Waiting
Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

8.1: Classification périodique des éléments
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Chemistry

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Periodic Classification of the Elements
 
TRANSCRIPTION

8.1: Classification périodique des éléments

Le tableau périodique organise les atomes en fonction du numéro atomique croissant, de sorte que les éléments ayant les mêmes propriétés chimiques reviennent périodiquement. Lorsque leurs configurations électroniques sont ajoutées au tableau, on observe une récurrence périodique de configurations d'électroniques similaires au niveau des couches externes de ces éléments. Parce qu'ils sont sur les couches externes d'un atome, les électrons de valence jouent le rôle le plus important dans les réactions chimiques. Les électrons externes ont la plus haute énergie des électrons dans un atome et sont plus facilement perdus ou mis en commun que les électrons de cœur. Les électrons de valence sont également le facteur déterminant concernant certaines propriétés physiques des éléments.

Les lignes horizontales sont appelées périodes. Le long d'une période, chaque élément consécutif possède un proton supplémentaire dans le noyau et un électron supplémentaire sur la couche de valence. Les colonnes verticales sont des groupes. Les éléments d'un groupe (ou d'une colonne) ont le même nombre d'électrons de valence (figure 1) ; les métaux alcalins lithium et sodium ont chacun un seul électron de valence, les métaux alcalino-terreux béryllium et magnésium en ont chacun deux, et les halogènes fluor et chlore ont chacun sept électrons de valence.  C'est la perte, le gain ou la mise en commun des électrons de valence qui définit la façon dont les éléments réagissent. La similarité entre les propriétés chimiques des éléments du même groupe existe parce qu'ils ont le même nombre d'électrons de valence. 

Il est important de se rappeler que le tableau périodique a été conçu sur la base du comportement chimique des éléments, bien avant qu'une idée de leur structure atomique ne soit accessible. Maintenant, on comprend l'organisation du tableau périodique ; les éléments dont les atomes ont le même nombre d'électrons de valence sont dans le même groupe. Les sections colorées de la figure 1 montrent les trois catégories d'éléments classés d'après le remplissage des orbitales.

Eq1
Figure 1 : cette version du tableau périodique indique la configuration de chaque élément. Notez que dans chaque groupe, la configuration est souvent similaire.

Les éléments du groupe principal sont parfois appelés les éléments représentatifs. Il s'agit des éléments pour lesquels le dernier électron ajouté va sur une orbitale s ou p dans la couche la plus externe, illustrés en bleu et en rouge dans la figure 1. Cette catégorie comprend tous les éléments non métalliques, ainsi que les métalloïdes et de nombreux métaux. Les électrons de valence pour les éléments du groupe principal sont ceux ayant le niveau n le plus haut. Par exemple, le gallium (Ga, numéro atomique 31) possède la configuration électronique [Ar]4s23d104p1, qui contient trois électrons de valence (soulignés). Les orbitales d entièrement remplies comptent comme des électrons de cœur, et non comme des électrons de valence.

Les deux colonnes les plus à gauche forment le bloc s et les six colonnes les plus à droite le bloc p. Les gaz nobles, qui font partie du bloc p, ont tous huit électrons de valence, à l'exception de l'hélium, qui en a deux. Ces éléments sont très stables et ne réagissent pas.

Les éléments de transition ou métaux de transition : il s'agit d'éléments métalliques dans lesquels le dernier électron ajouté va sur une orbitale d. Les électrons de valence (ajoutés après la dernière configuration de gaz noble) dans ces éléments comprennent les électrons ns et (n – 1)d. La définition officielle des éléments de transition de l'UICPA précise ceux dont les orbitales d sont partiellement remplies. Ainsi, les éléments avec des orbitales complètement remplies (Zn, Cd, Hg, ainsi que Cu, Ag et Au dans la figure 1) ne sont pas des éléments de transition techniquement. Cependant, le terme est fréquemment utilisé pour désigner l'ensemble du bloc d (de couleur jaune dans la figure 1).

Le bloc d se compose de 10 colonnes. Le numéro quantique principal des orbitales d se remplissant le long de chaque ligne est égal au numéro de la ligne moins un. Sur la quatrième ligne, les orbitales 3d se remplissent, sur la cinquième ligne, les orbitales 4d se remplissent, et ainsi de suite.

Les éléments de transition interne : ils sont indiqués en vert dans la figure 1. Les couches de valence des éléments de transition interne se composent des sous couches (n – 2)f, (n – 1)d, et ns. Les éléments de transition interne constituent le bloc f lorsque le dernier électron va sur une orbitale f. Le nombre quantique principal des orbitales f qui se remplissent le long de chaque ligne est égal au nombre de la ligne moins deux. Dans la sixième ligne, les orbitales 4f se remplissent, et dans la septième ligne, les orbitales 5f se remplissent. Il existe deux séries de transition interne :

  1. la série de lanthanides : lanthane (La) à lutétium (Lu) ;
  2. la série des actinides : actinium (Ac) à lawrencium (Lr).

Le lanthane et l'actinium, en raison de leurs similitudes avec les autres membres de la série, sont inclus et utilisés pour nommer la série, même s'ils sont des métaux de transition sans électrons f.

Ce texte est adapté de OpenStax Chemistry 2e, Section 6.4 : Structure électronique des atomes.

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
Simple Hit Counter