Évaluation de l’imagerie par résonance magnétique des tumeurs de vessie Murine induite par la substance cancérigène

Cancer Research

Your institution must subscribe to JoVE's Cancer Research section to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

 

Summary

Les tumeurs de vessie murin sont induits avec l’agent cancérigène la nitrosamine N-butyl-N-(4-hydroxybutyl) (BBN). Génération de tumeur de la vessie est hétérogène ; par conséquent, une évaluation exacte du fardeau de la tumeur est nécessaire avant la randomisation au traitement expérimental. Nous présentons ici un protocole de MRI rapide et fiable pour évaluer le stade et la taille de la tumeur.

Cite this Article

Copy Citation | Download Citations | Reprints and Permissions

Glaser, A. P., Procissi, D., Yu, Y., Meeks, J. J. Magnetic Resonance Imaging Assessment of Carcinogen-induced Murine Bladder Tumors. J. Vis. Exp. (145), e59101, doi:10.3791/59101 (2019).

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the english version. For other languages click here.

Abstract

Modèles de tumeur de vessie murin sont essentiels pour l’évaluation de nouvelles options thérapeutiques. Tumeurs de la vessie provoquées par l’agent cancérigène nitrosamines (BBN) de N-butyl-N-(4-hydroxybutyl) sont avantageuses par rapport aux modèles basés sur des lignes cellulaires car ils répliquent étroitement le profil génomique des tumeurs humaines, et, contrairement aux modèles cellulaires et xénogreffes, ils fournissent une bonne occasion pour l’étude des immunothérapies. Cependant, la génération de tumeur de la vessie est hétérogène ; par conséquent, une évaluation exacte du fardeau de la tumeur est nécessaire avant la randomisation au traitement expérimental. Décrit ici est un modèle de souris BBN protocole pour évaluer la vessie cancer tumeur fardeau in vivo à l’aide d’une séquence rapide et fiable par résonance magnétique (RM) (true FISP). Cette méthode est simple et fiable, parce que, contrairement à l’échographie, Monsieur est indépendant de l’opérateur et permet l’examen et le traitement des simples images après l’acquisition. Analyse des régions d’intérêt le long de la paroi vésicale et la tumeur en utilisant des images axiales de la vessie, permettent le calcul de superficie mur et tumeur de la vessie. Cette mesure est en corrélation avec l’ex vivo le poids de la vessie (r,s= 0,37, p = 0,009) et le stade de la tumeur (p = 0,0003). En conclusion, BBN génère des tumeurs hétérogènes qui sont idéales pour l’évaluation des immunothérapies et IRM peut rapidement et sûrement évaluer la charge de la tumeur avant la randomisation de bras de traitement expérimental.

Introduction

Cancer de la vessie est le cancer le cinquième le plus répandu dans l’ensemble, responsables d’environ 80 000 nouveaux cas et 16 000 décès aux Etats-Unis en 20171. Après une trentaine d’années sans progrès significatifs dans le traitement systémique du cancer de la vessie2, récents procès inhibiteur de point de contrôle anti-PD-1 et anti-PD-L1 ont démontré des réponses intéressantes et parfois durables chez les patients avec avancé 3,de carcinome urothélial4,5. Cependant, seulement environ 20 % des patients montrent une réponse objective à ces traitements, et des études complémentaires sont nécessaires pour accroître l’utilisation efficace de l’immunothérapie dans les patients avec cancer de la vessie.

Modèles de cancer de la vessie murin sont des outils essentiels pour l’évaluation préclinique de nouveaux traitements6,7. Afin de contrôler pour la taille de la tumeur lorsque randomisant souris à différents traitements, fardeau de tumeur doit être évaluée et contrôlée entre les groupes de traitement. Des études antérieures ont utilisés des ultrasons ou la bioluminescence pour évaluer orthotopique cellulaire basé sur les lignes de la vessie cancer modèles8,9,10,11. Cependant, ces deux techniques présentent plusieurs inconvénients. Mesures par ultrasons peuvent être influencés par les compétences de l’opérateur et n’ont pas les caractéristiques tridimensionnelles et haute résolution spatiale. Méthodes de bioluminescence ne peuvent fournir une évaluation semi-quantitative des cellules tumorales et ne permettent pas de visualisation de la vessie anatomie et morphologie. En outre, bioluminescence utilisable uniquement avec les modèles basés sur des lignes cellulaires, qui expriment des gènes bioluminescentes en chauves souris ou souris avec blouse blanche.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM), d’autre part, offre une flexibilité unique dans l’acquisition d’images à haute résolution anatomiques, présentant un large éventail de contraste de tissu qui permet la visualisation précise et une évaluation quantitative du fardeau tumoral sans le besoin d’exprimer les propriétés bioluminescentes. Des images de résonance sont plus facilement reproductibles avec les pipelines d’analyse appropriée et garanti une visualisation 3D de la vessie. Les plus gros limites de l’IRM sont la longueur du temps nécessaire à un examen et des coûts élevés associés qui limitent les analyses à haut débit. Cependant, plusieurs études ont montré que M. séquences peuvent fournir des images haute qualité diagnostiques qui peuvent être utilisés pour détecter efficacement et de surveiller les tumeurs de vessie basé sur les lignes des cellules ; ainsi, ils peuvent servir pour un débit élevé analyse9,12.

Nous décrivons ici une méthode non invasive M. afin de caractériser les tumeurs de vessie induite par la substance cancérigène chez la souris façon sérieuse et efficace. Pour ce faire, nous utilisons une imagerie rapide avec la technique à la M. à la précession état stationnaire (true FISP), qui garantit des séances courtes de numérisation tout en offrant la qualité et haute résolution spatiale (~ 100 microns) pour la détection et la mesure de la vessie 13de tumeurs. Par ailleurs, pour confirmer l’exactitude de cette analyse de MRI non invasif, nous décrivons la corrélation entre les paramètres dérivés de MRI et ex vivo le poids de la vessie ainsi que stade de la tumeur pathologiquement confirmés.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

Toutes les méthodes décrites ici ont été approuvés par l’animalier institutionnel et utilisation Comité (IACUC) de l’Université Northwestern.

1. l’induction de tumeurs avec BBN

  1. Obtenir des souris C57/BL6 mâles, chacun au moins 6 semaines.
    NOTE : Souris mâles développent un cancer de la vessie plus rapidement et plus uniformément que les souris femelles14,15.
  2. Ajouter N-nitrosobutyl(4-hydroxybutyl) amine (BBN) à une dose de 0,05 % à l’eau potable. Entreposer dans un contenant opaque et remet ad libitum comme eau potable jusqu'à16de la souris.
    NOTE : Stocker la solution BBN dans un récipient transparent va se dégrader le carcinogène17.
  3. Changer l’eau BBN 0.05 % deux fois par semaine.
  4. Surveiller les animaux en inspectant des signes de détresse associée à des tumeurs de vessie dont une hématurie, vessie ferme et masses. Inspecter les souris deux fois par semaine ou selon les directives locales IACUC.
  5. Attendons les tumeurs à développer entre 16 et 24 semaines d’exposition,18.

2. installation de MRI

  1. Effectuer une injection sous-cutanée d’une solution saline stérile (0,1 à 0,2 mL à l’aide d’une seringue de l’aiguille et 1 mL de 25 – 27 G) 10 min avant l’examen par IRM pour faciliter le remplissage de la vessie.
  2. Anesthésier chaque souris avec un mélange de gaz de 100 % O2 et isoflurane (2 – 4 % selon les besoins). Vérifier un plan adéquat de l’anesthésie en testant le réflexe de retrait (pincement de l’orteil) avant de procéder. Pommade oculaire stérile à l’animal.
  3. Transférer la souris au titulaire d’imagerie équipé d’une ogive pour la livraison d’inhalation isoflurane (0,5 % – 3 %).
  4. Surveiller la température du corps et la respiration à l’aide d’une sonde de température rectale, connectée à l’ordinateur d’enregistrement physiologique.
    Remarque : La température normale du corps (36 à 37 ° C) est maintenue utilisant le circuit d’eau chaude recirculation construit dans le support de Monsieur animal. La température est mesurée au moyen d’une sonde rectale et enregistrée sur l’ordinateur de surveillance physiologique à l’aide d’un logiciel de surveillance physiologique dédié. Le même système est utilisé pour enregistrer les signaux de la respiration et l’électrocardiogramme mesurées grâce à un coussin pneumatique placé sous la cage thoracique et via l’électrodes ECG 3 dérivations. Le signal de la respiration est également utilisé pour déclencher l’acquisition de MRI et réduire les artefacts associés avec le mouvement de la respiration.

3. acquisition d’image MRI

  1. Utiliser une bobine de corps de quadrature pour l’excitation.
  2. Placer une bobine de récepteur à 4 canaux sur le bas ventre de la souris en cours d’analyse pour activer la détection optimisée de signaux provenant de la région d’intérêt.
  3. Initier des ajustements automatiques via le logiciel d’imagerie intégré en vue d’acquérir un ensemble triaxial d’images du corps entier de la souris. À partir de cet ensemble d’images de référence, identifier la région d’intérêt (dans ce cas, la région de la vessie).
  4. Acquisition de trois séries d’images orthogonale en tranches le long des plans axiales, coronales et sagittales, à l’aide de référentiels radiologiques.
  5. Utiliser le vrai FISP imagerie séquence (inclus dans l’une des caractéristiques du logiciel d’imagerie intégrée) avec les paramètres suivants de Monsieur : TR = 900 msec, TE = 2 ms, FA = 70, 14 moyennes.
    Remarque : Cet ensemble de paramètres permettant d’imagerie rapide avec la qualité diagnostique, y compris la pondération T1/T2 dans < 10 min par la souris.
  6. Spatiale de résolution et tranche d’épaisseur sont déterminées par les paramètres géométriques sélectionnées par l’utilisateur via l’interface graphique de la plateforme d’imagerie intégrée. Cela se traduit par une série de tranches à travers la vessie toute de 0,5 mm d’épaisseur avec une résolution dans le plan de 0,148 mm.

4. M. analyse d’images

  1. Identifier l’ensemble des tranches de 0,5 mm d’épaisseur et de la résolution dans le plan de 0,148 mm couvrant la vessie toute.
  2. Exporter vers le logiciel d’analyse des images médicales en sélectionnant le dossier avec les images correspondantes au format ANALYZE.
  3. Sélectionnez « vue axiale représentative » au centre de la vessie pour l’analyse quantitative en défilement des images générées et en identifiant une tranche au milieu de la vessie, ce qui permet pour la visualisation de la paroi de la vessie et de la lumière.
    Remarque : La tranche du centre doit être celle choisie avec le plus grand diamètre.
  4. Soigneusement délimiter la région d’intérêt (ROI) en traçant manuellement les frontières autour du bord extérieur de la vessie (BLAout) et autour de la lumière interne (BLAdans) de la vessie (voir figures schématiques et représentant à la Figure 2) dans la vue axiale représentative sélectionnée.
  5. Soustraire la lumière interne du bord extérieur pour calculer la surface de la paroi vésicale.
    BLAmur = BLAout - BLAdans
    NOTE : La superficie d’une vessie de contrôle avec aucune tumeur devrait être inférieure à celle d’une tumeur de la vessie.

5. l’euthanasie et la dissection de la vessie

  1. Après 20 semaines d’exposition BBN, euthanasier les souris à l’aide de procédures d’utilisation normalisées selon les directives locales IACUC.
  2. Nettoyer la zone de l’incision avec l’éthanol à 70 %, puis saisir et de soulever la peau de la paroi abdominale avec une pince.
  3. Faire une incision médiane de la symphyse pubienne au processus xiphoïde.
  4. Brusquement, inciser la cavité péritonéale en saisissant avec une pince et incision avec des ciseaux.
  5. Identifier la vessie, qui se trouve dans le bas-ventre de la ligne médiane.
  6. Identifier et couper le ligament ombilical médian reliant le dôme de la vessie à l’ombilic et la paroi abdominale.
  7. Saisir le dôme de la vessie avec une pince pour fournir countertraction et disséquer la vessie loin autour de structures, y compris les vésicules séminales, du rectum et matières grasses.
  8. Identifier les uretères dans la vessie et couper avec des ciseaux à proximité de la vessie.
  9. Soulevant la vessie céphalique, couper l’urètre avec des ciseaux et enlever la vessie.
  10. Peser immédiatement la vessie après rinçage avec du PBS.

6. l’examen histologique du tissu de la vessie

  1. Fixer le tissu de la vessie dans du formol tamponné neutre de 10 % pour les 36 à 48 h à température ambiante (RT).
  2. Incorporer le tissu dans des blocs de paraffine, couper les diapositives pour un examen subséquent et tacher les diapositives à l’hématoxyline et éosine pour examen microscopique comme décrit plus haut19,20.
  3. Effectuer un examen microscopique de la vessie de souris à faible (2,5 x et 10 x) et haute (20 x et 40 x) grossissements, examinant des lésions macroscopiques, hyperplasie, carcinome in situ, papillomes, tumeurs papillaires et les tumeurs invasives19 , 21.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

En utilisant le protocole décrit (Figure 1), les tumeurs de la vessie ont été induites chez les souris mâles C57/B6. MRI a été réalisée à 16 semaines, et la souris ont été euthanasiés à 20 semaines. Ex vivo poids de la vessie (BW), pour chacune des souris ont été enregistrés. Lames sont colorées à l’hématoxyline et éosine, et toutes les lames histologiques ont été examinés pour le stade de la tumeur.

Pour analyser la charge de la tumeur à l’aide de Monsieur, la lumière interne de paroi de la vessie (BLAen) a été soustraite de la lumière extérieure de vessie mur (BLAout) pour calculer l’épaisseur de la paroi vésicale (BLAmur) (Figure 2). Images représentatives de Monsieur FISP vrai et reconstitutions 3D de la vessie mur images pathologiques d’une souris de contrôle (c.-à-d., aucune tumeur) sont indiquées dans la Figure 3 a-F et une souris avec une grande tumeur est montré dans la Figure 3-L.

Le paramètre dérivé de MRI BLAmur est faiblement corrélée avec ex vivo BW (r,s = 0,37, p = 0,009 ; La figure 4). L’examen du paramètremur BLA dérivé de MRI et des données de BW démontre une association avec le stade de la tumeur (test de Kruskal-Wallis MRI p = 0,0003, Figure 5 a; BW p = 0,0006 ; Figure 5 b), ainsi qu’une association quand la stratification pathologie par cancer de la vessie sans envahissement musculaire et cancer de la vessie envahissement musculaire (test de Mann-Whitney U MRI p = 0,0002, Figure 5; BW p < 0,0001, Figure 5). La performance de BLAmur et BW pour déterminer le cancer de la vessie envahissement musculaire est montré dans la Figure 5E. L’aire sous la courbe (AUC) pour BLAmur (AUC = 0,81 [IC95 : 0,68-093) est statistiquement similaire à AUC pour BW (AUC = 0,89, IC95 : 0,80-0,98 ; p = 0,30).

Figure 1
Figure 1 : schéma pour l’induction de tumeurs de vessie avec BBN et le calendrier des IRM et euthanasie. BBN est administrée ad libitum à une concentration de 0,05 % dans l’eau potable. Souris subissent MRI à 16 semaines. Souris sont euthanasiés à 20 semaines et vessies de chacun sont examinés avec l’immunohistochimie. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
Figure 2 : Représentation graphique schématique de méthode pour obtenir BLAmur et représentant Monsieur image aux contours correspondantes. À l’aide d’intensité des images IRM, la paroi externe de la vessie a été identifiée et un contour a été dessiné en rouge (BLAdehors). La lumière de la vessie hyperintense est décrit dans le vert (BLAdans), et la superficie correspondante de lumen vessie a été obtenue. Soustraction de ces deux quantités a donné le paramètre BLAmur , ce qui correspond au disque gris clair dans l’image graphique. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 3
Figure 3 : images représentatives de Monsieur FISP vrai et reconstitutions 3D de la vessie mur images pathologiques d’une souris de contrôle (c.-à-d., aucune tumeur) (A-F) et une souris avec une grande tumeur (G-L). (A) représentant M. image d’une souris avec aucune tumeur. (B) Segmentation vessie de surface de mur (murBLA), encadré en rouge, défini comme la zone entre le lumen de la vessie (BLAdans) et la paroi de la vessie externe (BLAdehors). (C) le rendu 3D de la paroi vésicale d’un contrôle de la souris, générée en définissant BLAmur à chaque tranche par le biais de la vessie. Flèches vertes illustrent la vessie sur une image 2D traduite au rendu 3D. (D) le rendu 3D d’une découpe de BLA demur d’un contrôle de la souris. (E) de faible puissance (2,5 x) et (F) des images de haute puissance (x 10) de la vessie de souris même. (G) représentant M. image d’une souris avec une grande tumeur. (H) Segmentation vessie de surface de mur (murBLA), encadré en rouge, défini comme la zone entre le lumen de la vessie (BLAdans) et la paroi de la vessie externe (BLAdehors). (I) rendu 3D de la paroi vésicale d’une souris avec une grande tumeur. (J) le rendu 3D d’une découpe de la vessie d’une souris avec une grande tumeur, générée en définissant BLAmur à chaque tranche par le biais de la vessie. Flèches vertes illustrent la vessie sur une image 2D traduite au rendu 3D. (K) de faible puissance (2,5 x) et des images de haute puissance (10 x) (L) de la vessie de souris même. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 4
Figure 4 : corrélation de Spearman entre le dérivé de MRI BLAmur et le poids de la vessie final. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 5
Figure 5 : Comparaison des stade pathologique et paramètre dérivé de MRI BLAmur 47 souris. (A) comparaison de tous les stades pathologiques et IRM BLAmur (test de Kruskal-Wallis). (B) la comparaison des stades tout pathologiques et le poids de la vessie (test de Kruskal-Wallis). (C) comparaison de cancer de la vessie sans envahissement musculaire (stade ≤T1) et de cancer de la vessie envahissement musculaire (stade ≥T2) avec IRM BLAmur (test U de Mann-Whitney). (D) comparaison de cancer de la vessie sans envahissement musculaire (stade ≤T1) et de cancer de la vessie envahissement musculaire (stade ≥T2) avec le poids de la vessie (test U de Mann-Whitney). Courbe ROC (E) de la vessie dérivés de MRI et poids final de la vessie dans la détermination de cancer de la vessie envahissement musculaire (stade ≥T2). La p-valeur est la différence entre les deux AUCs. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

Une imagerie précise des modèles de la tumeur est nécessaire pour approprié avant l’euthanasie mise en scène et à la randomisation animale avant le début du traitement expérimental. À l’aide de la procédure présentée ici, nous démontrons méthodologie afin de générer des tumeurs de la vessie à l’aide de l’agent cancérigène BBN (1) et (2) fardeau de tumeur de la vessie grâce à l’utilisation de dérivé de MR. M. une zone mesure (BLAmur) est corrélée significativement avec stratifier ex vivo le poids de la vessie et est associé avec le stade pathologique tumoral.

En adoptant une approche d’imagerie rapide avec des temps courts acquisition à haute résolution spatiale (true FISP) et une qualité de diagnostique, nous pouvons effectuer des essais de débit élevé des souris à des étapes intermédiaires de développement de tumeurs, avant la randomisation de traitement. Notre rapport est conforme aux précédents rapports de M. imagerie de tumeur à cellules d’axée sur la ligne9,12 les implants et confirme son potentiel comme un outil pour optimiser les études de drogue numéros sujet vaste.

Dans ce protocole de MRI, il est essentiel à l’image de la souris avec une vessie pleine pour obtenir des images de haute qualité et délimiter les différences entre la lumière de la tumeur et de la vessie. Nous trouvons que chaque souris injectant de salines 10 minutes avant de l’imagerie permet adéquate d’imagerie de la vessie. D’autres étapes essentielles sont fiable de déclenchement de l’acquisition de MRI en utilisant le signal de la respiration détecté avec un coussin pneumatique placé sous la cage thoracique de la souris et l’acquisition d’un nombre suffisant de Monsieur tranches qui permet la couverture de la vessie toute.

D’autres options pour le développement et la progression des tumeurs de vessie murin d’imagerie incluent échographie8 et bioluminescence10,11. Micro-échographie d’implanté MBT-2 cellules détecté tumeurs chez les 15 souris, dont 13 ont été confirmés sur le plan histologique d’avoir des tumeurs8. Volume de l’échographie en corrélation significative avec stéréoscopique volume de la tumeur, mais étape et le poids de la tumeur n’étaient pas étudiées8. Bioluminescence a été utilisé pour surveiller avec précision les implants tumeur basés sur des lignes cellulaires, mais il ne peut servir à surveiller les cancers induite par la substance cancérigène sans repiquage cancérogène dérivé des tumeurs d’un souris à l’autre. La capacité de contrôler avec précision les cancers induite par la substance cancérigène est essentielle, que ces modèles ont plusieurs avantages par rapport aux modèles de la ligne cellulaire. Modèles basés sur des lignes cellulaires sont génétiquement homogènes et dérivées de tumeurs qui ont déjà échappé immunosurveillance et implanté des tumeurs se développent rapidement sans un microenvironnement inflammatoires chroniques22. Le modèle BBN a été utilisé avec succès depuis plus de 30 ans, et il demeure un modèle essentiel pour la compréhension du développement du cancer de la vessie et traitement23,24,25. En outre, le modèle BBN démontre mutationnel et profils d’expression génétique similaire à l’homme cancer de la vessie, tout en conservant le système immunitaire intact pour permettre l’étude de potentiels agents immunothérapeutiques26,27 .

Disponibilité de dédié petit animal IRM comme des ressources partagées à plusieurs établissements rend cette techniques avantageuses et pratiques pour la recherche fondamentale et la présélection de nouveaux traitements. Cependant, il y a quelques limitations. Souris ont été imagées qu’à un seul validant, pas en permanence pendant le développement de tumeurs. Cependant, d’après nos résultats statistiques, nous suggérons que la valeur validant seul est en mesure de répartir exactement les souris en groupes par étape et de la taille de la tumeur, et il représente une grandeur idéale, non invasif pour classer et assigner des sujets à différents groupes. Plusieurs étapes de tumeur ont été générés à l’aide de BBN, allant de Ta T4. Toutefois, ceux-ci peuvent être stratifiés (comme le suggère dans la Figure 5-D) comme envahissement musculaire (T2 ou plus) et non musculaires envahissantes (T1 ou moins), comme il s’agit de gestion standard dans le cancer de la vessie humaine28.

Une autre limitation potentielle est que le paramètre demur BLA a été dérivé à l’aide d’une seule tranche à travers chaque vessie et tranches pas tous disponibles en le couvrant. Ces critères ont été choisis pour réduire les besoins en pipeline analyse (c.-à-d., l’exigence de plusieurs ROIs de dessin à travers plusieurs sections) et ont été jugés suffisants pour un dosage rapide, quantitatif. L’analyse volumétrique plus complexe peuvent être menée sur les sujets (p. ex., montré à titre illustratif dans la Figure 3) mais il faudrait inévitablement plus d’effort et les coûts. Algorithmes de traitement de l’image automatisée peut être utilisé pour le tracé automatique de la région de la vessie ; Cependant, ces méthodes souffrent de variabilité intrinsèque de la vessie forme et la taille chez les souris individuels et nécessitent significative de test et de validation avant adoption fiable dans une étude préclinique29.

Évaluation qualitative des données volumétriques suggèrent que cette méthode de tranche unique est suffisante pour ce type de test. Toutefois, il est possible que des tests plus avancés peuvent nécessiter cette étape de traitement de données/image supplémentaire. Du point de vue acquisition, il y a plusieurs balayages supplémentaires qui pourraient être acquis, qui peuvent accroître la capacité de prédire la progression des tumeurs tout en révélant également les changements de micro-environnement plus subtile tumor. Ces techniques supplémentaires comprennent l’IRM contraste dynamique amélioré, diffusion weighted MRI et autres séquences de30 qui permettent une caractérisation complète, multi paramétrique de la paroi vésicale. Cependant, considération de coût et d’efficacité nous a conduit à limiter notre analyse à celle décrite dans le présent protocole.

En conclusion, les auteurs décrivent la méthodologie pour pondérées en T1/T2 rapide d’imagerie Monsieur séquences (true FISP) d’acquérir des images multi-slice couvrant la vessie toute souris. Nous démontrons que ces images peuvent être utilisées pour déterminer l’étendue de la tumeur dans un modèle de cancer de la vessie murine cancérogène. Données de l’IRM est en corrélation avec des poids de tissu de la vessie et sont associées avec le stade de la tumeur. Ces résultats appuient l’utilisation de ce test rapide et fiable de MRI de stratifier les souris avant la randomisation de traitement expérimental.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Les auteurs n’ont rien à divulguer.

Acknowledgments

J. J. M. est financé par le Veterans Health Administration mérite accorder BX0033692-01. J. J. M. est également pris en charge par le P. John Hanson Foundation for Cancer Research à l’Université Robert H. Lurie complets Cancer Center de Nord-Ouest. Nous remercions le centre d’imagerie translationnelle fournissant l’acquisition de MRI et de transformation. Sources de financement n’avaient aucun rôle dans la rédaction du manuscrit ou de la décision de soumettre pour publication.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
C57BL/6 mice The Jackson Laboratory 664 Mice
N-butyl-N-(4-hydroxybutyl)nitrosamine carcinogen (BBN) TCI American B0938 Carcinogen
0.9% normal saline Hospira, Inc NDC 0409-488-02
Isoflurane Piramal HealthCare 60307-120-25 Anesthetic
7Tesla ClinScan MRI Bruker NA Dedicated Small Animal Imaging MRI
Syngo Siemens NA MR Integrated Imaging Software
Model 1030 Monitoring & Gating System Small Animal Instruments, Inc. (SAII) NA Small animal physiologic monitoring
Formalin, Neutral Buffered, 10% Sigma HT501128 Fixative
Eosin Y Fisher Scientific NC1093844 Histologic staining agent
Hematoxylin Fisher Scientific 23-245651 Histologic staining agent
Jim7 Xinapse Systems NA Medical image analysis software
GraphPad Prism v7.04 Graphpad NA Graphing software
R v3.4.2 The R Project for Statistical Computing NA Statistical software
R package pROC v1.10.0. The R Project for Statistical Computing NA ROC analysis

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Siegel, R. L., Miller, K. D., Jemal, A. Cancer Statistics, 2017. CA: A Cancer Journal for Clinicians. 67, (1), 7-30 (2017).
  2. Abdollah, F., et al. Incidence, survival and mortality rates of stage-specific bladder cancer in United States: a trend analysis. Cancer Epidemiology. 37, (3), 219-225 (2013).
  3. Rosenberg, J. E., et al. Atezolizumab in patients with locally advanced and metastatic urothelial carcinoma who have progressed following treatment with platinum-based chemotherapy: a single-arm, multicentre, phase 2 trial. The Lancet. 387, (10031), 1909-1920 (2016).
  4. Sharma, P., et al. Nivolumab monotherapy in recurrent metastatic urothelial carcinoma (CheckMate 032): a multicentre, open-label, two-stage, multi-arm, phase 1/2 trial. The Lancet Oncology. 17, (11), 1590-1598 (2016).
  5. Bellmunt, J., et al. Pembrolizumab as Second-Line Therapy for Advanced Urothelial Carcinoma. New England Journal of Medicine. 376, (11), 1015-1026 (2017).
  6. Chan, E., Patel, A., Heston, W., Larchian, W. Mouse orthotopic models for bladder cancer research. BJU International. 104, (9), 1286-1291 (2009).
  7. Zhang, N., Li, D., Shao, J., Wang, X. Animal models for bladder cancer: The model establishment and evaluation (Review). Oncology Letters. 9, (4), 1515-1519 (2015).
  8. Patel, A. R., et al. Transabdominal micro-ultrasound imaging of bladder cancer in a mouse model: a validation study. Urology. 75, (4), 799-804 (2010).
  9. Chin, J., Kadhim, S., Garcia, B., Kim, Y. S., Karlik, S. Magnetic resonance imaging for detecting and treatment monitoring of orthotopic murine bladder tumor implants. The Journal of Urology. 145, (6), 1297-1301 (1991).
  10. Jurczok, A., Fornara, P., Soling, A. Bioluminescence imaging to monitor bladder cancer cell adhesion in vivo: a new approach to optimize a syngeneic, orthotopic, murine bladder cancer model. BJU International. 101, (1), 120-124 (2008).
  11. Vandeveer, A. J., et al. Systemic Immunotherapy of Non-Muscle Invasive Mouse Bladder Cancer with Avelumab, an Anti-PD-L1 Immune Checkpoint Inhibitor. Cancer Immunology Research. 4, (5), 452-462 (2016).
  12. Kikuchi, E., et al. Detection and quantitative analysis of early stage orthotopic murine bladder tumor using in vivo magnetic resonance imaging. Journal of Urology. 170, 1375-1378 (2003).
  13. Chung, H. W., et al. T2-weighted fast MR imaging with true FISP versus HASTE: comparative efficacy in the evaluation of normal fetal brain maturation. American Journal of Roentgenology. 175, (5), 1375-1380 (2000).
  14. Miyamoto, H., et al. Promotion of bladder cancer development and progression by androgen receptor signals. Journal of the National Cancer Institute. 99, (7), 558-568 (2007).
  15. Bertram, J. S., Craig, A. W. Specific induction of bladder cancer in mice by butyl-(4-hydroxybutyl)-nitrosamine and the effects of hormonal modifications on the sex difference in response. European Journal of Cancer. 8, (6), 587-594 (1972).
  16. Nagao, M., et al. Mutagenicity of N-butyl-N-(4-hydroxybutyl)nitrosamine, a bladder carcinogen, and related compounds. Cancer Research. 37, 399-407 (1977).
  17. Hirose, M., Fukushima, S., Hananouchi, M., Shirai, T., Ogiso, T. Different susceptibilities of the urinary bladder epithelium of animal species to three nitroso compounds. Gan. Gann; The Japanese Journal of Cancer Research. 67, (2), 175-189 (1976).
  18. Shin, K., et al. Cellular origin of bladder neoplasia and tissue dynamics of its progression to invasive carcinoma. Nature Cell Biology. 16, (5), 469-478 (2014).
  19. Epstein, J. I. Chapter 17: Immunohistology of the Bladder, Kidney, and Testis. Diagnostic Immunohistochemistry. Fifth Edition, 624-661 (2019).
  20. Cohen, S. M., Ohnishi, T., Clark, N. M., He, J., Arnold, L. L. Investigations of rodent urinary bladder carcinogens: collection, processing, and evaluation of urine and bladders. Toxicologic Pathology. 35, (3), 337-347 (2007).
  21. Wood, D. P. Jr Tumors of the bladder. Campbell-Walsh Urology. 11, (92), 2184-2204 (2016).
  22. Zitvogel, L., Pitt, J. M., Daillere, R., Smyth, M. J., Kroemer, G. Mouse models in oncoimmunology. Nature Reviews Cancer. (2016).
  23. Kaneko, S., Li, X. X chromosome protects against bladder cancer in females via a KDM6A-dependent epigenetic mechanism. Science Advances. 4, (6), eaar5598 (2018).
  24. Smilowitz, H. M., et al. Biodistribution of gold nanoparticles in BBN-induced muscle-invasive bladder cancer in mice. International Journal of Nanomedicine. 12, 7937-7946 (2017).
  25. Dai, Y. C., et al. The interaction of arsenic and N-butyl-N-(4-hydroxybutyl)nitrosamine on urothelial carcinogenesis in mice. PLoS One. 12, (10), e0186214 (2017).
  26. Williams, P. D., Lee, J. K., Theodorescu, D. Molecular Credentialing of Rodent Bladder Carcinogenesis Models. Neoplasia. 10, (8), (2008).
  27. Fantini, D., et al. A Carcinogen-induced mouse model recapitulates the molecular alterations of human muscle invasive bladder cancer. Oncogene. 37, (14), 1911-1925 (2018).
  28. Network, N. C. C. NCCN Guidelines in Clinical Oncology - Bladder Cancer 5.2018. Available from: https://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/bladder.pdf (2018).
  29. Costa, M. J., Delingette, H., Novellas, S., Ayache, N. Automatic segmentation of bladder and prostate using coupled 3-D deformable models. Medical Image Computing and Computer-Assisted Intervention. 10, (Pt 1), 252-260 (2007).
  30. Rosenkrantz, A. B., et al. Utility of quantitative MRI metrics for assessment of stage and grade of urothelial carcinoma of the bladder: preliminary results. American Journal of Roentgenology. 201, (6), 1254-1259 (2013).

Comments

0 Comments


    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Usage Statistics