Une Introduction à la Cognition

Behavioral Science

Your institution must subscribe to JoVE's Psychology collection to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

Welcome!

Enter your email below to get your free 1 hour trial to JoVE!





By clicking "Submit", you agree to our policies.

 

Summary

Cognition englobe les processus mentaux tels que la mémoire, perception, raisonnement décisionnel et langue. Chercheurs en sciences cognitives utilisent une combinaison de techniques comportementales et neuropsychologiques d’enquêter sur les substrats neurones sous-jacents de la cognition. Ils sont intéressés à comprendre comment l’information est perçue, traitées et comment cela affecte-t-il l’exécution finale de comportements. Sachant cela, les chercheurs espèrent développer de nouveaux traitements pour les personnes ayant des déficiences cognitives.

Introduction de Jupiter à la connaissance clients plusieurs composants de ce phénomène, telles que la perception, attention, compréhension de la langue, etc.. Questions clés dans le domaine de la cognition seront discutées avec les méthodes spécifiques utilisées actuellement pour répondre à ces questions. Enfin, des études spécifiques qui examinent les différents aspects de la cognition à l’aide d’outils comme imagerie de résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ou transcrânienne expliquerai une stimulation magnétique (TMS).

Cite this Video

JoVE Science Education Database. Notions essentielles de la science comportementale. Une Introduction à la Cognition. JoVE, Cambridge, MA, (2017).

Cognition est largement définie comme le processus mental associé à des phénomènes comme l’attention, mémoire, raisonnement et langage. Chercheurs en sciences cognitives utilisent une combinaison de techniques psychologiques et physiologiques pour comprendre les fondements biologiques de la cognition. Grâce à cette compréhension, les scientifiques espèrent à développer de nouvelles façons de traiter les patients atteints de troubles cognitifs.

Cette vidéo vous fera découvrir tout d’abord plusieurs attributs fonctionnels de la cognition. Ensuite, nous allons discuter des questions clés dans le champ, ainsi que les méthodes utilisées pour y répondre. Enfin, nous allons examiner quelques études utilisant ces techniques.

Pour commencer, penchons-nous sur certains aspects du phénomène complexe cognition actuellement à l’étude par les scientifiques du comportement individuels.

La perception est le processus cognitif du cerveau recevant, comprendre et donner du sens aux informations sensorielles. Au-delà de simple entrée sensorielle, nos cerveaux est en mesure de percevoir les traits complexes, tels que les objets, modèles ou des visages. En revanche, des illusions d’optique démontrent comment la transformation du cerveau de l’information sensorielle ne reflète toujours réalité.

Pendant que votre cerveau reçoit constamment des informations perceptuelles, l’attention est le phénomène cognitif qui permet de se concentrer nos ressources perceptional. Cette capacité à être « sélective » au courant de certains stimuli tandis que d’autres tuning est connu comme attention sélective. Plus souvent, dans votre vie quotidienne, votre attention est divisée : pense que le volant d’une voiture tout en parlant au téléphone.

Attention concentrée peut provoquer stockage améliorée et une plus grande capacité de rappeler des informations perçues. Ce processus est connu comme la mémoire. En mémoire de travail de test des expériences particulières, cognitive, qui implique des fonctions comme le stockage de l’information pour une courte durée, par exemple son numéro de téléphone et ensuite traitement de cette information transitoire pour accomplir une tâche, comme communiquer avec cette personne.

Une autre fonction cognitive que les scientifiques sont intéressés à étudier est l’expression et la compréhension de la langue. Il est intéressant que nous acquérons les compétences de compréhension de ce que nous entendons, et comment apprendre à parler, sans aucune formation officielle. Des études ont confirmé que deux régions du cerveau, région de Broca et de Wernicke de zone, sont impliquées dans la production de compréhension et d’expression de langue, et scientifiques sont intéressés de révéler le mécanisme derrière les troubles du développement conduisant à des déficits de la langue.

Enfin, nous aborderons la fonction exécutive, qui est un processus cognitif aux multiples facettes. Ce phénomène englobe des tâches comme jugement, raisonnement, résolution de problèmes, prise de décisions et la planification. Fonction exécutive est critique pour l’organisation et le comportement ciblé et sert comme un système de gestion pour les nombreux autres processus cognitifs.

En conclusion, la science cognitive est un vaste domaine axé sur l’étude des nombreux processus mentaux qui régissent bon nombre de vos activités quotidiennes. Par conséquent, c’est une des zones plus actives de la recherche en neurosciences comportementales.

Avec cette compréhension de base des composants cognition, nous allons examiner certaines questions clés dans le domaine.

À son niveau le plus élémentaire, la neuroscience cognitive tente de déterminer la relation fonctionnelle entre la neurobiologie et les processus cognitifs. Cette étude consiste en examinant quelles régions du cerveau sont actifs pendant un test cognitif particulier. Examinant les bases neurales pourrait aider dans le développement de nouvelles thérapies pour les patients ayant une déficience cognitive.

On croit que les capacités cognitives développer durant les premiers stades de la vie et finalement se dégrade avec l’âge, et de nombreux chercheurs sont intéressés à étudier cette transition. Ces études sont à la recherche comment fonctions cognitives sont acquis que le cerveau se développe dès l’enfance à l’âge adulte, ainsi que la façon dont neurodégénérescence liées au vieillissement est en corrélation avec le déclin cognitif.

Une autre question fondamentale est, quels rôles jouent-ils nos gènes et l’environnement, dans la cognition ? Les chercheurs intéressés par cette question visent à comprendre l’importance relative de la génétique et l’environnement sur le développement cognitif. Un des types d’études, appelés « études de jumeaux », consiste à observer les jumeaux identiques qui ont été soulevées dans des environnements différents. En effectuant les tests cognitifs sur ces individus génétiquement identiques, les chercheurs peuvent étudier le rôle de l’environnement sur le fonctionnement du cerveau.

Après examen de certaines questions clés dans le domaine, nous allons étudier quelques-uns des éminents techniques utilisées par les chercheurs en neurosciences cognitives aujourd'hui.

Une technique qui devient de plus en plus fréquente est l’imagerie cérébrale fonctionnelle. L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ou IRMf, est une technique qui mesure les changements dans la circulation sanguine comme un proxy pour l’activité neuronale dans le cerveau, qui est spécifique pour les processus cognitifs individuels. Tomographie par émission de positrons ou PET, est une méthode similaire qui mesure l’absorption d’un traceur radioactif de visualiser l’activité cérébrale. Electro - ou magnétoencéphalographie, en revanche, utilisation de capteurs placés sur le cuir chevelu pour mesurer directement les champs électriques ou magnétiques créés par cuisson neuronale. Analysant la lecture montre quelles régions du cerveau sont actives lors de tâches cognitives spécifiques.

En plus de quelques observations, scientifiques essaient de moduler l’activité du cerveau d’une manière ciblée afin de comprendre comment il fonctionne. La Stimulation magnétique transcrânienne ou TMS, utilise l’induction électromagnétique pour activer ou supprimer l’activité neuronale. Cette technique peut servir à perturber certaines régions du cerveau chez des sujets humains de façon non invasive et ensuite étudier ses effets sur les capacités cognitives.

Un autre outil important dans de nombreuses expériences cognitives est suivi de le œil. Oculométrique sert à évaluer les fonctions cognitives comme l’attention, la perception visuelle et traitement automatique des langues. Mesures oculométrique peut fournir la perspicacité dans la façon dont nous lisons, reconnaître les visages ou sélectivement assister aux objets pendant que vous conduisez.

Enfin, des méthodes psychologiques d’évaluation des fonctions cognitives spécifiques sont également indispensables. Un test psychologique classique est appelé la tâche Stroop, qui teste la capacité d’attention sélective en demandant au sujet d’identifier le nom écrit de couleur, qui dans ce cas est en rouge, ou la couleur dans laquelle il est affiché, ce qui est bleue. Une autre tâche appelée Go ou tâche interdite, examine également le contrôle attention et réponse en analysant le temps de réaction. Cette tâche nécessite une discrimination entre les différents éléments, tels que « Ami » ou « Ennemi » dans un jeu vidéo.

Maintenant que vous avez regardé quelques-unes des méthodes actuelles et des tâches, nous allons voir comment elles sont appliquées par les scientifiques pour étudier la cognition.

Souvent, IRMf visualisation de l’activité cérébrale est associée à des tests cognitifs à localiser les fonctions aux régions cérébrales particulières. Ici, les chercheurs ont sujets effectuer un test de la fonction exécutive, appelé la tâche de tri de carte tridimensionnelle à l’intérieur de la machine de l’IRMf. Cette tâche exige des participants trier les cartes basées sur une des caractéristiques, telles que la forme et puis basculez en les triant par une deuxième caractéristique, telles que la couleur. L’activité du cerveau mesurée peut informer l’identification des régions du cerveau qui jouent un rôle dans le fonctionnement exécutif.

Autre exemple, les scientifiques utilisent TMS pour stimuler une région du cerveau spécifique comme une forme de traitement chez les patients souffrant d’un trouble du langage appelé aphasie. Tout d’abord, les chercheurs ont déterminé une capacité du patient de base langue, suivie d’identifier l’endroit optimal pour la stimulation. Après les séances de traitement répété, les aptitudes linguistiques du patient ont été retestés.

Enfin, certains scientifiques étudient l’impact des émotions sur la cognition. Ici, les chercheurs avaient sujets effectuent une tâche de mémoire de travail, consistant en leur montrant un mémorandums consistant en trois faces, suivies d’un intervalle de délai au cours duquel les images émotionnelles apparaissaient comme un distracteur. Rappel des sujets des images visage initial a été ensuite évalué avec IRMf.

Vous avez juste regardé introduction de Jupiter à la neuroscience cognitive. Cette vidéo couverts divers aspects de la cognition, les questions essentielles abordées dans les méthodes de terrain, éminents utilisés par les chercheurs aujourd'hui, et enfin courant études utilisant différentes techniques. Comme toujours, Merci pour regarder !

A subscription to JoVE is required to view this article.
You will only be able to see the first 20 seconds.

RECOMMEND JoVE

Applications