, le clonage reproductif a de nombreuses utilisations potentielles, y compris la production d’animaux de recherche génétiquement identiques, de bétail avec les traits désirés et de la progéniture d’espèces menacées. Il a même des applications potentielles dans l’infertilité humaine et la maladie, bien que le clonage d’humains n’ait pas encore été fait et soulèverait des préoccupations éthiques.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
Simple Hit Counter