Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove
Click here for the English version

Environment

Continu hydrologiques et surveillance des étangs printaniers de la qualité de l’eau

doi: 10.3791/56466 Published: November 13, 2017

Summary

Comprendre les services écosystémiques et les processus fournis par étangs printaniers et les impacts des activités anthropiques sur leur capacité à fournir ces services nécessite un suivi hydrologique intensive. Ce protocole d’échantillonnage à l’aide d' in situ , équipement de surveillance a été mis au point pour comprendre l’impact des activités anthropiques sur les niveaux d’eau et de la qualité.

Abstract

Étangs printaniers, également dénommés vernales, fournissent des services écosystémiques essentiels et habitat pour une variété d’espèces menacées et en voie de disparition. Cependant, ils sont les parties vulnérables des paysages qui sont souvent mal comprises et sous-étudiées. Utilisation des terres et des pratiques de gestion, ainsi que le changement climatique est considéré comme une contribution au déclin global amphibian. Cependant, davantage de recherche est nécessaire pour comprendre l’ampleur de ces impacts. Nous présentons ici la méthodologie pour caractériser d’un étang vernal morphologie et de détail, une station de surveillance qui peut être utilisée pour collecter les données de quantité et la qualité de l’eau pendant la durée du hydropériode d’un étang vernal. Nous fournissons la méthodologie pour la conduite des enquêtes sur le terrain afin de caractériser la morphologie et établir des courbes de la phase de stockage pour un étang vernal. En outre, nous fournissons méthodologie pour surveiller le niveau d’eau, température, pH, oxygène dissous potentiel oxydo-réduction et la conductivité électrique de l’eau dans un étang vernal, ainsi que le suivi des données de précipitations. Cette information peut servir à mieux quantifier les services écosystémiques qui fournissent des étangs printaniers et les impacts des activités anthropiques sur leur capacité à fournir ces services.

Introduction

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Étangs printaniers sont temporaires, peu profondes des marécages qui généralement contiennent de l’eau de l’automne au printemps et sont souvent secs pendant les mois d’été. La période d’inondation des étangs printaniers, communément appelé le hydropériode, est principalement contrôlée par les précipitations et l’évapotranspiration1.

Étangs printaniers peuvent également être dénommés vernales, éphémères étangs, Mares temporaires, mares saisonnières et terres humides géographiquement isolées2. Dans le nord-est des États-Unis, les étangs printaniers sont plus souvent caractérisées par l’habitat essentiel qu’ils fournissent pour les amphibiens, agissant comme les aires de reproduction et de fournir du soutien au cours des premiers stades de vie (c.-à-d., têtards) et de la métamorphose. En Californie, étangs printaniers sont caractérisés par la végétation unique et les espèces de plantes en voie de disparition qu’ils soutiennent2.

Ces habitats sont plus en plus menacés au changement climatique et de l’utilisation des terres et des populations d’amphibiens connaissent un déclin global significatif attribuable aux activités anthropiques3,4. Problèmes de qualité de l’eau en raison de la pollution sont également pensé pour être des facteurs dans les amphibiens récente décline dans le monde5. En outre, des études récentes ont révélé une fréquence accrue des caractéristiques d’intersexualité chez les grenouilles vivant dans des étangs printaniers, touchés par des eaux usées humaines6. Il est donc nécessaire d’effectuer une surveillance plus intensive des étangs printaniers tant naturels que touchées afin de mieux comprendre les contributeurs au déclin global amphibian.

Les paramètres physiques des étangs printaniers qui doivent être mesurés et contrôlés comprennent la morphologie de l’étang et le niveau d’eau. La morphologie est la géométrie de l’étang et est développée par la réalisation d’une enquête pour déterminer les changements d’altitude à travers l’étang. L’enquête sur les données sont ensuite utilisées pour établir une courbe de phase de stockage, qui permet le volume de l’étang à estimer basée sur des mesures de niveau d’eau. Parce que le niveau d’eau dans un étang vernal est fortement influencé par les précipitations, les mesures doivent être effectuées à une haute résolution temporelle pour mieux comprendre fois courte (c'est-à-dire, l’ordre des minutes et heures) et les fluctuations à long terme (c.-à-d., l’ordre des mois aux années) au niveau de l’eau.

Paramètres de qualité de l’eau d’intérêt qui sont connus pour affecter la fonction d’étangs printaniers comprennent la température, pH, conductivité électrique, teneurs en oxygène dissous et potentiel d’oxydoréduction. Ces paramètres peuvent être mesurés in situ avec des technologies relativement bon marchés et les réseaux de capteurs. Un peu d’eau les paramètres de qualité d’intérêt, comme certaines espèces en éléments nutritifs (p. ex., l’azote total Kjeldahl) et d’autres polluants (p. ex., les contaminants émergents) nécessitent d’être recueillis et portés à un laboratoire pour le traitement des échantillons et analyse.

Les paramètres critiques qui affectent la capacité des étangs printaniers de fonctionner comme un habitat approprié pour les amphibiens de l’élevage et les premiers stades du développement des têtards comprennent l’eau, niveau, pH et concentration d’oxygène dissous. Par rapport à vernal étangs situés dans des paysages relativement vierges, des niveaux élevés de la conductivité électrique, un pH plus élevé, réduit les concentrations d’oxygène dissous, et des concentrations élevées de nutriments ont été enregistrées dans des étangs printaniers touchés par anthropiques activités2,7. Des conditions réductrices ou anaérobies peuvent se produire dans ces habitats, en particulier ceux qui sont touchés par les activités anthropiques. Cela peut entraîner un changement dans la communauté microbiologique, altérant le nutriment cyclisme au sein de l’étang et qui pourrait réduire la dégradation des perturbateurs endocriniens et autres polluants8,9.

L’objectif du présent document est de fournir des informations sur la façon d’établir une station de surveillance de la quantité d’eau et de la qualité d’un étang vernal. Cette méthode peut être appliquée à n’importe quel étang vernal, mais requiert l’accès au site (p. ex., le site doit être sur une propriété publique ou avoir l’autorisation de propriétaire terrien d’installer de l’équipement).

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

1. réalisation d’une étude d’une morphologie étang Vernal

  1. choisir un endroit de désigner comme point de repère et de marquer avec une petite enquête ou marquage drapeau.
    Remarque : L’emplacement doit être à une altitude plus élevée que l’étang et avons line-of-sight de partout à travers l’étang.
  2. Assigner la valeur de référence une altitude de référence ; le nombre exact n’est pas grave, il fournit simplement une référence à laquelle toutes les autres élévations peuvent être comparées.
  3. à l’aide d’un ruban à mesurer et marquer les drapeaux, faire des transects à un intervalle de 3 m au-dessus de la zone de l’étang, résultant dans une grille 3 x 3 m (Voir l’exemple de Figure 1).
  4. Intervalles
  5. déterminer l’élévation du fond de l’étang (c.-à-d., le terrain) à 3 m le long de chaque transect en mesurant la hauteur sur une tige de mise à niveau à l’aide d’un niveau automatique. S’assurer que les profils s’étendent pour les altitudes plus élevées de chaque côté de l’étang.
  6. à la fin de chaque transect, faire une backsight à la valeur de référence et d’enregistrer l’élévation.
  7. Déterminer l’erreur de l’enquête comme étant la différence entre la valeur de référence ' altitude s assignés (c.-à-d., la valeur de référence attribuée à l’étape 1.2) et l’altitude mesurée à partir de l’emplacement le plus éloigné sur le profil du transect.
  8. Calculer l’erreur admissible (AE) de fermeture pour le profil que AE = K (2 * M) 0,5, où K est une constante entre 0,001 et 1 et M est la distance (en milles) entre le point de référence et de l’emplacement plus éloigné sur le profil de.
    Remarque : La valeur de K dépend de la précision requise de l’enquête, qui dans ce cas on peut prendre comme 0.1 10.
  9. Compare l’erreur de sondage calculé à l’étape 1.6 à l’AE calculé à l’étape 1.7. Si l’erreur de relevé est supérieur à l’AE, puis refaire le nivellement (étapes 1.3 et 1.4) pour profil transect. Si l’erreur du sondage est inférieure à l’AE, puis la mise à niveau pour que le profil du transect terminée, mener le profil mise à niveau pour la prochain transect.
  10. Répéter étapes 1,4 à 1,8 pour mener profil nivellement à intervalles de 3 m à travers l’étang dans l’autre sens pour créer une grille d’altitudes connues (voir un exemple de profil de transects dans la Figure 1).
  11. Développer une courbe de phase de stockage pour l’étang, une fois que les élévations (en ce qui concerne l’indice de référence) sont connues à travers la grille de 3m x 3m interrogée à travers l’étang.
    Remarque : Les plus grands intervalles peuvent être utilisés, mais l’erreur dans la détermination de la relation entre le niveau d’eau et le volume de l’étang peut augmenter.

2. Déterminer l’étang Vernal ' s stade-stockage courbe

Remarque : chaque étang vernal auront une relation unique entre le niveau d’eau et le volume d’eau dans l’étang. Cette relation est appelée la courbe de phase-stockage.

  1. En utilisant les données d’altitude se sont réunis dans la Section 1, déterminer les altitudes plus élevées et les plus faibles dans l’étang.
  2. Déterminer la différence entre l’altitude maximale et minimale, puis sélectionnez un intervalle pour lequel dessiner des lignes de contour ; une équidistance de 0,1 à 0,2 m est recommandée 11.
  3. Calculer la surface de chaque contour (A i). Cela peut être fait soit à la main à l’aide d’un planimètre ou par voie électronique à l’aide de logiciels d’information géographique (SIG).
  4. Utiliser la méthode de la moyenne-fin-zone pour calculer le volume entre chaque niveau équidistantes (V i) :
    Equation 1
    E est l’élévation de contour .
  5. Calcule le volume total (V, P) de l’étang vernal comme la somme du volume entre chaque intervalle de contour :
    Equation 2
    Remarque : ici H est la profondeur maximale de l’étang. Un exemple est donné dans le tableau 1.
  6. Déterminer la relation de phase de stockage pour l’étang en traçant la courbe du volume cumulé de l’étang en fonction de la profondeur.
    1. Après l’installation du capteur de niveau d’eau, utiliser le niveau d’eau comme le " stade " et estimer le volume d’eau, ou le stockage, dans l’étang.
      NOTE : Un exemple d’une courbe de phase-stockage est illustré dans la Figure 2. Si le capteur de niveau d’eau est installé au-dessus du point le plus bas dans l’étang vernal, une compensation sera nécessaire pour convertir le niveau d’eau mesuré dans la courbe de phase-stockage (ajouter l’offset à l’étape 3.3 au niveau d’eau enregistré par les capteurs de niveau d’eau pour déterminer la maille Age).

3. Installation d’une Station de surveillance

Remarque : capteurs pour les paramètres d’intérêt pour cette étude inclut un capteur de pression (mesures de niveau d’eau et de température), dissout la concentration en oxygène, oxydo-réduction potentielle, électrique conductivité, pH et un pluviomètre à augets basculeurs. La sonde pH, sonde à oxygène dissous et sonde d’oxydo-réduction doivent être étalonnés en laboratoire avant le déploiement par le capteur ' Manuel de l’utilisateur. Ici, un enregistreur de données central (programmé pour enregistrer des données à des intervalles de 15 min) est sélectionné, auxquels tous les capteurs sont reliés au cours du déploiement. Un scénario alternatif viable serait que chacun des capteurs est autonome et ne pas nécessité un datalogger central, car chaque capteur enregistrerait ses propres données.

  1. Attacher chacun des capteurs (à l’exception de la jauge de pluie) à un bloc de ciment ou un pieu de bois ( Figure 3). Utiliser des colliers de serrage ou zip liens afin que les capteurs restent près du fond de l’étang vernal (ou la profondeur d’intérêt).
    1. Fixer le capteur d’oxygène dissous, tel qu’il est à un angle (selon les instructions du fabricant), afin de permettre l’oxygène à diffuser à travers la membrane. Installez le poteau de transducteur de pression, comme la pression qu’il mesurera est la colonne d’eau au-dessus de lui, et le niveau d’eau doivent être enregistré de manière verticale.
  2. Installer les capteurs montés dans un endroit vers le centre de l’étang qui est peu susceptible de devenir sèche au cours de la période d’étude.
  3. Déterminer la distance verticale entre les capteurs et le point le plus bas dans l’étang à l’aide d’une règle ou l’équipement d’arpentage. Enregistrer cette distance pour utilisation dans l’élaboration de la courbe de phase-stockage comme indiqué au point 2.6 (c.-à-d., un décalage peut être nécessaire concernant la profondeur mesurée en utilisant les capteurs de pression à la profondeur totale de l’eau dans l’étang).
  4. Alors qu’elles peuvent être submergées dans l’eau, les fils du capteur sont vulnérables à des souris ou autres animaux qui peut-être mâcher sur eux lorsque le niveau d’eau est faible dans l’étang, pour éviter que cela utilise le chlorure d’apolyvinyl tuyau pour protéger les câbles du capteur (facultatif, mais recommandé). Insérez les câbles de sonde jusqu’au bord de l’étang vernal à travers un tube de PVC (diamètre de 6,35 cm long, 3 m), comme illustré à la Figure 4.
    Remarque : pour l’installation temporaire (p. ex., quelques semaines à quelques mois) le tuyaux en PVC peut-être être considérées comme inutile.
  5. Set up un trépied et monter sur le terrain en y insérant chacune du voyage stakesOD jambes.
    Remarque : Certains trépieds hauts peuvent avoir un paratonnerre qui nécessite l’installation, trop.
    1. Placez le trépied près du bord de l’étang vernal pour faire en sorte qu’il soit accessible même lorsque l’étang est plein d’eau.
  6. Attacher la boîte enceinte pour l’enregistreur de données et de la batterie (12 V) sur le trépied, laissant la place au-dessus du trépied pour le panneau solaire à monter au-dessus de la zone de l’enclos ( Figure 4).
  7. Fixer un panneau solaire de 10 W sur le dessus du trépied et inclinez vers le soleil. Un angle solaire calculatrice 12 peut servir, si désiré, pour déterminer l’angle optimal où installer le panneau.
  8. Fixer le pluviomètre au trépied si il y a place. Dans le cas contraire, l’attacher à un pieu de bois ou de la tringle en métal près du bord de l’étang et le trépied ( Figure 4). (Si possible) faire en sorte que le pluviomètre a couvert arboré qui représente approximativement le couvert arboré de l’étang (le cas échéant).
  9. Amener tous les fils de capteur et panneau solaire dans la boîte de l’enceinte dans le trou en bas de la boîte de.
  10. Se connecter tous les capteurs à l’enregistreur de données ' panneau de câblage s selon les capteurs ' instructions ou l’enregistreur de données ' schéma de câblage de s. Voir exemple en Figure 5 a.
  11. Connectez les fils du panneau solaire à la batterie 12V pour recharger la batterie ( Figure 5 b).
    Remarque : Sélectionnez une batterie qui possède aussi un régulateur de tension (recommandé) pour s’assurer que la batterie ne reçoit pas de trop d’électricité dans le panneau solaire.
  12. Connecter la batterie au panneau d’entrée sur l’enregistreur de données ( Figure 5 b) pour alimenter les capteurs et l’enregistreur de données de distribution.
  13. Placer un paquet de dessicateur à l’intérieur de la boîte enceinte pour réduire la probabilité des dommages d’humidité à l’enregistreur.
  14. , Facultatif mais recommandé : se connecter à un ordinateur portable de champ avec le logiciel de communication d’enregistreur de données de l’enregistreur de données à l’aide d’un câble série ( Figure 5 b) pour s’assurer que le réseau de capteur fonctionne correctement.
  15. Refermer le boîtier et placer l’argile autour du trou au fond de la boîte de l’enceinte où les câbles passer pour garder des insectes et l’eau hors de la boîte. Si la sécurité du matériel est un sujet de préoccupation, fixez la boîte d’enceinte avec un cadenas.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Étangs printaniers peuvent exposer un large éventail de morphologie, avec profils allant de convexe à droite pente à concaves. Morphologie d’exemple pour un étang vernal au centre de la Pennsylvanie est illustrée à la Figure 1, avec les résultats de la courbe de phase-stockage pour cet étang (Figure 2, tableau 1). Profondeur maximale d’étang n’est pas un bon indicateur de surface, comme hydropériode a seulement une faible corrélation avec étang morphologie12. Par conséquent, comprendre la contribution des précipitations, évapotranspiration et écoulement des eaux souterraines (dans ou hors de l’étang) sont des facteurs importants dans la détermination de l’hydrologie des étangs printaniers.

Étant donné l’importance des étangs printaniers à la reproduction des amphibiens, l’étude de surveillance décrit dans le présent Protocole s’est déroulée de la mi-avril à la mi-juin, l’élevage et de la période de métamorphose de la grenouille des bois (Rana sylvatica) aux États-Unis du nord-est États. Les trois étangs printaniers choisis pour l’analyse sont situés à filtre de la Pennsylvania State University vivant, qui est un site de2 km ~2.4 qui est jet irriguées avec des eaux usées traitées de l’Université. L’équipement de station de surveillance installés est illustré à la Figure 4. Par conséquent, les changements de niveau d’eau mesuré dans l’augmentation de l’étang en raison des précipitations naturelles et événements d’irrigation des eaux usées (Figure 6). Pour la plupart des étangs printaniers, le niveau d’eau devrait fluctuer moins, en fonction principalement de l’écoulement des eaux souterraines, l’évapotranspiration et la pluie. Par conséquent, les résultats affichés dans la Figure 6 peut-être pas typiques des sites moins touchés par les apports anthropiques de l’eau.

Les données recueillies pour la température, pH, concentration en oxygène dissous, potentiel d’oxydoréduction et conductivité électrique pour chacun des sites trois étudiés figurent dans le Figure 7. Il est important de noter que les différents capteurs nécessitent calibration hebdomadaire pour s’assurer que les données sont exactes. Recommandations figurant dans les manuels d’utilisation pour les capteurs doivent être observées, avec pH, dissous l’oxygène et ORP nécessitant généralement hebdomadaire entretien ou un étalonnage. En général, la température des étangs a augmenté au cours de la période d’étude (à partir de mi-avril à mi-juin), avec des températures généralement diminuer en réponse aux événements d’irrigation par effluents. Le pH est relativement constant pour la majorité de la période étudiée, entre 6 et 8, qui est semblable au pH dans des étangs naturels et vernal touchés par les eaux usées irrigation activités13. La conductivité électrique des étangs a augmenté au cours de la période d’étude, probablement en raison de la conductivité électrique plus élevée des eaux usées (environ 1 mS/cm) par rapport à l’eau de pluie,14.

Concentrations d’oxygène dissous et le potentiel d’oxydo-réduction généralement suivent une tendance similaire, comme prévu, avec des valeurs plus élevées au début de la période étudiée et diminuant à des valeurs faibles relativement cohérentes du début mai jusqu'à la fin de la période d’étude. L’oxygène dissous est connu pour être inversement proportionnelle à la température, et épais tapis de lentilles d’eau ont été observées à croître sur la surface des étangs au cours de la période d’étude (printemps au début de l’été), probablement limiter la séparation de l’oxygène de l’atmosphère dans les étangs. En outre, les mesures ont été effectuées près du fond de l’étang, et par conséquent les conditions peuvent avoir été différentes près de la surface de l’étang. Pour cette étude, l’exposition des têtards aux conditions près du fond de l’étang était intéressant. L’emplacement des capteurs dans l’étang peut-être influer sur les mesures de qualité de l’eau, et par conséquent les capteurs doivent être installés dans le bassin d’une manière qui représente les conditions d’intérêt.

Figure 1
Figure 1 : Morphologie étang vernal exemple. Déterminé en effectuant un profil nivellement sondage d’un étang vernal dans le centre de la Pennsylvanie. Courbes de niveau sont donnés à un intervalle 0,1 m. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
Figure 2 : Courbe stade-stockage exemple pour un étang vernal au centre de la Pennsylvanie, é.-u.. Niveau de l’eau d’étang est utilisée pour estimer le volume cumulé de l’eau dans un étang vernal du centre de la Pennsylvanie. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 3
Figure 3 : Montage pour déploiement. Capteurs, montrés en vues (A) et (B) inclure (a) capteur d’oxygène dissous, sonde de conductivité électrique (b), (c) capteur de pression, sonde pH (d) et sonde d’oxydo-réduction (e). Transducteur de pression doit être installé debout au niveau de l’eau avec précision mesure. Capteur d’oxygène dissous doit être installé à un angle pour permettre la bonne diffusion de l’oxygène à travers de la membrane de la sonde et à prévenir les bulles de se former à l’intérieur de la sonde. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 4
Figure 4 : Déployées dans des étangs printaniers dans le centre de la Pennsylvanie, USA de stations de surveillance. (A) vue de côté, montrant pluviomètre de (a) (b) datalogger enceinte boîte, (c) panneau solaire et trépied (d) et (e) capteur fils va dans l’étang. (B) vue de face avec la boîte de boîtier datalogger ouverte, montrant les capteurs (e) connectés à l’enregistreur de données (f), avec la batterie (g) à l’intérieur de la boîte et un (h) automatisé de l’échantillonneur près de l’étang. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 5
Figure 5 : Schéma de câblage (A) exemple et fils (B) le capteur connecté à datalogger. Les capteurs illustrés dans l’exemple de diagramme de câblage sont : capteur de pression (b), capteur d’oxygène (c) dissous, sonde d’oxydo-réduction (d), sonde pH (e), jauge de pluie (a), capteur de conductivité (f) électrique. À l’intérieur de la zone de l’enclos, les fils du capteur sont montrés connectées à l’enregistreur (g). Les panneaux solaires sont connectés au régulateur de tension (h) sur le (i) batterie, qui est ensuite branché depuis la puissance de sortie (j) sur la pile à l’entrée d’alimentation (k) sur l’enregistreur de données. Un ordinateur peut être connecté à l’enregistreur de données à l’aide d’un câble série (l). S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 6
Figure 6 : Données hydrologiques prélevés à trois étangs printaniers (A, B, C) dans le centre de la Pennsylvanie, é.-u.. La somme des précipitations et des eaux usées tha irrigation (entrée)atteint de t que chaque étang vernal est montré dans la partie supérieure de chaque graphique (axe des ordonnées secondaire). Les changements correspondants dans le niveau d’eau sont indiquées sur l’axe y principal. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 7
Figure 7 : Propriétés physiques et chimiques de trois étangs printaniers (VP 1, 2 de VP et VP 3) mesurée en temps réel au centre de la Pennsylvanie, é.-u.. Les paramètres mesurés en temps réel sont la température, pH, conductivité électrique, la concentration en oxygène dissous et potentiel d’oxydoréduction. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Profondeur de l’étang (m) Domaine d’activité (m2) Superficie moyenne (m2) Équidistance (m) Changement de Volume (m3) Volume cumulatif (m3)
0.00 0.00 0.00
6.10 0,10 0,61
0,10 12.19 0,61
24.91 0,10 2.49
0.20 37,62 3.10
58.60 0,10 5,86
0.30 79,58 8.96
72,39 0,10 7.24
0.40 65.20 16.20
75,65 0,10 7.57
0,50 86.11 23.76
118.91 0,10 11.89
0,60 151.71 35,65

Tableau 1 : moyenne fin zone méthode calculs pour le développement de scène-stockage courbe. Calculs ont été faits pour les équidistances des courbes de 0,1 m. La morphologie est illustrée à la Figure 1 et la courbe de phase-stockage est illustrée à la Figure 2.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Signification en ce qui concerne les méthodes existantes

Tandis que la surveillance des cours d’eau a bien établis méthodologies développées par l’United States Geological Survey (USGS), aucun tel programme surveillance généralisée n’existe pour comprendre la dynamique du étang vernal. Ce protocole vise à fournir des conseils pour savoir comment commencer à approche hydrologique et la qualité de l’eau suivi recherche sur un site de l’étang vernal, dans le but de comprendre comment physiques et chimiques des facteurs peut changer au fil du temps sur un site donné.

Limites de la Technique

Comme indiqué, les données de surveillance recueillies peut-être pas représentant de l’étang entier. Paramètres de la qualité, de l’eau en particulier l’oxygène dissous, et potentiel d’oxydo-réduction ne risquent pas d’être homogène au sein de l’étang. Il faudra peut-être plusieurs capteurs répartis à travers l’étang et à différentes profondeurs pour caractériser complètement les paramètres physiques et chimiques d’intérêt qui sont susceptibles de varier en fonction de la profondeur.

Données de surveillance in situ risquent d’être insuffisantes pour la compréhension des données de qualité de l’eau dans les étangs printaniers. Collecte des échantillons prélevés au hasard soit à la main ou avec des échantillonneurs automatiques peuvent renseignements précieux concernant un large éventail de qualité de l’eau. Ces échantillons peuvent être ramenés à un laboratoire d’analyses à analyser pour un ensemble de paramètres de qualité de l’eau, y compris les nutriments, pesticides, produits pharmaceutiques et autres contaminants d’intérêt environnemental émergent. Selon l’emplacement de l’étang vernal, sels et agents de dégivrage peuvent poser problème si l’étang reçoit les eaux de ruissellement d’un à proximité de route15. Toutefois, les échantillons prélevés à l’aide de la méthode d’échantillonnage grab fournissent des données pour seulement un point spécifique dans le temps et la concentration est susceptible de changer au fil du temps, en particulier en réponse aux événements de fonte de neige ou de pluie qui déclenchent le ruissellement de surface. Par conséquent, échantillonnage, conçu pour capturer les événements qui sont susceptibles de provoquer des changements dans la concentration devrait être menée pour mieux comprendre les variations temporelles des paramètres de qualité de l’eau.

Modifications au protocole

Diverses options existent pour la conception des stations pour la qualité de l’eau et l’hydrologie de surveillance. Les capteurs décrits à l’article 3 du protocole ne sont pas autonomes, ce qui signifie qu’ils doivent être connectés à un enregistreur de données externe pour les données à être enregistré et téléchargé. Différents capteurs autonomes existent, notamment pour le niveau d’eau et la température de l’eau. Le capteur de niveau d’eau spécifique qui a été sélectionné pour cette application comporte un tube de ventilation qui permet le capteur afin de compenser la pression de l’air, et par conséquent, il ne nécessite pas un capteur supplémentaire à l’extérieur de l’eau. Certains capteurs bas prix sur place sont également disponibles pour un large éventail de paramètres physiques et chimiques au-delà de celles décrites ici, y compris une variété d’ions dissoutes (p. ex., nitrate, nitrite, ammoniac, sodium).

En outre, il peut être souhaitable de recueillir des mesures à différentes profondeurs dans l’étang vernal ou à divers endroits à travers l’étang. Certains des paramètres qui sont susceptibles de varier de profondeur sont la température, oxygène dissous et potentiel d’oxydoréduction. Ce protocole pourrait être modifié par l’ajout de capteurs répétées pour le réseau de surveillance afin d’examiner la variabilité spatiale dans l’ensemble des transects (par exemple, tous les quelques mètres à travers l’étang) ou verticalement dans la colonne d’eau (par exemple, tous les quelques centaines cm dans le profil de l’eau). Pour ces applications, avoir un enregistreur enregistrement tous datent de la réseau de capteurs serait souhaitable au cours de nombreux capteurs autonomes qui nécessitent le téléchargement de chaque capteur individuel plutôt que d’un emplacement central à l’étang vernal.

Applications futures

L’avantage de la configuration décrite dans le présent protocole est que n’importe quelle variable d’intérêt peut être utilisée pour déclencher un échantillonneur automatique en connectant un câble de communication qui peut aller de l’enregistreur de données d’un échantillonneur automatique (par exemple, CITP). Les enregistreurs de données utilisent un langage de programmation similaire à C qui permet aux techniques d’échantillonnage roman employées. Par exemple, Gall et al. 16 , 17 utilisées flux données recueillies en temps réel pour prévoir les hydrogrammes de tempête et convenablement l’espace flux au rythme des échantillons dans l’ensemble de l’hydrogramme, résultant en un protocole de roman tempête spécifique d’échantillonnage qui convenablement espacés des échantillons sur les petites et les grandes hydrogrammes. Exemples de s’appuyant sur les données recueillies dans le présent protocole d’échantillonnage pourrait utiliser les mesures de niveau d’eau pour prélever des échantillons, suite à un événement de pluie qui a entraîné une augmentation significative du niveau de l’eau, ou à l’autre extrême, déclenché des échantillons pendant une période de sécheresse où l’étang vernal peut rapidement perdre de l’eau.

Une autre application future pourrait se développer un réseau de surveillance en temps réel des étangs printaniers dans une zone d’étude d’intérêt. Par exemple, étangs printaniers, long d’un gradient de l’impact des activités humaines pourraient être sélectionnés, avec chaque étang instrumentée avec les mêmes capteurs de quantité et la qualité de l’eau. Ces stations pourraient ensuite communiquer entre eux via modems cellulaires ou réseaux de radio, permettant aux données d’être accessibles à distance et de mise à la disposition des chercheurs en temps réel les données.

Étant donné le déclin des amphibiens global et l’importance des étangs printaniers comme habitat d’élevage et de la métamorphose, ce protocole vise à résoudre la pénurie de données de surveillance continues pour étangs printaniers long d’un gradient de l’impact des activités humaines. Les amphibiens qui utilisent ces étangs printaniers peuvent exposer un site fidélité18,19,20, ce qui signifie qu’ils reviennent pour se reproduire au même endroit (ou à une distance relativement faible) chaque année. Par conséquent, comprendre la dynamique de ces critiques habitats de nidification et utiliser cette connaissance pour contribuer à la politique liée aux milieux humides éphémères est indispensable à leur survie. Il est essentiel de comprendre l’hydrologie et le cycle biogéochimique des étangs printaniers afin de mieux élaborer des politiques qui restaurer les habitats dégradés et protègent l’habitat existant.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Les auteurs n’ont rien à divulguer.

Acknowledgments

Les auteurs tiennent à remercier la Pennsylvanie État Université Bureau de physique plante (OPP) de financement pour soutenir cette recherche. En outre, nous tenons à remercier les Drs Elizabeth W. Boyer, David et Tracy Langkilde à la Pennsylvania State University pour leur soutien à ce projet collaboratif.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
CR1000 Campbell Scientific 16130-23 Measurement and Control Datalogger
ENC12/14-SC-MM Campbell Scientific 30707-88 Weatherproof Enclosure Box (12" x 14")
CS451-L Campbell Scientific 28790-82 Pressure Transducer
CM305-PS Campbell Scientific 20570-3 47" Mounting Pole (Tripod)
TE525-L Texas Electronics 7085-111 Tipping Bucket Rain Gauage (0.01 inch)
CS511-L Campbell Scientific 26995-41 Dissolved Oxygen Sensor
SP10 Campbell Scientific 5278 10 W Solar Panel
PS150-SW Campbell Scientific 29293-1 12 V Power Supply with Voltage Regulator & 7 Ah Rechargeable Battery
CSIM11-ORP Wedgewood Analytical 22120-72 Oxidation-reduction potential probe
CSIM11-L Wedgewood Analytical 22119-151 pH probe
CS547A-L Campbell Scientific 16725-229 Water conductivity probe
A547 Campbell Scientific 12323 CS547(A) Conductivity Interface
CST/berger SAL 'N' Series Automatic Level Package CST/berger 55-SLVP32D Automatic Survey Level, Tripod, and 8' survey rod

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Korfel, C. A., Mitsch, W. J., Hetherington, T. E., Mack, J. J. Hydrology physiochemistry, and amphibians in natural and created vernal pool wetlands. Restor. Ecol. 18, (6), 843-854 (2010).
  2. Colburn, E. A. Vernal Pools: Natural History and Conservation. The McDonald & Woodward Publishing Company. (2004).
  3. Collins, J. P. Amphibian decline and extinction: What we know and what we need to learn. Dis Aquat Org. 92, 93-99 (2013).
  4. Wake, D. B., Vredenburg, V. T. Are we in the midst of the sixth mass extinction? A view from the world of amphibians. Proc Nat Acad Sci USA. 105, 11466-11473 (2008).
  5. IUCN. Conservation International and Nature Conservancy. http://www.globalamphibians.org (2004).
  6. Smits, A. P., Skelly, D. K., Bolden, S. R. Amphibian intersex in suburban landscapes. Ecosphere. 5, (1), 11 (2014).
  7. Brooks, R. T., Miller, S. D., Newsted, J. The impact of urbanization on water and sediment chemistry of ephemeral forest pools. J. Freshwater Ecol. 17, (3), (2002).
  8. Czajka, C. P., Londry, K. L. Anaerobic transformation of estrogens. Environ. Sci. Technol. 367, 932-941 (2006).
  9. Dytczak, M. A., Londry, K. L., Oleszkiewicz, J. A. Biotransformation of estrogens in nitrifying activated sludge under aerobic and alternating anoxic/aerobic conditions. Water Environ. Res. 80, (1), 47-52 (2008).
  10. Field, H. L. Landscape Surveying. 2nd, Delmar Cengage Learning. (2012).
  11. Solar Angle Calculator. Solar Electricity Handbook. Greenstream Publishing. Available from: http://solarelectricityhandbook.com/solar-angle-calculator.html (2017).
  12. Brooks, R. T., Hayashi, M. Depth-area-volume and hydroperiod relationships of ephemeral (vernal) forest pools in southern New England. Wetlands. 22, (2), 247-255 (2002).
  13. Laposata, M. M., Dunson, W. A. Effects of spray-irrigated wastewater effluent on temporary pond-breeding amphibians. Ecotox. Environ. Safe. 46, (2), 192-201 (2000).
  14. Qian, Y. L., Mecham, B. Long-term effects of recycled wastewater irrigation on soil chemical properties on golf course fairways. Agron. J. 97, (3), 717-721 (2005).
  15. Karraker, N. E., Gibbs, J. P., Vonesh, J. R. Impacts of road deicing salt on the demography of vernal pool-breeding amphibians. Ecol. Appl. 18, (3), (2008).
  16. Gall, H. E., Jafvert, C. T., Jenkinson, B. Integrating hydrograph modeling with real-time monitoring to generate hydrograph-specific sampling schemes. J. Hydrol. 393, 331-340 (2010).
  17. Gall, H. E., Sassman, S. A., Lee, L. S., Jafvert, C. T. Hormone discharges from a Midwest tile-drained agroecosystem receiving animal wastes. Environ. Sci. Technol. 45, 8755-8764 (2011).
  18. Pittman, S. E., Jendrek, A. L., Price, S. J., Dorcas, M. E. Habitat selection and site fidelity of Cope's Gray Treefrog (Hyla chrysoscelis) at the aquatic-terrestrial ecotone. J. Hepatol. 42, (2), 378-385 (2008).
  19. Vandewege, M. W., Swannack, T. M., Greuter, K. L., Brown, D. J., Forstner, M. R. J. Breeding site fidelity and terrestrial movement of an endangered amphibian, the Houston Toad (Bufo Houstonensis). Herpet. Conserv. Bio. 8, (2), 435-446 (2013).
  20. Homan, R. N., Atwood, M. A., Dunkle, A. J., Karr, S. B. Movement orientation by adult and juvenile wood frogs (Rana Sylvatica) and american toads (Bufo Americanus) over Multiple Years. Herpet. Conserv. Bio. 5, (1), 64-72 (2010).
Continu hydrologiques et surveillance des étangs printaniers de la qualité de l’eau
Play Video
PDF DOI DOWNLOAD MATERIALS LIST

Cite this Article

Mina, O., Gall, H. E., Chandler, J. W., Harper, J., Taylor, M. Continuous Hydrologic and Water Quality Monitoring of Vernal Ponds. J. Vis. Exp. (129), e56466, doi:10.3791/56466 (2017).More

Mina, O., Gall, H. E., Chandler, J. W., Harper, J., Taylor, M. Continuous Hydrologic and Water Quality Monitoring of Vernal Ponds. J. Vis. Exp. (129), e56466, doi:10.3791/56466 (2017).

Less
Copy Citation Download Citation Reprints and Permissions
View Video

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter