Soins de base et entretien de la souris

Biology II
 

Summary

Les souris (Mus musculus) sont de petits rongeurs qui grandissent et atteignent la maturité sexuelle rapidement, les rendant parfaitement adaptées pour engendrer des larges colonies animales pour la recherche biologique. En comparaison à d’autres espèces mammifères, les souris sont simples et peu couteuses à entretenir au laboratoire. Néanmoins, les colonies de souris ont des besoins d’élevage spécifiques qui sont critiques à la préservation de la santé et de la sécurité de l’animal ainsi qu’à la reproductibilité expérimentale.

Cette vidéo montre des pratiques standard qui assurent que les souris sont traitées aussi humainement que possible à l’intérieur de l’installation animale du laboratoire, ou vivarium. La présentation commence par passer en revue une installation typique de logement pour souris, consistant en une cage plastique équipée d’une couche de litière douce et de matériaux de nidification. Les pellets de nourriture pré-préparés qui composent le régime alimentaire typique de la souris sont aussi présentés. En vue de faciliter les expériences réalisées sur des souris, des pratiques de manutention sécuritaires de l’animal sont montrées, incluant les techniques habituelles de contrainte comme « prendre par la peau du cou », et les stratégies utilisées par les chercheurs pour suivre les souris individuelles à l’intérieur de l’installation. Finalement, les modifications expérimentales du logement et du régime alimentaire de la souris sont présentées, en plus d’une des utilisations les plus communes de la technique « peau du cou », qui est la réalisation d’injections.

Cite this Video

JoVE Science Education Database. Les organismes modèles II : La souris, le poisson-zèbre et le poussin. Soins de base et entretien de la souris. JoVE, Cambridge, MA, (2017).

Un bon élevage de souris est essentiel pour la santé et la productivité de l’animal. Le maintien de conditions propres et stables garde les animaux à l’abri d’infections et de contaminations. Il fournit aussi un environnement sans stress pour les souris, ce qui n’est pas seulement humain, mais encourage également un comportement normal. Cette vidéo présente comment les souris sont hébergées et nourries dans une installation de recherche animale, ou vivarium, ainsi que les bonnes procédures de manutention pour prévenir les blessures et infections.

En vue de comprendre comment créer un établissement heureux et sain pour les souris, nous devons d’abord comprendre leur environnement naturel. Donc, à quoi ressemble l’habitat naturel de la souris ? Les souris sont parmi les mammifères les plus capables de s’adapter et sont trouvés presque partout sur Terre.

Dans la nature, ces créatures à l’environnement flexible se sentent plus en sécurité et confortables à l’intérieur d’un nid ou d’un terrier. Les souris passent la plupart de la journée dans leurs terriers parce qu’elles sont nocturnes, ce qui signifie que leur rythme circadien, ou horaire de réveil/endormissement naturel, les gardes éveillées et faisant la fête lorsque vous êtes pelotonnés dans votre terrier.

Donc, comment rendre la vie des souris au vivarium « comme à la maison » ? Les rongeurs sont typiquement placés dans des petites cages en plastique avec des côtés et fonds solides. Pour absorber les déchets et fournir une isolation, les cages sont équipées d’une couche de literie composée d’épis de maïs déchiquetés ou de copeaux de bois. Ce matériel doit être changé souvent pour le garder propre et sec.

Des conditions d’hébergement idéales incorporent aussi du matériel de nidification, qui permet aux souris de construire un terrier, tout comme elles le feraient dans la nature. Nous avons beau essayé de rendre leurs maisons confortables, les souris ont l’habitude de vagabonder. Pour empêcher les évasions, un couvercle en métal est placé sur le sommet de la cage. Commodément, ces couvercles sont équipés d’un distributeur de nourriture et d’un porte-bouteille d’eau. Un couvercle en plastique avec des filtres à air est aussi ajouté pour protéger les souris des contaminants extérieurs.

Grâce à leur nature sociale, plusieurs souris peuvent être logées ensembles. Par exemple, jusqu’à 5 femelles peuvent confortablement partager une cage. Les mâles, cependant, peuvent partager une cage uniquement s’ils ont été présentés tôt dans la vie. Les souris mâles qui sont introduites à l’âge adulte vont se battre pour leur territoire ce qui amènera à des blessures voir une mort possible.

En général, la recherche sur les souris requiert que plusieurs animaux vivent dans une seule cage. Un grand nombre de souris sont gardées dans un vivarium, où les cages sont placées sur des racks, permettant de stocker plus de souris dans un espace minimum.

A l’intérieur d’une installation, le rythme circadien naturel des souris est maintenu en programmant la lumière sur un cycle jour/nuit de 14 heures.

Maintenant, que vous savez où vivent les souris de labo, voyons comment elles sont nourries. Dans leur habitat naturel, les souris sont principalement végétariennes. Elles affectionnent les glucides, et choisiront les grains de céréales à toute autre nourriture.

Au labo, la nourriture de souris est fournie sous forme de pellets. En plus des délicieux glucides, les pellets incluent un équilibre de graisse, protéine, vitamines et minéraux. La composition précise de la nourriture peut varier en fonction de l’effort et des conditions expérimentales. Typiquement, la nourriture et l’eau sont disponibles à la demande: les souris y ont accès a tout moment et quand elles veulent.

Ensuite, voyons comment bien manipuler les souris pour les expériences. Avant de commencer quoi que ce soit, un accord de travail avec des souris doit être délivré par l’agence de protection des animaux : l’IACUC aux USA. Ces agences existent pour assurer que les expériences soient conduites dans des circonstances les plus humaines possibles.

Une fois la recherche approuvée, elle peut commencer ! La plupart des installations sont SPF, ou specific pathogen free en anglais, ce qui signifie qu’un grand soin est pris pour que les agents infectieux et contaminants restent en dehors de l’installation.

Pour empêcher d’introduire de nouveaux pathogènes ou d’être exposé à ceux des expériences, mettez toujours votre EPI, ou équipement de protection individuel, avant d’entrer dans l’installation. Les gants sont importants pour manipuler les souris que ce soit au vivarium ou au labo. Pour certaines expériences, comme celles qui évaluent le comportement, les souris doivent d’abord être habituées à être manipulées par des humains.

Les souris qui ne sont pas habituées à être manipulées sont facilement stressées, ce qui peut amener à des blessures pour vous – aie ! – ou pour la souris. Les souris stressées ont aussi tendance à montrer un comportement atypique, comme une agressivité renforcée, ce qui peut troubler vos données.

Même les souris acclimatées doivent être manipulées précautionneusement pour empêcher les blessures. Pour retirer une souris de sa cage, prenez la à la base de la queue et ensuite permettez lui de s’agripper aux barreaux métalliques du couvercle. Pour tenir l’animal plus fermement, saisissez la queue entre votre annulaire et votre petit doigt, et empoignez la souris à travers les épaules par la « peau du cou ».

Lorsque vous serez à l’aise, vous devriez trouver plus simple d’attraper d’abord l’animal par la peau du cou et ensuite immobiliser sa queue.

Pour suivre les souris, les cages sont étiquetées pour renseigner qui vit à l’intérieur. Pour distinguer les individus à l’intérieur de la cage, les chercheurs utilisent plusieurs stratégies, incluant les perçages d’oreilles, les étiquettes d’oreille, et les marquages de la queue.

Maintenant que vous connaissez quelques unes des bases de l’élevage de souris, regardons comment ces principes sont ajustés pour les protocoles de laboratoire.

Beaucoup d’expériences utilisent des enclos à souris modifiés pour tester la mémoire, le comportement basé sur la récompense, ou la préférence olfactive. Dans cette expérience, la capacité des souris sauvages et des knock-out à se souvenir de la sortie de ce labyrinthe d’eau peu profond est comparée pour déterminer si un gène spécifique influence la mémoire spatiale.

Le régime alimentaire de la souris peut aussi être adapté pour convenir aux conditions d’une expérience. Ces chercheurs profitent de l’affection des souris aux glucides pour mesurer la dextérité manuelle. Les souris plus âgées prennent plus de temps pour consommer leur pâte à cause de détériorations de la dextérité liées à l’âge, comme la manipulation inefficace à une patte et la chute.

Certaines études exigent l’administration d’agents expérimentaux à la souris, ce qui est souvent réalisé par injection. La prise de la souris par la peau du cou fournit un accès dégagé à l’abdomen, rendant facile l’administration de traitements expérimentaux par injection intrapéritonéale directement dans la cavité corporelle.

Vous venez de regarder l’introduction de JoVE à la manipulation de souris. Dans cette vidéo nous avons vu comment les souris sont logées et nourries au laboratoire, comment manipuler les souris précautionneusement (pour leur bien et le votre) ainsi que différentes utilisations qui exigent une bonne connaissance en soin de souris. Merci de nous avoir regardés !

This article is Free Access.

RECOMMEND JoVE

Applications