Login processing...

Trial ends in Request Full Access Tell Your Colleague About Jove

Medicine

Ischémie Photothrombotic: A photochimique modèle de lésion corticale minimalement invasive et reproductible pour les études de course de souris

doi: 10.3791/50370 Published: June 9, 2013

Summary

Photothrombosis est une technique rapide, peu invasive pour induire petite et bien délimitée du myocarde dans les domaines d'intérêt de façon très reproductible. Il est particulièrement adapté pour étudier les réponses cellulaires et moléculaires qui sous-tendent la plasticité du cerveau chez les souris transgéniques.

Abstract

Le modèle de course photothrombotic a pour but d'induire une altération ischémique dans une zone corticale donnée au moyen de photo-activation d'un colorant sensible à la lumière précédemment injecté. Après illumination, le colorant est activé et produit de l'oxygène singulet qui endommage les composants de membranes de cellules endothéliales, de l'agrégation des plaquettes et la formation subséquente de thrombus, qui détermine la suite de l'interruption de la circulation sanguine locale. Cette approche, initialement proposé par Rosenblum et El-Sabban, en 1977, a ensuite été améliorée par Watson en 1985 dans le cerveau de rat et a jeté les bases du modèle actuel. En outre, la disponibilité accrue des lignées de souris transgéniques a également contribué à susciter l'intérêt sur le modèle de photothrombosis. En bref, un colorant photosensible (rose Bengale) est injecté par voie intrapéritonéale et pénètre dans la circulation sanguine. Lorsqu'ils sont éclairés par une source de lumière froide, le colorant devient activé et induit des lésions endothéliales avec l'activation des plaquettes et de la thrombose, entraînant localel'interruption de la circulation sanguine. La source de lumière peut être appliquée sur le crâne intact sans avoir besoin d'une craniotomie, ce qui permet un ciblage d'une zone corticale d'intérêt de façon reproductible et non invasive. La souris est ensuite suturée et autorisé à se réveiller. L'évaluation des lésions ischémiques peut être rapidement accompli par le chlorure de triphényl-tétrazolium ou coloration au violet de crésyl. Cette technique produit un infarctus de frontières bien délimitées petite taille et, ce qui est très avantageux pour la caractérisation des cellules précises ou des études fonctionnelles. En outre, il est particulièrement adapté pour étudier les réponses cellulaires et moléculaires qui sous-tendent la plasticité du cerveau chez les souris transgéniques.

Introduction

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Au début du 21ème siècle, accident vasculaire cérébral ischémique est une maladie dévastatrice qui représente la deuxième cause d'invalidité à long terme 1 et la deuxième cause de mortalité dans le monde de la course, dans lequel représentait environ 5,7 millions de décès en 2004 2. En dépit des nombreux efforts qui ont été mis en, il n'y a toujours pas de traitement efficace pour améliorer la récupération fonctionnelle après un AVC. Les modèles animaux d'AVC sont largement utilisés dans le domaine de la recherche sur l'AVC, car ils permettent la modélisation de la physiopathologie des lésions ischémiques et de tester l'efficacité de différentes stratégies neuroprotectrices in vivo. La plupart de ces modèles visent à induire vastes infarctus en interrompant (temporairement ou définitivement) le flux sanguin dans l'artère cérébrale moyenne, tandis que d'autres modèles ont été développés pour étudier les lésions de petite taille dans des domaines spécifiques, généralement le moteur et cortex somatosensoriel. Cependant, plusieurs facteurs peuvent contribuer à générer acertains degré de variabilité dans les études expérimentales AVC, y compris la souche de souris utilisée, l'âge et le sexe des animaux inclus dans l'étude et, surtout, la technique adoptée pour induire la lésion ischémique. En ce qui concerne ce dernier point, la durée et le caractère invasif de la chirurgie (par exemple la nécessité d'une craniotomie) ainsi que l'habileté chirurgicale nécessaire à l'opérateur pour induire de manière fiable une lésion ischémique sont des facteurs déterminants pour la réussite et impartiale dans l'étude course vivo .

Le concept de photothrombosis a été initialement proposé par Rosenblum et El-Sabban en 1977 3 et est devenu célèbre par son application dans le cerveau de rat par Watson et al en 1985 4 dans lequel la technique a été largement améliorée et a jeté les bases du modèle actuel 3. - 6. L'approche photothrombotic vise à induire un infarctus cortical par la photo-activation d'un colorant sensible à la lumière précédemment livrés dans le système sanguin, which se traduit par une thrombose des vaisseaux locale dans les zones exposées à la lumière. Lorsque le colorant circulant est éclairée à la longueur d'onde appropriée par une source de lumière froide, il libère de l'énergie aux molécules d'oxygène, qui à leur tour génèrent une quantité importante de produits hautement réactives de l'oxygène singulet. Ces intermédiaires oxygénés provoquent la peroxydation endothélial de la membrane cellulaire, conduisant à l'adhésion des plaquettes et de l'agrégation, et, éventuellement, à la formation de thrombus, qui déterminent l'interruption de la circulation cérébrale locale 7.

Photothrombosis est un modèle ischémique non canonique qui n'a pas occlure ou casser un seul artère, comme il arrive habituellement à course humaine, mais induit des lésions dans des récipients plus superficielles, ce qui entraîne l'interruption sélective de l'écoulement sanguin dans les zones exposées à la lumière. Pour cette raison, cette approche peut convenir aux études cellulaires et moléculaires de la plasticité corticale. Le principal avantage de cette technique réside dans sa simplicité d'exécution.En outre, photothrombosis peut être facilement réalisée en environ 40 minutes par animal, y compris attente de vingt minutes (3 min d'anesthésie; 1 min à raser le cuir chevelu; 3 à 5 min de placer l'animal dans l'appareil stéréotaxique; 2 min à frotter le cuir chevelu avec une solution antiseptique, faire une incision et nettoyer le crâne; 2 à 4 min à placer la fibre de lumière froide; 1 min à injecter la solution de rose Bengale; 5 min-attente pour la diffusion par voie intrapéritonéale, 15 mn de l'illumination, et à 5 min à nettoyer la plaie et suturer l'animal). En outre, aucune expertise chirurgicale est nécessaire pour effectuer cette technique que la lésion est induite par une simple illumination du crâne intact. Contrairement à l'occlusion artérielle classique, cette méthode détermine occlusions sélectifs de microvaisseaux pie-mère et intraparenchymal au sein de la zone irradiée et réduit la variabilité des lésions comme aucun vaisseau collatéral est laissée à fournir de l'oxygène dans la zone ciblée.

En dépit de son caractère particulier, leactions de dégâts photothrombotic mécanismes essentiels survenant dans accident vasculaire cérébral. De même que pour l'occlusion de l'artère en course humaine, l'agrégation plaquettaire et de la formation de caillot déterminent l'interruption de la circulation sanguine dans la zone irradiée 7. De même, ce modèle partage également les réponses inflammatoires essentiels au milieu occlusion de l'artère cérébrale 8. Toutefois, en raison des limites bien délimité, la zone de pénombre, ce qui correspond à une zone du métabolisme partiellement conservée, est très réduite, voire inexistante après une lésion photothrombotic. Cette frontière claire peut faciliter l'étude des réponses cellulaires à l'intérieur de l'aire corticale ischémique ou intact. modèle de souris Photothrombosis est particulièrement adapté pour les études AVC dans une variété d'animaux transgéniques. En effet, les modèles classiques ne peuvent pas s'adapter à toutes les souches et les études de longue période dans C57BL / 6 souche de souris signalé un taux élevé de mortalité qui peut entraîner un biais 9.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

1. Pré-chirurgie

  1. Peser rose Bengale dans un tube de 1,5 ml et dissoudre dans une solution saline stérile jusqu'à atteindre une concentration finale de 15 mg / ml. Stériliser par filtration à travers un filtre de 0,2 um et le stocker dans l'obscurité, à température ambiante jusqu'à deux mois.
  2. Stériliser tous les instruments chirurgicaux par autoclavage. La zone chirurgicale doit être désinfecté au moins une heure avant de lancer l'opération.
  3. Noter le poids du corps de la souris pour ajuster la dose de rose Bengale à injecter. Nous avons injecté 10 ul / g poids de l'animal en souris femelles CD1 12 semaines dans le présent protocole. Le montant de Rose Bengale nécessaire pour produire la taille de la lésion corticale désirée peut être facilement déterminée dans un ensemble distinct d'expériences préliminaires en testant différentes doses (généralement 2 pl / g, 5 ul / g ou 10 ul / g de poids corporel). Notez que le montant de Rose Bengale à injecter est très dépendante des conditions expérimentales, en particulier le type de source de lumièreutilisé et de la durée de l'exposition lumineuse. Dans la présente étude, 10 pl / g (150 pg / g), la dose a été jugée nécessaire pour induire photothrombosis lors de l'exposition à la lumière pendant 15 min, tandis que d'autres groupes ont signalé que ce soit 50 pg / g 6,8 et 100 pg / g 10 injection intrapéritonéale était suffisante pour induire une lésion photothrombotic.

2. Procédure d'anesthésie

  1. Anesthésier des souris avec de l'isoflurane dans une chambre d'admission transparent (3,5 à 4% pour l'induction, de 1,5 à 2% pour les maintenir) dans 50% (v / v) de mélange de gaz de monoxyde de diazote oxygen/50% (v / v). Anesthésie gazeuse permet un réveil rapide jusqu'à des animaux et le niveau de gaz anesthésique peut être réglé facilement. Alternativement, les souris peuvent également être anesthésiés par un mélange kétamine-xylazine.
  2. Lorsque l'anesthésie profonde est atteinte, retirer l'animal anesthésié de la chambre d'induction, le placer dans le cadre stéréotaxique et maintenir une anesthésie à l'aide d'un masque facial. Réglez le isofluraNE dose d'atteindre un niveau d'anesthésie adéquate. Surveiller le taux de respiration tout au long de la procédure et assurez-vous qu'elle est constante (40 - 60 respirations par minute).
  3. Utilisez pincées d'orteil afin de s'assurer que l'animal est profondément anesthésié.
  4. Appliquer une pommade oculaire, afin d'éviter que les yeux de sécher.
  5. Insérez délicatement la sonde rectale pour surveiller la température tout au long des procédures chirurgicales. Régler le coussin chauffant asservi associé pour maintenir la température du corps de la souris à 37 ± 0,5 ° C.

3. Chirurgie de l'éclairage de la zone cible

  1. Rasage du cuir chevelu de la souris avec un rasoir électrique.
  2. Fixez solidement la tête et insérer les barres d'oreilles en conduit auditif externe. Veillez à ne pas endommager les tympans.
  3. Désinfectez la peau à la surface de glisse de 70% d'éthanol et bétadine à l'aide de cotons-tiges alternatif.
  4. Utiliser un scalpel pour faire une incision le long de la ligne médiane à partir de l'œil leVel vers le cou. Appliquer rétracteurs de peau pour garder le crâne exposé.
  5. Rétracter doucement le périoste sur les bords du crâne avec un scalpel et laissez la surface du crâne sec à l'aide de cotons-tiges stériles. Identifier le bregma et lambda. Placez une micro-pipette en verre sur le bregma comme point de référence, puis déplacez-le vers les coordonnées de votre région d'intérêt. La région d'intérêt choisi pour cet article est à peu près vertement forme, centrée à environ 2 mm latéral au bregma, et couvrant une superficie d'environ 30 mm 2, qui comprend une grande partie du cortex sensori-moteur selon l'Atlas du cerveau de souris par Franklin et Paxinos 11.
  6. Marquer la position de l'intérêt des points de référence et de mettre une fibre optique en contact étroit avec la surface du crâne pour éviter dispersion de la lumière, mais attention à ne pas exercer de pression sur elle. La zone lumineuse peut être limitée par l'application sur le crâne d'un masque avec une petite ouverture ou d'un bouchon à l'extrémité de la fibre optique guide.

4. Rose Bengale Injection et activation

  1. Chargez la solution Bengale Rose dans une seringue de 1 ml et de calculer le montant à injecter selon une dose de 10 ul / g de poids corporel.
  2. Procéder à une injection intrapéritonéale lente.
  3. Laissez le colorant diffuse et entrer dans le flux sanguin. Après 5 min, allumer l'éclairage de lumière froide. Eviter tout éclairage de l'animal par toute autre source de lumière. Nous avions l'habitude d'éclairage de 150 W intensité fibre optique.
  4. Après 15 min d'éclairage, arrêtez exposition à la lumière et suturer la plaie. Cinq minutes d'éclairage produisent déjà du myocarde et 10 min est susceptible suffisante pour obtenir un effet maximal 12. Afin de minimiser la variabilité, nous choisissons d'éclairer pendant 15 min.

5. Suturer

  1. Retirez les rétracteurs de la peau et appliquer une solution saline stérile pour éviter la déshydratation.
  2. Refermer la plaie à l'aide needl coupe inversee et de soie ou de fils de suture en nylon.
  3. Interruption d'anesthésie, retirez soigneusement la souris de l'appareil de stéréotaxie et la posa sur un coussin chauffant préchauffé jusqu'à ce qu'il soit complètement réveillé, puis retourner dans sa cage. La température corporelle doit être surveillée attentivement tout au long des procédures pour limiter la variabilité dans l'extension infarctus. Selon la concentration et de la voie d'administration, le Rose Bengale peut encore être détecté dans le sang pendant plusieurs heures après l'injection 13. Préfère la couverture chauffante de la lampe de chauffage pour éviter des dommages secondaires potentiels (Rose Bengale absorption longueur d'onde est dans le spectre vert).

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Ce protocole va produire une lésion corticale qui est déjà visible sur la dissection du cortex à l'oeil nu (Figures 1A-1C). La lésion photothrombotic se développe dans les couches corticales superficielles et profondes dans lequel le tissu est suffisamment translucide pour permettre photo-activation de la Rose Bengale. La mesure de l'étendue de l'infarctus cérébral peut être effectuée rapidement par une coloration histologique avec le chlorure de triphényl-tétrazolium (TTC) sur un tissu frais ou par crésyl violet après fixation dans du paraformaldéhyde 4% (PFA). Avant TTC incubation, le cerveau fraîchement découpé est positionné dans une trancheuse du cerveau et en coupe en tranches épaisses mm (figure 1C) 1. TTC étiquettes tissu intact en rouge tandis que la région infarcie apparaît pâle, ce qui permet une mesure précise de la zone de l'infarctus (figures 1D-1E). La zone de l'ischémie incomplète défini comme pénombre est très réduit ou inexistant fonction de la taille de la lésion.

De même, la coloration de violet de crésyl permet l'identification des zones non colorées infarctus par rapport au tissu environnant pourpre teinté. La prolifération réactive et une infiltration de cellules (qui survient au cours de la première semaine suivant la lésion) peuvent également être évaluées (figures 2A1-2A2), ainsi que l'apparition d'une cicatrice gliale (figures 2B1-2B2). Le contrôle négatif est réalisé en effectuant la même opération, et l'injection de colorant, mais sans l'exposition à la source de lumière froide. La lésion est reproductible dans la taille et l'emplacement à différents points dans le temps après la lésion (figures 3A-3B). La zone de l'infarctus atteint généralement sa taille maximale de 4 à 6 heures après l'injection Rose Bengale 14 et diminue ensuite rapidement de 2 jours à 4 jours après photothrombosis. L'irradiation se produit dans les couches les plus superficielles, mais les grands navires dans les couches corticales profondes pourrait également être obstrué en raison de lacompression provoquée par la lésion 7. Il est important d'étudier la reproductibilité de la lésion avant traitement parce que la distribution de cerveau pial microvascularisation peut varier entre les animaux d'âge ou autre souche.

Figure 1
Figure 1. Aspect macroscopique de la lésion photothrombotical dans CD1 cerveau de souris 4 jours après photothrombosis. AB. Vue latérale et frontale. Le myocarde superficielle (pointes de flèche) apparaît comme une zone blanche visible à l'oeil nu. C. Le cerveau est placé dans trancheuse du cerveau et coupe rapidement en sections de 1 mm d'épaisseur. DF. Mesure de l'étendue de l'infarctus cérébral peut être accompli en TTC coloration . Le tissu nécrosé dans la lésion thrombotique est le caractèrelisés par l'absence de coloration. Coupes coronales du cerveau illustré en AC sont représentés dans rostre à l'extension caudale de D à F.

Figure 2
Figure 2. Évolution temporelle représentant de dommages photothrombotic. Coupes coronales d'adultes C57BL / 6 cerveau de souris ont été marqués par violet de crésyl. A1, A2. 7 jours après la lésion d'un nombre élevé de cellules collecte, à la limite du myocarde. B1, B2. A 30 ans, le volume de la lésion fortement réduite et la cicatrice gliale se forme. A2 et B2 sont fort grossissement de A1 et B1 respectivement. barres d'échelle: A1, B1: 1 mm; A2 B2: 0,5 mm.

Figure 3
Figure 3. Aspect macroscopique du cerveau à 2, 4 et 16 jours après photothrombosis. A. Microphotographies de cerveaux PFA-perfusés, préparé pour une analyse plus approfondie immunohistologique. La zone infarcie est en surbrillance (ligne pointillée). B. La comparaison de la surface à 2, 4 et 16 jours après la lésion. n = 4 dans chaque groupe. * P <0,05 (t de Student-test).

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

or Start trial to access full content. Learn more about your institution’s access to JoVE content here

Modifications et substitutions

En raison de son pic d'absorption à 562 nm, un laser de lumière verte à partir d'une lampe à arc au xénon filtré a été initialement choisi pour irradier le photosensible rose Bengale. Bien excitation laser à médiation était encore utilisé recently5, il peut être remplacé par une lampe à lumière froide qui également assurer excitation colorant 10,15. Fibres optiques lumière froide sont plus faciles à manipuler et moins coûteux que les sources laser. Toutefois, il faut remarquer que les lasers sont couramment utilisés pour cibler les artérioles de surface individuels après craniotomie pour une in vivo spécifique au navire coagulation 10.

Livraison de colorant sensible est habituellement accompli par injection dans la veine de la queue, ce qui nécessite une certaine formation pour obtenir des résultats homogènes et reproductibles. En revanche, l'injection intra-péritonéale est plus facile à réaliser et Rose Bengale est détectable dans le sang quelques minutes après 13. Phototh efficacerombosis peut être réalisé par l'excitation du colorant 5 min après injection intrapéritonéale 8, dose intrapéritonéale cependant élevé de Rose Bengale chez le rat ont montré que la concentration plasmatique du colorant continuer à augmenter encore 60 min après l'administration 13. Injection intraveineuse infuse de Rose Bengale peut augmenter la reproductibilité de la lésion 13, mais cette voie d'administration peut être associé à une hypotension dans le cas de la perfusion est effectuée trop rapidement (<1,5 min) ou à haute concentration de colorant 5. Pour éviter les fluctuations de la pression artérielle, d'autres substances photosensibles comme érythrosine B peuvent être utilisés pour produire des vaisseaux occlusions, mais cette molécule est considérée comme moins efficace que Rose Bengale pour la même gamme de concentration 5.

Les étapes critiques

Différents facteurs influent sur la taille de la lésion et la profondeur comme la concentration du colorant sensible, le temps de latence entre le colorant injectiet sur l'éclairage, l'intensité de la source de lumière, le diamètre de la surface éclairée, la durée d'exposition et la température du corps pendant et après la chirurgie. L'angle de la source lumineuse sur le crâne peut également influencer la forme de l'infarctus. Une série d'expériences préliminaires devrait être effectué pour tester la reproductibilité et de déterminer le montant minimum de la teinture et le temps d'irradiation qui produisent une lésion affecte sélectivement la zone cible et / ou obtenir déficit comportemental significatif.

Limites de la technique

Cette technique a été développée afin d'imiter course humaine en induisant l'agrégation plaquettaire observée au cours de l'ischémie cérébrale 4. Dommage cependant photothrombotic diffère légèrement de course humaine. Tout d'abord, la thrombose est déclenchée dans un grand nombre de navires dans la zone éclairée, alors que la course est généralement causé par l'interruption de la circulation sanguine dans une artère unique terminal. CommeEn conséquence, certaines régions du cerveau, dont le métabolisme n'est que partiellement pris en charge par l'artère subir l'interruption du flux sanguin sont initialement moins touchés car ils peuvent recevoir l'approvisionnement en sang par les artères collatérales et ne pas subir la mort cellulaire nécrotique. Au contraire, la limite bien définie produite par les résultats de photothrombosis dans une pénombre très limité, qui est la cible principale des agents neuroprotecteurs post-ischémie. En outre, dans un sous-ensemble de patients victimes d'AVC, reperfusion se produit spontanément et peut provoquer des dommages secondaires (y compris les lésions de reperfusion). Pour étudier cet aspect particulier de l'ischémie, les modèles d'occlusion transitoires sont plus appropriées.

Le motif du myocarde se manifeste certaines caractéristiques qui diffèrent de course humaine. L'IRM montre un développement simultané de l'infarctus ischémique et un œdème vasogenic en grande lésion photothrombotic que le développement de l'infarctus ischémique emporte sur l'oedème vasogenic en HUMAn AVC 16. Inversement, photothrombosis peut ne pas être suffisant pour l'étude des études d'agents anti-thrombotiques en raison du fait que l'infarctus photothrombotic survient également après le blocage de plaquettes ou de l'inhibition de la voie intrinsèque de la coagulation 17. En effet, il a été suggéré que dans des conditions particulières de la coagulation des plaquettes n'était pas nécessaire d'occlusion photothrombotic dans laquelle la perturbation de l'intégrité endothéliale pourrait provoquer un œdème et compression associé des vaisseaux environnants. En outre, dans la même analyse IRM de l'étude n'a pas montré de modification de la taille de l'infarctus après le blocage de la fonction plaquettaire ou l'épuisement des plaquettes 17.

Importance par rapport aux méthodes existantes

De nombreux modèles bien standardisés d'ischémie permanente, transitoire, focale et globale, mécaniquement ou chimiquement induite, ont été développés chez les rongeurs afin d'imiter étroitement la physiopathologie de la course de l'homme et de dévep nouvelles stratégies neuroprotectrices. Le photothrombosis tel que présenté ici est un modèle d'ischémie focale permanente qui induit systématiquement une blessure au coup de la taille désirée dans n'importe quel site corticale ou sous-corticale de façon très reproductible et peu invasive. Ce modèle montre un taux de survie élevé que qui a atteint 100% dans nos expériences (25 animaux), tandis que des études plus approfondies obtenu 98,4% 18. La lésion photothrombotic peut être personnalisé afin d'affecter une fonction précise en fonction de la zone ciblée et la récupération comportementale peut être évaluée par des tests multiples 6,19. En outre, cette approche n'est pas beaucoup de temps, peu coûteux et peut être appris rapidement qu'il n'est pas techniquement difficile, contrairement à d'autres modèles, y compris le modèle de filament. En outre, l'occlusion du vaisseau est réalisé en induisant la formation locale de thrombus qui sont structurellement similaires à ceux observés en course humaine. Toutefois, l'approche photothrombotic a également été adapté pour procclusions oducing de l'artère cérébrale moyenne 20. Le modèle de lésion de l'anneau a ensuite été développé dans le but d'obtenir une plus grande pénombre. Il se compose d'une illumination sous la forme d'un cercle, au centre de laquelle région corticale de tissu viable est entouré d'un tissu endommagé circulaire et part des caractéristiques biochimiques et moléculaires de la pénombre ischémique 21,22. Des variantes de la technique sont également disponibles pour effectuer des AVC dans le cerveau en développement 23 ou dans les tissus sous-cortical 24.

En conclusion, photothrombosis est un outil facile à effectuer modèle ischémique avec une reproductibilité élevée. En outre, il est adapté à un certain nombre d'études expérimentales AVC, en particulier pour l'évaluation de la plasticité corticale en réponse à une lésion cérébrale, tant au niveau cellulaire et moléculaire.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Aucun conflit d'intérêt déclaré.

Acknowledgments

Nous remercions Annalisa Buffo pour suggestions et commentaires perspicaces et Maurizio Grassano, Marina Boido et Ermira Pajaj pour le tournage. Ce travail a été financé par le 7e PC-MC-214003-2 (Marie Curie de formation initiale Réseau AXREGEN) et la Compagnia di San Paolo, projet gliarep.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
Solutions and chemicals
Rose Bengal Sigma, Italy 330000
Isoflurane Vet Merial 103120022
Betadine Asta Medica
Paraformaldehyde Sigma-Aldrich 158127
Surgical material and equipment
Fluosorber Filter Havard apparatus 340415
150W fiber optic illuminator Photonic PL3000
Temperature Controller for Plate TCAT-2DF Havard apparatus 727561
Stereotaxic Instrument Stoelting 51950
Operating microscope Takagi OM8
Heating pad
Oxygen and nitrogen gas
Surgery Tools World precision instrument Optic fiber taps and mask are custom-made

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Lopez, A. D., Mathers, C. D., Ezzati, M., Jamison, D. T., Murray, C. J. Global and regional burden of disease and risk factors. Lancet. 367, 1747-1757 (2001).
  2. Mathers, C. D., Boerma, T., Ma Fat, D. Global and regional causes of death. Br. Med. Bull. 92, 7-32 (2009).
  3. Rosenblum, W. I., El-Sabban, F. Platelet aggregation in the cerebral microcirculation: effect of aspirin and other agents. Circ. Res. 40, 320-328 (1977).
  4. Watson, B. D., Dietrich, W. D., Busto, R., Wachtel, M. S., Ginsberg, M. D. Induction of reproducible brain infarction by photochemically initiated thrombosis. Ann. Neurol. 17, 497-504 (1985).
  5. Bergeron, M. Inducing photochemical cortical lesions in rat brain. Curr. Protoc. Neurosci. Chapter 9, Unit 9 16 (2003).
  6. Lee, J. K., et al. Photochemically induced cerebral ischemia in a mouse model. Surg. Neurol. 67, 620-625 (2007).
  7. Dietrich, W. D., Watson, B. D., Busto, R., Ginsberg, M. D., Bethea, J. R. Photochemically induced cerebral infarction. I. Early microvascular alterations. Acta Neuropathol. 72, 315-325 (1987).
  8. Schroeter, M., Jander, S., Stoll, G. Non-invasive induction of focal cerebral ischemia in mice by photothrombosis of cortical microvessels: characterization of inflammatory responses. J. Neurosci. Methods. 117, 43-49 (2002).
  9. Kitagawa, K., et al. Cerebral ischemia after bilateral carotid artery occlusion and intraluminal suture occlusion in mice: evaluation of the patency of the posterior communicating artery. J. Cereb. Blood Flow Metab. 18, 570-579 (1998).
  10. Sigler, A., Goroshkov, A., Murphy, T. H. Hardware and methodology for targeting single brain arterioles for photothrombotic stroke on an upright microscope. J. Neurosci. Methods. 170, 35-44 (2008).
  11. Franklin, K. B. J. The Mouse Brain in Stereotaxic Coordinates. 1st, Academic Press. New York. (1997).
  12. Piao, M. S., Lee, J. K., Jang, J. W., Kim, S. H., Kim, H. S. A mouse model of photochemically induced spinal cord injury. J. Korean Neurosurg. Soc. 46, 479-483 (2009).
  13. Silva, V. M., Corson, N., Elder, A., Oberdorster, G. The rat ear vein model for investigating in vivo thrombogenicity of ultrafine particles (UFP). Toxicol. Sci. 85, 983-989 (2005).
  14. Watson, B. D., Prado, R., Dietrich, W. D., Ginsberg, M. D., Green, B. A. Photochemically induced spinal cord injury in the rat. Brain Res. 367, 296-300 (1986).
  15. Van Reempts, J., Van Deuren, B., Van de Ven, M., Cornelissen, F., Borgers, M. Flunarizine reduces cerebral infarct size after photochemically induced thrombosis in spontaneously hypertensive rats. Stroke. 18, 1113-1119 (1987).
  16. Carmichael, S. T. Rodent models of focal stroke: size, mechanism, and purpose. NeuroRx. 2, 396-409 (2005).
  17. Kleinschnitz, C., et al. Blocking of platelets or intrinsic coagulation pathway-driven thrombosis does not prevent cerebral infarctions induced by photothrombosis. Stroke. 39, 1262-1268 (2008).
  18. Porritt, M. J., et al. Photothrombosis-induced infarction of the mouse cerebral cortex is not affected by the Nrf2-activator sulforaphane. PLoS One. 7, e41090 (2012).
  19. Baskin, Y. K., Dietrich, W. D., Green, E. J. Two effective behavioral tasks for evaluating sensorimotor dysfunction following traumatic brain injury in mice. J. Neurosci Methods. 129, 87-93 (2003).
  20. Markgraf, C. G., et al. Comparative histopathologic consequences of photothrombotic occlusion of the distal middle cerebral artery in Sprague-Dawley and Wistar rats. Stroke. 24, 286-292 (1993).
  21. Wester, P., Watson, B. D., Prado, R., Dietrich, W. D. A photothrombotic 'ring' model of rat stroke-in-evolution displaying putative penumbral inversion. Stroke. 26, 444-450 (1995).
  22. Hu, X., Wester, P., Brannstrom, T., Watson, B. D., Gu, W. Progressive and reproducible focal cortical ischemia with or without late spontaneous reperfusion generated by a ring-shaped, laser-driven photothrombotic lesion in rats. Brain Res. Brain Res. Protoc. 7, 76-85 (2001).
  23. Maxwell, K. A., Dyck, R. H. Induction of reproducible focal ischemic lesions in neonatal mice by photothrombosis. Dev. Neurosci. 27, 121-126 (2005).
  24. Kuroiwa, T., et al. Development of a rat model of photothrombotic ischemia and infarction within the caudoputamen. Stroke. 40, 248-253 (2009).
Ischémie Photothrombotic: A photochimique modèle de lésion corticale minimalement invasive et reproductible pour les études de course de souris
Play Video
PDF DOI DOWNLOAD MATERIALS LIST

Cite this Article

Labat-gest, V., Tomasi, S. Photothrombotic Ischemia: A Minimally Invasive and Reproducible Photochemical Cortical Lesion Model for Mouse Stroke Studies. J. Vis. Exp. (76), e50370, doi:10.3791/50370 (2013).More

Labat-gest, V., Tomasi, S. Photothrombotic Ischemia: A Minimally Invasive and Reproducible Photochemical Cortical Lesion Model for Mouse Stroke Studies. J. Vis. Exp. (76), e50370, doi:10.3791/50370 (2013).

Less
Copy Citation Download Citation Reprints and Permissions
View Video

Get cutting-edge science videos from JoVE sent straight to your inbox every month.

Waiting X
simple hit counter