Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

26.4: Migration
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Biology

This content is Free Access.

Education
Migration
 
Cette voix off est générée par ordinateur
TRANSCRIPTION

26.4: Migration

26.4: Migration

Migration is long-range, seasonal movement from one region or habitat to another. This common strategy, carried out by many different organisms around the world, is an adaptive response that typically corresponds to changes in an organism’s environment, like resource availability or climate. Migrations can involve huge groups of thousands of animals as well as single individuals traveling alone and can range from thousands of kilometers to just a few hundred meters.

Why Animals Migrate

For many migratory species, food resources are a major driving force behind the migratory movement. The Mexican long-nosed bat is a nectarivore that feeds on the flowers of plants (including agave) and undertakes seasonal migration tied to food availability, which varies seasonally.

Outside of the relatively stable climates of the tropics and subtropics, resource-based migration may also be tightly linked to climate. For example, beginning in early fall, Monarch butterflies migrate from Canada and the northern United States to the forests of Mexico to overwinter. This is linked to the seasonal availability of their host plant, milkweed, but also intrinsically to climate, as the butterflies would be unable to survive in the low temperatures of winter in higher latitudes.

Additionally, animals may undertake migrations to breed or produce young. Adult Atlantic horseshoe crabs inhabit the East Coast of the United States, and migrate to shallower waters each spring to mate and lay eggs in protected sandy shores and bays. Salmon also famously undertake lengthy and dangerous migrations to reach their spawning grounds.

How Animals Migrate

Migration can be obligate or facultative. In obligate migrations, individuals must migrate. In facultative migrations, individuals can choose to migrate. Obligate migrations are often complete migrations, in which all of the individuals in the population participate. However, migrations can also be partial, with only a fraction of the population migrating. Some individuals or groups within a population may also migrate farther than others, which is known as differential migration. For example, dark-eyed juncos migrate different distances into the overwintering grounds based on sex, with females tending to travel farther south than males.

Timing and cues that animals use for migration vary widely but can include factors like day length (photoperiod), resource levels, or temperature. Animals that migrate can also navigate in different ways, potentially using geographical, chemical, or even magnetic cues. Pigeons, for example, use magnetoreception to navigate.

Finally, some species undertake migrations in large or small groups, like geese, whereas others may migrate alone, like the Swainson’s Thrush. In some instances, animals complete their migrations over multiple generations, so that no single individual makes the entire trip. For example, the complete migration cycle of monarch butterflies takes around four generations.

La migration est un mouvement saisonnier à longue distance d’une région ou d’un habitat à l’autre. Cette stratégie commune, menée par de nombreux organismes différents à travers le monde, est une réponse adaptative qui correspond généralement aux changements dans l’environnement d’un organisme, comme la disponibilité des ressources ou le climat. Les migrations peuvent impliquer d’énormes groupes de milliers d’animaux ainsi que des individus seuls voyageant seuls et peuvent aller de milliers de kilomètres à seulement quelques centaines de mètres.

Pourquoi les animaux migrent

Pour de nombreuses espèces migratrices, les ressources alimentaires sont un moteur majeur du mouvement migratoire. La chauve-souris mexicaine à longs naissons est un nectarivore qui se nourrit des fleurs des plantes (y compris l’agave) et entreprend une migration saisonnière liée à la disponibilité alimentaire, qui varie selon les saisons.

En dehors des climats relativement stables des tropiques et des subtropicaux, la migration basée sur les ressources peut également être étroitement liée au climat. Par exemple, à partir du début de l’automne, les papillons monarques migrent du Canada et du nord des États-Unis vers les forêts du Mexique pour passer l’hiver. Cela est lié à la disponibilité saisonnière de leur plante hôte, l’asclépiade, mais aussi intrinsèquement au climat, car les papillons seraient incapables de survivre dans les basses températures de l’hiver dans les latitudes plus élevées.

En outre, les animaux peuvent entreprendre des migrations pour se reproduire ou produire des jeunes. Les crabes adultes de l’Atlantique habitent la côte Est des États-Unis et migrent vers des eaux moins profondes chaque printemps pour s’accoupler et pondre des œufs dans des rivages et des baies sablonneux protégés. Le saumon effectue également de longues et dangereuses migrations pour atteindre ses frayères.

Comment les animaux migrent

La migration peut être obligatoire ou facultative. Dans les migrations obligatoires, les individus doivent migrer. Dans les migrations facultatives, les individus peuvent choisir de migrer. Les migrations obligatoires sont souvent des migrations complètes, auxquelles participent tous les individus de la population. Toutefois, les migrations peuvent également être partielles, avec seulement une fraction de la population qui migre. Certaines personnes ou groupes au sein d’une population peuvent également migrer plus loin que d’autres, ce qu’on appelle la migration différentielle. Par exemple, les juncos aux yeux sombres migrent sur différentes distances dans les terrains d’hivernage en fonction du sexe, les femelles ayant tendance à voyager plus au sud que les mâles.

Le moment et les indices que les animaux utilisent pour la migration varient considérablement, mais peuvent inclure des facteurs comme la longueur de la journée (photopériode), les niveaux de ressources ou la température. Les animaux qui migrent peuvent également naviguer de différentes façons, potentiellement en utilisant des signaux géographiques, chimiques ou même magnétiques. Les pigeons, par exemple, utilisent la magnétoréception pour naviguer.

Enfin, certaines espèces effectuent des migrations en grands ou petits groupes, comme les oies, tandis que d’autres peuvent migrer seules, comme la grive du Swainson. Dans certains cas, les animaux effectuent leurs migrations sur plusieurs générations, de sorte qu’aucun individu ne fait tout le voyage. Par exemple, le cycle de migration complet des papillons monarques prend environ quatre générations.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter