Une nouvelle méthode pour induire un comportement de type dépression chez le rat

* These authors contributed equally
Behavior

Your institution must subscribe to JoVE's Behavior section to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

 

Summary

Ce protocole décrit un nouveau modèle par lequel des rats sains peuvent contracter la dépression pendant une période donnée, periodthrough contagion en cas d’exposition à chronique imprévisible a insisté sur des rats (CUS).

Cite this Article

Copy Citation | Download Citations

Zeldetz, V., Natanel, D., Boyko, M., Zlotnik, A., Shiyntum, H. N., Grinshpun, J., Frank, D., Kuts, R., Brotfain, E., Peiser, J. A New Method for Inducing a Depression-Like Behavior in Rats. J. Vis. Exp. (132), e57137, doi:10.3791/57137 (2018).

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the english version. For other languages click here.

Abstract

La dépression contagieuse est un phénomène qui reste encore à être pleinement reconnu et cela résulte de l’insuffisance de matériel sur le sujet. Pour l’instant, il n’y a aucune mise en forme existante pour étudier le mécanisme d’action, de prévention, de confinement et de traitement de la dépression contagieuse. Le but de cette étude, était par conséquent, d’établir le premier modèle animal de la dépression contagieuse.

Des rats sains peuvent contracter des comportements dépressifs si exposé à des rats déprimés. La dépression est induite chez les rats en les soumettant à plusieurs manipulations d’un stress chronique imprévisible (CUS) pendant 5 semaines, tel que décrit dans le protocole. Un essai de préférence de saccharose réussie a confirmé le développement de la dépression chez les rats. Les rats exposés à la CUS ont été ensuite mis en cage avec des rats naïfs du groupe contagion (naïve 1 rat/2 déprimé rats dans une cage) pendant 5 semaines supplémentaires. 30 groupes sociaux ont été créés par la combinaison des rats exposés à la CUS et des rats naïfs.

Ce protocole proposé dépression-contagion chez les animaux consiste principalement des rats exposés au CUS et sains qui cohabitent pendant 5 semaines. Pour s’assurer que cette méthode fonctionne, une série de tests sont effectués - tout d’abord, le test de préférence de saccharose sur induisant la dépression chez le rat, la préférence de saccharose Testez ensuite, aux côtés du terrain dégagé et de baignade forcée des tests à la fin de la période de cohabitation. Tout au long de l’expérience, les rats reçoivent des étiquettes et sont toujours retournées à leurs cages après chaque essai.

Quelques limites à cette méthode sont les faibles différences enregistrées entre l’expérimental et le contrôle des groupes dans le test de préférence de saccharose et l’issue traumatique irréversible de l’épreuve de nage forcée. Ce peuvent être utile d’envisager pour les qualités avant toute application future du protocole. Néanmoins, après l’expérience, les rats naïfs développé dépression contagion après 5 semaines de partager la même cage avec les rats exposés à la CUS.

Introduction

Essais effectués ces derniers temps ont suggéré que les maladies psychiatriques pourraient s’étendre facilement à des individus sains par contagion1. Dans ce cas, il s’appelle contagion sociale et se répand dans l’affect, d’attitude ou de comportement. Il suffit d’une personne déprimée pour interagir avec un ou plus des individus en bonne santé, ce qui facilite le partage de l’émotion. Les relations sociales sont donc un élément très important de l’humeur, car ils définissent le transfert des émotions d’un individu à l’autre, par le biais de mimétisme et « contagion émotionnelle ». Délais pour la contagion prenne effet varier2, inévitablement selon la sévérité de l’émotion et la force de résistance du destinataire.

Les conséquences importantes de la contagion émotionnelle ont veillé à ce que les études faites dans le passé principalement axé sur les aspects négatifs. Le résultat des effets négatifs assurée dépression de contagion a reçu une attention considérable, les études montrant que la dépression de contagion augmente la probabilité de familles et d’amis d’une personne dépressive présentant des comportements dépressifs3 , 4 , 5 , 6.

Il y a des raisons personnelles et économiques pour lutter contre la dépression. Elle provoque souvent la morbidité ; et l’incidence de sa durée de vie est entre 13,3 et 17,1 % dans les États-Unis7. Les dossiers de l’Organisation mondiale de la santé montrent que la dépression est quatrième sur la liste des maladies mondiales avec des charges énormes, qui se produisent chez les personnes de tous sexes, âges, milieux sociaux et est également capable d’infliger une mauvaise santé, ayant une incidence sur la capacité d’interagir avec d’autres8,9,10,11et causant excès handicap12,13. 850 000 vies sont estimées à se perdre au suicide dépression chaque année14. Les patients sont généralement prescrits des médicaments d’antidépresseur ou conseillés de subir une thérapie cognitivo-comportementale. Ces treatmentshelp environ 60-80 % des patients. Cependant, traitant de la maladie continue de poser un gros problème ; traitement n’est pas disponible pour tous les patients déprimés. Pour ceux qui reçoivent le traitement, certains souffrent d’effets secondaires, tandis que d’autres mal conformes aux lignes directrices15. Le nombre de patients résistants au traitement est à environ 40 %14. Avec la dépression, l’économie a fréquemment souffert sous la forme de traitement coûteux, une diminution de la main-d'œuvre et les préretraites16. Une perte annuelle estimée de $ 44 milliards aux États-Unis est causée par la dépression, presque la moitié du pays perte de productivité17. Le traitement coûteux nécessite une attention médicale minutieuse, qui subit une série de hausse des coûts médicaux et nécessite de l’anticipation de résultats indésirables, mais aussi de mauvaise réponse au traitement18.

Ayant ne pas tombez sur un modèle animal déjà éprouvé pour étudier le mécanisme de la dépression-contagion, la prévention et le traitement, ce protocole animaux hypothétique a été utilisé pour la première fois. Il suggère que par le biais de cohabitation avec les rats exposés à la CUS, des rats en bonne santé ont tendance à exprimer des comportements dépressifs. L’objectif principal de cette expérience était d’établir une procédure de laboratoire qui a mis en évidence le transfert de la dépression, par contagion, de rats exposés à la CUS à celles qui sont saines. Ensuite, les résultats ont été évalués afin de déterminer si la dépression-contagion ne se limitait qu’aux symptômes de dépression, ou si elle était liée à d’autres troubles de l’humeur, tels que l’anxiété. Le but ultime de l’expérience consiste à se rapprocher afin de mieux comprendre le mécanisme de la dépression-contagion dans la course pour développer de nouvelles approches thérapeutiques19.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

La procédure suivante a été réalisée conformément aux recommandations de la déclaration d’Helsinki et de Tokyo et les lignes directrices pour l’utilisation des animaux d’expérimentation de la Communauté européenne. Les expériences ont également été approuvées par le Comité de protection de l’Animal à l’Université Ben Gourion du Néguev.

1. préparation des Rats de la procédure expérimentale

Remarque : Pour la procédure expérimentale, sélectionnez les rats Sprague-Dawley mâles sans pathologie patente, chacun pesant entre 300 et 350 g.

  1. Maison trois rats par cage, avec chow et eau disponible ad libitum et permettent au moins de deux semaines d’adaptation, alternant entre 12 h de lumière et 12 h d’obscurité.
  2. Avant le démarrage de l’expérience, tester tous les rats de la présence de comportements dépressifs ressemblant à l’aide d’un 3 jours test de préférence de saccharose (voir étape 4).
  3. Exclure les rats qui sont perçues pour afficher des comportements de type dépressifs et ceux qui sont logés dans la même cage comme tel des rats, afin d’éviter la propagation éventuelle de la dépression aux rats affectés avant que l’expérience a commencé tout d’abord, éliminer les rats ayant un test positif pour dépression ; puis, éliminer les rats qui sont logés dans des cages de mêmes que les rats déprimés.
  4. Si nécessaire, exclure les rats supplémentaires au hasard pour créer des groupes de 60 rats pour l’expérience de dépression finales, 30 rats pour le groupe de la contagion et un groupe témoin ratsforthe 30.
  5. Tag des rats (à l’aide d’autocollants numérotés), tout au long des procédures expérimentales. Temporairement transférer des rats aux cages unique au cours des expériences (dans la même pièce et le cycle foncé de CUS, saccharose et d’essais et dans une autre pièce et cycle foncé pour le test de nage forcée et parmi les facteurs de stress (voir 2.1.7)) et de les renvoyer à la groupes sociaux originaux de l’IR à la fin.

2. la procédure pour l’Induction de la dépression chez les Rats

Remarque : Afin d’inciter la dépression, sous réserve des 60 rats dans le groupe exposé à la CUS plusieurs manipulations de la CUS pour cinq semaines20.

  1. Exposer des rats par jour pour tout 2 des 7 stresseurs suivants, dans un ordre aléatoire ; à un agent stressant durant la journée et à l’autre pendant la nuit, pendant 5 semaines consécutives.
    1. Maison les rats dans les groupes (six rats, au lieu des trois habituelles, par cage pour 18 h) ;
    2. Placez les rats dans une cage inclinée (45° sur l’axe vertical pour 3 h) ;
    3. Priver les rats de la nourriture (18 h) ;
    4. Priver les rats d’eau (18 h) et de les exposer à des bouteilles d’eau vides immédiatement après une période de privation d’eau aiguë (1 h) ;
    5. Placer les rats dans une cage de litière humide (avec 300 mL d’eau déversé dans la litière) pendant 8 h (cycle nuit) ;
    6. Exposer les rats à éclairage continu (24h) et inversé le cycle lumière/obscurité (12 h) deux fois par semaine ;
    7. Placez les rats dans un environnement chaud (40° C, 5 min - cycle nuit), avec un autre appareil servant à augmenter la chaleur.
  2. Confirmer le développement de la dépression en effectuant un test de préférence de saccharose (voir étape 4).
    Remarque : Le protocole peut être suspendu après chacune des étapes ci-dessus. En outre, si un comportement aberrant est montré par n’importe quel rat, puis, éliminer le rat et toute autre rat qui pourrait avoir été touché par le rat erratique.

3. la procédure d’établissement de dépression-Contagion chez les Rats naïfs

  1. Mettre en place 30 groupes sociaux sur des rats de la CUS-exposés (60) et dépression-contagion (30) :
    1. Maison deux CUS chez les rats exposés par cage dans 30 cages différentes.
    2. Ajouter un rat du groupe dépression-contagion à chaque cage contenant deux CUS - exposé des rats.
  2. Cohabitation pendant 5 semaines , dans des conditions normales, avec chow et eau disponible ad libitum.
  3. Après 5 semaines de cohabitation, objet de tous les groupes à la préférence de saccharose, plein champ et de baignade forcée des tests dans l’ordre indiqué dans la Figure 1.

4. la préférence de saccharose tester21

  1. Au cours du cycle foncé, placez les rats dans des cages individuelles dans la même pièce que le logement.
  2. Placez une bouteille de 100 mL de solution de saccharose 1 % (p/v) dans chaque cage pendant 24 h et permettant l’adaptation.
  3. Enlever les bouteilles et priver les rats de la nourriture et l’eau pendant 12 h.
  4. Placer deux bouteilles, un contenant de 100 mL de solution de saccharose (1 %, p/v) et l’autre, 100 mL d’eau du robinet, dans chaque cage pendant 4 h.
  5. Noter le volume (en mL) de solution sucrée consommée tant l’eau et calculer l’affinité à la préférence de saccharose comme suit :
    Equation 1

5. les essais de plein champ

Remarque : Le test standard de plein champ est utilisé pour évaluer les comportements locomoteurs, exploratoires et anxiété-like et les réactions comportementales à la nouveauté en laboratoire animaux22, 23. Cet essai a également été montré pour analyser les comportements dépressifs24. Le test de plein champ examine deux paramètres adverses ; peur des rongeurs pour la lumière qui brille au centre du champ contre leur volonté expressive vers la nouveauté. Lorsqu’il est anxieux, les rongeurs ont tendance à éviter la découverte et séjour mis par les murs (thigmotaxie). Cette anxiété est déterminée par le degré de conjurer le champ central lumineuse. Le champ Ouvrir, constitué d’une boîte noire d’acrylique tachée (120 cm × 60 cm × 60 cm), est divisé en la partie centrale (25 %) et le reste de la boîte (75 %). Ce test se déroule dans la même pièce que le logement pendant le cycle de sombre. Une caméra vidéo, suspendue environ 200 cm au-dessus du champ, sert à enregistrer le champ ouvert test22, 23.

  1. Nettoyez l’appareil avec 5 % d’alcool avant l’introduction de chaque animal. Place le rat dans le coin du champ ouvert face au mur.
  2. Enregistrer le comportement du rat avec une caméra vidéo pendant 5 min.
  3. Analyser les enregistrements des paramètres suivants : distance totale parcourue, la vitesse dans la partie centrale du champ et le temps passé dans la partie centrale du champ.

6. le Test de baignade forcée

Remarque : Le principe de l’épreuve de nage forcée est basée sur le fait que lorsque des rats sont obligés de nager dans un espace confiné, ils finissent par abandonnent et restent immobiles, déplaçant parfois leurs corps afin d’éviter la noyade de21, 23. En raison de l’énormité de l’appareil déjà assemblé, ce test a été effectué dans l’autre pièce pendant le cycle de sombre.

  1. Pour l’accoutumance, placez le rat dans un cylindre de verre (100 cm de haut, 40 cm de diamètre et 40 cm de profondeur) contenant de l’eau à température ambiante, pendant une 15 min, séance de natation.
  2. Retirez le rat de la bouteille, sécher avec des serviettes en papier et les placer dans une cage chaude pendant 15 minutes.
  3. Retour le rat dans sa cage (original) maison ;
    Remarque : Le protocole peut être suspendu ici. En outre, si un rat dans le cadre de cet essai se noie, sortez-le immédiatement.
  4. Le lendemain, filmer une séance de natation 5 min et d’analyser les enregistrements des paramètres suivants : immobilité, escalade et la défécation.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

Le test de préférence de saccharose : Après exposant des rats à 5 semaines de la CUS pour l’induction de la dépression et puis par la suite exposer des rats sains pour les rats exposés à la CUS pendant un autre 5 semaines, les deux ensembles de rats affichent behaviorsat dépressifs comme la fin de l’expérience (Figure 2). La preuve de ce comportement a été observée dans la préférence réduite pour le sucrose par les rats déprimés, après CUS (65 ± 2,8 %, p < 0,001, Figure 2), lorsque comparés aux 30 rats du groupe témoin (101 ± 7 %, (Figure 2). Après 10 semaines, les rats exposés à la CUS 60 a démontré un changement statistiquement significatif (72 ± 3,3 %, p < 0,001, Figure 2) lorsque comparé aux 30 rats du groupe témoin (95 ± 3,4 %, Figure 2), à l’instar des 30 rats de dépression-contagion (76 ± 4,7 % p < 0,001, figure 2), après 5 semaines de cohabitation avec les rats exposés à la CUS.

Le test de plein champ : Rats dans les deux la CUS-exposés et les groupes de dépression-contagion avaient diminué la distance totale (dépression-contagion - p < 0,05 et CUS-exposés - p < 0,01, Figure 3A) et une diminution des vitesses moyennes (CUS-exposés - p < 0,05, Figure 3C), comparativement au groupe témoin. Le temps passé au centre des rats lisez ouvert par le groupe de contrôle et les deux groupes expérimentaux était non significativement différent (Figure 3B).

Le test de forcé-natation : Les résultats de l’évaluation de l’immobilité étaient comme prévu. Les deux exposés au CUS et dépression-contagion rats ont montré une immobilité prolongée après le test de nage forcée. Toutefois, un temps considérablement prolongé d’inactivité a été enregistré seulement chez les rats exposés au CUS (p < 0,01) lorsque comparé au groupe témoin (Figure 4A). En un autre paramètre de l’enquête test de forcé-natation, escalade des temps, les groupes de CUS-exposés et les rats de contagion-dépression expose propriétés en ascension très limitées (p < 0,01) lorsque comparé au groupe témoin (Figure 4B). L’évaluation du taux de défécation abouti à l’enregistrement de grandes quantités de matières fécales pour les deux groupes expérimentaux (p < 0,01), comparées aux témoins (Figure 4C).

