Transcanalicular Diode Laser-assisted Dacryocystorhinostomy pour le traitement primaire a acquis l’Obstruction du canal lacrymo-nasal

Published 10/13/2017
0 Comments
  CITE THIS  SHARE 
Medicine

Your institution must subscribe to JoVE's Medicine section to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

Welcome!

Enter your email below to get your free 10 minute trial to JoVE!





By clicking "Submit", you agree to our policies.

 

Summary

Le but du présent protocole est de présenter transcanalicular assistée par laser dacryocystorhinostomy comme une approche mini-invasive pour le traitement de l’obstruction du canal lacrymo-nasal acquis primaire.

Cite this Article

Copy Citation

Mor, J. M., Guo, Y., Koch, K. R., Heindl, L. M. Transcanalicular Diode Laser-assisted Dacryocystorhinostomy for the Treatment of Primary Acquired Nasolacrimal Duct Obstruction. J. Vis. Exp. (128), e55981, doi:10.3791/55981 (2017).

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the english version. For other languages click here.

Abstract

Étalon-or aujourd'hui dans le traitement de l’obstruction du canal lacrymo-nasal acquis primaire infrasaccal (PANDO) est dacryocystorhinostomy externe (DCR), une procédure relativement invasive qui peut être effectuée après l’échec des traitements de recanalizing. Cependant, avec les progrès dans le domaine de la technologie de laser de diode, nouvelles approches ont vu le jour. Assistée par laser transcanalicular DCR avec intubation de silicium bicanalicular ultérieure est une nouvelle option prometteuse grand comme une procédure peu invasive viable. Sous permanent contrôle visuel endoscopique de la cavité nasale, une fibre de laser de diode est insérée dans le sac lacrymal et l’énergie laser est appliquée pour créer un ostium osseux entre le sac lacrymal et les fosses nasales. Puisque aucune incision cutanée ne doit être faite, avantages de cette méthode comprennent l’épargnant de la peau ainsi que les structures palpébrales médiales et le mécanisme physiologique pompe palpébrale canaliculaire. La durée de la chirurgie, ainsi que la convalescence est généralement plus courte qu’avec DCR externe. Les complications comprennent un prolapsus tube silicone, enflure légère et, rarement, infection canaliculaire et lésion thermique. Tarifs an succès fonctionnel, définis par une résolution complète des symptômes et de la perméabilité de l’ostium, sont élevés, mais encore derrière ceux de DCR externe. Toutefois, les DCR externe secondaire après l’échec du DCR assistée par laser peut être effectuée sans difficulté. Assistée par laser transcanalicular DCR est donc une option valide qui doit être considérée comme une procédure de deuxième étape après l’échec des procédures de reperméabilisation et avant DCR externe.

Introduction

Obstruction du canal lacrymo-nasal acquis primaire Infrasaccal (PANDO) est un trouble fréquent chez les patients d’âge moyen et plus âgés, conduisant à une épiphora chronique et blépharite comme Dacryocystite récurrente ou chronique. Plus couramment, patients développent une obstruction infrasaccal d’un ou deux conduits lacrymo-nasal, résultant en drainage insuffisant de larme.

Dans le traitement de PANDO, dacryocystorhinostomy externe (DCR) est toujours considéré comme l’étalon-or, même si cette procédure remonte historiquement plus de cent ans quand elle était la première fois1. Après incision de la peau et la préparation de la paroi nasale du sac lacrymal, une perceuse est utilisée pour créer un ostium osseux conduisant à la cavité nasale, contournant ainsi le conduit obstrué. Taux de succès fonctionnel supérieur à 85 % ont été signalés pour cette méthode2,3. Ces résultats, cependant, sont faire au détriment d’effectuant une procédure relativement invasive qui met en péril les structures médiales de la paupière, y compris la pompe canaliculaire physiologiques mécanisme4,5 et peut laisser des patients présentant une importuns cicatrice, bien que les incisions cutanées nasojugal modernes ont de meilleurs résultats. Ces risques sont potentiellement évitables en effectuant des techniques moins invasives ou en choisissant une approche endonasale.

Afin de contourner la chirurgie invasive, beaucoup de travail a été fait dans le domaine de la recanalisation de drainage lacrymal minimalement invasive. Deux méthodes en particulier ont été établies comme des procédures de première étape potentiels : microforages dacryoplasty et dacryoplasty assistée par laser. Ces procédures sont basées sur l’endoscopie transcanalicular du système de drainage lacrymal et peuvent être effectuées pour traiter les sténoses membraneuses segment court du canal nasolacrymal. Si seulement minimalement invasive et caractérisés par une convalescence rapide, un inconvénient commun de ces techniques de recanalizing sont les taux de succès fonctionnel relativement faible en ce qui concerne les résultats à long terme de6,7, 8 , 9.

Pour tenter de combler le vide entre ces procédures de la première étape et DCR externe comme un traitement définitif, nouvelles approches ont récemment été mis au point. Le plus prometteur qui est DCR assistée par laser pour le traitement d’infrasaccal absolue PANDO. Comme avec toutes les approches susmentionnées, les patients sont recommandés pour être mis sous anesthésie générale pour cette procédure. Une fibre de laser de diode est insérée via soit canalicule et est ensuite avancée dans le sac lacrymal. Ensuite, l’énergie laser est appliqué à la paroi nasale latérale jusqu'à ce qu’un ostium osseux est créée, reliant à la cavité nasale à la hauteur du marge antérieure10,11 milieu du cornet. Pendant tout ce temps, un contrôle visuel constant est maintenu à l’aide de l’endoscopie endonasale. L’anastomose nouvellement formé sert une dérivation pour le drainage de la déchirure. Après irrigation réussie, bicanalicular intubation de silicium est effectuée afin d’éviter des cicatrices au début de l’ostium nouvellement formé. Le traitement postopératoire consiste décongestionnant, stéroïdien et Collyre antibiotique pour prévenir l’enflure, inflammation et infection, respectivement.

La durée de la chirurgie, ainsi que la convalescence est généralement plus courte qu’avec DCR externe (10-25 min en DCR assistée par laser vs 35-75 min en DCR externe). Taux de complications sont relativement faibles, les plus courants étant discret gonflement des paupières et des prolapsus de tube de silicone. Maladies infectieuses canaliculaire et lésion thermique sont des événements rares10. Succès fonctionnel un an taux de 74 à 88 % ont été rapportés10,11,12,13,14,15,16, 17,18, allant ainsi étroitement derrière ceux de DCR externe sans en subir les inconvénients de l’approche chirurgicale externe. Toutefois, les résultats à long terme restent encore à fournir. En outre, même après l’échec du DCR assistée par laser, DCR externe secondaire peut encore être effectué sans difficulté. Par conséquent, DCR assistée par laser est considérée comme une procédure de deuxième étape viable qui optimale doit être effectuée qu’après l’échec de la chirurgie de reperméabilisation et avant DCR externe.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

pour cette procédure, le consentement éclairé est requis et a été obtenu pour tous les patients qui ont subi une chirurgie dans le département d’ophtalmologie, Université de Cologne, Cologne, Allemagne. Tous les examens et les interventions chirurgicales ont été exécutées en conformité avec les législations nationales et la déclaration d’Helsinki de 1975 dans sa version actuelle.

Remarque : sauf indication contraire, instructions appellerai toujours uniquement le côté sur lequel la procédure est exécutée. Utiliser du matériel stérilisé.

1. préparation du patient

  1. effectuer un minutieux examen ophtalmologique (avec une attention particulière pour les paupières supérieur et inférieur de punctum et drainage lacrymal) y compris l’irrigation et de sonder pour tester la PANDO 10 .
    1. Pour l’irrigation normalisée, insérer une sonde Bangerter dans le supérieur et, par la suite, abaisser punctum. Commencez en l’insérant verticalement, puis inclinez-le vers le temple à une position horizontale pour suivre la formation physiologique du canalicule. Lorsque la sonde est en position, soigneusement injecter une solution saline pour tester l’obstruction du canal lacrymal.
      Remarque : Dans infrasaccal PANDO, la canule de Bangerter atteindra facilement la paroi nasale latérale sans une résistance plein d’entrain (" arrêt dur "). Essayant d’irriguer entraînera reflux controlatéral à travers le punctum opposé sans n’importe quel liquide atteignant le patient ' s du pharynx 10.
  2. Écarter les infections aiguës, tumeurs du système de drainage lacrymal ainsi aussi traumatisant, congénital ou obstruction de presaccal.
    1. Pour écarter les infections aiguës, regardez des rougeurs douloureuses, écoulement purulent ou un gonflement du drainage lacrymal. Afin d’exclure les tumeurs, recherchez un gonflement indolent, ulcération ou pigmentation. Obstruction Presaccal se traduit par une résistance plein d’entrain en essayant de faire progresser la sonde Bangerter dans le sac lacrymal (" arrêt doux "). Obstruction congénitale et traumatique peut être écartée en prenant les antécédents du patient 10 , 19 , 20.
  3. Exclure des pathologies DECONGESTION intranasale, déviation de la cloison par exemple sévère. Cela devrait être fait en prenant le patient ' s l’histoire en combinaison avec une froideur inspection de la cavité nasale 21.
  4. Mettre le patient sous anesthésie générale, par exemple par injection intraveineuse de propofol, rémifentanil et atracurium pour l’induction et l’inhalation de rémifentanil desfluran ainsi par voie intraveineuse pour l’entretien, à l’aide de dosage standard adaptées au poids 10. intubation doit être effectuée, mais l’utilisation d’un masque du larynx est également possible.
    NOTE : Anesthésiques, mais aussi les dosages peuvent varier entre les cliniques. Aucun protocole d’anesthésie spécifique n’est requise pour laser-aidé DCR.

2. Laser-aidé DCR

  1. Insert l’endoscope vidéo-assistée dans les voies nasales cavité en avançant avec précaution par la narine. Visualiser la marge antérieure du cornet moyen en inclinant légèrement l’endoscope vers la paroi nasale latérale.
  2. Mis en place l’équipement laser et laser paramètres pour les valeurs correctes. Chaussez les lunettes de protection.
    1. Connect le laser fibre optique (diamètre 400 µm) de la diode laser (longueur d’onde de 810 nm). Régler la diode laser à 6-8 W, durée d’impulsion de 200 ms, pause exposition 100 ms.
    2. Monter les optiques de fibre laser dans la pièce à main pour manoeuvrer et via une canule émoussée. Laisser 2-3 mm de la fibre ressortent à l’extrémité de la canule.
    3. Perform carbonisation de l’extrémité de la fibre laser en le tenant sur une spatule en bois et en appliquant au laser énergie pendant quelques secondes jusqu'à ce que la pointe est suffisamment noircie.
      Remarque : Ceci limitera la distribution de l’énergie non désirées dans le tissu du sac lacrymal.
  3. Positionner la fibre laser correctement à la paroi nasale latérale.
    1. Utiliser un lacrimal sonde pour dilater le punctum inférieur ( Figure 2 a). Introduire la sonde dans une orientation verticale dans un premier temps, puis l’outil dans une orientation horizontale avant d’avancer plus loin il vers le sac lacrymal. Cela permettra à la fibre laser à insérer en douceur dans la prochaine étape.
    2. Insérer la fibre laser dans le canalicule inférieur ( Figure 2 b , 2C). Commencez par insérer verticalement, puis inclinez-le vers le temple à une position horizontale pour suivre la formation physiologique du canalicule inférieur.
    3. Avancer avec précaution la fibre laser dans le sac lacrymal, jusqu'à ce qu’il touche la paroi nasale latérale, c'est-à-dire la paroi médiale saccal lacrymal. Là, visent la pointe dans une direction antéro-inférieure afin qu’il pointe vers la marge antérieure du cornet moyen.
    4. Vérifier le positionnement correct par voie endoscopique en surveillant transluminescence du faisceau visant à la hauteur de la marge antérieure du cornet moyen ( Figure 2d).
  4. Créer une suffisante lacrymo-nasal contourner par application de l’énergie laser pulsé à la paroi nasale.
    1. Énergie laser d’appliquer (à l’aide de l’ensemble de paramètres ci-dessus), garder le contact permanent au mur sans pression, visant pour la bordure antérieure du cornet moyen. Le laser va vaporiser le tissu directement en face d’elle, créant une dérivation lacrymo-nasal ( Figure 2d , 2e).
      Remarque : L’énergie totale nécessaire varie entre 0.9 - 1.8 kJ et a tendance à varier entre chaque patient.
    2. Veiller à ce que l’extrémité de la fibre n’est pas activement pressée contre le mur. Veillez à ne pas laisser le retomber de pointe dans la canule métallique car cela provoquerait des lésions thermiques en raison du chauffage du métal. Également éviter les mouvements sur le côté car la pointe peut casser OFF
    3. à pénétrer dans la paroi nasale latérale, retirer la fibre laser un peu et agrandir l’ostium par vaporisation soigneusement les marges de manière circulaire. Essayez de créer aussi grand un contournement possible ( Figure 2f).
    4. Recherchons un diamètre total de 5 mm pour l’ostium.
    5. Cesser d’appliquer l’énergie et de retirer la fibre laser ainsi que la pièce à main et la canule en rétractant soigneusement le matériel.
  5. Vérifier la perméabilité de l’ostium par irrigation saline en utilisant une sonde de Bangerter, tel que décrit en 1.1.1. Si un brevet ostium a été créé, irrigation réussie doit être visible par endoscopie.
  6. Retirer la sonde Bangerter.
  7. Placer le tube de silicone ( Figure 2 g).
    1. à travers le punctum inférieure, insérer un tube de silicone monocanalicular et il avancer avec précaution jusqu'à ce que la pointe de métal leader passe l’ostium osseux et fait saillie dans la cavité nasale.
    2. Utilisation Blakesley pinces pour saisir la pointe de l’intérieur de la cavité nasale et tirez sur le tube de silicone sur le nez et dans la position ( Figure 2 h).
    3. Utiliser une paire de ciseaux pour raccourcir le tube en silicone. La fin ne devrait pas être qui sort de nez.
    4. Exécuter silicium intubation le canalicule supérieur aussi bien (suivant parcourt 2.7.1 2.7.3) ( Figure 2 h).
  8. Retirer l’endoscope nasale.

3. soins post-op et suivi

  1. après la chirurgie, initier le traitement avec antibiotiques eye diminue (par exemple, ofloxacine), collyre décongestionnant (par exemple xylometazolin) et collyre stéroïdiens (acétate de prednisolone par exemple). Antibiotiques peuvent être arrêtés après une semaine, tandis que stéroïdiens et gouttes pour les yeux décongestionnant lentement devraient être sevrés au cours d’un mois.
  2. Suivi à six semaines et trois mois après la chirurgie. Regardez pour la résolution des symptômes, prolapsus de tube de silicone, infection et sécrétion.
  3. Retirer les tubes de silicium à trois mois après la chirurgie en saisissant simplement l’extrémité en forme de T au plus fort de l’examen et précautionneusement les.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

Résultat optimal :

La procédure décrite ci-dessus prend environ 10 à 25 min et on tolère généralement très bien. Ayant examiné le lendemain, un petit gonflement de la paupière peut être présent dans environ 60 % des cas. Ce petit gonflement toujours résout complètement dans un délai maximum de trois jours. Les patients ne se plaignent pas de douleur, de prolapsus de silicium ou de signes de traumatisme ou une infection. Cependant, à cause de l’intubation de silicium bicanalicular exécutée au cours de la procédure, epiphora peut-être persister jusqu'à ce que les tubes sont supprimés. L’application topique d’antibiotiques, stéroïdes et décongestionnant yeux postopératoire est essentielle et les patients ont besoin de suivre les instructions attentivement pour des résultats optimaux. A trois mois après la chirurgie, les tubes de silicone peuvent être enlevés facilement. Dans le cas optimales, une résolution complète et définitive des symptômes peut être observée. Tableau 1 donne un aperçu des résultats de cette technique, auparavant publié par Koch et al. en 2016,10.

Résultats sous-optimaux :

Bien que le soulagement des symptômes se produit initialement dans la plupart des patients, environ 20-25 % des patients, qui n’ont par ailleurs peu à aucune complication, voir la résolution incomplète des symptômes au niveau du repère de six mois. La raison la plus probable pour ce est le tissu de cicatrice formant dans l’ostium osseux. Dans ces cas de sténose récurrente, DCR externe secondaire peut s’avérer nécessaire.

Cas compliqués :

Les complications graves sont rares. Lorsque l’équipement laser utilisée n’est pas géré avec soin, l’extrémité de la fibre laser peut retomber dans la canule métallique qui entraîne le chauffage du métal. Cela se traduit par la lésion thermique pour le canalicule ou le sac lacrymal. Pénétrante de blessures dues à une nécrose du système de drainage lacrymal exigent suturer et, éventuellement, un lambeau de déplacement fermer le défaut. Nécessité de patients affectés d’être suivi plus étroitement que la lésion facilite la cicatrisation et une obstruction qui a suivi ainsi que des infections. DCR externe secondaire et la chirurgie de reconstruction canalicule peuvent s’avérer nécessaires dans ces cas.

Figure 1
La figure 1. Photos portrait pré- et postopératoire d’un patient âgé de 73 ans ayant subi une transcanalicular laser-aidé DCR du côté gauche.
un
aspect préopératoire. b léger gonflement de la paupière inférieure, le premier jour postopératoire, de résoudre complètement dans les deux jours. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
La figure 2. Procédure pas à pas expérimentale
a. dilatation de la punctum supérieure à l’aide d’une sonde lacrymale. Une dilatation doit être effectuée bicanalicularly pour faciliter l’intubation de silicium plus tard.
b. la fibre laser est insérée dans la pièce à main et la canule émoussée. Par la suite, il est inséré dans le canalicule inférieur.
c. corriger le placement de la fibre laser. Après l’insertion de la canule, la pointe est orientée dans une direction antéro-inférieure, visant pour la bordure antérieure du cornet moyen.
d. le faisceau de visée du laser apparaît approximativement à la marge antérieure du cornet moyen. L’énergie laser est appliquée pour créer un ostium.
e. pendant que le tissu entre le sac lacrymal et les fosses nasales se développe plus mince, la lumière devient plus lumineuse. Rupture de la paroi est imminente.
f. peu de temps après la rupture de la paroi. L’extrémité de la fibre laser peut être vu coller par le biais de l’ostéotomie nouvellement formé.
g. intubation de silicium de du canalicule inférieur.
h. intranasale image pendant l’intubation de silicium du canalicule supérieur. Le premier tube de silicium est déjà en place (face latérale) tandis que la pointe de métal leader du deuxième tube silicone est qui sort de l’ostium. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

nombre de patients 48
mâle 11
femelle 37
âge moyen (ans) ± 60 11
taux de réussite chirurgicale * 94 %
taux de succès fonctionnel (6 mois) ** 78 %
gonflement postopératoire couvercle 64 %
canaliculaire infection 2 %
lésion thermique 2 %
prolapsus de tube de silicone 9 %
* définie comme dérivation postopératoire perméabilité
** définie par une résolution complète des symptômes

Le tableau 1.
Vue d’ensemble des résultats de DCR assistée par laser tel que décrit dans le présent protocole. Données publiées précédemment dans Klin. Monbl. Augenheilkd. par Koch et coll. en 201610.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

Transcanalicular assistée par laser DCR tel que décrit ci-dessus est une façon assez rapide et mini-invasive pour traiter l’obstruction du canal lacrymo-nasal absolue infrasaccal efficacement sans la nécessité d’une incision de la peau, épargnant ainsi non seulement la peau, mais aussi le côté médial tendon canthal et le mécanisme physiologique pompe canaliculaire. Alors que la procédure est bien adaptée pour les patients ayant une obstruction du canal lacrymo-nasal acquises primaires, les pathologies autres que la sténose idiopathique ne sont pas admissibles pour cette procédure. Cela est dû, en partie, au fait qu’elle ne permet pas pour une inspection complète du sac lacrymal ou biopsies des résultats atypiques à prendre19,20,22,23.

En termes de succès fonctionnel, il va étroitement derrière le standard actuel de l’or de DCR externe avec des taux de succès fonctionnel précoce de 74 à 85 % à un an de suivi 10,11,12,13 , 14 , 15 , 16 , 17 , 18 , 19 pour l’approche de transcanalicular par rapport à > 85 % pour les externes DCR2,3,19. Cependant, les études fournissant des résultats à long terme sont assez rares. Dans une étude, Kaynak et coll. ont constaté que le succès fonctionnel taux de DCR assistée par laser peuvent chuter à 63 % au sein de la première année et encore tomber à 60 % dans la première de deux ans24. En revanche, Dogan et coll. ont constaté des résultats positifs sur le plan fonctionnel chez 84 % des cas pendant une période moyenne de suivi de 18,1 mois17. L’éventail assez large des résultats peut être dû au fait que DCR assistée par laser n’est pas encore une technique normalisée et la plupart des protocoles trouvés dans la littérature montrent certaines différences fondamentales. Ces différences comprennent divers paramètres laser et longueurs d’onde, téflon vs intubation de silicium, locale ou anesthésie générale et l’utilisation additionnelle de substances adjuvant comme la mitomycine C (MMC) ou endonasale trépanation15, 17,25,26,27,28. Par rapport aux DCR externe, les taux de complications en DCR assistée par laser sont relativement faibles et durée de chirurgie, ainsi que la convalescence est maintenue à un minimum de10.

Afin d’améliorer les taux de succès fonctionnel, un certain nombre de mesures supplémentaires ont été proposé, ajoutant à la simple formation d’une dérivation lacrymale. D’une part, dans le protocole mentionné ci-dessus, l’intubation bicanalicular silicium est incluse pour faciliter l’epithelization de la rocade et de prévenir les cicatrices au début de l’ostéotomie nouvellement formé10,11,12 ,13,14,15,16. Cette étape (comme l’intubation soit monocanalicular ou bicanalicular) est couramment utilisée dans une variété de protocoles et techniques y compris externes DCR2,3,19. Toutefois, les données que se trouvant sur cette question dans la littérature sont contradictoires et aucun consensus sur la question de savoir si le patient bénéficie d’intubation de silicium en lacrymal pontage aorto-coronarien n’a été atteint à date25,26.

En outre, pour inhiber la cicatrisation de l’ostéotomie, l’application topique de la mitomycine antimétabolite C, connue pour son utilisation dans la chirurgie du glaucome, a été proposée. Plusieurs études portant sur le bénéfice présumé d’application topique sur by-pass MMC supplémentaire juste après ostéotomie ne pourraient pas montrer un avantage significatif de cette procédure complémentaire17,,27,28 .

L’étape la plus critique dans le protocole fourni est la formation correcte d’une ostéotomie suffisante dans l’emplacement optimal. Lors de l’insertion de la fibre optique de laser, il est recommandé d’adopter l’approche via le canalicule inférieur qu’il accordera la maniabilité plus élevée plus tard. Dans une récente étude assistée par laser DC10,11, la fibre laser a été avancée par le canalicule supérieur dans 20 des patients participants. Dans trois de ces, un positionnement correct du laser s’est avéré impossible en raison de l’importance du rebord orbitaire supérieure, à son tour menant à un positionnement défavorable de l’ostéotomie plus tard. En outre, après le succès de positionnement de la pointe et avant d’appliquer l’énergie à la paroi nasale latérale, il est essentiel de s’assurer que la pointe n’a pas glissé dans la canule. Dans un cas rapporté10,11, rétraction de la pointe a entraîné dans le chauffage de la canule métallique, ce qui a conduit à des lésions thermiques nécessitant une reconstruction plastique.

Il est important de noter que l’ostéotomie créé avec une fibre de laser de diode 300-400 µm est nettement inférieur à celui d’une perceuse en DCR externe. Après l’élargissement de l’ostéotomie, tel que décrit ci-dessus, des diamètres d’ostium jusqu'à 5 mm est possible. Toutefois, le diamètre de l’ostium en DCR externe varie autour de 1 cm. logiquement, une ostéotomie plus grande est moins sensible à une cicatrisation rapide. Il est donc recommandé de viser aussi grand un ostium comme possible, tout en évitant des dommages aux tissus inutiles. Il est à noter que l’induction de la fibrose comme une complication tardive de l’intervention au laser est possible. Toutefois, le degré auquel cela se passe ne peut être estimé encore.

En résumé, transcanalicular assistée par laser DCR, si effectuée telle que définie ci-dessus, donne de bons résultats comme une option viable avant chirurgie lacrymale invasive dans les cas de PANDO. En raison des taux de complications faible et courte convalescence et l’heure de la chirurgie, la satisfaction des patients est élevée, tout en même temps, gamme de taux de succès fonctionnel étroitement derrière ceux de DCR externe.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

Aucun conflit d’intérêts.

Acknowledgements

Deutsche Forschungsgemeinschaft (Association allemande de recherche ; POUR 2240 « L’angiogenèse (ganglions) et immunité cellulaire dans les maladies inflammatoires de l’oeil » à LMH ; Il 6743/2-1 et il 6743/3-1 à LMH), programme GEROK de l’Université de Cologne de KRK et LMH. Notre gratitude va à Dr. Kühner pour le support technique.

Materials

Name Company Catalog Number Comments
C1.multi LUT 05.0082h.1 Endoscope camera
HL 250 LUT 95.2048n Endoscope light source
MD-19E ACL GmbH 1119 Endoscope screen
FOX (laser) A.R.C. Laser GmBH, Nürnberg, Germany n/a Diode laser
Laser fiber A.R.C. Laser GmBH, Nürnberg, Germany LL13001s Laser fiber
Laser handpiece A.R.C. Laser GmBH, Nürnberg, Germany n/a Handpiece
Wide Collarette Monoka Fa. FCL, Paris, France S1.1630 monocanalicular silicon tube
Suction elevatorium Storz 474015 For intranasal use
Forceps (Grünwald) Storz 426620 For intranasal use
Forceps (Blakesley-Wilde) Storz 456502 To grab the silicon tube
Lacrimal canula Storz 81071 Blunt cannula
Bangerter probe cannula Storz 81055 Bangerter probe cannula
Wooden spatula any n/a Wooden spatula
Xylometazolin 0.05% eye drops GlaxoSmithKline Consumer Healthcare n/a Decongestant eye drops
Dexapos comod eye drops Ursapharm n/a steroid eye drops
Floxal eye drops Dr. Gerhard Mann n/a antibiotic eye drops

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Toti, A., et al. Nuovo metodo conservatoire di cura radicale delle suppurazioni croniche del sacco lacrimale (dacriocistorinostomia). Clin. Mod. Pisa. 1, (10), 385-387 (1904).
  2. Alnawaiseh, M., et al. Long-Term Outcomes of External Dacryocystorhinostomy in the Age of Transcanalicular Microendoscopic Techniques. J. Ophthalmol. (2016).
  3. Tooley, A. A., et al. Dacryocystorhinostomy for Acquired Nasolacrimal Duct Stenosis in the Elderly (≥80 Years of Age). Ophthalmology. (2016).
  4. Detorakis, E. T., Drakonaki, E., Papadaki, E., Pallikaris, I. G., Tsilimbaris, M. K. Watery eye following patent external DCR: an MR dacryocystography study. Orbit. 29, (5), 239-243 (2010).
  5. Kakizaki, H., et al. The lacrimal canaliculus and sac bordered by the Horner's muscle form the functional lacrimal drainage system. Ophthalmology. 112, (4), 710-716 (2005).
  6. Emmerich, K. H., Ungerechts, R., Meyer-Rüsenberg, H. W. Mikroendoskopische Tränenwegschirurgie. Ophthalmologe. 106, (3), 196-204 (2009).
  7. Emmerich, K. H., Lüchtenberg, M., Meyer-Rüsenberg, H. W., Steinhauer, J. Dacryoendoskopie und Laserdacryoplastik: Technik und Ergebnisse. Klin. Monatsbl. Augenheilkd. 211, (6), 375-379 (1997).
  8. Meyer-Rüsenberg, H. W., Emmerich, K. H., Lüchtenberg, M., Steinhauer, J. Endoskopische Laserdacryoplastik - Methodik und Ergebnisse nach 3 Monaten. Ophthalmologe. 96, (5), 332-334 (1999).
  9. Emmerich, K. H., Ungerechts, R., Meyer-Rüsenberg, H. W. Transcanalicular microendoscopic laser DCR: technique and results. Klin Monbl Augenheilkd. 229, (1), 39-41 (2012).
  10. Koch, K. R., Cursiefen, C., Heindl, L. M. Transcanalicular Laser Dacryocystorhinostomy: One-Year-Experience in the Treatment of Acquired Nasolacrimal Duct Obstructions. Klin. Monbl. Augenheilkd. 233, (2), 182-186 (2016).
  11. Koch, K. R., Kühner, H., Cursiefen, C., Heindl, L. M. Significance of transcanalicular laser assisted dacryocystorhinostomy in modern lacrimal drainage surgery. Ophthalmologe. 112, (2), 122-126 (2015).
  12. Uludag, G., Yeniad, B., Ceylan, E., Yildiz-Tas, A., Kozer-Bilgin, L. Outcome comparison between transcanalicular and external dacryocystorhinostomy. Int. J. Ophthalmol. 8, (2), 353-357 (2015).
  13. Ozcimen, M., Uysal, I. O., Eryilmaz, M. A., Kal, A. Endocanalicular diode laser dacryocystorhinostomy for nasolacrimal duct obstruction: short-term results of a new minimally invasive surgical technique. J. Craniofac. Surg. 21, (6), 1932-1934 (2010).
  14. Drnovsek-Olup, B., Beltram, M. Transcanalicular diode laser-assisted dacryocystorhinostomy. Indian. J. Ophthalmol. 58, (3), 213-217 (2010).
  15. D'Ecclesia, A., et al. Endoscopic laser-assisted dacryocistorhinostomy DCR with the placement of a customised silicone and Teflon bicanalicular stent Endoscopic laser-assisted dacryocystorhinostomy (DCR). Clin. Ter. 165, (6), e391-e394 (2014).
  16. Ayintap, E., et al. Analysis of age as a possible prognostic factor for transcanalicular multidiode laser dacryocystorhinostomy. J. Ophthalmol. (2014).
  17. Dogan, R., Meric, A., Ozsütcü, M., Yenigun, A. Diode laser-assisted endoscopic dacryocystorhinostomy: a comparison of three different combinations of adjunctive procedures. Eur. Arch. Otorhinolaryngol. 270, (8), 2255-2261 (2013).
  18. Plaza, G., Beteré, F., Nogueira, A. Transcanalicular dacryocystorhinostomy with diode laser: long-term results. Ophthal Plast Reconstr Surg. 23, (3), 179-182 (2007).
  19. Heindl, L. M., Junemann, A., Holbach, L. M. A clinicopathologic study of nasal mucosa in 350 patients with external dacryocystorhinostomy. Orbit. 28, (1), 7-11 (2009).
  20. Heindl, L. M., Treutlein, E., Jünemann, A. G., Kruse, F. E., Holbach, L. M. Selective lacrimal sac biopsy for external dacryocystorhinostomy: a clinical pathological study. Ophthalmologe. 107, (12), 1139-1144 (2010).
  21. Aziz, T., Biron, V. L., Ansari, K., Flores-Mir, C. Measurement tools for the diagnosis of nasal septal deviation: a systematic review. J Otolaryngol Head Neck Surg. 43, 11 (2014).
  22. von Goscinski, C., Koch, K. R., Cursiefen, C., Heindl, L. M. Tumors of the lacrimal drainage system. HNO. 64, (6), 386-393 (2016).
  23. Heindl, L. M., Jünemann, A. G., Kruse, F. E., Holbach, L. M. Tumors of the lacrimal drainage system. Orbit. 29, (5), 298-306 (2010).
  24. Kaynak, P., et al. Transcanalicular diode laser assisted dacryocystorhinostomy in primary acquired nasolacrimal duct obstruction: 2-year follow up. Ophthal Plast Reconstr Surg. 30, (1), 28-33 (2014).
  25. Goel, R., et al. Transcanalicular Laser-Assisted Dacryocystorhinostomy With Endonasal Augmentation in Primary Nasolacrimal Duct Obstruction: Our Experience. Ophthal Plast Reconstr Surg. (2016).
  26. Yildirim, Y., et al. Comparison of Transcanalicular Multidiode Laser Dacryocystorhinostomy with and without Silicon Tube Intubation. J Ophthalmol. (2016).
  27. Kar, T., Yildirim, Y., Topal, T., Çolakoğlu, K., Ünal, M. H. Efficacy of adjunctive mitomycin C in transcanalicular diode laser dacryocystorhinostomy in different age groups. Eur. J. Ophthalmol. 26, (1), 1-5 (2016).
  28. Ozsutcu, M., Balci, O., Tanriverdi, C., Demirci, G. Efficacy of adjunctive mitomycin C in transcanalicular diode laser dacryocystorhinostomy. Eur. Arch. Otorhinolaryngol. 274, (2), 873-877 (2016).

Comments

0 Comments


    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Video Stats