Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

28.2: Distribution et dispersion
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Distribution et dispersion
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION
* La traduction du texte est générée par ordinateur

28.2: Distribution et dispersion

Pour comprendre les interactions intra-spécifiques dans les populations, les scientifiques mesurent l’arrangement spatial des individus d’espèces. Cet arrangement géographique est connu sous le nom de répartition ou de dispersion des espèces. Les espèces très territoriales présentent un modèle de distribution uniforme, dans lequel les individus sont espacés à des distances relativement égales les uns des autres. Les espèces qui sont fortement liées à des ressources particulières, comme la nourriture ou l’abri, ont tendance à se concentrer autour de ces ressources, et présentent donc un modèle de distribution aggloméré. Enfin, les organismes non affectés par le placement des ressources ou d’autres individus présentent un schéma de distribution aléatoire.

Modes de dispersion

Une répartition des espèces s’étend sur toute la zone utilisée par les individus de l’espèce. Les organismes peuvent être également espacés, regroupés en groupes ou dispersés au hasard dans le paysage.

Chez les espèces qui présentent une dispersion uniforme, les individus sont espacés les uns des autres. Les plantes qui libèrent des produits chimiques dans le sol pour empêcher la croissance d’autres individus à proximité affichent des distributions uniformes. Les espèces territoriales ont également tendance à être distribuées de façon plus uniforme. Par exemple, les lions de montagne sont une espèce très territoriale dans laquelle les mâles défendent l’espace autour des femelles et des ressources.

Les organismes qui ne se déplacent pas beaucoup ou qui vivent dans des groupes ou des grappes sociaux affichent souvent une répartition agglomérée. Ce type de distribution est le plus courant et peut se produire lorsque les ressources sont inégales ou concentrées au niveau régional. Une répartition agglomérée peut également résulter d’une petite taille de population, car l’accouplement peut être difficile pour les animaux rares qui ne restent pas en groupe.

Enfin, les organismes qui présentent une distribution aléatoire sont relativement rares, mais sont plus fréquents dans les habitats dont les ressources sont abondantes. Les espèces végétales dont les graines sont dispersées par le vent sont des exemples d’organismes distribués au hasard. Ces organismes s’installent partout où les conditions sont viables, indépendamment du placement des ressources et d’autres individus.

La répartition des espèces peut également être distincte à différents niveaux spatiaux. Par exemple, au sein d’une population de cisailles reproductifiantes (une espèce d’oiseau de mer), les individus affichent une répartition uniforme. Toutefois, au niveau de l’espèce entière, les populations présentent une répartition agglomérée, regroupées sur des îles qui conviennent à la construction de nids et sont protégées des prédateurs.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter