Waiting
Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

11.8: MicroARN
TABLE DES
MATIÈRES

JoVE Core
Molecular Biology

A subscription to JoVE is required to view this content. You will only be able to see the first 20 seconds.

Education
MicroRNAs
 
TRANSCRIPTION

11.8: MicroARN

Les microARN (miARN) sont des séquences d’ARN courtes et régulatrices transcrites à partir d’introns &mdash: régions non codantes d’un gène — ou de régions intergéniques — portions d’ADN présentes entre les gènes. Plusieurs étapes de traitement sont nécessaires pour former du miARN biologiquement actif et mature. La transcription initiale, appelée miARN primaire (pri-miARN), apparie ses propres bases formant une structure en tige-boucle. Dans le noyau, une enzyme endonucléase, appelée Drosha, raccourcit la structure de la tige-boucle en pré-miARN en forme d’épingle à cheveux. Après que les extrémités du pré-miARN aient été méthylées pour empêcher la dégradation, il est exporté du noyau vers le cytoplasme.

Dans le cytoplasme, une autre enzyme endonucléase, appelée Dicer, coupe le pré-miARN en un duplex de miARN de 21 à 24 nucléotides de long. Puis, Dicer fend un brin du duplex, libérant un seul brin de miARN mature. Le miARN mature est chargé dans un complexe protéique appelé le complexe RISC (complexe de silençage induit par l’ARN), que le miARN guide ensuite vers la région complémentaire de son ARNm cible.

L’étendue de l’appariement complémentaire de bases entre le miARN et la région non traduite en 3’ de l’ARNm cible détermine le mécanisme de silençage des gènes. Une complémentarité étendue ou presque parfaite provoque une dégradation de l’ARNm, tandis que l’appariement de bases limité inhibe la traduction. Bien que le silençage par la dégradation de l’ARNm soit irréversible, l’inhibition de la traduction est réversible puisque l’ARNm stable peut reprendre la traduction après l’élimination des répresseurs.

L’expression ou la fonction altérée du miARN est observée dans plusieurs types de cancers. Par exemple, la perte du miARN let-7est observée dans le cancer du poumon, du foie, du sein, de la prostate et de l’ovaire. Le miARN let-7 inhibe l’expression d’oncogènes — gènes susceptibles de causer le cancer — qui favorisent la croissance, la survie et la prolifération de la cellule. Par conséquent, la perte de let-7 favorise la formation de tumeurs.


Lecture suggérée

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
Simple Hit Counter