Introduire des agents expérimentaux chez la souris

Biology II

Your institution must subscribe to JoVE's Basic Biology collection to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

Welcome!

Enter your email below to get your free 1 hour trial to JoVE!





By clicking "Submit", you agree to our policies.

 

Summary

Beaucoup de recherches réalisées sur les souris (Mus Musculus) nécessitent l’administration d’un agent expérimental à l’animal. Par exemple, il peut être intéressant de tester l’efficacité d’une thérapie spécifique, d’induire une condition pathologique, ou d’administrer une anesthésie ou un soin palliatif. En vue d’assurer une livraison efficace et sécuritaire, il est important de considérer une variété de facteurs avant l’administration du traitement.

Cette vidéo présente l’administration d’agent à la souris en commençant par la mise en valeur des propriétés à considérer, comme la viscosité, la dose et la palatabilité, lors de la planification de l’administration d’un agent expérimental. La présentation qui suit se concentre sur les méthodes d’injection, incluant la délinéation des composés structurels de la seringue et de l’aiguille, comment interpréter le gauge des aiguilles et les méthodes de maintient en toute sécurité de la souris pour des lieux d’injections habituels. Des instructions détaillées sont fournies pour réaliser des injections sous-cutanées (SC/SubQ), intra-péritonéales (IP) et dans les veines de la queue (IV) chez les souris. De plus, des utilisations de ces techniques ainsi que des voies d’administration alternatives sont présentées.

Cite this Video

JoVE Science Education Database. Les organismes modèles II : La souris, le poisson-zèbre et le poussin. Introduire des agents expérimentaux chez la souris. JoVE, Cambridge, MA, (2017).

Beaucoup d’expériences dépendent de l’administration d’agents à des souris. Fréquemment, ces agents sont introduits pour tester leurs effets sur un processus biologique. Les agents peuvent aussi jouer un rôle important dans la préparation des animaux à l’expérimentation. Dans cette vidéo, nous allons présenter des regles importantes pour administrer des agents expérimentaux, les outils pour la livraison des agents, quelques voies spécifiques d’administration et les utilisations de ces techniques essentielles.

Quels facteurs doivent être considérés lors de la planification de l’administration d’un agent expérimental ?

Le premier est la dose appropriée. Elle est généralement calculée en fonction du poids de l’animal, car il est critique de fournir la dose correcte d’un agent.

La voie d’administration est aussi importante à considérer. Les propriétés telles que la palatabilité, la viscosité, la quantité administrée, le tissu cible et le taux de dissémination désiré de l’agent vont déterminer laquelle des nombreuses voies d’administration disponibles vous devriez choisir. Dans cette vidéo nous nous concentrerons sur l’injection, qui est l’une des méthodes de livraison d’agent les plus efficaces.

Avant de présenter comment réaliser une injection, familiarisons-nous avec les outils principaux de cette technique. Tout d’abord la seringue. Les liquides sont contenus dans le cylindre qui est marqué pour permettre des mesures précises de volume. Le piston entre parfaitement à l’intérieur du cylindre et est utilisé pour diriger le mouvement du contenu.

Enfin, le bout de la seringue est l’endroit de fixation de l’aiguille. A l’autre extrémité de la tige se trouve un bout biseauté. Faites attention, c’est très aiguisé !

Les embouts des aiguilles sont codées par couleur pour renseigner leur diamètre, ou « gauge », ou les numéros de gauge les plus eleves indiquent les aiguilles plus petites. Les gauges sont choisis en fonction de la voie de livraison : si la zone est petite ou sensible, une petite aiguille sera requise.

Après avoir sélectionné l’aiguille et la seringue appropriées à votre expérience, faites monter l’agent dans le cylindre en tirant le piston. Les bulles d’air injectées avec l’agent peuvent perturber les tissus et blesser l’animal. Par conséquent, retournez la seringue et poussez délicatement le piston de manière à ce que toutes les bulles remontent dans la tige de l’aiguille et s’échappent. Si possible, expulsez un petit peu d’agent en excès pour être certain que les bulles soient complètement parties.

Maintenant que votre seringue est verrouillée et chargée, vous êtes quasiment prêts à réaliser une injection !

Avant de commencer, il est important que vous mettiez un équipement de protection individuel approprié, incluant des gants. La manipulation correcte de l’animal est aussi essentielle et varie légèrement en fonction du lieu d’injection utilisé.

