Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

32.2: Principe de Hardy-Weinberg
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Principe de Hardy-Weinberg
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION
* La traduction du texte est générée par ordinateur

32.2: Principe de Hardy-Weinberg

Les organismes diploïdes ont deux allèles de chaque gène, un de chaque parent, dans leurs cellules somatiques. Par conséquent, chaque individu contribue deux allèles au patrimoine génétique de la population. Le patrimoine génétique d’une population est la somme de chaque allèle de tous les gènes de cette population et a un certain degré de variation. La variation génétique est généralement exprimée en fréquence relative, c’est-à-dire le pourcentage de la population totale qui a un allèle, un génotype ou un phénotype donné.

Au début du20e siècle, les scientifiques se demandaient pourquoi la fréquence de certains traits dominants rarement observés n’augmentait pas dans les populations d’accouplement aléatoires avec chaque génération. Par exemple, pourquoi le trait polydactylie dominant(E, doigts supplémentaires et/ou orteils) ne devient-il pas plus commun que le nombre habituel de chiffres (e) chez de nombreuses espèces animales? En 1908, ce phénomène de variation génétique inchangée entre les générations a été démontré indépendamment par un médecin allemand, Wilhelm Weinberg, et un mathématicien britannique, G. H. Hardy. Le principe est devenu plus tard connu sous le nom d’équilibre Hardy-Weinberg.

Équation de Hardy-Weinberg

L’équation Hardy-Weinberg(p2 + 2pq + q2 = 1) relie élégamment les fréquences d’allèle aux fréquences de génotype. Par exemple, dans une population avec des cas polydactylie, le pool génétique contient des allèles E et e avec des fréquences relatives de p et q, respectivement. Étant donné que la fréquence relative d’un allèle est une proportion de la population totale, p et q s’additionnent jusqu’à 1(p + q = 1).

Le génotype des individus dans cette population est soit EE, Ee, ou ee. Par conséquent, la proportion d’individus atteints du génotype EE est p × p, ou p2, et la proportion d’individus atteints du génotype ee est q × q, ou q2. La proportion d’hétérozygotes (Ee) est de 2pq (p × q et q × p) puisqu’il y a deux croisements possibles qui produisent le génotype hétérozygote (c.-à-d. que l’allèle dominant peut provenir de l’un ou l’autre parent). Semblable aux fréquences d’allèle, les fréquences de génotype s’additionnent également jusqu’à 1; par conséquent, p2 + 2pq + q2 = 1, qui est connu sous le nom d’équation Hardy-Weinberg.

Hardy-Weinberg Conditions

L’équilibre Hardy-Weinberg stipule que, dans certaines conditions, les fréquences d’allèle dans une population resteront constantes au fil du temps. Ces populations répondent à cinq conditions : la taille infinie de la population, l’accouplement aléatoire des individus, et l’absence de mutations génétiques, la sélection naturelle et le flux génétique. Puisque l’évolution peut simplement être définie comme le changement des fréquences d’allèle dans un pool génétique, une population qui correspond aux critères Hardy-Weinberg n’évolue pas. La plupart des populations naturelles violent au moins une de ces hypothèses et sont donc rarement en équilibre. Néanmoins, le principe Hardy-Weinberg est un point de départ utile ou un modèle nul pour l’étude de l’évolution, et peut également être appliqué aux études de génétique des populations pour déterminer les associations génétiques et détecter les erreurs de génotypage.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter