Waiting
Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

12.5: Loi de disjonction des allèles
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content.
You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Loi de disjonction des allèles
 
TRANSCRIPTION

12.5: Loi de disjonction des allèles

En croisant les plants de petits pois, Mendel a remarqué que l’un des traits parentaux peut parfois disparaître dans la première génération de descendants, appelée la génération F1, et peut réapparaître dans la génération suivante (F2). Il a conclu que l’un des traits doit être dominant par rapport à l’autre, entraînant ainsi le masquage d’un trait dans la génération F1. Quand il a croisé les plants F1, il a constaté que 75 % de la progéniture dans la génération F2 avait le phénotype dominant, tandis que 25 % avaient le phénotype récessif.

Le modèle de Mendel, pour expliquer ce résultat, avait quatre parties. Tout d’abord, les versions alternatives des gènes, appelées allèles, expliquent les différences de traits. Deuxièmement, un organisme hérite de deux copies de chaque gène, une de chaque parent. Troisièmement, la présence d’un allèle dominant masque l’allèle récessif. Quatrièmement, les deux allèles pour un trait sont séparés pendant la formation des gamètes. Cette dernière partie du modèle s’appelle la loi de la ségrégation. Si un parent a deux allèles différents, ou est hétérozygote, ces allèles seront séparés uniformément et au hasard pendant la formation des gamètes. Les scientifiques ont maintenant compris que la séparation des chromosomes pendant la méiose explique la ségrégation des allèles parentaux.

Pensons au croisement entre une plante à fleurs violettes (génotype PP) et une plante à fleurs blanches (pp). La génération F1 qui en résulte a des fleurs violettes (Pp). Ce phénotype est expliqué par la partie (3) du modèle de Mendel car l’allèle violet dominant masque l’allèle blanc récessif. Cependant, lorsque les plantes F1 sont croisées (Pp x Pp), la progéniture peut être soit violette soit blanche avec un rapport de 3 violettes pour 1 blanche. Le rapport génotypique correspondant est de 1 PP : 2 Pp : 1 pp. Ce résultat est soutenu par la loi de ségrégation de Mendel car chaque plante a reçu un allèle de chaque parent.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
Simple Hit Counter