Pour des injections sous cutanées, qui sont souvent ciblées sous le derme du cou de l’animal, les souris sont maintenues « par la peau du cou ». D’abord, tenez l’animal par la queue et permettez lui de s’agripper au couvercle de la cage. Ensuite, saisissez fermement la peau du cou, tirant une tente de peau au-dessus des épaules de l’animal.

L’aiguille doit être insérée à la base de la peau tendue, et l’agent injecté avec une pression ferme et constante sur le piston. Le liquide injecté sera lentement absorbé dans le flux sanguin.

Des injections intra-péritonéales dans la cavité corporelle sont absorbées à une vitesse similaire à celle de l’ingestion. Pour accéder à l’abdomen, tournez l’animal tenu par la peau du cou sur le dos, et coincez la queue fermement avec votre petit doigt.

Ensuite, divisez mentalement l’abdomen de l’animal en 4 quadrants et insérez l’aiguille dans le quadrant inférieur de gauche ou de droite. Appliquez une pression ferme et constante au piston pour livrer jusqu’à plusieurs centaines de microlitres d’agent. Alternativement, des injections intraveineuses permettent une livraison plus efficace et systémique de l’agent expérimental.

Les injections intraveineuses sont le plus souvent réalisées dans les veines de la queue. Tout d’abord, les souris sont réchauffées en-dessous d’une lampe chauffante pour quelques minutes, ce qui provoque la dilatation des veines et facilite l’insertion de l’aguille. Pour garder la souris en place pendant l’injection, placez-là dans un tube en plastique, appele restrainer, qui la maintient, en passant la queue à travers un trou spécial sur l’arrière.

Identifier le bon vaisseau est impératif pour des injections intraveineuses réussies. Soyez certain de trouver l’une des deux veines caudales de l’un ou l’autre côté de la queue ; et non pas l’artère sur le dessous de la queue.

Tenez l’aiguille avec le biseau vers le haut et insérez la dans la veine. Si l’aiguille est correctement placée, l’injection provoquera le changement de couleur de la veine, de bleu foncé à blanc pâle, pendant que l’agent coule le long du vaisseau.

Après chaque injection, jetez l’aiguille dans un récipient pour élément tranchant à risque biologique sans remettre le capuchon. Ne réutilisez jamais l’aiguille, car la tige peut devenir émoussée et blesser la souris.

Maintenant que vous êtes familier avec les méthodes communes d’injection, regardons quelques utilisations pratiques de livraison d’agent expérimental.

Dans beaucoup d’expériences, les souris sont infectées avec un pathogène spécifique pour étudier la progression de la maladie ainsi que les interactions entre l’hôte et le pathogène. Par exemple, des injections sous-cutanées de bactéries résistantes aux antibiotiques provoquent des lésions dont la taille est une mesure de la virulence du pathogène. D’autre part, les injections dans le coussinet peuvent être utilisées pour l'imagerie en temps réel du recrutement des cellules immunitaires vers le site de l'infection.

Les modèles souris sont aussi utiles pour l’étude de la progression du cancer et des thérapeutiques. Pour générer ces modèles, des injections peuvent être utilisées pour rapidement et efficacement induire des tumeurs malignes dans les souris, à travers la livraison de composés cancérigènes ou l’implantation de cellules de cancer dans les tissus de l’hôte.

Cependant, l’injection n’est pas toujours requise pour la livraison d’agent. L’inoculation intra-nasale, par exemple, peut être utilisée pour administrer un agent d’intérêt aux poumons pour imiter et étudier la progression d’une maladie respiratoire. Une autre voie, le gavage, permet l’administration directe d’agent à l’estomac pour assurer un dosage précis et exact, non réalisable par traitement à base de nourriture ou d’eau.

Vous venez de regarder l’aperçu de JoVE sur l’introduction d’agents expérimentaux chez la souris. Dans cette vidéo, nous avons passé en revue les facteurs à considérer lors du choix de l’agent expérimental, les outils et stratégies pour les injections aux souris, et quelques utilisations de ces techniques critiques. Merci de nous avoir regardés !

A subscription to JoVE is required to view this article.
You will only be able to see the first 20 seconds.

RECOMMEND JoVE

Applications