Waiting
Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

24.6: Réactivité croisée
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

A subscription to JoVE is required to view this content.
You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
Cross-reactivity
 
TRANSCRIPTION

24.6: Réactivité croisée

Aperçu

La capacité d’un seul anticorps à reconnaître plusieurs épitopes structurellement similaires est une stratégie de défense immunitaire importante qui permet à l’hôte de se défendre efficacement contre de nombreux agents pathogènes potentiellement menaçants. Cependant, la réactivité croisée provoque également des symptômes d’allergie contre les allergènes connexes. Il est de plus en plus important de comprendre les principes de la réactivité croisée car les anticorps sont conçus de façon intensive comme modes de thérapie pour diverses maladies, y compris le cancer.

Des épitopes structurellement similaires peuvent se trouver sur des antigènes différents

Les anticorps peuvent déclencher une réponse immunitaire en se liant à des structures spécifiques à la surface d’agents pathogènes ou d’autres éléments étrangers. Par définition, tout ce qui est lié par un anticorps, et qui provoque par la suite une réponse immunitaire, est appelé antigène. Souvent, les antigènes sont des protéines à la surface de virus, de bactéries, de champignons et d’envahisseurs protozoaires. La séquence spécifique des acides aminés qui est reconnu par l’anticorps est appelée épitope. La plupart des épitopes ne sont longs que de 5 à 6 acides aminés. En tant que tel, un antigène unique peut présenter plusieurs épitopes distincts. La réactivité croisée se produit lorsque deux épitopes distincts sont structurellement similaires, et sont donc reconnus par le même anticorps.

La réactivité croisée facilite l’immunité contre les souches pathogènes apparentées

L’un des principaux avantages de la réactivité croisée des anticorps est qu’elle fournit une immunité multi-protectrice aux agents pathogènes apparentés. Lorsqu’un anticorps en circulation reconnaît un agent pathogène viral ou bactérien qu’il a rencontré auparavant, il monte une réponse immunitaire rapide et cible l’agent pathogène pour le détruire. Ce processus s’appelle la mémoire immunologique. La réactivité croisée permet au même anticorps de reconnaître et de provoquer une réponse immunitaire tout aussi robuste à un antigène étroitement apparenté mais jamais rencontré auparavant. De cette façon, un anticorps moins spécifique fournit une immunité à large spectre malgré la variation antigénique des agents pathogènes.

La réactivité croisée peut augmenter le nombre d’allergènes

Une allergie se produit lorsque des anticorps reconnaissent des antigènes provenant de sources bénignes (par exemple, des aliments, des plantes, des animaux) comme des agents pathogènes envahissants et déclenchent de manière inappropriée une réponse immunitaire à leur encontre. Dans le cas d’une allergie, l’antigène s’appelle un allergène. La réactivité croisée des anticorps peut malheureusement augmenter le nombre d’allergènes auxquels une personne allergique réagit. Bien que la réaction allergique initiale ait été induite contre un allergène spécifique (p. ex., la noix), la réactivité croisée permet au système immunitaire d’agir contre d’autres allergènes structurellement similaires (p. ex., la noix de pécan). Ces allergènes peuvent être de la même nature, comme les crevettes et le homard, ou sans rapport, comme la banane et le latex. Pourtant, ils présentent des épitopes structurellement similaires et induisent donc une réponse immunitaire qui est arbitrée par le même anticorps.

La vaccination à l'aide d'un anticorps à réactivité croisée pourrait freiner plusieurs formes mortelles d'Ebola

L’Ebola est une maladie souvent mortelle causée par le virus Ebola. Quatre des six espèces d’Ebola sont pathogènes pour l’homme. Le virus se propage facilement par la transmission de liquides corporels et provoque des épidémies locales. Ce n'est que ces dernières années que les chercheurs ont mis au point un vaccin contre la souche zaïroise du virus Ebola. Le vaccin a réussi à protéger les agents de santé lors d’une épidémie aiguë d’Ebola en République démocratique du Congo en 2018. Le vaccin doit subir des tests supplémentaires pour démontrer son innocuité, mais c’est un candidat prometteur pour empêcher la souche zaïroise du virus Ebola d’être à l’origine de maladies.

Entre-temps, les chercheurs continuent d’identifier les anticorps qui confèrent une large immunité contre le virus Ebola. À cette fin, les scientifiques ont échantillonné et caractérisé les anticorps humains des survivants d’une épidémie d’Ebola. Ils ont identifié deux anticorps qui réagissent contre plusieurs espèces du virus Ebola. Cette découverte pourrait conduire à la mise au point d’un vaccin à grande échelle contre le virus Ebola.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
Simple Hit Counter