Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove
JoVE Science Education Library
Emergency Medicine and Critical Care

A subscription to JoVE is required to view this content.
You will only be able to see the first 20 seconds.

 

Basic Life Support partie II : Voies respiratoires/respiration et poursuivre la réanimation cardio-pulmonaire

Article

Transcript

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the English version.

CPR continue avec assistance respiratoire intégrée est essentielle pour s’assurer que votre patient perfusé et oxygénée jusqu'à ce que la circulation spontanée est restaurée. La réanimation cardio-respiratoire et défibrillation, discuté dans la vidéo de soutien de base vie précédente, sont les interventions plus importantes pour les patients ayant un arrêt cardiaque. Assistance respiratoire, ce qui inclut établissant une voies respiratoires et le sauvetage de respiration, est commencé seulement après les compressions cardiaques sont en cours et de défibrillation a été effectuée.

Cette vidéo décrit comment établir une voie aérienne à l’aide d’un sac-vanne-masque, ou BVM et comment coordonner la ventilation et le CP. Enfin, nous allons également discuter certaines opérations de dépannage, qui comprend l’utilisation une oropharyngée ou OPA.

" Note que la ventilation nécessite un deuxième sauveteur. Tandis que le premier sauveteur effectue en continu, les compressions thoraciques de haute qualité, le second sauveteur effectue toutes les étapes nécessaires pour ventiler le patient. Ventilation ne devrait jamais être autorisée à interférer avec les compressions thoraciques. Si il n’y a pas suffisamment personnel pour faire les deux, compressions sont la priorité. »

Alors que les compressions thoraciques sont en cours, la première étape consiste à fixer la BVM à oxygène et régler le débit à 10-15 litres / minute. Ensuite, positionner le patient en décubitus dorsal et plat et supprimer les oreillers et autres éléments qui peuvent obstruer de positionnement. Maintenant s’élèvent directement à la tête du lit, comme il est impossible d’effectuer correctement une ventilation BVM de côté, ou de toute autre position. Maintenant, pour ouvrir les voies respiratoires, placer la paume d’une main sur le front du patient et les doigts de l’autre main sous le menton. Puis, en utilisant les doigts, soulever le menton, prolongeant ainsi le cou. C’est ce qu’on appelle la manœuvre « tête inclinable-chin ascenseur », qui doit être effectuée uniquement si il n’y a aucun souci de traumatisme cervical. Si on craint pour un traumatisme cervical, essayez d’ouvrir les voies respiratoires en plaçant vos doigts derrière l’angle de la mandibule et en déplaçant vers l’avant. Ceci est connu comme la manoeuvre de « chevauchement de la mâchoire », qui ne causera pas d’extension du cou.

Si la poussée de la mâchoire n’est pas efficace pour ouvrir les voies respiratoires, le menton-lift devrait être utilisé, dans le rachis cervical des blessures sont une préoccupation théorique, mais l’occlusion des voies aériennes est imminente la vie en danger. Après avoir ouvert les voies respiratoires, placez le masque sur la bouche et le nez, avec la partie pointue sur l’arête nasale et la partie bombée sur le menton du patient. Le masque ne doit pas pendre le point du menton et ne devrait pas couvrir les orbites.

Ensuite, utilisez la technique de C/E pour assurer l’étanchéité du masque. Pour cela, faire un C avec la dominante pouce et l’index autour de la tige du masque et faire un E avec la troisième à la cinquième doigts de la main même le long de la mandibule du patient, en plaçant le doigt cinquième derrière l’angle de la mandibule. Puis, avec les doigts de la 3e à la 5e, tirez le visage du patient dans le masque. Ne poussez pas le masque vers le bas sur le visage, car cela rendra plus difficile une ventilation. Avec le masque fermement scellé contre le visage du patient, air du sac conclura les poumons et pas fuir la salle.

À ce stade, avec le masque scellé contre le visage du patient, compressions thoraciques doivent être suspendues pour commencer les ventilations. Tout en conservant l’étanchéité du masque, presser le sac avec la main opposée pour gonfler les poumons. Donner deux respirations lentes, serrant le sac plus une seconde et puis en le relâchant plus d’une seconde. Regarder le patient pour voir la poitrine augmenter avec chaque respiration. Il s’agit de la seule indication de ventilation efficace puisqu’un oxymètre de pouls ne peut être utilisé lorsque le patient n’a pas une impulsion. Insuffler seulement assez d’air pour produire une augmentation de la poitrine visible, comme une hyperventilation augmentera la pression intrathoracique, qui empêche le sang de retour vers le cœur et réduit le débit cardiaque.

Immédiatement après que les deux premières respirations sont administrées, reprendre les compressions thoraciques. Comptant à haute voix, donner 30 compressions thoraciques et mettre en pause pour 2 insufflations. Continuer ce ratio de 30 compressions et 2 insufflations pour 5 cycles, soit 2 minutes--chronométrés par une horloge. À ce stade, pause CPR pour un contrôle du rythme et si le rythme est chocs, effectuer la défibrillation tel que décrit dans la vidéo précédente sur le soutien de la base de la vie. Si le rythme n’est pas de chocs, continuer avec le Canadien Pacifique.

Si la poitrine du patient n’a pas augmenté avec ventilation, on devrait reprendre les compressions thoraciques et effectuer certaines opérations de dépannage. Connaissance de dépannage ventilation inefficace est essentielle pour tous les fournisseurs, comme souvent, la technique standard ne produit pas l’augmentation de la poitrine nécessaire.

Tout d’abord, vérifiez le positionnement. Vous êtes directement à la tête du lit ? Est-ce que le patient en décubitus dorsal sans oreiller ou autres obstacles ? Si le patient et le positionnement de sauveteur conviennent, repositionner vos mains et essayez de nouveau ouvrir les voies respiratoires à l’aide de tête inclinable-chin ascenseur et/ou manoeuvre de poussée de la mâchoire, puis essayez d’aérer à nouveau.

S’il est encore impossible à aérer, passer à la technique de deux personnes, dans lequel le sauveteur utilise les deux mains pour effectuer la technique C/E pour sceller le masque sur le visage et ouvre des voies respiratoires en utilisant les deux menton ascenseur et technique de Poussée, la mâchoire alors qu’un adjoint ont aimé le sac pour gonfler les poumons.

Si la technique de deux personnes n’est pas réussie, insérez une oropharyngée ou OPA. La première étape consiste à sélectionner la bonne taille, OPA, qui est celle qui s’étend de l’angle de la bouche au lobe de l’oreille. Insérez l’extrémité recourbée dans la bouche, sur la base de la langue. Cela va tirer la langue vers l’avant, de l’hypopharynx. Une autre méthode consiste à insérer à l’envers, en le tournant en même temps qu’elle passe au-dessus de la base de la langue. Prendre soin de ne pas pour repousser plus loin la languette dans l’hypopharynx.

« Alors que la défibrillation et les compressions thoraciques sont plus importants que l’assistance respiratoire, patients atteints de réanimation prolongée bénéficieront de ventilation, et doit être effectuée chaque fois qu’il y a suffisamment de main-d'œuvre et de matériel pour le faire. Le sauveteur doit continuer d’exercer 30 compressions pour chaque deux respirations et pause tous les 5 cycles ou deux minutes pour une vérification du rythme. »

« On devrait arrêter CPR uniquement lorsqu’il est indiqué sur le plan clinique n’est plus. Les indications pour résilier CPR incluent : le patient reprend conscience, le patient reste inconscient mais retrouve une impulsion, ou encore la réanimation est futile et vous avez l’intention de prononcer la mort du patiente. »

« Des mesures de soutien de vie comme l’intubation ou un accès vasculaire devrait être envisagé qu’une fois l’arrivée des secours et vous ne savez pas que ces manoeuvres peuvent être effectuées sans nuire à la qualité et la continuité de la RCR de pointe. »

Vous avez juste regardé une vidéo de JoVE décrivant comment ventiler un patient pour lequel RBC est déjà en cours, comment coordonner les compressions thoraciques avec ventilation et comment dépanner lorsque la ventilation ne produit pas d’augmentation de poitrine adéquate. Comme toujours, Merci pour regarder !

Read Article

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter