Le protocole d’effort doux chronique imprévisible pour induire l’anhédonie chez la souris

Behavior

Your institution must subscribe to JoVE's Behavior section to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

 

Summary

Nous présentons ici le protocole d’effort doux chronique imprévisible chez les souris. Ce protocole induit un phénotype de type dépressif à long terme et permet d’évaluer l’efficacité des antidépresseurs putatifs en inversant les déficits de type dépressif comportementales et neuromoléculaire.

Cite this Article

Copy Citation | Download Citations

Burstein, O., Doron, R. The Unpredictable Chronic Mild Stress Protocol for Inducing Anhedonia in Mice. J. Vis. Exp. (140), e58184, doi:10.3791/58184 (2018).

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the english version. For other languages click here.

Abstract

Dépression est un état très répandu et débilitant, que partiellement traitée par pharmacothérapies actuelles. L’absence de réponse au traitement de nombreux patients invite la nécessité de développer de nouvelles alternatives thérapeutiques et de mieux comprendre l’étiologie de la maladie. Des modèles précliniques avec fond translationnelle sont rudimentaires pour cette tâche. Nous présentons ici un protocole pour la méthode de l’effort doux chronique imprévisible (UCM) chez la souris. Dans ce protocole, souris adolescents sont exposés de façon chronique à interchangeant des stresseurs douces imprévisibles. Ressemblant à la pathogenèse de la dépression chez les humains, exposition d’effort au cours de la période sensible de l’adolescence de souris provoque un phénotype de type dépressif évident à l’âge adulte. UCM peut être utilisé pour les examens préalables des antidépresseurs sur la variété des comportements de type dépressif et indices neuromoléculaire. Parmi les plus importants essais d’évaluation comportement dépressif chez les rongeurs est le test de préférence de saccharose (SPT), qui reflète l’anhédonie (symptôme de base de la dépression). Le SPT est également présenté dans le présent protocole. La capacité de l’UCM à induire l’anhédonie, fomentent des déficits comportementaux à long terme et permettre le renversement de ces déficits par l’intermédiaire de traitement chronique (mais pas aiguë) avec des antidépresseurs renforce la validité du protocole par rapport à d’autres protocoles animales pour induire des comportements de type dépressif.

Introduction

Trouble dépressif majeur (TDM) est une maladie invalidante, qui a été indiquée comme la 11ème cause de la charge mondiale de la maladie1, avec une prévalence au cours des 11 – 16 %2,3. MDD a été associée à une déficience sévère sur des patients fonctionnement social et professionnel, diminue la qualité de vie, nombreux troubles mentaux et physiques et un risque accru de mortalité4,5,6 , 7. il y a plusieurs pharmacothérapies efficaces et des interventions psychologiques pour MDD ; Cependant, plus que le tiers des patients n’obtiennent pas remise avec les options thérapeutiques existantes8,9,10,11. Par conséquent, mieux cartographier la physiopathologie de la DDM et au développement de nouveaux médicaments sont toujours d’une importance capitale. Afin de répondre à ces besoins de modèles animaux de tâches scientifiquement validés pour être utilisé.

Un stress chronique légère imprévisible (UCM) est un paradigme de rongeur célèbre utilisé pour induire des comportements de type anxieux et dépressifs12,13,14,15. L’objectif principal de l’UCM est de générer des déficits comportementaux (par exemple, anhédonie et désespoir comportementale12,15) chez les souris et les rats et de promouvoir les projections pour les agents pharmacologiques thérapeutiques potentiels. La procédure a été introduite par Katz16 et par la suite développée par Willner17,18, ce qui donne des résultats comportements et neurobiologiques vastes souvenirs symptomatologie dépressive12. Il a été initialement conçu pour les rats et plus tard hébergé à souris13,19. Dans la procédure, animaux adolescents est exposés de façon chronique aux différents facteurs de stress de l’imprévisibles douces. Par la suite, les agents pharmacologiques sont administrés. Les indices comportements et biologiques sont obtenus à la fin du traitement. L’un des plus importants tests effectuées après l’UCM est le test de préférence de saccharose (SPT). Le SPT est basée sur la préférence innée des rongeurs pour la solution sucrée plutôt que de l’eau et est largement reconnu comme un modèle translationnel essentiel pour évaluer l’anhédonie12,18,20, 21 (qui est un symptôme de noyau en dépression humaine22,,23).

En entrant dans la quatrième décennie depuis son introduction, UCM a été appliquée sur des souris et des rats dans les innombrables études. La plupart de ces études employés UCM comme méthode pour induire des comportements de type dépressif12,13,21,24. Des études ont également employé le modèle pour générer anxiogène effets25,26,27,28,29. Préférences de saccharose et de saccharine sont les principaux tests utilisés pour évaluer l’anhédonie suite UCM12,18,30,31,32,33. Autres mesures de résultats notables qui sont hautement intégrés dans la littérature de l’UCM sont : la suspension arrière de test (TCT)28,34,35, test de la nage forcée (TVF)28,34 , 36 , 37 (les deux mesure stress adaptation/comportementale désespoir), le test de plein champ (OFT ; mesure du comportement exploratoire, anxiété-comme le comportement et l’activité locomotrice)25,28,38, l’élévation plus labyrinthe (EPM ; mesure comportement anxieux)25,39,40 et des tests supplémentaires, mesure des comportements de type dépressif, comportements de type anxiété, fonctionnement cognitif et comportement social12 . Administration chronique des antidépresseurs tricycliques (TCAS/ACAS ; l’imipramine35,41,42,43, désipramine18,44,45 ), les antidépresseurs tétracycliques (acce, maprotiline46,47,48de la miansérine), inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS ; fluoxetine46,47,49 , escitalopram30,50, paroxetine51,,52), mélatonine43,49, agomélatine53, l’inhibiteur d’hydrolase (FAAH) amide d’acide gras URB59754 et plusieurs composés naturels30,37,50,55,56,57,58 ont été démontré pour inverser les symptômes induite par l’UCM dépressifs et anxieux-type. Dans l’ensemble, ces effets thérapeutiques n’ont pas été collectées par l’intermédiaire de traitements aigus12 (p. ex., paroxetine51,52, imipramine53,54,59 ,60, fluoxetine,53, agomélatine53, URB59754, brofaromine60).

Exposition de stress durant l’enfance et l’adolescence est un facteur de risque majeur pour la formation antérieure du TDM (parmi plusieurs autres troubles psychiatriques) à l’âge adulte61,62,63. L’axe de hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) est un grand système neuroendocrinien réglementant la réponse bio-comportementales au stress64. Stress à long terme au cours des périodes sensibles sur le développement neurologique de l’enfance et l’adolescence altère l’équilibre de l’axe HPA. Il peut provoquer un état d’activation sympathique accrue, réactivité déséquilibrée et hypercortisolémie durables par le biais de l’état de repos ; rendant ainsi, les personnes vulnérables à la dépression ou les psychopathologies liées à l’anxiété65,66,67,,68. UCM adéquatement traduit cette pathogénie : souligner la demande au cours de la souris ' adolescence induit une susceptibilité à long terme de type dépressif. En outre, les déficits comportementaux induits par l’UCM, reposent sur des changements significatifs dans l’HPA axe fonctionnel (par exemple, en provoquant une diminution de facteur d’hippocampe neurotrophique dérivé du cerveau [BDNF ; une protéine très impliqué dans l’équilibre de l’HPA axe69,70]30, ou en altérant la régulation de la sécrétion de corticostérone le sang71,72), dans la similitude de la physiopathologie de l’être humain12, 50,73.

UCM a plusieurs fonctionnalités de consolidation comme un modèle pour la dépression : par exemple (i) la découverte de l’anhédonie (qui est considéré un endophénotype DDM23,,74) ; (ii) UCM permet d’apprécier la grande variété des comportements de type dépressifs tels que désespoir comportemental, comportement social réduit, détérioration de l’état de la fourrure et plus34; et (iii) chroniques (2-4 semaines), mais pas pointue, administration d’antidépresseurs après exposition de stress pourrait produire un effet thérapeutique prolongé parallèle à l’effet obtenu chez des patients humains par les mêmes agents30,75 ,,du7677.

Ces fonctionnalités renforcent la validité de l’UCM par rapport aux autres modèles animaux de dépression. Les TVF78 et le TST79 sont deux modèles qui sont utilisés pour induire ou d’évaluer le comportement dépressif. Comme modèles pour induire des comportements dépressifs-comme ils ont manques claires par rapport à l’UCM ; ils n’ont pas demander des changements de comportement à long terme et pourrait simplement refléter un ajustement d’un stress aigu plutôt que céder un durable dépressif comme manifestation76.

Un autre modèle animal de la dépression est le modèle social défaite. Contrairement à la FST et TCT ce modèle (comme UCM) exigent l’application d’un stress chronique (id est [c'est-à-dire] la soumission récurrente de l’animal social aversifs rencontres avec homologues dominantes)76,77 , 80 , 81 , 82. le principal avantage du modèle social défaite est qu’il emploie des stimuli sociaux comme facteurs de stress, ce qui traduit le rôle du stress psychosocial dans la pathogenèse de la dépression humaine. Semblable à l’UCM, le modèle social défaite suscite des comportements dépressifs ressemblant à long terme et des modifications neuro-endocrines. Encore une fois parallèle à l’UCM, les déficits sociaux induite par la défaite peuvent être renversées par l’intermédiaire de l’administration chronique, mais pas pointue, des antidépresseurs. Dans l’ensemble, il y a grand soutien pour l’utilisation d’UCM et défaite sociale comme appareils précliniques pour enquêter sur la physiopathologie de la dépression76,77,81,82 . Cependant, un manque à gagner important du modèle social défaite est qu’il ne pourrait s’appliquer sur les rongeurs mâles, comme les femmes ne présentent pas de comportement agressif suffisant vers l’autre83. Par contraste, l’UCM a été démontré pour produire plusieurs effets dépressifs sur les deux souris mâles et femelles34.

Un stress chronique légère prévisible (MCP) est un autre modèle de rongeur qui applique un régime d’exposition quotidienne de récurrent à retenue stress28,84,85,,du8687. Plusieurs études ont montré que PCMS augmenté des comportements de type anxiété28,87; Certes, il y a contradiction rapports capacité PCMS vis-àvis d’induire des comportements dépressifs ressemblant à long terme. Contrairement à l’UCM, MCP a produit des résultats moins satisfaisants, se référant à sa capacité d’induire un état semblable au andédonique28,84,86. Cela concorde avec la phénoménologie humaine, dans laquelle des facteurs de stress imprévisibles sont plus dommageables que prévisible ceux88.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

Toutes les méthodes décrites ici ont été approuvés par le Comité de l’utilisation de l’Academic College Tel-Aviv-Yaffo et d’institutionnels animalier.

1. les animaux

  1. Utilisation pré adolescent (c.-à-d., 3 semaines) Institut du Cancer (IC) tel souris mâles.
  2. Alternez les souris à deux groupe de même taille stress (UCM vs naïve). Utilisez 15 souris par groupe de traitement (p. ex.: s’il y a 3 pharmacologique des groupes de traitement utilisent 90 souris ensemble ; 2 [UCM vs naïf] × 3 [traitements] × 15 [souris] = 90)
  3. Souris domestiques selon le groupe de stress ; nommément, souris naïves maison avec souris naïves seulement et des souris de groupe UCM communes avec les souris du groupe UCM seulement.
  4. Maison des animaux dans des cages de maison standards (30 × 15 × 14 cm ; 5 souris par cage ; chaque cage contenant des souris de tous les groupes de traitement [c'est-à-dire, les groupes de traitement pharmacologique] ; maintenir la souris dans la même cage tout au long de l’expérience, sauf si indiqué autrement) .
  5. Remplir les cages maison avec de la sciure fraîche (remplacée deux fois par semaine) et ajouter un morceau de coton hydrophile pour l’enrichissement.
  6. Animaux de maison dans la cage pour une période d’acclimatation d’une semaine. Permettre l’accès ad libitum à chow rongeur et l’eau (sauf lors de l’application du facteur de stress UCM).
  7. Garder un cycle lumière/obscurité de conforme 12 h (sauf si indiqué autrement). Au cours de procédures UCM maintenir souris naïves dans leur cage maison.

2. UCM

  1. Désigner une salle séparée dans le laboratoire, à l’usage exclusif du protocole UCM.
  2. Concevoir un régime de 4 semaines agent stressant dans lequel chacun des sept stresseurs (c'est-à-dire, cage humide, sciure de bois humide, cage inclinée, cage vide, difficultés sociales, souris retenue et perturbation du cycle lumière/obscurité) est utilisée une fois par semaine, un autre jour de la semaine (pour une conception possible voir Supplement tableau 1).
  3. Après 1 semaine d’acclimatation (voir 1.6) ouvrir la demande de facteurs de stress (veiller à ce que les souris sont vieux d’environ 4 semaines).
  4. Chaque jour, avant l’application du facteur de stress, transférer les cages du groupe UCM de la chambre de logement à la salle de l’UCM.
  5. Lors de l’application de l’agent stresseur, bloquer l’accès aux rongeur chow et eau pour le groupe UCM (sauf au cours de l’inversion de lumière/obscurité cycle).
    NOTE : Cela pourrait être obtenue par le remplacement de la cage couvercle original (qui contient de l’eau et nourriture), d’un couvercle de la cage vide.
  6. Appliquer les facteurs de stress suivants selon le schéma thérapeutique conçu plus tôt (voir 2.2) :
    1. Cage humide
      1. Placez les souris ainsi que leurs homologues de cage maison dans une cage vide (c'est-à-dire, cage sans sciure).
      2. Remplir la cage vide avec de l’eau maintenue à 24 ± 1 ° C jusqu'à une profondeur de 1 cm (verser avec précaution pour éviter tout débordement d’eau directe sur des souris). Gardez la souris dans la cage humide pendant 4 h.
      3. Transférer chaque souris à un transitoire individuel séparé cage de séchage avec une lampe chauffante au-dessus d’elle, un coussin chauffant sous elle et literie serviette de papier. Placez un thermomètre dans la cage transitoire pour vérifier que la température ne dépasse pas 37 ° C.
      4. Garder chaque souris dans la cage transitoire jusqu'à ce qu’elle est sèche et regards revigorée (environ 10 à 15 min). Revenir en cage maison avec homologues mêmes souris.
    2. Sciure de bois humide
      1. Versez de l’eau maintenue à 24 ± 1 ° C à la cage jusqu'à ce que la sciure de bois est moyennement humidifi é (verser avec précaution pour éviter tout débordement d’eau directe sur des souris).
        Remarque : Il n’est pas nécessaire d’utiliser de la sciure fraîche avant de verser l’eau.
      2. Après 4 h, sécher les souris en cage transitoire comme décrit dans 2.6.1.3. Placer les souris avec ses homologues cage maison dans une cage stérile avec de la sciure fraîche.
    3. Cage inclinée
      1. Inclinez les cages à 45° contre le mur pendant 4 h.
        Remarque : Pendant cette période, souris stresseur restent dans leur cage maison avec leurs homologues.
    4. Cage vide
      1. Transfert en souris, ainsi que leurs homologues de cage maison spécifique, de la cage pour une cage vide pendant 4 h.
    5. Stress social
      1. Transfert en souris, ainsi que leurs homologues de cage maison spécifique, de la cage à une cage qui fut hébergée par un autre groupe de souris pour une période d’au moins 3 jours avant l’application du facteur de stress. Gardez la souris dans la cage peu familier pendant 4 h.
        Remarque : Pour éviter d’incertitude une gommette sur chaque cage pour indiquer la cage origine souris.
    6. Retenue de souris
      1. Placer chaque souris séparément dans une drisse propre souris souris retour 4 h. à domicile cage avec des homologues de mêmes.
    7. Perturbation du cycle lumière/obscurité
      1. Transfert des souris dans leur cage maison avec leurs homologues spécifiques, à la salle de l’UCM. Gardez la lumière allumée, pendant 24 heures consécutives.
        Remarque : Uniquement au cours de ces facteurs de stress souris pourront ad libitum accès aux rongeur chow et l’eau.
  7. Après l’application du facteur de stress, retour cages du groupe UCM depuis la salle de l’UCM à la chambre de logement.
  8. Pendant les 4 semaines d’exposition d’effort, conserver le groupe de naïfs dans leur domicile situé dans la pièce du logement.
    Remarque : Les souris naïves ne sont pas transférées vers les chambres de l’UCM parce que l’exposition aux autres souris subir de stress pourrait induire un effet de cas, même sans exposition directe à l’agent stressant89,90.
  9. Surveillance des animaux au cours de l’UCM
    1. Au cours de l’agent stressant demandes (sauf pendant la perturbation de la lumière/obscurité cycle) surveillent souris toutes les 30 minutes par un expérimentateur expérimenté. Si on observe une détresse atypique (p. ex., tremblements, léthargie, manque de mouvement) (une attention particulière doit être placée sur éventuelle hypothermie au cours de la « cage humide » et « imbibé de sciure de bois ») soulager la souris de l’agent stresseur immédiatement.
    2. Inspecter chaque souris tous les jours pour les blessures ou d’autres anomalies physiques ou comportementales. Si telles sont inspectés consultez vétérinaire du laboratoire de décider si la souris doivent être exclue de l’expérience.
    3. Peser chaque souris tous les 3 jours. Robuste réduction du poids corporel (c'est-à-dire> réduction de 10 % du poids de référence ou > 15 % de réduction de dernière mesurée poids) doivent être signalés au vétérinaire du laboratoire et la souris doivent être exclue de l’expérience.

3. dépistage des antidépresseurs

  1. Le jour suivant l’arrêt du protocole UCM, commencer l’administration d’agents pharmacologiques thérapeutiques putatifs (c.-à-d., escitalopram [15 mg/kg, i.p. ; 3 semaines ; administration par jour]30,,50, ou roman à base de plantes traitement [NHT 30 mg/kg i.p. ; 3 semaines ; une seule administration par jour]30,,50).
    Remarque : Pour des doses d’autres médicaments non inclus dans le présent protocole, voir : flouxetine46, 47, 49, 89, 90, paroxetine51, imipramine,35,41,42,43,18,44,45de la désipramine, maprotiline46,47, miansérine48, mélatonine43,49, URB59754 et autres naturelles des composés37,55,56,57,58.
    NOTE : NHT est une formule à base de plantes qui a été mis au point dans notre laboratoire. Il est composé de 4 composants :
    Crataegus Pinnatifida, Triticum Aestivum, Lilium "brownie" et Fructus Zizyphi Jujube. La formule est préparée en dissolvant les constituants (acquis comme granules lyophilisées) ensemble dans une solution saline contenant 1 % DMSO pour donner une concentration finale de 0,47 mg/ml (chacun)27,50.
  2. Inclure un groupe de traitement de commande et d’administrer une solution saline (i.p. ; une seule injection par jour, 3 semaines) à ce groupe.
  3. Calculer la dose de médicament selon souris ' poids, obtenus à la pesée précédente.
  4. Administrer les médicaments chroniquement (habituellement un médicament par jour par injection intrapéritonéale [i.p.] pendant 3 semaines).
    Remarque : Il est inutile d’anesthésier les souris avant l’injection intrapéritonéale.
  5. Continuer à peser souris tous les 3 jours ; la dernière pesée doit être de 3 jours avant la dernière administration du médicament.

4. Evaluation de ton hédoniste dans l’arborescence SPT

  1. Après la phase de traitement, retirer chaque souris de la cage et le placer individuellement dans une cage remplie de sciure fraîche et un morceau de coton hydrophile pour l’enrichissement.
  2. Préparer deux bouteilles, une avec de l’eau distillée et l’autre avec une solution de 2 % de saccharose (autre substance pourrait être utilisé : par exemple, saccharine91, éthanol,30).
    Remarque : Chaque bouteille doit contenir le même volume de liquide. Acclimatation préalable ni phases d’accoutumance sont nécessaires avant l’introduction de liquides.
  3. Peser les deux bouteilles et mettez-les dans le couvercle de cage à autoriser les souris ad libitum de rejoindre les deux solutions pour une période de (un des numéros suivants) : 24/48/72/144 h.
  4. Placez les deux biberons aux deux extrémités du couvercle de la cage. Placez chow rongeur entre les deux bouteilles pour permettre un accès à une alimentation ad libitum .
  5. Remplacer les bouteilles toutes les 24 h, à l’aide de bouteilles stériles avec du liquide frais.
    Remarque : comme les souris sont logés individuellement il n’y a aucun besoin de changer la sciure de bois même après 144 h92.
  6. Positions de l’interrupteur des buses toutes les 12 h (lorsque la durée de l’essai est 24h) ou une fois par jour (quelle durée d’essai est supérieure à 24h) pour contrebalancer la possibilité que les résultats ont été confondus par la préférence de positionnement.
  7. Peser les bouteilles chaque jour pour estimer la consommation de chaque bouteille.
  8. Calculer les préférences de saccharose comme theratio de l’apport de saccharose provenant des apport liquidien total (c.-à-d., saccharose/saccharose + eau).

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

Afin de corroborer l’efficacité de la procédure de l’UCM pour induire des déficits de type dépressif, une vérification de la manipulation a été réalisée. Souris ICR tel mâles ont été assignés au hasard à conditions de l’UCM ou naïve (4 semaines, tel que décrit dans le protocole 2.2). Par la suite, l’arborescence SPT (6 jours, tel que décrit dans le protocole n ° 4) a été administrée pour déterminer si la souris après avoir subi l’UCM a démontré des déficits hédonistes. Peu après, les souris ont été euthanasiées et l’hippocampe a été disséqué sortir entièrement de BDNF (une protéine fortement impliquée dans la physiopathologie de la dépression70,93) évaluation par dosage immunoenzymatique (ELISA). Voir la Figure 1 pour la conception de l’étude.

Indépendant des échantillons t-test a révélé une différence significative entre les groupes dans leur préférence de saccharose (t(23) = 2.32, p < 0,05). Le groupe UCM démontré diminuée de préférence de saccharose par rapport à la naïve groupe (voir Figure 2 a). Ceci suggère que le protocole de l’UCM était efficace pour induire l’anhédonie. Indépendant des échantillons t-tester le BDNF hippocampe niveaux a révélé une différence significative entre les groupes (t(23) = 2.43, p < 0,05). Le groupe UCM démontré diminuée hippocampe niveaux BDNF par rapport à la naïve groupe (voir Figure 2 b). Ceci suggère que le protocole de l’UCM a conduit à la diminution des niveaux BDNF hippocampe, comme en témoigne la dépression humaine94.

Dans une autre étude de notre laboratoire, nous avons examiné les effets potentiels des antidépresseur semblable de deux médicaments suivant le protocole de l’UCM. Procédure suivant l’UCM 30 (comme décrit dans 2.) mâle ICR tel souris a reçu un traitement chronique (3 semaines) avec l’escitalopram de SSRI (15 mg/kg, i.p.), NHT (30 mg/kg ; i.p. ; pour plus d’informations au sujet de NHT voir références25 30,50,75) ou de sérum physiologique. Après la phase de traitement, le SPT a été menée et des niveaux BDNF hippocampe ont été évalués. Voir la Figure 3 pour la conception de l’étude.

Bidirectionnelle analyse de variance (ANOVA) sur la préférence de saccharose a révélé un traitement majeur (F(2,92) = 4.01, p < 0,05) et interaction de traitement × UCM (F(2,92) = 4,92, p < 0,01) effets (voir Figure 4 a). Analyse post-hoc Sidak a révélé que le groupe UCM-saline a démontré une diminution significative de préférence de saccharose par rapport au groupe naïve-saline (p < 0,001) ; pas de baisses ont été observées dans l’UCM-escitalopram et dans les groupes de l’UCM-NHT comparées aux groupes naïf (non significative [N.S.]). En outre, le groupe UCM-saline montré préférence de saccharose a diminué par rapport à la fois l’UCM-escitalopram (p < 0,05) et les groupes de l’UCM-NHT (p < 0,001). Elles donnent à penser que l’escitalopram et NHT normalisées l’anhédonie induite par l’UCM.

Bidirectionnelle ANOVA sur des niveaux BDNF hippocampe a révélé UCM significatif (F(1,22) = 8,92, p < 0,01), traitement (F(2,22) = 18.36, p < 0,001) et interaction de traitement × UCM (F(2,22) = 5.19, p < 0,05) effets (voir Figure 4 b). Analyse post-hoc Sidak a révélé que le groupe UCM-saline a démontré une diminution significative des niveaux BDNF hippocampe comparée au groupe naïve-saline (p < 0,001) ; aucun des baisses semblables ont été observés dans l’UCM-escitalopram et dans les groupes de l’UCM-NHT comparées aux groupes naïf (N.S.). En outre, le groupe UCM-saline a montré une diminution de BDNF hippocampe niveaux par rapport à la fois l’UCM-escitalopram et les groupes de l’UCM-NHT (p < 0,001 dans ces deux contrastes). Elles donnent à penser que l’escitalopram et NHT normalisées la réduction induite par l’UCM taux de BDNF dans l’hippocampe.

Figure 1
Figure 1 : un diagramme illustrant un modèle expérimental possible. Après 1 semaine d’acclimatation, souris ont été assignés au hasard à UCM ou naïf de conditions (persistance 4 semaines). Par la suite, préférence de saccharose a été examinée et souris ont été préparés pour l’évaluation de BDNF. SPT : test de préférence saccharose ; CD : dislocation cervicale. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
Figure 2 : les effets de l’UCM sur préférence de saccharose et des niveaux BDNF hippocampiques. (A) les souris soumises à 4 semaines de l’UCM a démontré une réduction significative de préférence de saccharose par rapport aux souris naïves. (B) les souris soumises à 4 semaines de l’UCM a démontré une réduction significative de l’hippocampe BDNF niveaux par rapport aux souris naïves. n = 12 – 13 souris par groupe. Les résultats sont exprimés en moyenne ± SEM. *p < 0,05 s’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 3
Figure 3 : un diagramme illustrant un modèle expérimental possible. Après 1 semaine d’acclimatation, souris ont été assignés au hasard à UCM ou naïf de conditions (persistance 4 semaines). Par la suite, les souris ont reçu un traitement chronique avec une solution saline, escitalopram (15 mg/kg, i.p.) ou NHT (30 mg/kg, i.p.), une durée de 3 semaines (une seule administration par jour). Après le traitement, préférence de saccharose a été examinée et souris ont été préparés pour l’évaluation de BDNF. SPT : test de préférence saccharose ; CD : dislocation cervicale. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 4
Figure 4 : les effets d’un traitement chronique avec l’escitalopram et NHT sur la réduction induite par l’UCM préférence de saccharose et des taux BDNF hippocampiques. (A) les deux escitalopram et NHT a empêché la réduction induite par l’UCM dans les préférences de saccharose ; n = 15 – 17 souris par groupe. (B) les deux escitalopram et NHT a empêché la réduction induite par l’UCM dans des niveaux BDNF hippocampiques ; n = 4-6 souris par groupe. Les résultats sont exprimés en moyenne ± SEM. *p < 0,05 ***p < 0,001. Ce chiffre a été modifié par une étude précédemment publiée dans notre laboratoire et réimprimé sous PLoS ONE licence libre accès (« CC-BY ») qui permet de réimprimer30. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Supplémentaire tableau 1 : Calendrier des stress léger chronique imprévisible (UCM). S’il vous plaît cliquez ici pour télécharger ce fichier.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

Dans la mesure où la DDM est une maladie très invalidante généralisée, que partiellement abordée par les options thérapeutiques actuelles, la recherche scientifique de meilleurs traitements demeure un problème urgent. Ainsi que des innovations techniques psychologiques, les pharmacothérapies supplémentaires sont nécessaires pour la grande partie des patients qui ne répondent pas aux médicaments existants. Méticuleuse des modèles animaux pour la dépression sont l’élément clé dans cette tâche. Ces modèles facilitent les projections innovantes antidépresseurs et élargir la compréhension de l’étiologie de la maladie. UCM est un des modèles de rongeurs plus éminents de la dépression. Sa « stature est exposée par publications vastes et points de vue remarquables12,18,82,95,96,97.

Anhédonie est l’un des symptômes principaux de DDM22,23,74. Un ton plus sévère de l’andédonique a été associé de pronostic moins favorable pour les patients MDD74,98. Un atout majeur de l’UCM comme un modèle de la dépression, c’est sa capacité à générer l’anhédonie31 comme exemplifié dans le saccharose SPT. est un agent innée renforçateur pour diverses espèces de rongeurs51,52,59, 99; ce qui explique le soutien global de SPT comme un modèle réaliste de tonalité hédonique dans rongeurs14,31,100. En raison du rôle central d’anhedonia dans n’importe quel modèle animal de la dépression, il a été suggéré que, lorsqu’on envisage la mise en œuvre UCM dans un laboratoire, la première étape devrait être une vérification de la capacité de la procédure pour induire un état d’andédonique12. Cela facilitera une meilleure standardisation à travers des laboratoires et pourrait servir de fondement pour de futures études, plus de lumière sur le trouble.

Une autre caractéristique qui prend en charge la validité de l’UCM, comme un modèle de la dépression, c’est que les altérations comportementales et moléculaires induites par l’UCM sont renversées par un traitement chronique, mais pas pointu, avec des agents qui ont été précédemment vérifiés aussi efficace les antidépresseurs12. L’effet thérapeutique prolongée est similaire aux effets des antidépresseurs chez les humains, qui commencent habituellement se manifestant qu’après 2-3 semaines de traitement101,102. À cet égard, l’UCM possède une validité supérieure par rapport à la FST78 et le TST103, dont les effets sont obtenus également suite à un traitement aigu. À la différence du TCT et le FST, ce manque à gagner n’est pas évident dans le modèle social de défaite de la dépression, qui (avec l’UCM) se distinguent comme un excellent modèle animal de la dépression. Cependant, comparé à la FST et TCT, UCM et autres modèles de stress chronique sont beaucoup plus longues et onéreuses.

Les souches de souris notables ont été employées dans les études de l’UCM. Parmi les souches les plus fréquentes sont les C57BL/6 et le BALB/cJ21,34. Nous avons utilisé des souris ICR tel mâles comme de nombreuses études ont démontré l’efficacité de l’UCM dans cette souche. En outre, l’utilisation de l’ICR tel traversins souris la validité écologique du protocole, en raison de la haute entre la variabilité génétique de cette souche (comparée aux souches de souris transgéniques)30,75,104 animaux , 105 , 106.

Pour les doses suggérées d’autres médicaments non inclus dans le présent protocole, mais ont été utilisés dans les autres protocoles UCM voir : flouxetine46,47,49,104,105, paroxetine51, l’imipramine35,41,42,43, désipramine18,44,45, maprotiline46,47, miansérine48, mélatonine43,49, URB59754 et autres naturelles composés37,55,56,57,58 .

Il existe plusieurs mesures de résultats supplémentaires souvent appliquées dans les protocoles de l’UCM, parmi eux : (i) TVF : une mesure pour désespoir comportemental (voir référence78 pour la délimitation du protocole) ; (ii) TST : une autre mesure pour désespoir comportemental (voir référence103 pour la délimitation du protocole) ; (iii) splash test et évaluation du manteau État : deux indicateurs de mesures putatifs d’apathie et de comportement de toilettage (voir référence107 pour délimitation de protocole) ; (iv) la sociabilité/préférence pour nouveauté sociale : mesures de comportement social108 (voir référence109 pour délimitation de protocole) ; et le comportement sexuel (v) : une autre mesure pour tonalité hédonique (voir référence75 pour la délimitation du protocole). En outre, UCM sert à évaluer les neuromoléculaire, endocriniens et des autres mesures biologiques pertinentes à dépression50,72,110,111,112, 113 , 114 , 115 , 116 (en particulier, voir références117,118 pour évaluation de BDNF par l’intermédiaire de délimitation de protocole ELISA).

Il y a plusieurs étapes cruciales au sein du protocole UCM : (i) il est essentiel que les souris de tous les groupes de traitement seront logés ensemble et pas dans des cages séparées. Par exemple, s’il y a 3 groupes de traitement (p. ex., escitalopram, NHT et une solution saline) il y aura 2 souris de 2 des groupes et 1 souris du groupe restant dans chaque cage. Le logement de groupe hybride nuira à la possibilité que les résultats étaient reposant sur les conditions de logement et pas le traitement en soi. (ii) souris naïves doivent être hébergés séparément de souris stressée, logement avec souris stressées étant stressant90,,du119120 et, par conséquent, pourraient gêner ou atténuer la manipulation de stress. (iii) précédents protocoles UCM ont instruits boîtier unique plutôt que groupe logement32,121; Nous avons proposé ce dernier comme seul boîtier peut provoquer davantage susceptibilité au stress chez les souris et les rats122,123,124,125. (iv) le calendrier de l’UCM doit être conçu avec diligence pour s’assurer d’imprévisibilité (c.-à-d., exposition au hasard à chaque facteur de stress une fois par semaine) ; Cependant, annexes pourraient être modifiées tout au long de l’expérience, tant que l’imprévisibilité est maintenue.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Les auteurs n’ont rien à divulguer.

Acknowledgments

Les auteurs tiennent à remercier Gali Breuer pour son aide dans la production vidéo. Cette recherche a été financée par Israël Ministry of Science, Technology & espace (subvention no 313552), par l’Institut National de la psychobiologie en Israël (NIPI-208-16-17 b) et la Fondation de l’Université ouverte.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
Heating lamp Ikea AA-19025-3
Heating pillow Sachs EF-188B
Mice restrainer
Portable electronic balance (*.** g)
Standard rubber stopper, size 5 Ancare #5.5R To avoid spillage during SPT
Straight open drinking tube (2.5") Ancare OT-100 To avoid spillage during SPT (insert drinking tube into rubber stopper)
2% sucrose solution
50 mL conical centrifuge tube For the SPT
Pre-adolescent (approximately 20-days old) ICR outbred mice Envigo Hsd:ICR (CD-1)

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Murray, C. J., et al. Disability-adjusted life years (DALYs) for 291 diseases and injuries in 21 regions, 1990-2010: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study. Lancet. 380, (9859), 2197-2223 (2010).
  2. Bromet, E., et al. Cross-national epidemiology of DSM-IV major depressive episode. BMC Medicine. 9, (2011).
  3. Kessler, R. C., et al. The Epidemiology of Major Depressive Disorder. JAMA: The Journal of the American Medical Association. 289, (23), 3095 (2003).
  4. Doom, J. R., Haeffel, G. J. Teasing apart the effects of cognition, stress, and depression on health. American Journal of Health Behavior. 37, (5), 610-619 (2013).
  5. Mykletun, A., Bjerkeset, O., Øverland, S., Prince, M., Dewey, M., Stewart, R. Levels of anxiety and depression as predictors of mortality: The HUNT study. British Journal of Psychiatry. 195, (2), 118-125 (2009).
  6. Moussavi, S., Chatterji, S., Verdes, E., Tandon, A., Patel, V., Ustun, B. Depression, chronic diseases, and decrements in health: results from the World Health Surveys. Lancet. 370, (9590), 851-858 (2007).
  7. Otte, C., et al. Major depressive disorder. Nature Reviews Disease Primers. 2, (2016).
  8. Rush, A. J., et al. Acute and longer-term outcomes in depressed outpatients requiring one or several treatment steps: A STAR*D report. Amerian Journal of Psychiatry. 163, (11), 1905-1917 (2006).
  9. Cuijpers, P., Karyotaki, E., Weitz, E., Andersson, G., Hollon, S. D., Van Straten, A. The effects of psychotherapies for major depression in adults on remission, recovery and improvement: A meta-analysis. Journal of Affective Disorder. 159, 118-126 (2014).
  10. Lam, R. W., et al. Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2016 Clinical Guidelines for the Management of Adults with Major Depressive Disorder. Canadian Journal of Psychiatry. 61, (9), 510-523 (2016).
  11. Kupfer, D. J., Frank, E., Phillips, M. L. Major depressive disorder: New clinical, neurobiological, and treatment perspectives. Lancet. 379, (9820), 1045-1055 (2012).
  12. Willner, P. Chronic mild stress (CMS) revisited: Consistency and behavioural- neurobiological concordance in the effects of CMS. Neuropsychobiology. 52, (2), 90-110 (2005).
  13. Surget, A., Belzung, C. Unpredictable chronic mild stress in mice. Experimental Animal Model in Neurobehavior Research. 79-112 (2009).
  14. Hoffman, K. L. 2 -What can animal models tell us about depressive disorders?. Modelling Neuropsychiatric Disorder in Laboratory Animals. (2016).
  15. Cryan, J. F., Holmes, A. The ascent of mouse: advances in modelling human depression and anxiety. Nature Review Drug Discovery. 4, (9), 775-790 (2005).
  16. Katz, R. J., Roth, K. A., Carroll, B. J. Acute and chronic stress effects on open field activity in the rat: Implications for a model of depression. Neuroscience and Biobehavior Reviews. 5, (2), 247-251 (1981).
  17. Willner, P. The validity of animal models of depression. Psychopharmacology (Berlin). 83, (1), 1-16 (1984).
  18. Willner, P., Towell, A., Sampson, D., Sophokleous, S., Muscat, R. Reduction of sucrose preference by chronic unpredictable mild stress, and its restoration by a tricyclic antidepressant. Psychopharmacology (Berlin). 93, (3), 358-364 (1987).
  19. Ducottet, C., Belzung, C. Behaviour in the elevated plus-maze predicts coping after subchronic mild stress in mice. Physiology and Behavior. 81, (3), 417-426 (2004).
  20. Treadway, M. T., Zald, D. H. Reconsidering anhedonia in depression: Lessons from translational neuroscience. Neuroscience and Biobehavioral Reviews. 35, (3), 537-555 (2011).
  21. Pothion, S., Bizot, J. C., Trovero, F., Belzung, C. Strain differences in sucrose preference and in the consequences of unpredictable chronic mild stress. Behavioural Brain Research. 155, (1), 135-146 (2004).
  22. American Psychiatric Association. . Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. 5th Edition (DSM-5). (2013).
  23. Pizzagalli, D. A. Depression, stress, and anhedonia: toward a synthesis and integrated model. Annual Review Clinical Psychology. 10, 393-423 (2014).
  24. Nollet, M., Le Guisquet, A. -M., Belzung, C. Models of depression: unpredictable chronic mild stress in mice. Current Protocols in Pharmacology. Chapter 5 (June), Unit 5.65 (2013).
  25. Doron, R., Lotan, D., Rak-Rabl, A., Raskin-Ramot, A., Lavi, K., Rehavi, M. Anxiolytic effects of a novel herbal treatment in mice models of anxiety. Life Science. 90, (25-26), 995-1000 (2012).
  26. Rössler, A. S., Joubert, C., Chapouthier, G. Chronic mild stress alleviates anxious behaviour in female mice in two situations. Behavioural Processes. 49, (3), 163-165 (2000).
  27. Maslova, L. N., Bulygina, V. V., Markel, A. L. Chronic stress during prepubertal development: Immediate and long-lasting effects on arterial blood pressure and anxiety-related behavior. Psychoneuroendocrinology. 27, (5), 549-561 (2002).
  28. Zhu, S., Shi, R., Wang, J., Wang, J. -F., Li, X. -M. Unpredictable chronic mild stress not chronic restraint stress induces depressive behaviours in mice. Neuroreport. 25, (14), 1151-1155 (2014).
  29. Bondi, C. O., Rodriguez, G., Gould, G. G., Frazer, A., Morilak, D. A. Chronic unpredictable stress induces a cognitive deficit and anxiety-like behavior in rats that is prevented by chronic antidepressant drug treatment. Neuropsychopharmacology. 33, (2), 320-331 (2008).
  30. Burstein, O., et al. Escitalopram and NHT normalized stress-induced anhedonia and molecular neuroadaptations in a mouse model of depression. PLoS One. 12, (11), (2017).
  31. Willner, P., Muscat, R., Papp, M. Chronic mild stress-induced anhedonia: A realistic animal model of depression. Neuroscience and Biobehavioral Reviews. 16, (4), 525-534 (1992).
  32. Papp, M., Willner, P., Muscat, R. An animal model of anhedonia: attenuation of sucrose consumption and place preference conditioning by chronic unpredictable mild stress. Psychopharmacology (Berlin). 104, (2), 255-259 (1991).
  33. Kumar, B., Kuhad, A., Chopra, K. Neuropsychopharmacological effect of sesamol in unpredictable chronic mild stress model of depression: Behavioral and biochemical evidences. Psychopharmacology (Berlin). 214, (4), 819-828 (2011).
  34. Mineur, Y. S., Belzung, C., Crusio, W. E. Effects of unpredictable chronic mild stress on anxiety and depression-like behavior in mice. Behavioral Brain Research. 175, (1), 43-50 (2006).
  35. Ibarguen-Vargas, Y., et al. Deficit in BDNF does not increase vulnerability to stress but dampens antidepressant-like effects in the unpredictable chronic mild stress. Behavioral Brain Research. 202, (2), 245-251 (2009).
  36. Luo, D. D., An, S. C., Zhang, X. Involvement of hippocampal serotonin and neuropeptide Y in depression induced by chronic unpredicted mild stress. Brain Research Bulletin. 77, (1), 8-12 (2008).
  37. Bhutani, M. K., Bishnoi, M., Kulkarni, S. K. Anti-depressant like effect of curcumin and its combination with piperine in unpredictable chronic stress-induced behavioral, biochemical and neurochemical changes. Pharmacolology and Biochemistry Behavior. 92, (1), 39-43 (2009).
  38. Lin, Y. H., Liu, A. H., Xu, Y., Tie, L., Yu, H. M., Li, X. J. Effect of chronic unpredictable mild stress on brain-pancreas relative protein in rat brain and pancreas. Behavior Brain Research. 165, (1), 63-71 (2005).
  39. Cox, B. M., Alsawah, F., McNeill, P. C., Galloway, M. P., Perrine, S. A. Neurochemical, hormonal, and behavioral effects of chronic unpredictable stress in the rat. Behavior Brain Research. 220, (1), 106-111 (2011).
  40. Lagunas, N., Calmarza-Font, I., Diz-Chaves, Y., Garcia-Segura, L. M. Long-term ovariectomy enhances anxiety and depressive-like behaviors in mice submitted to chronic unpredictable stress. Hormones and Behavior. 58, (5), 786-791 (2010).
  41. Papp, M., Klimek, V., Willner, P. Parallel changes in dopamine D2 receptor binding in limbic forebrain associated with chronic mild stress-induced anhedonia and its reversal by imipramine. Psychopharmacology (Berlin). 115, (4), 441-446 (1994).
  42. Harkin, A., Houlihan, D. D., Kelly, J. P. Reduction in preference for saccharin by repeated unpredictable stress in mice and its prevention by imipramine. Journal of Psychopharmacology. 16, (2), 115-123 (2002).
  43. Detanico, B. C., et al. Antidepressant-like effects of melatonin in the mouse chronic mild stress model. European Journal of Pharmacology. 607, (1-3), 121-125 (2009).
  44. Kubera, M., et al. Prolonged desipramine treatment increases the production of interleukin-10, an anti-inflammatory cytokine, in C57BL/6 mice subjected to the chronic mild stress model of depression. Journal of Affective Disorder. 63, (1-3), 171-178 (2001).
  45. Moreau, J. L., Jenck, F., Martin, J. R., Mortas, P., Haefely, W. E. Antidepressant treatment prevents chronic unpredictable mild stress-induced anhedonia as assessed by ventral tegmentum self-stimulation behavior in rats. European Neuropsychopharmacoly. 2, (1), 43-49 (1992).
  46. Muscat, R., Papp, M., Willner, P. Reversal of stress-induced anhedonia by the atypical antidepressants, fluoxetine and maprotiline. Psychopharmacology (Berlin). 109, (4), 433-438 (1992).
  47. Yalcin, I., Belzung, C., Surget, A. Mouse strain differences in the unpredictable chronic mild stress: a four-antidepressant survey. Behavioural Brain Research. 193, (1), 140-143 (2008).
  48. Moreau, J. L., Bourson, A., Jenck, F., Martin, J. R., Mortas, P. Curative effects of the atypical antidepressant mianserin in the chronic mild stress-induced anhedonia model of depression. Journal of Psychiatry Neuroscience. 19, (1), 51-56 (1994).
  49. Kopp, C., Vogel, E., Rettori, M. C., Delagrange, P., Misslin, R. The effects of melatonin on the behavioural disturbances induced by chronic mild stress in C3H/He mice. Behavioural Pharmacology. 10, (1), 73-83 (1999).
  50. Doron, R., et al. Escitalopram or novel herbal mixture treatments during or following exposure to stress reduce anxiety-like behavior through corticosterone and BDNF modifications. PLoS One. 9, (4), (2014).
  51. Elizalde, N., et al. Long-lasting behavioral effects and recognition memory deficit induced by chronic mild stress in mice: Effect of antidepressant treatment. Psychopharmacology (Berlin). 199, (1), 1-14 (2008).
  52. Casarotto, P. C., Andreatini, R. Repeated paroxetine treatment reverses anhedonia induced in rats by chronic mild stress or dexamethasone. European Neuropsychopharmacology. 17, (11), 735-742 (2007).
  53. Papp, M., Gruca, P., Boyer, P. -A., Mocaër, E. Effect of agomelatine in the chronic mild stress model of depression in the rat. Neuropsychopharmacology. 28, (4), 694-703 (2003).
  54. Bortolato, M., et al. Antidepressant-like activity of the fatty acid amide hydrolase inhibitor URB597 in a rat model of chronic mild stress. Biological Psychiatry. 62, (10), (2007).
  55. Liu, Y., et al. Antidepressant-like effects of tea polyphenols on mouse model of chronic unpredictable mild stress. Pharmacology Biochemistry Behavior. 104, (1), 27-32 (2013).
  56. Dai, Y., et al. Metabolomics study on the anti-depression effect of xiaoyaosan on rat model of chronic unpredictable mild stress. Journal of Ethnopharmacology. 128, (2), 482-489 (2010).
  57. Zhang, D., Wen, X. S., Wang, X. Y., Shi, M., Zhao, Y. Antidepressant effect of Shudihuang on mice exposed to unpredictable chronic mild stress. Jouranl of Ethnopharmacology. 123, (1), 55-60 (2009).
  58. Li, Y. C., et al. Antidepressant-like effects of curcumin on serotonergic receptor-coupled AC-cAMP pathway in chronic unpredictable mild stress of rats. Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry. 33, (3), 435-449 (2009).
  59. Monleon, S., Parra, A., Simon, V. M., Brain, P. F., D'Aquila, P., Willner, P. Attenuation of sucrose consumption in mice by chronic mild stress and its restoration by imipramine. Psychopharmacology (Berlin). 117, (4), 453-457 (1995).
  60. Papp, M., Moryl, E., Willner, P. Pharmacological validation of the chronic mild stress model of depression. European Journal of Pharmacology. 296, (2), 129-136 (1996).
  61. Jansen, K., et al. Childhood trauma, family history, and their association with mood disorders in early adulthood. Acta Psychiatrica Scandinavica. (4), (2016).
  62. Kessler, R. C. THE EFFECTS OF STRESSFUL LIFE EVENTS ON DEPRESSION. Annual Review of Psychology. 48, (1), 191-214 (1997).
  63. Brady, K. T., Back, S. E. Childhood trauma, posttraumatic stress disorder, and alcohol dependence. Alcohol Research. 34, (4), 408-413 (2012).
  64. Pariante, C. M., Lightman, S. L. The HPA axis in major depression: classical theories and new developments. Trends in Neurosciences. 31, (9), 464-468 (2008).
  65. De Bellis, M. D., et al. Developmental traumatology part I: biological stress systems. Biological Psychiatry. 45, (10), 1259-1270 (1999).
  66. de Kloet, E. R., Joëls, M., Holsboer, F. Stress and the brain: from adaptation to disease. Nature Reviews Neurosciences. 6, (6), 463-475 (2005).
  67. Heim, C., Newport, D. J., Mletzko, T., Miller, A. H., Nemeroff, C. B. The link between childhood trauma and depression: Insights from HPA axis studies in humans. Psychoneuroendocrinology. 33, (6), 693-710 (2008).
  68. Trickett, P. K., Noll, J. G., Susman, E. J., Shenk, C. E., Putnam, F. W. Attentuation of cortisol across development for victims of sexual abuse. Developmental Psychopathology. 22, (1), 165-175 (2010).
  69. Bremne, J. D., Vermetten, E. Stress and development: behavioral and biological consequences. Developmental Psychopathology. 13, (3), 473-489 (2001).
  70. Nestler, E. J., Barrot, M., DiLeone, R. J., Eisch, A. J., Gold, S. J., Monteggia, L. M. Neurobiology of depression. Neuron. 34, (1), 13-25 (2002).
  71. Liu, D., et al. Resveratrol reverses the effects of chronic unpredictable mild stress on behavior, serum corticosterone levels and BDNF expression in rats. Behavioural and Brain Research. 264, 9-16 (2014).
  72. Silberman, D. M., Wald, M., Genaro, A. M. Effects of chronic mild stress on lymphocyte proliferative response. Participation of serum thyroid hormones and corticosterone. Int Immunopharmacol. 2, (4), 487-497 (2002).
  73. Bielajew, C., Konkle, A. T., Merali, Z. The effects of chronic mild stress on male Sprague-Dawley and Long Evans rats: I. Biochemical and physiological analyses. Behavioural and Brain Research. 136, (2), 583-592 (2002).
  74. Vrieze, E., et al. Dimensions in major depressive disorder and their relevance for treatment outcome. Journal of Affective Disorder. 155, (1), 35-41 (2014).
  75. Doron, R., et al. A novel herbal treatment reduces depressive-like behaviors and increases BDNF levels in the brain of stressed mice. Life Sciences. 94, (2), 151-157 (2014).
  76. Nestler, E. J., Hyman, S. E. Animal models of neuropsychiatric disorders. Nature Neurosciences. 13, (10), 1161-1169 (2010).
  77. Yan, H. -C., Cao, X., Das, M., Zhu, X. -H., Gao, T. -M. Behavioral animal models of depression. Neuroscience Bulletin. 26, (4), 327-337 (2010).
  78. Yankelevitch-Yahav, R., Franko, M., Huly, A., Doron, R. The Forced Swim Test as a Model of Depressive-like Behavior. Journal of Visualized Experiment. (97), (2015).
  79. Cryan, J. F., Mombereau, C., Vassout, A. The tail suspension test as a model for assessing antidepressant activity: Review of pharmacological and genetic studies in mice. Neurosciences and Biobehavioral Reviews. 29, (4-5), 571-625 (2005).
  80. Berton, O., et al. Essential role of BDNF in the mesolimbic dopamine pathway in social defeat stress. Science. 80, (5762), 864-868 (2006).
  81. Krishnan, V., Nestler, E. J. Animal models of depression: Molecular perspectives. Current Topics in Behavioral Neurosciences. 7, (1), 121-147 (2011).
  82. Belzung, C., Lemoine, M. Criteria of validity for animal models of psychiatric disorders: focus on anxiety disorders and depression. Biology of Mood and Anxiety Disorder. 1, (1), 9 (2011).
  83. Björkqvist, K. Social defeat as a stressor in humans. Physiology and Behavior. 73, (3), 435-442 (2001).
  84. Parihar, V. K., Hattiangady, B., Kuruba, R., Shuai, B., Shetty, A. K. Predictable chronic mild stress improves mood, hippocampal neurogenesis and memory. Molecular Psychiatry. 16, (2), 171-183 (2011).
  85. Haile, C. N., GrandPre, T., Kosten, T. A. Chronic unpredictable stress, but not chronic predictable stress, enhances the sensitivity to the behavioral effects of cocaine in rats. Psychopharmacology (Berlin). 154, (2), 213-220 (2001).
  86. Suo, L., et al. Predictable chronic mild stress in adolescence increases resilience in adulthood. Neuropsychopharmacology. 38, (8), 1387-1400 (2013).
  87. Gameiro, G. H., et al. Nociception- and anxiety-like behavior in rats submitted to different periods of restraint stress. Physiology and Behavior. 87, (4), 643-649 (2006).
  88. Anisman, H., Matheson, K. Stress, depression, and anhedonia: Caveats concerning animal models. Neuroscience and Biobehavioural Reviews. 29, (4-5), 525-546 (2005).
  89. Carr, W. J., Martorano, R. D., Krames, L. Responses of mice to odors associated with stress. J Comp Physiol Psychol. 71, 223-228 (1970).
  90. Zalaquett, C., Thiessen, D. The effects of odors from stressed mice on conspecific behavior. Physiology and Behavior. 50, (1), 221-227 (1991).
  91. Burstein, O., Shoshan, N., Doron, R., Akirav, I. Cannabinoids prevent depressive-like symptoms and alterations in BDNF expression in a rat model of PTSD. Progess in Neuro-Psychopharmacology Biological psychiatry. 84, (Part A), 129-139 (2018).
  92. Hedrich, H. J., Nicklas, W. Housing and Maintenance. Lab Mouse. 521-545 (2012).
  93. Molendijk, M. L., Spinhoven, P., Polak, M., Bus, B. A. A., Penninx, B. W. J. H., Elzinga, B. M. Serum BDNF concentrations as peripheral manifestations of depression: evidence from a systematic review and meta-analyses on 179 associations (N=9484). Molecular Psychiatry. 19, (7), 791-800 (2014).
  94. Chen, B., Dowlatshahi, D., MacQueen, G. M., Wang, J. F., Young, L. T. Increased hippocampal BDNF immunoreactivity in subjects treated with antidepressant medication. Biological Psychiatry. 50, (4), 260-265 (2001).
  95. Tye, K. M., et al. Dopamine neurons modulate neural encoding and expression of depression-related behaviour. Nature. 493, (7433), 537-541 (2013).
  96. Hamani, C., et al. Deep brain stimulation reverses anhedonic-like behavior in a chronic model of depression: Role of serotonin and brain derived neurotrophic factor. Biological Psychiatry. 71, (1), 30-35 (2012).
  97. Hill, M. N., Hellemans, K. G. C., Verma, P., Gorzalka, B. B., Weinberg, J. Neurobiology of chronic mild stress: Parallels to major depression. Neuroscience and Biobehavior Reviews. 36, (9), 2085-2117 (2012).
  98. Kasch, K. L., Rottenberg, J., Ba Arnow,, Gotlib, I. H. Behavioral activation and inhibition systems and the severity and course of depression. Journal of Abnormal Psychology. 111, (4), 589-597 (2002).
  99. Faull, J. R., Halpern, B. P. Reduction of sucrose preference in the hamster by gymnemic acid. Physiology and Behavior. 7, (6), 903-907 (1971).
  100. Moreau, J. -L., Scherschlicht, R., Jenck, F., Martin, J. R. Chronic mild stress-induced anhedonia model of depression; sleep abnormalities and curative effects of electroshock treatment. Behavioural Pharmacology. 6, (7), 682-687 (1995).
  101. Blier, P. Optimal use of antidepressants: when to act? J Psychiatry Neurosci. 34, (1), 80 (2009).
  102. Frazer, A., Benmansour, S. Delayed pharmacological effects of antidepressants. Mol Psychiatry. 7, S23-S28 (2002).
  103. Can, A., Dao, D. T., Terrillion, C. E., Piantadosi, S. C., Bhat, S., Gould, T. D. The Tail Suspension Test. Journal of Visualized Experiments. (58), (2011).
  104. Song, L., Che, W., Min-wei, W., Murakami, Y., Matsumoto, K. Impairment of the spatial learning and memory induced by learned helplessness and chronic mild stress. Pharmacology Biochemistry and Behavior. 83, (2), 186-193 (2006).
  105. Mao, Q. Q., Ip, S. P., Ko, K. M., Tsai, S. H., Che, C. T. Peony glycosides produce antidepressant-like action in mice exposed to chronic unpredictable mild stress: Effects on hypothalamic-pituitary-adrenal function and brain-derived neurotrophic factor. Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry. 33, (7), 1211-1216 (2009).
  106. Lutz, C. M., Linder, C. C., Davisson, M. T. Strains, Stocks and Mutant Mice. Lab Mouse. 37-56 (2012).
  107. Yalcin, I., Aksu, F., Belzung, C. Effects of desipramine and tramadol in a chronic mild stress model in mice are altered by yohimbine but not by pindolol. European Journal of Pharmacology. 514, (2-3), 165-174 (2005).
  108. Van Boxelaere, M., Clements, J., Callaerts, P., D'Hooge, R., Callaerts-Vegh, Z. Unpredictable chronic mild stress differentially impairs social and contextual discrimination learning in two inbred mouse strains. PLoS One. 12, (11), (2017).
  109. Nadler, J. J., et al. Automated apparatus for quantitation of social approach behaviors in mice. Genes, Brain Behavior. 3, (5), 303-314 (2004).
  110. Girard, I., Garland, T. Plasma corticosterone response to acute and chronic voluntary exercise in female house mice. Journal of Applied Physiology. 92, (4), 1553-1561 (2002).
  111. Gumuslu, E., et al. The antidepressant agomelatine improves memory deterioration and upregulates CREB and BDNF gene expression levels in unpredictable chronic mild stress (UCMS)-exposed mice. Drug Target Insights. 2014, (8), 11-21 (2014).
  112. Willner, P., Golembiowska, K., Klimek, V., Muscat, R. Changes in mesolimbic dopamine may explain stress-induced anhedonia. Psychobiology. 19, (1), 79-84 (1991).
  113. Peng, Y. L., Liu, Y. N., Liu, L., Wang, X., Jiang, C. L., Wang, Y. X. Inducible nitric oxide synthase is involved in the modulation of depressive behaviors induced by unpredictable chronic mild stress. Journal of Neuroinflammation. 9, (2012).
  114. Liu, B., et al. Icariin exerts an antidepressant effect in an unpredictable chronic mild stress model of depression in rats and is associated with the regulation of hippocampal neuroinflammation. Neuroscience. 294, 193-205 (2015).
  115. Yalcin, I., Aksu, F., Bodard, S., Chalon, S., Belzung, C. Antidepressant-like effect of tramadol in the unpredictable chronic mild stress procedure: Possible involvement of the noradrenergic system. Behavioural Pharmacology. 18, (7), 623-631 (2007).
  116. Mineur, Y. S., Belzung, C., Crusio, W. E. Functional implications of decreases in neurogenesis following chronic mild stress in mice. Neuroscience. 150, (2), 251-259 (2007).
  117. Simchon-Tenenbaum, Y., Weizman, A., Rehavi, M. Alterations in brain neurotrophic and glial factors following early age chronic methylphenidate and cocaine administration. Behav Brain Research. 282, 125-132 (2015).
  118. ELISA: Methods and Protocols. Hnasko, R. (2015).
  119. Watanabe, S. Social factors modulate restraint stress induced hyperthermia in mice. Brain Research. 1624, 134-139 (2015).
  120. Mineur, Y. S., Prasol, D. J., Belzung, C., Crusio, W. E. Agonistic behavior and unpredictable chronic mild stress in mice. Behaviour Genetics. 33, (5), 513-519 (2003).
  121. Frisbee, J. C., Brooks, S. D., Stanley, S. C., d'Audiffret, A. C. An Unpredictable Chronic Mild Stress Protocol for Instigating Depressive Symptoms, Behavioral Changes and Negative Health Outcomes in Rodents. Journal of Visualized Experiments. (106), (2015).
  122. Westenbroek, C., Ter Horst, G. J., Roos, M. H., Kuipers, S. D., Trentani, A., Den Boer, J. A. Gender-specific effects of social housing in rats after chronic mild stress exposure. Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry. 27, (1), 21-30 (2003).
  123. Bartolomucci, A., et al. Individual housing induces altered immuno-endocrine responses to psychological stress in male mice. Psychoneuroendocrinology. 28, (4), 540-558 (2003).
  124. Võikar, V., Polus, A., Vasar, E., Rauvala, H. Long-term individual housing in C57BL/6J and DBA/2 mice: Assessment of behavioral consequences. Genes, Brain and Behavior. 4, (4), (2005).
  125. Krohn, T. C., Sørensen, D. B., Ottesen, J. L., Hansen, A. K. The effects of individual housing on mice and rats: a review. Animal Welfare. 15, (4), 343-352 (2006).

Comments

0 Comments


    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Usage Statistics