Figure 1
Figure 1 : La conception du protocole expérimental. Indique l’ordre et le minutage des protocoles expérimentaux respectifs. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
Figure 2 : Le test de préférence de saccharose La variation en pourcentage dans le test de préférence de saccharose a diminué significativement chez les rats exposés au CUS 60 (65 ± 2,8 % contre 101 ± 7 %, p < 0,001) par rapport aux 30 rats du groupe témoin, après 5 semaines de la CUS. Il y avait un pourcentage important changement dans le test de préférence de saccharose en dépression 30-contagion (76 ± 4,7 %, p < 0,001) et le 60 exposés au CUS (72 ± 3,3 %, p < 0,001) rats après 10 semaines, comparativement aux 30 rats du groupe témoin (95 ± 3,4 %). L’analyse statistique a été fait avec ANOVA à test post hoc de Bonferroni. Les données sont exprimées en pourcentage du niveau de référence et exprimées en moyenne ± SEM. s’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 3
Figure 3 : Le test de plein champ. La dépression-contagion (68,1 ± 6,5 %, p < 0,05, Figure 3A) et les rats exposés à la CUS (59,6 ± 5,7 %, p < 0,01, Figure 3A) avaient diminué la distance totale, comparée aux rats témoins (100 ± 13 %, Figure 3 A). aucune différences significatives pour le temps consacré par les 3 groupes de rats dans la partie centrale du champ ouvert (Figure 3B). La CUS-exposés (75,4 ± 6 %, p < 0,05, Figure 3C) et déprimé-contagion (88 ± 5,6 %, p < 0,005, Figure 3C) rats les deux ont diminué les vitesses moyennes, mais un changement important a été enregistré seulement dans la CUS-exposés groupe, comparée à des rats du groupe témoin. Dans tous les 3 tests, le Kruskal-Wallis, suivi par le test de Mann-Whitney ont été utilisés. Les données sont exprimées en pourcentage du groupe témoin et exprimées en moyenne ± SEM. s’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 4
Figure 4 : Le test de nage forcée. La CUS-exposés (151 ± 3,3 %, p < 0,01, Figure 4A) et de la dépression-contagion (107 ± 6,7 %, Figure 4A) rats ont été tous deux jugés très immobile, mais un changement important a été enregistré seulement dans le groupe exposé CUS, par rapport à les rats du groupe témoin. La CUS-exposés (46 ± 5,5 %, p < 0,01, Figure 4B) et la dépression-contagion (64 ± 5,4 % p < 0,01, Figure 4B) rats exprimés réduit escalade fois. Les taux de défécation des 60 rats exposés au CUS (278 ± 32 %, p < 0,01,Figure 4C) et 30 rats de dépression-contagion (131 ± 37 %, Figure 4C) étaient significativement plus élevés par rapport au taux de défécation du contrôle 30 rats (± 100 22,5 %, p < 0,01). Analyse post hoc observé aucune différence significative entre les rats de dépression-contagion et les contrôles, mais a montré une différence significative entre la CUS-exposés par rapport aux rats témoins (p < 0,01Cde la Figure 4). L’analyse statistique a été fait avec ANOVA à. Les données sont exprimées en pourcentage de la répondante de contrôle exprimée en moyenne ± SEM. s’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

Selon les résultats obtenus avec l’application du présent protocole, des rats en bonne santé, comme les humains, ont été contrariés par les rats déprimés lorsqu’ils sont logés ensemble sur une longue période. Les rats simplement déprimés ont été touchés par leurs homologues déjà déprimés après cinq semaines de cohabitation, établissant un modèle distinct dépression animale-contagion pour la première fois. Une étude antérieure avec des porcs a également proposé des lois émotionnels partagés entre porcs déprimé et saine25.

L’induction de la dépression chez les rats a été réalisée avec l’application de la CUS. Cette méthode exprime les caractéristiques communes aux facteurs de stress social et environnemental de tous les jours. Archives montrent que la CUS est la méthode la plus utilisée d’induire une dépression chez les animaux. Les résultats obtenus avec cette méthode part grandes similitudes avec les symptômes cliniques et des comportements de type dépressif. S’il est correctement utilisé chez le rat, le rat canexpress tous connu signes dépressifs26. La capacité de mettre en évidence tous les comportements dépressifs lorsqu’elle est appliquée sur des rats valide CUS comme une méthode fiable d’induisant la dépression avec haute prévisibilité et construire validité27, 28. La méthode de la CUS est également utilisée comme modèle animal dépression afin d’analyser les mécanismes cellulaires et moléculaires de la physiopathologie de la dépression, aussi bien quant à étudier le mécanisme d’action des antidépresseurs29,30,31 , 32 , 33.

Le critère de préférence de saccharose appliqué après la cohabitation de déprimé et rats naïfs a permis l’évaluation de la propagation de la dépression, ce qui entraîne l’expression des comportements dépressifs chez les deux groupes de rats après 5 semaines (Figure 2, Figure 3, La figure 4). Test de la nage forcée20 et le plein champ test34,35,36,37,38,39,40 servaient aussi d’enquêter sur dépression chez les rats,41. Ces méthodes reflètent une gamme étendue d’irrégularités comportementales. Le fait qu’il n’y a aucun mécanisme spécifique de la contagion signifie que composants conscientes et inconscientes pourraient être avancés comme résultats hypothétiques potentiels. Inconscience puisse manifester par mimétisme42, par le biais des rats sains copie les mouvements du corps des rats déprimés. Mouvements plus susceptibles d’être reproduits sont telles que les expressions faciales et le système de neurone43. Conscience, en revanche, pourrait surgir au moyen de méthodes de communication. Une de ces méthodes est une rumination co44.

Bien que les rats en bonne santé est devenu déprimés lors du partage d’un logement avec les rats déprimés, déprimés rats aussi est devenu moins déprimés, par rapport à leur état après CUS, à la suite de cohabiter avec leurs homologues en bonne santé. Cela suit un modèle qui a été observé dans les conclusions antérieures lorsque enfoncé collégiens ont plus devenir simplement non enfoncée après avoir passer du temps avec leurs colocataires saine4. Il est, par conséquent, non seulement un impact négatif avec dépression contagieuse, mais aussi un effet réciproque. Les personnes déprimées ont une incidence négative sur celles qui sont saines, elles se rétablissent un peu de dépression en vertu d’être exposé à des collègues non déprimés. Une telle conclusion pourrait être un coup de pouce à la psychiatrie dans la lutte contre les populations et les personnes déprimées.

Avant cet essai, des modèles animaux de dépression-contagion sont inexistants, et même si une percée a été faite ici, ce test a ses limites. Il peut être considéré un peu faible pour plusieurs raisons. La différence entre l’absorption de saccharose et de l’absorption d’eau chez les rats soi-disant déprimées, comparativement aux rats contrôlés, n’est pas très significative et n’est pas démonstrative d’un état fortement dépressif chez les rats expérimentaux. En outre, l’utilisation du test de baignade forcée ne serait pas souhaitable si l'on peut trouver les meilleures options de rechange. Les dommages causés par cette épreuve sont traumatisants, permanente et irréversible. Par conséquent, animaux soumis à l’essai de baignade forcée ne peut être recyclés ou utilisés pour d’autres expériences. Quelles que soient les inconvénients de la méthode, il reste une méthode novatrice qui a produit des résultats décents.

Beaucoup a été dit et fait pour se réconcilier avec la dépression, mais il est resté une cause majeure de préoccupation, avec le nombre croissant de situations mortelles mettant en évidence sa sévérité dans la société d’aujourd'hui. La nature complexe définissant les interactions entre les êtres humains rend problématique à évaluer systématiquement la contagion de la dépression. Ainsi, une connaissance avancée d’un modèle animal pourrait être clé pour débloquer le mécanisme de la dépression chez l’homme, par la suite établir des réponses thérapeutiques contre cette maladie problématique.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Les auteurs n’ont rien à divulguer.

Acknowledgements

Les auteurs remercient Dr R. Bilyar, résident, Département d’urologie, le centre médical Soroka, pour son aide dans le laboratoire ainsi que dans l’analyse vidéo. Le soutien de Shira Ovadia, directeur de l’unité animale ressources, aussi tient à reconnaître. Un grand Merci à A. Alir et pour le personnel de l’unité de soins critiques, le centre médical Soroka pour leur soutien et les discussions utiles.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
Rat Cages Techniplast 2000P Conventional housing for rodents. Was used for housing rats throughout the experiment
Water - - Common tap water used througout the experiment at different stages
Purina Chow Purina 5001 Rodent laboratory chow given to rats, mice and hamster is a life-cycle nutrition that has been used in biomedical researc for over 5 decades. Provided to rats ad libitum in this experiment
Bottles Techniplast ACBT0262SU 150 ml bottles filled with 100 ml of water and 100 ml 1%(w/v) sucrose solution
Black lusterless perspex box - - (120 cm × 60 cm × 60 cm), divided into a 25% central zone and the surrounding border zone
Video Camera Canon - Digital video camera for high definition recording of rat behavior under open field test
Alcohol Pharmacy - 99% pharmaceutical alcohol diluted to 5% and used for lceaning the open field test box before the introduction of each rat
Glass cylinder - - 100 cm tall, 40 cm in diameter, and 40 cm deep cylinder used for carrying out the forced swim test
Paper towels Pharmacy - Dry towels used for keeping rats dry after immersing them in water
Bold markers - - Common bold markers used for labeling rats

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Hill, A. L., Rand, D. G., Nowak, M. A., Christakis, N. A. Emotions as infectious diseases in a large social network: the SISa model. Proc Biol Sci R Soc. 277, (1701), 3827-3835 (2010).
  2. Fowler, J. H., Christakis, N. A. Dynamic spread of happiness in a large social network: longitudinal analysis over 20 years in the Framingham Heart Study. BMJ. 337, 2338 (2008).
  3. Bastiampillai, T., Allison, S., Chan, S. Is depression contagious? The importance of social networks and the implications of contagion theory. Aust N Z J Psychiatry. 47, (4), 299-303 (2013).
  4. Joiner, T. E. Contagious depression: specificity to depressed symptoms, and the role of reassurance seeking. J Pers Soc Psychol. 67, (2), 287-296 (1994).
  5. Siebert, D. C. Depression in North Carolina social workers: implications for practice and research. Social Work Res. 28, 30-40 (2004).
  6. Joiner, T. E., Katz, J. Contagion of depressive symptoms and mood: meta-analytic review and explanations from cognitive, behavioral, and interpersonal viewpoints. Clin Psychol: Sci Pract. 6, (2), 149-164 (2006).
  7. Rosenquist, J. N., Fowler, J. H., Christakis, N. A. Social network determinants of depression. Mol Psychiatry. 16, (3), 273-281 (2011).
  8. Sobocki, P., et al. Healthrelated quality of life measured with EQ-5D in patients treated for depression in primary care. Value Health. 10, (2), 153-160 (2007).
  9. Creed, F., Morgan, R., Fiddler, M., Marshall, S., Guthrie, E., House, A. Depression and anxiety impair health-related quality of life and are associated with increased costs in general medical inpatients. Psychosomatics. 43, (4), 302-309 (2002).
  10. Saarni, S. I., et al. Impact of psychiatric disorders on health-related quality of life: general population survey. Br J Psychiatry. 190, 326-332 (2007).
  11. Gaynes, B. N., Burns, B. J., Tweed, D. L., Erickson, P. Depression and health-related quality of life. J Nerv Ment Dis. 190, (12), 799-806 (2002).
  12. Dunlop, D. D., Manheim, L. M., Song, J., Lyons, J. S., Chang, R. W. Incidence of disability among preretirement adults: the impact of depression. Am J Public Health. 95, (11), 2003-2008 (2005).
  13. Lenze, E. J., et al. The association of late-life depression and anxiety with physical disability: a review of the literature and prospectus for future research. Am J Geriatr Psychiatry. 9, (2), 113-135 (2001).
  14. Lang, U. E., Borgwardt, S. Molecular mechanisms of depression: perspectives on new treatment strategies. Cell Physiol Biochem: Int J Exp Cell Physiol Biochem Pharmacol. 31, (6), 761-777 (2013).
  15. Keller, M. B., Hirschfeld, R. M., Demyttenaere, K., Baldwin, D. S. Optimizing outcomes in depression: focus on antidepressant compliance. Int Clin Psychopharmacol. 17, (6), 265-271 (2002).
  16. Wang, P. S., et al. The costs and benefits of enhanced depression care to employers. Arch Gen Psychiatry. 63, (12), 1345-1353 (2006).
  17. Stewart, W. F., Ricci, J. A., Chee, E., Hahn, S. R., Morganstein, D. Cost of lost productive work time among US workers with depression. JAMA. 289, (23), 3135-3144 (2003).
  18. Pirraglia, P. A., Rosen, A. B., Hermann, R. C., Olchanski, N. V., Neumann, P. Cost-utility analysis studies of depression management: a systematic review. Am J Psychiatry. 161, (12), 2155-2162 (2004).
  19. Boyko, M., et al. Establishment of an animal model of depression contagion. Behavioural Brain Research. 281, 358-363 (2015).
  20. Willner, P. Chronic mild stress (CMS) revisited: consistency and behaviouralneurobiological concordance in the effects of CMS. Neuropsychobiology. 52, (2), 90-110 (2005).
  21. Boyko, M., et al. The influence of aging on poststroke depression using a rat model via middle cerebral artery occlusion. Cogn Affect Behav Neurosci. 13, (4), 847-859 (2013).
  22. Boyko, M., et al. The neuro-behavioral profile in rats after subarachnoid hemorrhage. Brain Res. 1491, 109-116 (2013).
  23. Slattery, D. A., Cryan, J. F. Using the rat forced swim test to assess antidepressant-like activity in rodents. Nature Protocols. 7, 1009-1014 (2012).
  24. Kalueff, A. V., Tuohimaa, P. Experimental Modeling of anxiety and depression. Acta Neurobiol Exp. 64, 439-448 (2004).
  25. Reimert, I., Bolhuis, J. E., Kemp, B., Rodenburg, T. B. Indicators of positive and negative emotions and emotional contagion in pigs. Physiol Behav. 17, (109), 42-50 (2013).
  26. Yang, J., et al. Enhanced antidepressant-like effects of electroacupuncture combined with citalopram in a rat model of depression. Evid Based Complement Altern Med. 2013:107380 (2013).
  27. Forbes, N. F., Stewart, C. A., Matthews, K., Reid, I. C. Chronic mild stress and sucrose consumption: validity as a model of depression. Physiol Behav. 60, (6), 1481-1484 (1996).
  28. Moreau, J. L. Reliable monitoring of hedonic deficits in the chronic mild stress model of depression. Psychopharmacology. 134, (4), 357-358 (1997).
  29. Sikiric, P., et al. The antidepressant effect of an antiulcer pentadecapeptide BPC 157 in Porsolt's test and chronic unpredictable stress in rats. A comparison with antidepressants. J Physiol-Paris. 94, (2), 99-104 (2000).
  30. Zhou, L. L., Ming, L., Ma, C. G., Cheng, Y., Jiang, Q. Antidepressant-like effects of BCEF0083 in the chronic unpredictable stress models in mice. Chin Med J. 118, (11), 903-908 (2005).
  31. Banasr, M., Valentine, G. W., Li, X. Y., Gourley, S. L., Taylor, J. R., Duman, R. S. Chronic unpredictable stress decreases cell proliferation in the cerebral cortex of the adult rat. Biol Psych. 62, (5), 496-504 (2007).
  32. Bachis, A., Cruz, M. I., Nosheny, R. L., Mocchetti, I. Chronic unpredictable stress promotes neuronal apoptosis in the cerebral cortex. Neurosci lett. 442, (2), 104-108 (2008).
  33. Bondi, C. O., Rodriguez, G., Gould, G. G., Frazer, A., Morilak, D. A. Chronic unpredictable stress induces a cognitive deficit and anxiety-like behavior in rats that is prevented by chronic antidepressant drug treatment. Neuropsychopharmacology. 33, (2), 320-331 (2007).
  34. Meng, H., Wang, Y., Huang, M., Lin, W., Wang, S., Zhang, B. Chronic deep brain stimulation of the lateral habenula nucleus in a rat model of depression. Brain Res. 1422, 32-38 (2011).
  35. Li, W., et al. Effects of electroconvulsive stimulation on long-term potentiation and synaptophysin in the hippocampus of rats with depressive behavior. J ECT. 28, (2), 111-117 (2012).
  36. Walf, A. A., Frye, C. A. The use of the elevated plus maze as an assay of anxiety-related behavior in rodents. Nat Protoc. 2, (2), 322-328 (2007).
  37. Moran, G. M., Fletcher, B., Calvert, M., Feltham, M. G., Sackley, C., Marshall, T. A systematic review investigating fatigue, psychological and cognitive impairment following TIA and minor stroke: protocol paper. Syst Rev. 2, 72 (2013).
  38. Lamers, F., et al. Comorbidity patterns of anxiety and depressive disorders in a large cohort study: the Netherlands Study of Depression and Anxiety (NESDA). J Clin Psychiatry. 72, (3), 341-348 (2011).
  39. Lenze, E. J., Mulsant, B. H., Shear, M. K., Alexopoulos, G. S., Frank, E., Reynolds, C. F. Comorbidity of depression and anxiety disorders in later life. Depress Anxiety. 14, (2), 86-93 (2001).
  40. Braam, A. W., et al. Depression, subthreshold depression and comorbid anxiety symptoms in older Europeans: results from the EURODEP concerted action. J Affect Disord. 155, 266-272 (2014).
  41. Kumar, V., Bhat, Z. A., Kumar, D. Animal models of anxiety: a comprehensive review. J Pharmacol Toxicol Methods. 68, (2), 175-183 (2013).
  42. Hatfield, E., Cacioppo, J. T., Rapson, R. L. Emotional contagion, vol. vii. Cambridge University Press/Editions de la Maison des sciences de l'homme. Cambridge, England/New York/Paris. 240 (1994).
  43. Ocampo, B., Kritikos, A. Interpreting actions: the goal behind mirror neuron function. Brain Res Rev. 67, (1-2), 260-267 (2011).
  44. Van Zalk, M. H., Kerr, M., Branje, S. J., Stattin, H., Meeus, W. H. Peer contagion and adolescent depression: the role of failure anticipation. J Clin Child Adolesc Psychol. 39, (6), 837-848 (2010).

Comments

0 Comments


    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Usage Statistics