Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

Behavior

Les aventures de l’intervention fundi basée sur le traitement cognitif et émotionnel chez les patients atteints de troubles hyperactifs déficitaires de l’attention

doi: 10.3791/60187 Published: June 12, 2020
* These authors contributed equally

Summary

Ce protocole illustre une thérapie corrective basée sur l’apprentissage inductif et la communication indirecte (hypnose métaphorique ericksonienne) qui peut être appliquée aux enfants avec le désordre hyperactif de déficit d’attention (ADHD). En particulier, ce protocole vise à tester l’efficacité d’une tâche de décision aller/non. La justification neuroscientifique est présentée tout au long du texte.

Abstract

Beaucoup d’enfants avec le désordre hyperactif de déficit d’attention (ADHD) sont connus pour avoir le dysfonctionnement exécutif, qui affaiblit leurs capacités d’apprendre et de se comporter dans la vie quotidienne. Ce protocole décrit la méthodologie requise pour l’intervention (psychothérapie) basée sur la planification, l’attention, le traitement cognitif successif et simultané (théorie pass) et le traitement émotionnel de la peur. Il fournit des principes directeurs et des recommandations pratiques. Un niveau disproportionné de peur (dysrégulation) augmente la vulnérabilité au dysfonctionnement de l’apprentissage et du comportement. Nous expliquons l’interaction entre l’émotion et la cognition au niveau neurologique.

Une tâche aller/non (The Adventures of Fundi), qui implique la prise de décision, est administrée en mode PC à un échantillon de 66 sujets atteints de TDAH. Les Aventures de Fundi, un programme informatique, a été conçu pour induire un traitement successif ou simultané lors de la formation de la planification et de l’attention sélective. Il vise à améliorer la fonction exécutive avec la planification et l’attention sélective. Si la fonction exécutive s’améliore, l’apprentissage s’améliore et le comportement améliore. Après intervention sur 6 mois, la remise a été réalisée dans 70% des sujets.

L’instructeur encourage l’utilisation de stratégies appropriées et souligne les façons dont les stratégies peuvent être utiles pour trouver la solution au problème (aller/ne pas aller). L’accent n’est pas mis sur la répétition et la séquence verbale instruite par les adultes. La verbalisation peut révéler la stratégie verbalisée consciente pour résoudre une tâche qui n’est pas vraiment la stratégie utilisée inconsciemment dans ce cas. Un rapport auto-verbal n’est pas fiable. Il s’agit d’un apprentissage inductif plutôt que d’une approche déductive d’apprentissage des règles au cœur de la formation cognitive PASS. Cette formation inductive s’est avérée produire non seulement près du transfert, mais aussi loin transfert.

Les facteurs non cognitifs (facteurs émotionnels) doivent être pris en considération pour maximiser les avantages de la formation cognitive. La communication indirecte et métaphorique tient compte du facteur émotionnel.

Introduction

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

La prise de décision est liée au comportement et la plupart des comportements impliquent la prise de décision. La prise de décision et, aussi, l’apprentissage, implique à la fois le traitement cognitif et émotionnel. Le traitement cognitif peut être conceptualisé et évalué selon la planification, l’attention, la théorie successive et simultanée (PASS) de l’intelligence1,2,3,4,5,6,7,8,9. Selon PASS, tout comportement est la sortie du traitement de l’information centrale neurologique10. Par conséquent, l’attention doit être considérée comme un comportement indépendant du traitement central de l’information1,2,3,7,8,9,10,11,12. On peut ne pas prêter attention (comportement observable), mais le traitement de l’attention centrale peut travailler sur quelque chose de différent. D’autre part, le traitement émotionnel comprend le traitement de la peur responsable de la confiance en soi (estime de soi) ou le manque de confiance13,14,15. Le traitement de la peur est la base physiologique autonome indifférenciée sous-jacente de toutes les émotions. Comme la plupart des émotions (ou « affecte » ou « humeurs »), la peur commence dans l’amygdale, une structure en forme d’amande responsable de la détection des menaces à notre bien-être.

Le traitement cognitif et émotionnel peut se produire consciemment ou plus souvent inconsciemment, ce qui est un point crucial pour justifier le diagnostic et l’intervention du comportement du TDAH ou de tout autre comportement. Les preuves neuroscientifiques croissantes et convergentes indiquent que non seulement le traitement inconscient-involontaire16,17,18,19,20,21 mais également le traitement inconscient anticipatif22,23,24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,34,35 sont vrais dans la prise de décision. En particulier, une nouvelle étude sur les neurosciences de la communication subliminal interpersonnelle inconsciente (implicite) est la preuve de ce36.

La prise de décision est basée sur le sentiment de confiance en soi associé à ce qu’il est traité cognitivement, implicitement plus fréquemment que explicitement37,38,39,40,41. La confiance en soi est associée à l’auto-concept (croyances de la base de connaissances), mais nous prétendons que la prise de décision est basée sur ce que l’on ressent consciemment et inconsciemment, mais pas sur le calcul rationnel délibéré des conséquences38. En fait, les arguments rationnels que les gens expriment (rapport verbal) pour expliquer le comportement et la prise de décision sont un phénomène a posteriori et un biais cognitif42,43 déclenché par le traitement de la peur. Tout d’abord, la réaction au sentiment se produit, puis une explication est inconsciemment mis en œuvre comme un phénomène posteriori. Un rapport auto-verbal est discutable. La recherche sur la cognition et l’émotion est en proie à des problèmes dans lesquels il n’est pas clair quelle est la réponse à l’émotion. C’est le chemin pour comprendre la réponse émotionnelle de la peur. Par conséquent, la prise de décision, la confiance en soi et le comportement sont étroitement liés.

Du point de vue de l’intervention thérapeutique, comment l’intervention doit-elle être menée exactement ? Quelles devraient être les propriétés communes et essentielles de la procédure d’intervention, de médiation ou d’enseignement? Compte tenu des procédures précédemment exprimées, l’apprentissage inductif2 et les communications indirectes (métaphore et hypnose ericksonienne)14,44 sont recommandés. Les preuves croissantes et convergentes des investigations neuroscientifiques45,46,47,48,49,50,51,52,53 montrent quelques mécanismes neurologiques de la communication indirecte.

En ce qui concerne l’apprentissage inductif, l’accent est mis sur la solution de l’enfant à la tâche, et non sur la répétition d’une procédure verbale instruite par un adulte. Il vise à améliorer les stratégies de traitement qui sous-tendent la tâche, tout en évitant l’enseignement direct des compétences. L’apprentissage inductif réussi est une expérience qui offre une croissance de l’auto-concept des capacités personnelles, et donc une croissance de la confiance en soi. En revanche, l’enseignement direct impliquant plus-de-le-même type de travail éteint l’intérêt et la motivation. La particularité ici est l’acquisition tacite et l’utilisation de stratégies de traitement appropriées, contrairement à l’apprentissage de l’enseignement; il s’agit de l’approche inductive plutôt que déductive de l’apprentissage des règles. L’enfant doit voir l’insuffisance de l’ancienne approche ou de la stratégie et la nécessité d’élaborer une nouvelle stratégie.

Ici, nous avons montré la base (justification) de la technique Fundi’s Adventures comme un outil de thérapie corrective pour l’appliquer dans le cadre clinique. Il n’y a pas d’études antérieures publiées avec ce programme Fundi’s Adventure. Le principal avantage de cette procédure est qu’elle n’est pas fondée sur le rapport auto-verbal. En revanche, d’innombrables techniques alternatives sont basées sur l’apprentissage déductif, la communication directe et l’interprétation littérale du rapport auto-verbal.

Dans l’exemple présenté dans ce manuscrit, l’intervention d’aventure de Fundi a été exécutée dans les patients de désordre hyperactif de déficit d’attention (ADHD). Le TDAH est un dysfonctionnement comportemental en termes de comportement inattentif, hyperactif et impulsif, qui implique une prise de décision dysfonctionnelle12. Tout comportement implique la prise de décision. Le TDAH est probablement causé par une combinaison de génétique et d’expérience antérieure. L’objectif global de ce protocole est de tester l’hypothèse sur l’efficacité d’une tâche de décision go/no-go (Fundi’s Adventures) basée à la fois sur l’apprentissage inductif et la communication indirecte dans un échantillon d’enfants atteints de TDAH. Il a été rapporté que les constructions neuropsychologiques de base de la tâche aller/no-go sont préservées dans l’étude émotionnelle54.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Le protocole suit les directives du comité d’éthique de la recherche humaine Fundació Carme Vidal. Le consentement d’information a été obtenu.

1. Recrutement des sujets

NOTE : Le recrutement a été effectué selon la littérature précédemment publiée12.

  1. Recruter des enfants atteints de TDAH sans comorbidité. Dans la présente étude, 66 enfants, âgés de 13 à 15 ans, moyen 13,89 ans avec SD ± 0,8, 47 mâles et 19 femmes, ont été recrutés. Ont formé des psychothérapeutes (qualifiés en psychologie) ou des psychiatres effectuer la procédure de recrutement.
  2. Obtenez le consentement éclairé du patient ou des soignants.
  3. Pratiquez une histoire clinique exigeante. Au besoin, effectuer les études suivantes: examen cardiologique, à la fois auditive et visuelle événement-connexe potentiel, étude thyroïdienne, sonographie, vidéo-EEG, exploration otorrinolaringology, exploration ophtalmologique, exclure à la fois les médicaments antérieurs et la comorbidité, ainsi que, tout trouble psychiatrique enfant ou toute autre thérapie en cours. Utilisez tous les antécédents médicaux personnels enregistrés disponibles.
  4. Demandez à un neurologue pédiatrique de confirmer le diagnostic à l’aide de DSM-IV55 ou DSM-V56. Demandez à un psychiatre d’exclure la comorbidité.
  5. Compléter le diagnostic en utilisant un autre critère utile comme le parent et l’enseignant évalué Swanson, Nolan, et Pelham échelle 18 (SNAP-IV-18) pour les symptômes du TDAH (Swanson, 1995)57 comme utilisé dans ce protocole.
    1. Utilisez l’échelle comportementale à bande étroite, comme SNAP-IV, qui est plus spécifique pour le diagnostic du TDAH et est souvent en corrélation avec la définition dans DSM-V. Dans cette étude, tous les enfants répondaient aux critères de type combiné de TDAH à la ligne de base. Les 66 enfants ont obtenu une note ≥ 2,5/1,8 (enseignant/parents) dans SNAP-IV.
      REMARQUE : LE SNAP-IV se compose de 18 articles et peut être rempli par les parents et les enseignants. Les éléments sont des questions sur la fréquence d’occurrence d’une série de caractéristiques comportementales. Les réponses vont de zéro (non ou pas du tout), 1 (oui, un peu), 2 (oui, pas mal) à 3 (oui, beaucoup). Un score total peut être obtenu en ajoutant les valeurs de tous les éléments et en divisant par 18. Le seuil est différent selon la réponse des parents (1,78) ou de l’enseignant (2,56).
  6. Effectuer une entrevue non structurée des parents et des enseignants axée sur la collecte (confirmation) des données sur le comportement comme mentionné dans le SNAP-IV pour avoir suffisamment d’informations pour faire le diagnostic.
    1. Utilisez l’entrevue non structurée qui est plus informelle et ouverte. Il y a une forte probabilité qu’ils donnent des réponses véridiques à 100%. Dans la présente étude, chaque cas a été évalué par deux chercheurs aveuglés et un accord inter-observateurs de 80% était nécessaire. L’entrevue diagnostique du TDAH a été réalisée en personne avec le principal fournisseur de soins de l’enfant par des intervieweurs de recherche formés.
  7. Utiliser les critères d’inclusion : TDAH combiné selon DSM-IV55ou DSM-V56 et SNAP-IV-18 ou similaire. Utilisez également les critères d’exclusion suivants : tout trouble psychiatrique pour enfants ou tout médicament antérieur ou toute autre thérapie.

2. Procédure

  1. Évaluation cognitive
    REMARQUE : Cela a été fait en administrant le testcas 4 qui a été effectué selon la littérature précédemment publiée12.
    1. Mesurer la fonction cognitive des participants en appliquant le Système d’évaluation cognitive (SAE).
    2. Utilisez une batterie comme cas qui évalue le traitement de l’information PASS : planification, attention, successive et simultanée.
    3. Enregistrez le score brut pour chaque test à transformer en score standard selon les instructions manuelles.
      REMARQUE : Pour le traitement des quatre PASS, une note standard avec une moyenne normative de 100 a été utilisée avec un écart type (DD) de 15. Pour trois sous-tests dans chacune des quatre échelles, la moyenne est de 10 et le DS est de 3.
    4. Répétez cette évaluation à l’aide de la batterie CAS au mois 6 après l’application du programme « Les Aventures de Fundi ».
    5. Comparez les résultats entre le score de chaque processus cognitif à la ligne de base et les scores de suivi de 6 mois.
      REMARQUE : Le suivi de 6 mois, sans intervention pharmacologique, permet d’exclure l'« effet pratique » potentiel de deux tests psychologiques étroitement espacés.
  2. Évaluation comportementale
    REMARQUE : Ceci a été effectué en administrant le SNAP-IV-18
    1. Administrer le questionnaire SNAP-IV (Swanson, 1995)57 à la ligne de base, c’est-à-dire les valeurs par rapport auxquelles toutes les performances seront comparées. Après l’intervention. Enregistrez la rémission par rapport à la réponse dans chaque cas. Calculer les pourcentages de rémissions et de réponses dans l’ensemble de l’échantillon.
      REMARQUE : La rémission est définie comme une note totale moyenne de 1 sur la plupart des questionnaires normalisés. Au contraire, la réponse a été généralement définie comme l’amélioration des symptômes d’au moins 25% avec la disparition des critères dysfonctionnementS DSM-V. Par conséquent, la rémission est associée à une perte de statut diagnostique et au fonctionnement optimal. La rémission est optimale, mais la réponse n’est pas tellement.
    2. Mettre en pratique une communication de suivi régulière avec le fournisseur de soins (parents et enseignants) de l’enfant afin d’examiner les préoccupations des aidants naturels, d’évaluer les progrès et de fournir des conseils et du soutien (p. ex., des appels téléphoniques mensuels).
  3. Les Aventures de Fundi - Go/No go task
    1. Montrez au participant cinq courtes vidéos sur la façon dont le cerveau apprend avant de commencer le jeu de « Les Aventures de Fundi ». Ces vidéos sont nommées « Fundi et le cerveau ». Dans ces vidéos supplémentaires, les quatre processus cognitifs décrits par la théorie pass (planification, attention, simultanée et successive) sont expliqués par une métaphore.
      REMARQUE : Rappelez-vous que la communication métaphorique indirecte implique un apprentissage inductif et une communication indirecte qui rend l’assainissement moins douloureux ou plus agréable. Une connaissance est communiquée compte tenu de l’impact émotionnel.
    2. Expliquez l’objectif du jeu d’intervention cognitive « Les Aventures de Fundi » au participant : « Il cherche à former le cerveau pour faciliter l’apprentissage académique. Par-dessus tout, il poursuit l’autorégulation de l’étudiant soutenue par le processus cognitif de planification pass.
    3. Demandez au participant d’entrer la page : http://www.fcarmevidal.com/aventures/ et cliquez sur la langue avec laquelle travailler.
    4. Fournissez-leur un nom d’utilisateur et un mot de passe pour que le participant puisse commencer la session (par exemple, login: jove / mot de passe: jove).
    5. Cliquez sur le premier pays (1-Paris).
    6. Lisez l’écran et cliquez sur le bouton Continuar. Effectuez cette étape de la même manière pour chacun des neuf écrans.
    7. Demandez à l’enfant de résoudre la tâche proposée. La première tâche consiste à cliquer sur le visage du garçon chaque fois qu’il apparaît sur l’écran.
    8. Lisez les résultats de l’écran et cliquez sur Continuar.
    9. Assurez-vous que le jeu fournit un code que l’enfant doit se rappeler d’entrer dans l’écran suivant. Recommencez le jeu dès le début s’il ne se souvient pas du code.
    10. Répétez l’étape 2.3.4, mais avec le pays suivant.
    11. Terminez la séance après environ 40 min.
    12. Informez l’enfant qu’il devra trouver un moyen de se souvenir du code et du pays dans lequel la session s’est terminée pour se poursuivre le lendemain.
    13. Effectuez une séance par semaine pendant six mois.
    14. Intervenir en faisant usage de la communication indirecte. Si au cours de la session, le participant fait une erreur, le jeu lui-même indiquera qu’il doit répéter la tâche. La chose la plus importante est que dans la deuxième tentative, le participant résout la tâche correctement. Un exemple est présenté ci-dessous.
      1. Si l’enfant fait une erreur, et qu’il ne résout pas une tâche, dites: « h! Que s'est-il passé? Savez-vous? Laissez l’enfant répondre s’il le fait.
      2. Puis continuer, « Je pense que nous avons été trompés. C’est ce qui arrive. Peut-être que notre main est allée plus vite que notre cerveau. Observez le langage corporel de l’enfant.
      3. Si l’enfant hoche la tête, suggérez-lui d’essayer à nouveau, mais en utilisant un signal d’arrêt. Ce signal peut être présenté visuellement ou peut être présenté comme un indice (par exemple, lever la paume de sa main).
        REMARQUE : Les techniques utilisées dans la communication indirecte comprennent les métaphores, les phrases d’introduction, la saturation des canaux d’information, les questions indirectes, les phrases hypothétiques, les termes ambigus, le silence, la dissociation, le paradoxe, les fausses options alternatives, l’expression mélodramatique ou la confusion, la prescription du symptôme et l’amnésie post-transe.
    15. Si le thérapeute observe que l’enfant répète l’erreur et qu’il est bloqué, utilisez une métaphore (hypnose ericksonienne) pour changer la croyance qui bloque le participant. Un exemple est présenté ci-dessous.
      1. Si la croyance de blocage est « Je ne suis pas en mesure de faire cette tâche », utiliser une prescription de rythme comme: « Peut-être, en ce moment, nous nous sentons mal parce que nous savons que nous avons échoué, mais regardez, je vais vous expliquer une histoire très intéressante, êtes-vous d’accord? »
      2. Si l’enfant hoche la tête, racontez une histoire pour le motiver. Maintenant, demandez-leur de répéter la tâche.
    16. Intervenir par la communication indirecte si l’enfant résout la tâche en utilisant une stratégie inappropriée et ils ne la modifient pas sans aide. Si la métaphore peut permettre au participant de voir d’autres alternatives ou d’autres stratégies, permettez-lui de résoudre la tâche avec succès.
    17. Utiliser l’apprentissage inductif et la communication indirecte tout au long de la procédure. L’effet de la procédure réside dans la communication des connaissances (messages) sans transmettre la douleur ou l’inconfort, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Pour ce faire, il faut interpréter le langage corporel et le langage verbal comme un transmetteur de sentiments. Le rapport auto-verbal n’est pas fiable. Cette expérience augmente la confiance en soi.
      REMARQUE : La communication indirecte (ce qu’elle est) et sa raison d’être sont expliquées dans la section de discussion.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Une étude aléatoire, prospective, longitudinale, incontrôlée et analytique (avant – après) a été conçue. Nous avons recruté 66 enfants de TDAH combinés pharmacologiquement non traités selon les critères DSM-V, âgés de 13 à 15 ans avec une moyenne de 13,89 ans avec SD ± 0,8 (47 hommes et 19 femmes). Ils ont également répondu aux critères du TDAH selon SNAP-IV-18. L’analyse statistique a été effectuée à l’aide d’un t-test étudiant jumelé et des statistiques de taille d’effet (Cohen’s δ) a été appliquée.

Les 66 enfants de l’étude ont obtenu un score total de ≥ 1,8/2,6 (parents/enseignants) dans SNAP-IV. Pour obtenir le score d’inattention, les scores des neuf premières questions ont été ajoutés et divisés par 9. Le seuil de l’échelle d’inattention des parents était de 1,44 et le point de coupure de l’échelle de l’enseignant était de 1,78. Les 66 enfants de cette étude ont obtenu ≥ 1,6/2,0 (parents/enseignants) dans le score d’inattention. Pour obtenir le score d’hyperactivité/impulsivité, les scores des neuf dernières questions ont été ajoutés et divisés par 9. Le point de coupure de l’échelle d’hyperactivité/impulsivité du parent était de 1,67 et le point de coupure de l’échelle d’hyperactivité/impulsivité de l’enseignant était de 2,0. Les 66 enfants de l’étude ont obtenu ≥ 1,8/2,6 (parents/enseignants) dans le score d’hyperactivité/impulsivité .

En ce qui concerne l’évaluation cas, des tests simultanés ont été effectués en présentant des matrices non verbales, des relations verbales-spatiales et la mémoire de figure. Les tests successifs ont été effectués en présentant des séries de mots, la répétition de phrases, la question de la phrase (de 8 à 17 ans) et le taux de parole successif (de 5 à 7 ans). Les tests de planification ont été effectués par des numéros correspondants, des codes planifiés et des connexions planifiées. Des tests d’attention ont été effectués en vérifiant l’attention expressive, la détection des nombres et l’attention réceptive. Ces quatre tests ont été effectués dans l’ordre aléatoire pour tous les participants.

Des informations approfondies sur la fiabilité et la validité peuvent être consultées par l’intermédiaire d’un manuel d’interprétation. La fiabilité à l’échelle complète est de 0,96 avec des reliabilities pass scale allant de 0,83 à 0,93. Des études internes de cohérence et de mesure de fiabilité ont été menées. Les livrets sont destinés aux réponses papier et crayon.

Le tableau 1 montre que dans les processus pass, la planification(p= 0,000, δ = 2,32) de Cohen) et l’attention(p = 0,000, δ = 1,64 de Cohen) ont été améliorées à un niveau statistiquement significatif après intervention sur 6 mois avec un effet de différence important avec la planification plutôt que l’attention. D’autre part, après intervention sur 6 mois, la rémission a été réalisée dans 70% des sujets (par exemple, 70% des sujets ont atteint une perte de critères diagnostiques de TDAH). Les 30% autres sujets ont atteint un critère de réponse, une réduction des manifestations défectueuses d’au moins 25%.

Traitement Veux dire Sd t* P Cohen d**
Planification avant assainissement 77.76 6.06 -18.89 0.000
Planification après assainissement 80.3 7.43 2.32
Simultanément avant l’assainissement 101.48 7.77 -1.89 0.064
Simultanément après l’assainissement 102.39 7.9 0.23
Attention avant l’assainissement 80.26 6.04 -13.31 0.000
Attention après l’assainissement 91.14 7.01 1.64
Successive avant l’assainissement 86.21 13.22 -0.475 0.636
Successive après l’assainissement 86.35 12.78 0.06
*Test T d’échantillons jumelés
**La taille de l’effet de Cohen. trivial ( < 0,1), petit (0,1 – 0,3), modéré (0,3 – 0,5), effet de différence important ( > 0,5)

Tableau 1 : Comparaison du traitement pass avant et après l’assainissement. (A) t-Student échantillons jumelés ont été appliqués afin de prouver l’importance (p < 0.05). Les processus de planification et d’attention améliorent considérablement. (B) L’effet de taille de Cohen confirme un effet de différence important dans les processus de planification et d’attention.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Comme prévu, la formation, Adventures of Fundi, a été utile pour intervenir dans le dysfonctionnement comportemental de TDAH basé à la fois sur le traitement cognitif pass et le traitement émotionnel de confiance en soi. Le succès est en termes de meilleur traitement cognitif et un meilleur comportement. Le meilleur traitement cognitif est principalement dans la planification et pas tellement dans l’attention (Tableau 1). La planification pass et l’attention sélective rejoignent la fonction exécutive. Il est bien connu qu’une meilleure fonction exécutive est associée à un meilleur comportement, par conséquent, nous pouvons nous attendre à un comportement amélioré dans un échantillon de TDAH. La procédure corrective implique l’apprentissage inductif et une technique de communication émotionnelle favorisant la confiance en soi qui peut, au moins en partie, expliquer les résultats. L’efficacité de l’apprentissage inducteur a été démontrée auparavant et suffisamment démontrée2,,6,8.

D’autre part, les humeurs, même positives, interfèrent avec les tâches cognitives centrales (mémorisation de matériaux complexes, détection des contradictions dans les textes, etc.). Les arguments doivent être axés sur la façon dont l’amélioration de la confiance en soi se produit. La confiance en soi est le résultat de la soustraitation d’expériences sûres d’expériences dangereuses et peu confiantes tout au long de la vie. Les expériences sécuritaires tout au long de la vie déterminent la confiance. L’amélioration de la fonction exécutive et l’apprentissage inductif fournissent une expérience sûre- confiance, mais le point le plus novateur est que la métaphore de communication indirecte ericksonienne est un outil puissant pour générer la confiance en soi, la communication du bien-être inconsciemment16,17,18,19,20,21 plutôt que consciemment. Une grande partie du comportement consiste précisément dans le fonctionnement automatique. La confiance en soi est le point clé pour améliorer la cognition (et l’apprentissage) et l’émotion et, par conséquent, le comportement. Par conséquent, nous pouvons nous attendre à un meilleur comportement de TDAH.

Nous développons une justification pour soutenir l’efficacité de cette technique comme une procédure pour promouvoir la confiance en soi. Des preuves à l’appui sont rapportées pour mesurer l’émotion (bien-être et inconfort) objectivement, en termes de changements comportementaux et physiologiques. Non seulement la réponse émotionnelle peut être étudiée objectivement, comme le langage corporel, les expressions faciales, le ton de la voix, etc., mais aussi les réponses psychophysiologiques peuvent également être étudiées telles que, conductance de la peau, fréquence cardiaque, et ainsi de suite58. Le rôle du langage corporel dans l’expression du traitement inconscient et de la décision implicite (inconsciente) bien décrit dans les littératures publiées précédemment7,44.

Beaucoup d’expressions corporelles nous parlent de la cognition et de l’émotion. Par exemple, les yeux baissés et à gauche ou à droite montrent des sensations corporelles; les yeux de niveau et à gauche ou à droite montrent le traitement successif; les yeux vers le haut et vers la gauche ou vers la droite montrent le traitement simultané, etc. D’autres exemples d’expressions corporelles informatives sont les suivants : les épaules détendues et tombantes et respirant profondément dans la région abdominale (comme dans la respiration du diaphragme) dépeint la tranquillité et la relaxation. En revanche, le front ridée et/ou la mâchoire et/ou les épaules contractées jetés en arrière et/ou une respiration peu profonde dans la poitrine et/ou un sourire fixe montrent la tension et la concentration parmi d’autres expression : posture inhabituelle, corps rigide, bascule d’avant en arrière ou d’un côté à l’autre, se penchant d’un côté, virages à la tête, expression faciale (bouche et sourcils), regard surpris, grand sourire sur le visage, contact visuel, bâillement, mouvements spécifiques de la main, mots ou phrases particulières, qualité de la voix et de la hauteur, tempo (rythmique, agitée), volume, ton, inflexion, vitesse, et ainsi de suite.

Cette technique est basée sur le traitement cognitif et émotionnel inconscient pour le diagnostic et le traitement. En revanche, presque toute la psychologie cognitive et l’assainissement est basé sur l’auto-rapport de ce qu’ils perçoivent, pensent, se souviennent et ressentent. Autrement dit, ils semblent s’appuyer sur des auto-rapports sur les sujets qui font rapport. De cette façon, l’émotion est considérée comme un produit de la construction cognitive de telle sorte que les facteurs qui différencient les émotions sont les attributions cognitives que les gens font sur leurs émotions.

Au cours de la dernière décennie, des études en neurosciences ont réaffirmé l’inconscient. Cette technique est basée sur l’esprit inconscient pour le diagnostic cognitif et émotionnel et le traitement. Par exemple, les gens peuvent reconnaître une image qu’ils ont vu avant, même quand ils n’ont pas été au courant de l’avoir vu21. Environ 40 ms est le temps qu’il faut pour se faire une opinion d’un étranger, ce qui est un temps plus court qu’un clin d’œil. Cependant, il est temps d’observer ce que le visage du sujet et le langage corporel fait de telle sorte que l’esprit-cerveau peut l’interpréter inconsciemment si ses traits du visage et le langage corporel inspirent confiance ou danger36.

Une étape plus loin est de se concentrer sur les utilisations cognitivement malsaines du raisonnement. Nous basons les décisions sur la disponibilité des raisons justificatoires42,43. Le raisonnement conscient est appliqué pour rationaliser plus que toute autre chose59. Ce processus est soutenu par des études de neuroimagerie. L’un d’eux23 conclut que le cerveau pourrait tricher lors de l’apprentissage ou le comportement, la construction de réponses mémorisées pour répondre à des questions similaires. Les pensées et les impulsions surgissent simplement dans la conscience sans volonté ni intention. Ce qui est tout à dire, nous ne sommes en aucun sens pertinent les auteurs conscients de nos vies mentales, ni les actions qui en découlent. Par conséquent, le rapport auto-verbal est discutable. Un autre exemple, la stratégie verbalement rapportée pour effectuer une tâche peut ne pas être celle que l’enfant a utilisée, selon les mouvements oculaires observables de l’enfant1,6,7,8,14,15. De même, un rapport d’auto-verbal de vue positive (excès de confiance) de soi-même n’est pas nécessairement un indicateur fiable de la confiance en soi; au contraire, il pourrait être le contraire7,14,15. Les humains raisonnent plutôt mal, comme rapporté par Mercier et Sperber (2011)43, biais irrationnels dans la prise de décision37,39,40. Il s’agit d’inférence intuitive-inconsciente42,43. Cela contraste fortement avec l’opinion classique selon laquelle le raisonnement pro et con est le moyen le plus fiable d’arriver à des décisions judicieuses17,18,19,40,58,59.

Après Kahneman37,39,40,60,61, nous avons un système de prise de décision à double processus: automatique lié à l’émotion (réaction intestinale) et délibératif lié au calcul rationnel. Cependant, à la suite de Greene62,63, « la réponse à la passerelle a une charge émotionnelle qui manque dans la réponse prétendument plus rationnelle à passer. » Les études d’imagerie cérébrale relient le cortex préfrontal ventromédal émotionnel à la décision de « passerelle » tandis que la réponse « switch-type » est liée au cortex préfrontal dorsolatéral cognitif-rationnel. D’autre part, les études de blessure du cortex préfrontal ventromédial montrent que cette blessure prédispose l’approbation de pousser le gros homme hors du pont. Les études de LeDoux13 ont montré que l’amygdale temporelle réagit au danger devant le cortex (cerveau pensant). Plus important encore, la réponse du cortex n’a pas modifié la réponse antérieure de l’amygdale. Ce fait est tout à fait compatible avec le cortex de pensée, mettant en action des pensées qui justifient la réponse au danger (biais cognitif).

Pour aller plus loin, nous devons nous étendre sur le traitement anticipé de l’inconscient. Ce traitement (inconscient avant traitement de décision consciente) a été étudié, non seulement, dans le domaine des neurosciences22,23,24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,34,35. Études cérébrales sur la période pré-décision22,23,24,25,26,27,28,29,30 ,31,31,32,33,34,35 ont trouvé une activité neuronale représentant le choix à venir. As Soon et coll. reported (2013)31, une décision peut être codée dans l’activité cérébrale du cortex préfrontal et pariétal jusqu’à 10 s avant qu’il n’entre dans la conscience.

Comme indiqué précédemment pour les applications pratiques7, les techniques qui sont utilisées dans ce type de communication comprennent l’utilisation de métaphores, des questions indirectes, des phrases hypothétiques, des phrases d’introduction, des termes ambigus, la saturation des canaux d’information, l’expression mélodramatique ou la confusion, l’amnésie post-trance, le silence, la dissociation, le paradoxe, les fausses options alternatives, et la prescription du symptôme. Ces techniques de communication impliquent une focalisation extrême de l’attention (état de transe) sur ce qui est dit et fait par le thérapeute. L’attention ne peut pas être concentrée sur d’autres pensées associées à un mauvais sentiment en raison de la durée d’attention limitée connue. Tout cela se passe inconsciemment.

En particulier64, la métaphore est une méthode indirecte de communication verbale et non verbale et c’est la base de l’hypnose ericksonienne44,65. Cette méthode de communication est une procédure éducative et psychothérapeutique éprouvée45,46,47,48,49,50,51,52,53. La métaphore implique un effet cognitif tout en transmettant une idée - la pensée (message), mais aussi, et surtout, produit un effet analgésique-rassurant en raison d’un travail de distraction liée à l’attention ciblée, en tenant compte du fait que la durée d’attention est limitée. En d’autres termes, une attention très ciblée sur l’obtention du sens de la métaphore dans l’action (effet d’hypnose ericksonienne) restreint d’autres traitements cognitifs (pensées) et le sentiment douloureux mémorisé associé (inconfort). Il provoque un effet analgésique. Cet effet analgésique est la clé pour éviter la résistance à la communication. Si c’est le cas, la communication interpersonnelle exige que ce principe soit plus efficace. D’autre part, il existe des preuves que la métaphore utilise une communication basée davantage sur des connaissances concrètes tangibles plutôt que sur des connaissances abstraites, ce qui rend le message (connaissance) plus facile à traiter et transféré de loin.

En revanche, la plupart des procédures d’intervention sont basées sur l’obtention d’un contrôle conscient de la pensée et de l’action, mais nous devons supposer que les émotions implicites sont moins sujettes à l’autorégulation consciente. Il est destiné à aider les gens à apprendre à faire face à des situations émotionnelles autrement menaçantes et débilitantes, en supposant que l’on peut renforcer la volonté avec la pratique. Non seulement cela semble-t-il trop simpliste, mais il élude le problème fondamental de la maîtrise de soi : qu’est-ce qui contrôle quoi ? La conséquence est de donner à la psychologie cognitive une compréhension plus complète et plus riche de la façon dont l’esprit fonctionne. Cela aura inévitablement des implications pour le travail clinique sur l’apprentissage et les troubles du comportement et le TDAH en particulier. La seule façon de le faire est d’amener les cliniciens à collaborer avec des psychologues expérimentaux pour produire des études cliniques méthodologiquement adéquates.

En conclusion, les Aventures de Fundi a été en mesure d’améliorer la planification du traitement cognitif PASS et l’attention et a également atteint la rémission66 dans les manifestations de TDAH. Ce résultat doit être attribué à l’administration de l’ensemble de la procédure. Il a eu lieu en utilisant l’apprentissage inductif et la communication indirecte (hypnose ericksonienne métaphorique). Compte tenu du fait que l’effet principal de la communication indirecte est une communication empathique émotionnelle efficace (effet sensible sur la confiance en soi), nous devons déduire que d’autres facteurs, non cognitifs, doivent être pris en compte pour maximiser les avantages de l’assainissement cognitif et comportemental. De même, nous devons résumer que l’étape critique dans le protocole est la communication indirecte, la technique n’a pas de limites significatives et ses applications futures sont tout dysfonctionnement lié au dysfonctionnement exécutif.

Certaines limitations méritent d’être soulignées. D’autres recherches sont nécessaires , aux niveaux comportementaux, cognitifs et physiologiques, pour délimiter les composantes du comportement dirigé par l’objectif. La présence de l’effet ne fournit pas toujours un soutien pour le modèle. Il est encore nécessaire de vérifier que les résultats individuels tiennent le pas. Le point empirique est maintenant bien établi. Nous mettons en garde contre le fait que les éléments de preuve de cette proposition sont cohérents et, d’une certaine façon, convaincants, mais peut-être insuffisamment appuyés par la recherche jusqu’à présent.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Les auteurs n’ont rien à divulguer.

Acknowledgments

Nous sommes redevables à tout le personnel de la Fundació Carme Vidal NeuroPsicopedagogia, les enfants, et leurs parents pour leur collaboration inestimable dans la recherche présentée ici. Aussi, à tous les professionnels qui ont contribué à cette étude de quelque façon que ce soit, comme l’analyse statistique, l’assistance informatique, les suggestions, les commentaires et les encouragements, dans l’ensemble à Joan Timoneda. Un merci spécial à nos coéquipiers, Jordi Baus, Jordi Hernández, Oscar Mateu, Anna Orri et Martí Ribas.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
The Adventures of Fundi Fundació Carme Vidal Xifre de Neuropsicopedagogia --- The "Adventures of Fundi" has been designed with the objective of helping to improve the concentration, attention and control of impulsivity for Secondary Education students and it is also possible to apply it to Students in the last cycle of Primary Education. To execute the "Adventures of Fundi" a browser with internet conection is required.
Computer with internet connection and browser --- --- Mozilla, Firefox, Chrome or Safari

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Das, J. P., Naglieri, J. A., Kirby, J. R. Assessment of cognitive processes. The PASS theory of intelligence. Allyn & Bacon Inc. MA. (1994).
  2. Das, J. P. Neurocognitive approach to remediation: The PREP model. Canadian Journal of School Psychology. 9, (2), 157-173 (1994).
  3. Das, J. P., Kar, R., Parrila, R. K. Cognitive planning. The psychological basis of intelligent behavior. Sage Publications Ltd. London. (1996).
  4. Naglieri, J. A., Das, J. P. Cognitive Assessment System. Riverside Publishing. Illinois. (1997).
  5. Perez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C., Baus, J. Topiramate and childhood epilepsy in the light of both Das-Naglieri Cognitive Assessment System and behavioral tests. Epilepsia. 43, Sup. 8 187 (2006).
  6. Mayoral-Rodriguez, S., Timoneda-Gallart, C., Perez-Alvarez, F., Das, J. P. Improving cognitive processes in preschool children: the COGEST program. European Early Childhood Education Research Journal. 23, (2), 150-163 (2015).
  7. Perez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C. Intelligent behavior and neuroscience: What we know-and don't know-about how we think. Cognition, Intelligence, and Achievement: A Tribute to J. P. Das. Papadopoulos, T. C., Parrila, R. K., Kirby, J. R. Elsevier Inc. NY. 419-442 (2015).
  8. Mayoral-Rodríguez, S., Timoneda-Gallart, C., Pérez-Álvarez, F. Effectiveness of experiential learning in improving cognitive Planning and its impact on problem solving and mathematics performance / Eficacia del aprendizaje experiencial para mejorar la Planificación cognitiva y su repercusión en la resolución de problemas y el rendimiento matemático. Cultura y Educación. 30, (8), 308-337 (2018).
  9. Perez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C., Mayoral-Rodríguez, S. Performance of 2146 Children Ages 5 to 15 with Learning and Behavioral Dysfunction on the Das Naglieri Cognitive Assessment System. Neuroquantology. 17, (01), 59-71 (2019).
  10. Perez-Alvarez, F., Fàbregas, M., Timoneda, C. Procesamiento cognitivo, fonémico o temporal. Neurología. 24, (1), 40-44 (2009).
  11. Pérez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C. La disfunción cognitiva PASS en el defecto de atención. Revista de Neurología. 32, 30-37 (2001).
  12. Perez-Alvarez, F., Serra-Amaya, C., Timoneda-Gallart, C. Cognitive versus behavioral ADHD phenotype: what is it all about. Neuropediatrics. 40, (1), 32-38 (2009).
  13. LeDoux, J. E. Emotional brain. Simon Schuster. New York. (1996).
  14. Pérez-Álvarez, F., Timoneda, C. A Better Look at Intelligent Behavior. Nova Science Publishers Inc. Hauppauge, NY. (2007).
  15. Perez-Alvarez, F., Perez-Serra, A., Timoneda-Gallart, C. A better look at learning: how does the brain express the mind. Psychology. 4, (10), 760-770 (2013).
  16. Dijksterhuis, A. Think different: The merits of unconscious thought in preference development and decision making. Journal of Personality and Social Psychology. 87, (5), 586-598 (2004).
  17. Dijksterhuis, A., Bos, M. W., Nordgren, L. F., van Baaren, R. B. Complex choices better made unconsciously. Science. 313, 760-761 (2006).
  18. Dijksterhuis, A., Bos, M. W., Nordgren, L. F., van Baaren, R. B. On making the right choice: The deliberation-without-attention effect. Science. 311, 1005-1007 (2006).
  19. Dijksterhuis, A., van Olden, Z. On the benefits of thinking unconsciously: Unconscious thought can increase post-choice satisfaction. Journal of Experimental Social Psychology. 42, (5), 627-631 (2006).
  20. Dijksterhuis, A., Bos, M. W., vander Leij, A., van Baaren, R. B. Predicting soccer matches after unconscious and conscious thought as a function of expertise. Psychological Science. 20, (11), 1381-1387 (2009).
  21. Voss, J. L., Paller, K. A. An electrophysiological signature of unconscious recognition memory. Nature Neuroscience. 12, (3), 349-355 (2009).
  22. Libet, B. Unconscious cerebral initiative and the role of conscious will in voluntary action. Behavioral Brain Science. 8, 529-539 (1985).
  23. Dobbins, I. G., Schnyer, D. M., Verfaellie, M., Schacter, D. L. Cortical activity reductions during repetition priming can result from rapid response learning. Nature. 428, 316-319 (2004).
  24. Guyton, A. C., Hall, J. E. Textbook of Medical Physiology. Cerebral Cortex. Intellectual Functions of the Brain, Learning and Memory. 11th ed. Elsevier Inc. Philadelphia. 704-706 (2006).
  25. Gazzaniga, M. My Brain Made Me Do It. Defining Right and Wrong, in Brain Science. Glannon, W. Dana Press. New York, Washington, D.C. (2007).
  26. Gelbard-Sagiv, H., Mukamel, R., Harel, M., Malach, R., Fried, I. Internally generated reactivation of single neurons in human hippocampus during free recall. Science. 322, (5898), 96-101 (2008).
  27. Soon, C. S., Brass, M., Heinze, H. J., Haynes, J. D. Unconscious determinants of free decisions in the human brain. Nature Neuroscience. 11, 543-545 (2008).
  28. Fried, I., Mukamel, R., Kreiman, G. Internally generated preactivation of single neurons in human medial frontal cortex predicts volition. Neuron. 69, (3), 548-562 (2011).
  29. Bode, S., et al. Tracking the unconscious generation of free decisions using ultra-high field fMRI. PLoS One. 6, 21612 (2011).
  30. Leotti, L. A., Delgado, M. R. The inherent reward of choice. Psychological Science. 22, 1310-1318 (2011).
  31. Soon, C. S., He, A. H., Bode, S., Haynes, J. D. Predicting free choices for abstract intentions. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. 110, 6217-6222 (2013).
  32. Dikker, S., Silbert, L. J., Hasson, U., Zevin, J. D. On the same wavelength: predictable language enhances speaker-listener brain-to-brain synchrony in posterior superior temporal gyrus. Journal of Neuroscience. 34, (18), 6267-6272 (2014).
  33. Burke, J. F., et al. Theta and high-frequency activity mark spontaneous recall of episodic memories. Journal of Neuroscience. 34, (34), 11355-11365 (2014).
  34. Rens, N., Bode, S., Burianová, H., Cunnington, R. Proactive Recruitment of Frontoparietal and Salience Networks for Voluntary Decisions. Frontiers in Human Neuroscience. 11, 610 (2017).
  35. Voigt, K., Murawski, C., Speer, S., Bode, S. Hard decisions shape the neural coding of preferences. Journal of Neuroscience. 39, (4), 718-726 (2019).
  36. Olivola, C. Y., Funk, F., Todorov, A. Social attributions from faces bias human choices. Trends in Cognitive Science. 18, (11), 566-570 (2014).
  37. Kahneman, D., Slovic, P., Tversky, A. Judgment under uncertainty: Heuristics and biases. Cambridge University Press. Cambridge. (1982).
  38. Bechara, A., Tranel, D., Damasio, H. Characterization of the decision-making effect of patients with ventromedial prefrontal cortex lesions. Brain. 123, 2189-2202 (2000).
  39. Kahneman, D., Frederick, S. Representativeness revisited: Attribute substitution in intuitive judgement. Heuristics and biases: The psychology of intuitive judgment. Gilovich, T., Griffin, D., Kahneman, D. Cambridge University Press. Cambridge. 49-81 (2002).
  40. Kahneman, D. A perspective on judgment and choice: Mapping bounded rationality. American Psychologist. 58, (9), 697-720 (2003).
  41. Perez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C. Mecanismos cerebrales implicados en la toma de decisiones: De qué estamos hablando. Revista de Neurologia. 44, (5), 320 (2007).
  42. Mercier, H., Sperber, D. Intuitive and reflective inferences. In two minds: Dual processes and beyond. Evans, J. S. B. T., Frankish, K. Oxford University Press. Oxford. 149-170 (2009).
  43. Mercier, H., Sperber, D. Why do humans reason? Arguments for an argumentative theory. Behavioral and Brain Sciences. 34, 57-111 (2011).
  44. Erickson, M. H., Rossi, E. Experiencing hypnosis: Therapeutic approaches to altered states. Irvington. New York. (1981).
  45. Bantick, S. J., et al. Imaging how attention modulates pain in humans using functional MRI. Brain. 125, 310-319 (2002).
  46. Just, M. A., Keller, T. A., Cynkar, J. A decrease in brain activation associated with driving when listening to someone speak. Brain Research. 1205, 70-80 (2008).
  47. McGeowna, W. J., Mazzonia, G., Venneri, A., Kirscha, I. Hypnotic induction decreases anterior default mode activity. Consciousness and Cognition. 18, 848-855 (2009).
  48. Vanhaudenhuyse, A., et al. Pain and nonpain processing during hypnosis: a thulium-YAG event-related fMRI study. Neuroimage. 47, (3), 1047-1054 (2009).
  49. Tanga, Y. -Y., et al. Short-term meditation induces white matter changes in the anterior cingulate. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. 107, (35), 15649-15652 (2010).
  50. Lazarus, J. E., Klein, S. K. Nonpharmacological treatment of tics in Tourette syndrome adding videotape training to self-hypnosis. Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics. 31, (6), 498-504 (2010).
  51. Hölzelab, B. K., et al. Mindfulness practice leads to increases in regional brain gray matter density. Psychiatry Research. 191, (1), 36-43 (2011).
  52. Sprenger, C., et al. Attention modulates spinal cord responses to pain. Current Biology. 22, (11), 1019-1022 (2012).
  53. Lacey, S., Stilla, R., Sathian, K. Metaphorically feelings: comprehending textural metaphors activates somatosensory cortex. Brain and Language. 120, (3), 416-421 (2012).
  54. Schulz, K. P., et al. Does the emotional go/no-go task really measure behavioral inhibition? Convergence with measures on a non-emotional analog. Archives of Clinical Neuropsychology. 22, (2), 151-160 (2007).
  55. American Psychiatric Association. Diagnostic and statistical manual of mental disorders, 4th edition, text revision (DSM-IV-TR). American Psychiatric Association. Washintong, DC. (2000).
  56. American Psychiatric Association. Diagnostic and statistical manual of mental disorders, 5th edition (DSM-V). American Psychiatric Association. Washintong, DC. (2013).
  57. Swanson, J. The SNAP-IV Rating Scale. Child Development Center. UC Irvine URL: http://www.adhd.net (1995).
  58. Serra-Sala, M., Timoneda-Gallart, C., Pérez-Álvarez, F. Clinical usefulness of hemoencephalography beyond the neurofeedback. Neuropsychiatric Disease and Treatment. 12, 1173-1180 (2016).
  59. Evans, J. S. B. T., Wason, P. C. Rationalisation in a reasoning task. British Journal of Psychology. 63, 205-212 (1976).
  60. Gladwell, M. Blink: The power of thinking without thinking. Little, Brown. Boston, Massachusetts. (2005).
  61. Stanovich, K. E. Rationality and the reflective mind. Oxford University Press. Oxford. (2010).
  62. Greene, J. D., Sommerville, R. B., Nystrom, L. E., Darley, J. M., Cohen, J. D. An fMRI investigation of emotional engagement in moral judgment. Science. 293, 2105-2108 (2001).
  63. Greene, J. D., Nystrom, L. E., Engell, A. D., Darley, J. M., Cohen, J. D. The neural bases of cognitive conflict and control in moral judgement. Neuron. 44, 389400 (2004).
  64. Perez-Alvarez, F., Timoneda-Gallart, C. El poder de la metáfora en la comunicación humana: ¿qué hay de cierto? La metáfora en la teoría y la práctica. Perspectiva en neurociencia. International Journal of Developmental and Educational Psychology INFAD Revista de Psicología. 6, (1), 493-500 (2014).
  65. Grinder, J., DeLozier, J., Bandler, R. Patterns of the hypnotic techniques of Milton H. Erickson. 2, Meta Publications. Cupertino, CA. (1978).
  66. Steele, M., Jensen, P. S., Quinn, D. M. P. Remission versus response as the goal of therapy in ADHD: A new standard for the field. Clinical Therapeutics. 28, 1892-1908 (2006).
Les aventures de l’intervention fundi basée sur le traitement cognitif et émotionnel chez les patients atteints de troubles hyperactifs déficitaires de l’attention
Play Video
PDF DOI DOWNLOAD MATERIALS LIST

Cite this Article

Mayoral-Rodríguez, S., Pérez-Álvarez, F., Timoneda-Gallart, C., Muñoz-Cuatrecasas, A. The Adventures of Fundi Intervention Based on the Cognitive and Emotional Processing in Attention Deficit Hyperactive Disorder Patients. J. Vis. Exp. (160), e60187, doi:10.3791/60187 (2020).More

Mayoral-Rodríguez, S., Pérez-Álvarez, F., Timoneda-Gallart, C., Muñoz-Cuatrecasas, A. The Adventures of Fundi Intervention Based on the Cognitive and Emotional Processing in Attention Deficit Hyperactive Disorder Patients. J. Vis. Exp. (160), e60187, doi:10.3791/60187 (2020).

Less
Copy Citation Download Citation Reprints and Permissions
View Video

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter