Formation de l’ADN Covalent adduits cancérogènes enzymatiquement activés et médicaments In Vitro et leur détermination par 32P-post-marquage

Biochemistry

Your institution must subscribe to JoVE's Biochemistry section to access this content.

Fill out the form below to receive a free trial or learn more about access:

 

Summary

Évaluation de l’activité des produits chimiques environnementaux et médicaments, pour être enzymatiquement bioactivated intermédiaires générant ADN covalent adduits, est un domaine important dans le développement du cancer et son traitement. Méthodes sont décrites pour l’activation composée pour former que des adduits d’ADN, ainsi que des techniques pour leur détection et la quantification.

Cite this Article

Copy Citation | Download Citations

Stiborova, M. Formation of Covalent DNA Adducts by Enzymatically Activated Carcinogens and Drugs In Vitro and Their Determination by 32P-postlabeling. J. Vis. Exp. (133), e57177, doi:10.3791/57177 (2018).

Please note that all translations are automatically generated.

Click here for the english version. For other languages click here.

Abstract

Adduits à l’ADN covalent formé par des produits chimiques ou le pouvoir cancérogène des médicaments sont jugés comme l’un des facteurs plus importants dans la phase d’initiation du processus cancérigènes. Cette liaison covalente, qui est considéré comme la cause de la tumorigenèse, est maintenant considérée comme un dogme central de la cancérogenèse chimique. Ici, les méthodes sont décrites en utilisant la réaction catalysée par le cytochrome P450 et enzymes de biotransformation supplémentaires pour enquêter sur l’activité des produits chimiques ou des médicaments pour leur activation en métabolites formant ces ADN adduits. Procédures sont présentées en décrivant l’isolement des fractions cellulaires possédant des enzymes de biotransformation (échantillons microsomiques et cytosoliques avec cytochromes P450 ou d’autres enzymes de biotransformation, c.-à-d., peroxydases, NADPH : cytochrome P450 oxydoréductase, oxydoréductase de NAD (P) h ou de xanthine oxydase). De plus, on décrit des méthodes qui peut être utilisé pour l’activation du métabolisme des substances chimiques analysés par ces enzymes ainsi que ceux pour l’isolement de l’ADN. En outre, les méthodes appropriées capables de détecter et de quantifier l’ADN produit chimique/pharmaceutique-dérivé des adduits, c'est-à-dire, différentes modifications de la technique de P-post-marquage 32et emploi des marqués radioactifs analysé des produits chimiques, sont montré en détail.

Introduction

Le métabolisme des xénobiotiques (substances chimiques environnementales ou drogues) se produit en deux phases1. Phases I et II visent à rendre les composés initialement hydrophobes (non soluble dans l’eau) plus hydrophile (soluble dans l’eau), ce qui les rend facilement conjuguent via l’urine, de selles ou de sueur. La phase I (fonctionnalisation) réactions incluent l’oxydation, réduction, et hydroxylation catalysée par les enzymes tel le cytochrome P450s (P450s, CYP), peroxydases (i.e., cyclo-oxygénase, COX), aldo-céto réductases (AKRs), microsomique flavine monooxygénases (OGP). Phase I comprend également des réactions de réduction, véhiculées par une variété de réductases c'est-à-dire microsomique NADPH : cytochrome P450 réductase (POR) et cytosolique NAD (P) h oxydoréductase (NQO1), xanthine oxydase (XO) et aldéhyde oxydase (AO)1 . Dans la deuxième phase (conjugaison), les groupes fonctionnels qui étaient attachés en phase I sont utilisées pour conjuguer les petites molécules polaires afin d’accroître encore la polarité. Exemples d’enzymes censées participer à la réaction de phase II incluent des sulfotransférases (résultats), N, O- acétyltransférases (NATs), méthyltransférases comme la catéchol -O- méthyltransférase (COMT), glutathion S- transférases (GST) et l’uridine diphosphate glucuronyltransférases (UGTs)1. La nomenclature des enzymes de phase I ou II est, toutefois, pas rigide, et certaines enzymes peuvent sans doute être regroupées en deux catégories.

Enzymes P450 (EC 1.14.14.1) sont l’hème contenant les protéines présentes dans les différents organismes qui participent à la biotransformation de nombreux produits chimiques, catalyser leur conversion3,4. Les enzymes P450 catalysent l’hydroxylation de nombreux substrats, avec une réaction où un atome de dioxygène est introduit dans la molécule de xénobiotiques, tandis que le second atome d’oxygène est réduit à l’eau forme de la réaction qui nécessite deux électrons [l’équation (1 de3,)]4:

RH + O2 + NADPH + H+ → ROH + H2O + NADP+ (1)

Les enzymes P450 localisées dans la membrane du réticulum endoplasmique des cellules de mammifères (systèmes de P450 microsomiques) sont membres du système monooxygénase multienzymatiques, qui contient encore NADPH : cytochrome P450 réductase (POR) et du cytochrome b5 , le substrat de l’enzyme appelée NADH : cytochrome b5 réductase. Une théorie généralement acceptée émet l’hypothèse que le donneur des deux électrons nécessaires pour P450 est le système de NADPH/POR. Néanmoins, cytochrome b5 pourrait exercent également comme donneur d’électrons pour P450, à savoir en tant que donateur de l’électron réduisant P450 au cours de la deuxième réduction de son cycle de réaction, où elle agit avec NADH : cytochrome b5 réductase2,3,4.

Les mammifères utilisent diverses enzymes P450 (par exemple, les enzymes des familles 5, 8, 11, 17, 19, 21, 24, 26 et 27) pour la synthèse de composés endogènes précieux, tels que les stéroïdes et utilisez-les pour le catabolisme des produits naturels2,3 . Les autres enzymes mammifères CYP, comme humaine CYP1A2, 2C9, 2C19, 2D6 et 3 a 4, métabolisent exogènes substances chimiques qui sont utilisés comme médicaments. 5 , 6 les plus importantes enzymes catalysant le métabolisme des médicaments sont CYP de la sous-famille des 3 a, en particulier le CYP3A4. Les conversions des xénobiotiques, tels que les substances cancérogènes pro et pro-substances toxiques, sont véhiculées par les humains CYP1A1, 1 a 2, 1 b 1, 2 a 6, 2E1 et 3 a 42,5. La plupart de ces CYP est présente dans le foie (exception de CYP1A1 et 1 b 1). Néanmoins, le CYP est également exprimées dans plusieurs organes extrahépatiques. Ces P450s pourrait être d’une grande importance, surtout quand ils participent à la bioactivation du métabolisme des substances chimiques (médicaments) intermédiaires réactifs dans ces organes7. P450s divers sont induites par plusieurs composés qui sont leurs substrats, si ce n’est pas nécessairement le cas.

De nombreuses enzymes P450 jouent un rôle dans la toxicité chimique (médicament). Ils peuvent convertir les xénobiotiques non seulement dans leurs métabolites de désintoxication, mais aussi les activer pour les espèces réactives, qui modifient les macromolécules endogènes qui présentent en outre des propriétés biologiques différentes, causant habituellement leur toxicité. ADN, des lipides et des protéines peuvent être les cibles de leur modification par réactifs électrophiles et radicaux générés à partir de produits chimiques activées. Dans le cas de l’ADN, résoudre plusieurs réponses de gène important et leurs mécanismes sont déjà connus,2,3,4,5.

Les changements dans l’ADN peuvent entraîner une diminution de contrôle de la croissance cellulaire, et ce phénomène est considéré comme le facteur prédominant qui conduisent au développement de procédés cancérogènes. La génération de l’ADN covalent des adduits avec des produits chimiques ayant le pouvoir cancérogène est jugée comme une des étapes plus importantes dans la phase d’initiation des cancérogènes traite8,9,10,11. Il a été démontré que les relations entre la formation de l’ADN des adduits et tumorigenèse se produire, alors qu’une diminution de la quantité d’ADN adduits est responsable de la chimioprévention8,9,10, 11 , 12 , 13 , 14. la formation d’agent cancérigène/drogue-dérivé des adduits d’ADN repose sur des bases de l’ADN et est affectée par les séquences de ces bases dans l’ADN. Les réparations de l’ADN des adduits sont tributaires de leur emplacement (sur le brin d’ADN transcrit ou non transcrites) et les types de nucléotides modifiés séquences8,11,12,15, 16.

Dans cet article, nous décrivons des procédures utilisant la conversion par catalyse enzymatique des produits chimiques (médicaments) pour enquêter sur leur puissance doit être activée en métabolites qui a modifié l’ADN (ADN de générer des adduits). Pour le couplage covalent ADN, la substance d’essai doit généralement être activé soit par réaction oxydante ou réductrice, selon médicaments individuels. Oxydante ou réductrice activation de produits chimiques testés est médiée par un système enzymatique P450-dépendants présent dans la fraction subcellulaire microsomique ou par réduction avec réductases présente aussi bien dans les microsomes (POR, NADH : cytochrome b5 réductase, enzymes P450) et dans les fractions subcellulaires cytosoliques cellulaires (NQO1, XO, AO, peroxydase). Métabolites réactifs par la suite se lient à l’ADN formant les ADN des adduits. Parce que les réactions fois oxydants et réductrices sont importantes pour activer plusieurs médicaments pour ces espèces réactives, les procédures expérimentales qui emploient le système enzymatique de l’oxydo-réduction sont décrites. En outre, les méthodes appropriées capables de détecter et de quantifier ces ADN adduits sont décrites en détail.

Deux procédures indépendantes afin de déterminer si le produit chimique à tester, activés par les systèmes enzymatiques, est lié à l’ADN sont recommandés : la technique P-post-marquage de 32et utilisant composé radioactif marqué (e.g., 3H ou 14 C). Pour le premier projet pilote, 32P-post-marquage test de dépistage est recommandé. La détermination de la teneur en ADN dans les solutions, précisément évalué, doit précéder les deux méthodes.

Les 32P-post-marquage technique utilise l’hydrolyse enzymatique de l’ADN modifié par des produits chimiques non radioactif (cancérogène/drogues) à 3´-phosphodeoxynucleosides, phosphorylation supplémentaire avec le phosphore radioactif (32P) à la 5´- OH position et la séparation des produits chimiques-désoxyribonucléosides adduits de désoxynucléotides (non modifiées) normal par chromatographie17 (Figure 1). ADN modifié par le composé chimique est hydrolysé par un mélange d’endonucléase nucléase micrococcique et exonucléase, appelée phosphodiestérase de rate. Le mélange de l’ADN hydrolysée contenant les deux normal (non modifié) et modifié les désoxyribonucléosides monophosphates-3´ réagit avec [γ -32P] ATP en présence du transporteur (non radioactif) ATP et T4-polynucléotide kinase à pH 9,5 à forme 5´- 323´ marquée P, 5´-bisphosphates (procédure « standard » dans la Figure 1). Le pH alcalin utilisé est capable de réduire au minimum l’activité enzymatique du T4-polynucléotide kinase à déphosphorylent désoxyribonucléosides 3´-monophosphates en position 3´. Séparation et résolution de 32P-étiqueté adduits de désoxynucléotides marqués qui ne sont pas modifiés par des produits chimiques est réalisée par échange d’anions multidirectionnel chromatographie sur couche mince (TLC) POLYÉTHYLÈNEIMINE (PEI), cellulose (Figure 2 ). Dans les étapes de la première et la deuxième d’élution (en direction de D1 et D2), étiqueté normal désoxynucléotides (non modifié), mais aussi [32P] phosphate est élué dès le début de la plaque de TLC-PEI-cellulose à l’aide de solutions de l’eau de l’électrolyte sur un petit morceau de par chromatographie papier appliqué sur le dessus de la plaque de TLC, tandis que les désoxynucléotides contenant des produits chimiques liés présentant des propriétés hydrophobes (cancérogène/drogue-adduits) sont maintenues au début de plaque PEI-cellulose à être plus résolu avec plusieurs systèmes de solvants différents dans des directions D3 et D4 (Figure 2). Localisation des adduits est effectuée par autoradiographie d’écran amélioré ; adduits le séparés sont détectés comme des taches foncées reconnaissables sur les films radiographiques. Les zones de taches sont excisés de la plaque et permettant de quantifier la radioactivité par scintillation en milieu liquide ou Cerenkov comptage. Un méthode qui a été adapté à la carte et de quantifier l’ADN-images au phosphore stockage adduits sur chromatogrammes détectés par les 32analyse post-marquage-P est maintenant également utilisé. 18 machine l’imageur instantanée est fréquemment utilisé pour une détection et quantification de l’ADN des adduits. Cette méthode fournit une sensibilité 10 - fois plus élevée pour la détection de 32P que la technique de l’écran amélioré autoradiographie19.

Quantités d’ADN adduits sont déterminés comme valeurs de parent adduit étiquetage (RAL), calculé à l’aide de l’équation (2) comme suit :

CPM. adduit de désoxynucléotides
RAL =---(2)
activité spécifique de 32P-ATP (au cpm. / pmol) x pmol désoxynucléotides

Les valeurs des RAL sont le ratio du taux de comptage des adduits désoxynucléotides sur les taux de comptage du total [adduits et normal (non modifiées) désoxynucléotides] désoxynucléotides20,21. Toutefois, ce calcul est fondé sur l’égalité étiquetage efficacités des adduits et désoxynucléotides normal22. La procédure classique (« standard ») des 32P-post-marquage technique est appropriée pour des adduits d’ADN différents (volumineux et/ou non volumineuses adduits), cependant, sa sensibilité n’est pas satisfaisante pour détecter les adduits trouvés en faibles quantités dans l’ADN. En utilisant cette procédure, le montant d’un adduit dans 10 désoxynucléotides7 non modifiés dans l’ADN (0,3 fmol adduit/µg ADN) est détectable.

Une variété de modifications de ce classique 32P-post-marquage de procédure ont été utilisés pour élever la sensibilité de la technique. Jusqu'à de 10 à 100 fois plus grande sensibilité du dosage des adduits de 32P-étiquetage a été réalisé en utilisant des niveaux limites de [γ -32P] ATP (la procédure intensification). 23 , 24 une procédure supplémentaire qui prévoie qu'une augmentation de la sensibilité de la méthode de P-post-marquage 32utilise une incubation de contenant de l’ADN digéré adduits avec la nucléase P1 (à partir de Penicillium citrinum)21 (Figure 1). Cette enzyme préfère déphosphorylent désoxyribonucléosides non modifié 3´-monophosphates, tandis que les désoxynucléotides liés produits chimiques (de nucléotides) sont essentiellement pas les substrats de cette enzyme. Par conséquent, désoxyribonucléosides déphosphorylées 3´-monophosphates (c.-à-d., désoxyribonucléosides) ne sont pas phosphorylés par T4-polynucléotide kinase de phosphate [32P] de γ -32P] ATP. Toutefois, certains des nucléotides où les produits chimiques sont liés (de désoxynucléotides), tels que les adduits arylamine substitués en C8 de désoxyguanosine, can bedephosphorylated par cette enzyme. En revanche, la plupart des autres adduits (p. ex., adduits substituée au N2 de désoxyguanosine) ne sont pas déphosphorylé par nucléase P1. Cette modification de 32P-post-marquage rend cette méthode beaucoup plus sensibles, augmentant sa sensibilité de plus de trois ordres de grandeur. En outre, cette version de 32P-post-marquage fournit une méthode où plus des quantités d’ADN (5-10 µg) et un excès de sans porteur ATP [γ - 32P] peut être utilisé.

Une autre méthode pour enrichir les adduits, décrite par Gupta25, utilise physico-chimiques adduits de propriétés des désoxyribonucléosides volumineux, qui peuvent être extraites en n-butanol en présence d’une phase transfert agent tétrabutylammonium chlorure (TBA) (Figure 1) avant [32P] phosphate étiquetage, tandis que désoxynucléotides non modifiées sont mal extraites de ce solvant organique. Cependant, moins hydrophobe adduits, composé d’exemple de désoxynucléotides modifié avec non-aromatique moitiés encombrants ou alkyle petit résidus, ne sont pas effectivement extraites avec n-butanol. Par conséquent, ils sont essentiellement indétectable lorsque sont analysés par cette modification des 32P-post-marquage méthode.

Les versions mentionnées précédemment de 32P-post-marquage augmentation de la sensibilité et la quantification de l’ADN des adduits énormément (jusqu'à trois ordres de grandeur), être capable de détecter un adduit par 109,10 normal les nucléotides (0.3 - 3 amol/µg d’ADN). Ces deux méthodes sont recommandées pour tester les produits chimiques pour leur efficacité à lier par liaison covalente à l’ADN et, par conséquent, elles sont décrites dans cet ouvrage en détails.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Protocol

Toutes les expériences animales ont été effectuées conformément aux règlements pour le soin et l’utilisation des animaux de laboratoire (311/1997, ministère de l’Agriculture, République tchèque), qui est en conformité avec la déclaration d’Helsinki.

1. isolement des Fractions de microsomes et cytosoliques hépatiques

  1. Préparer les fractions subcellulaires hépatiques (microsomes riches en enzymes P450 ou cytosol riche en réductases ou solubles peroxydases) des rats par simple centrifugation différentielle (105 000 x g).
    Remarque : Le pellet et le surnageant sont considérées comme des microsomes et cytosols, respectivement.
    1. Laver les échantillons de foie (1 à 10 g) deux fois avec un tampon Tris-HCl 50 mM, pH 7,4 contenant 150 mM KCl mémoire tampon (buffer 1) (des volumes plus importants que le poids du tissu, c.-à-d. 10 fois 10-100 mL) et couper les tissus en petits morceaux (d’autour de la taille 2 x 2 mm).
    2. Homogénéiser les tissus en présence de cette mémoire tampon (> 3 mL/g de poids/volume) en homogénéisateur à 4 ° C pendant 5 min et jeter les morceaux non homogénéisé résiduelles du tissu de filtration à l’aide de papier filtrent. Centrifuger l’homogénat à 600 x g pendant 10 min à 4 ° C et transvaser le surnageant dans un autre tube de centrifugation.
    3. Re-homogénéiser le culot dans la mémoire tampon 1 (1 mL / 1 g de tissu), répétez l’étape 1.1.3. et jeter le culot. Centrifuger les surnageants regroupées à 15 000 x g pendant 20 min à 4 ° C. Transférer le surnageant dans un autre tube de centrifugation.
    4. Centrifuger le surnageant à 105 000 x g pendant 60 min à 4 ° C. Récupérer le surnageant (cytosol) et rangez-la en aliquotes (1 à 10 mL) à-80 ° C. Caractériser le cytosol pour la quantité de protéine à l’aide de la méthode décrite par Bradford26.
    5. Resuspendre le culot dans un tampon phosphate de sodium 100 mM, pH 7,4 (> 2 mL/g de poids/volume), centrifuger à 105 000 x g pendant 60 min à 4 ° C. Jeter le surnageant. Re-homogénéiser le culot (microsomes) dans un tampon Tris-HCl 50 mM, pH 7,4 contenant 150 mM de KCl et 20 % de glycérol (< 5 mL/g de poids/volume) en homogénéisateur à 4 ° C. Enregistrez les microsomes dans 0,5 - 1 mL parties aliquotes à-80 ° C. Caractériser les microsomes pour la teneur en protéines à l’aide de la méthode décrite par Bradford26.
    6. Déterminer la concentration du cytochrome P450 dans les microsomes.
      Remarque : La concentration des enzymes P450 dans les microsomes est mesurée comme décrit par Omura et Sato27, détermination de l’absorption du complexe de P450 réduite avec le monoxyde de carbone (CO). Monoxyde de carbone est un composé toxique et doit être manipulé avec précaution et sous une hotte.

2. les incubations de Test produits chimiques (substances cancérigènes/drogues) avec de l’ADN en présence de systèmes enzymatiques

  1. Incubation de test produits chimiques (substances cancérigènes/drogues) avec de l’ADN en présence des systèmes enzymatiques oxydatifs contenant des cytochromes P450
    1. Préparer des mélanges d’incubation contenant, dans un volume de 0,75 mL à 4 ° C, les composés suivants et systèmes enzymatiques.
      1. Mélanger un tampon phosphate 100 mM, pH 7,4, (0,375 mL) avec 10 mM NADPH ou système générateur de NADPH (10 mM MgCl2, 10 mM de D-glucose 6-phosphate, 10 mM NADP+, 1 U/mL D-glucose 6-phosphate déshydrogénase) (75 µL).
      2. Ajouter dans les microsomes de ce mélange ou pure P450 recombinante dans bactosomes, qui sont les microsomes isolés des cellules d’insectes transfectées avec une construction de baculovirus contenant des ADNc des enzymes P450 recombinantes, 50 pmol P450 enzymes dans 50 µL microsomique ou supersomal préparations - fractions microsomiques hépatiques isolées en laboratoire ou d’une source commerciale.
      3. Ajouter l’ADN de thymus de veau 1 mg (0,3 mL de la solution - 3,3 mg/mL dans l’eau distillée) et agiter dans un agitateur vortex pour 5 s.
      4. Enfin, ajoutez 7,5 µL 0,1 mM ellipticine médicament dissous dans du DMSO et 42,5 µL d’eau pour atteindre un volume de milieu d’incubation de 0,75 mL distillée. Utilisation produits chimiques marquées avec 3H ou 14C ou produits chimiques non étiquetés, selon la procédure de détection de l’ADN des adduits.
      5. Agiter dans un agitateur vortex pendant 5 s. Incuber dans des tubes ouverts à 37 ° C pendant 30-60 min.
      6. Aussi préparer deux incubations de contrôle de la même façon, mais (i) sans système d’activation (échantillons microsomales) ou (ii) avec elle, mais sans la substance d’essai.
  2. Incubations de test produits chimiques (substances cancérigènes/drogues) avec de l’ADN en présence de systèmes enzymatiques réductrices
    1. Préparer des mélanges d’incubation contenant, dans un volume de 0,75 mL à 4 ° C, les composés suivants et systèmes enzymatiques.
      1. À 4 ° C, mélanger 100 mM Tris-HCl tampon, pH 7,4, contenant 0,2 % Tween 20, (0,375 mL), solution de cofacteur de l’enzyme réductrice NQO1 (NADPH) 10 mM (75 µL), la fraction cytosolique (fractions cytosoliques hépatiques - isolées en laboratoire ou dans le cas à l’aide de la cytosolique fractions isolées de donneurs humains individuels, qu'ils ont été extraites de la source commerciale contenant 1 mg de protéine (50 µL)).
      2. Ajouter l’ADN de thymus de veau 1 mg (0,2 mL de la solution - 3,3 mg/mL d’eau distillée) et agiter dans un agitateur pendant 5 s.
      3. Enfin, ajoutez 7,5 µL 0,1 mM produit chimique à tester (dissous dans l’eau distillée, méthanol, éthanol ou le DMSO, selon la solubilité du composé) et 42,5 µL distillé l’eau pour atteindre un volume de 0,75 mL pour le milieu d’incubation. Utilisation produits chimiques marquées avec 3H ou 14C ou produits chimiques non étiquetés, selon la procédure de détection de l’ADN des adduits (voir ci-dessous).
      4. Purger le mélange réactionnel à l’argon pour 1 min. agiter dans un agitateur pendant 5 s. Incuber dans des tubes fermés à 37 ° C pendant 30-60 min.
      5. Aussi préparer deux incubations de contrôle de la même façon, mais (i) sans système d’activation (fractions cytosoliques) ou (ii) avec elle, mais sans les substances chimiques d’essai.
  3. Extraction des mélanges d’incubation avec des solvants organiques pour enlever l’excès de substances chimiques d’essai
    1. Mélanger le mélange d’incubation dans un tube à essai avec un chapeau avec le même volume d’acétate d’éthyle (éther diéthylique ou hexane) en ajoutant ces solvants. Agiter le contenu du tube dans un shaker jusqu'à une émulsion.
    2. Spin (3 min) à 1 600 g dans une centrifugeuse à température ambiante. Si les phases organiques et aqueuses ne sont pas correctement séparés, tourner une fois de plus pour une plus longue période ou à une plus grande vitesse de centrifugation.
    3. Supprimer la phase organique supérieure collecte avec une pipette. Si de petits volumes (< 400 µL) sont utilisés, utiliser une pipette automatique munie d’un embout adapté. Mettre de côté cette phase organique.
    4. Répétez les étapes 2.3.1., 2.3.2. et 2.3.3. Supprimer des solvants organiques résiduelles par un courant d’azote gazeux (au moins 5-10 min d’enlèvement sont nécessaires).
  4. Isolement de l’ADN d’incubations
    1. Extraction d’ADN à partir des solutions avec du phénol/chloroforme et sa précipitation à l’éthanol
      1. Éliminer les protéines pour isoler l’ADN de mélanges d’incubation en extrayant des protéines de solutions d’ADN avec le phénol, phénol/chloroforme (1:1) et de chloroforme par la procédure indiquée ci-dessous.
      2. Combiner le mélange de l’incubation avec la même quantité de phénol ou phénol/chloroforme (1:1) dans un faucon ou tube Eppendorf avec une casquette. Agiter le mélange jusqu'à ce qu’une forme d’émulsion.
      3. Spin (3 min) à 1 600 g dans une centrifugeuse à température ambiante. Si les phases organiques et aqueuses ne sont pas correctement séparés, tourner une fois de plus pour une plus longue période ou à une plus grande vitesse de centrifugation.
      4. Transférer la phase supérieure de l’eau avec une pipette dans un nouveau tube en polypropylène. Si de petits volumes (< 400 µL) sont utilisés, utiliser une pipette automatique muni d’un embout adapté. Supprimer l’interface de protéines ainsi que la phase organique.
      5. Combiner la phase aqueuse supérieure avec la même quantité d’un mélange de phénol et de chloroforme (1:1). Reproduire les étapes 2.4.1.2. -2.4.1.4.
      6. Combiner la phase aqueuse supérieure avec la même quantité de chloroforme et répétez les opérations 2.4.1.2. -2.4.1.4. Récupérer l’ADN par précipitation et 2 volumes d’éthanol froid (-20 ° C). Déterminer le volume de la solution d’ADN.
      7. Adapter la concentration de cations monovalents par addition de chlorure de sodium 5 M pour la finale des concentrations de 0,1 M. remuez vigoureusement. Combinez et 2 volumes d’éthanol froid (-20 ° C) et mélangez bien. Laisser refroidir à-20° C.
      8. Conserver à-20 ° C jusqu'à ce que l’ADN est précipité. Lorsque l’ADN est fragmenté au cours de l’incubation (e.g., par la formation de radicaux d’oxygène au cours de la réaction d’activation enzymatique) ou pendant la procédure d’isolement à la taille de l’ADN qui est petit (< 1 Ko) ou lorsque l’ADN est présent en petites quantités (< 0,1 mg / mL), le temps de refroidissement doit être augmenté et la température a baissé à-70 ° C.
      9. Spin (10 min) à 1 600 g à 0 ° C dans une centrifugeuse. Si l’ADN est présent à des concentrations faibles ou sous forme de petits fragments, tournez une fois de plus pendant une période plus longue (30 min). Jeter le surnageant.
      10. Pour enlever les solutés (ou les traces résiduelles du test chimique) qui peuvent être présentes dans l’ADN précipité, lavez ADN avec 70 % d’éthanol et l’éther diéthylique. Lavage a précipité l’ADN avec le froid (-20 ° C) l’éthanol à 70 %. Spin (10 min) à 1 600 g à 0 ° C dans une centrifugeuse. Jeter le surnageant.
      11. Répétez l’étape 2.4.1.10. Lavage a précipité l’ADN avec le froid (-20 ° C) l’éthanol à 70 %. Spin (10 min) à 1 600 g à 0 ° C dans une centrifugeuse. Jeter le surnageant.
      12. Répétez l’étape 2.4.1.10. Placer le tube dans un État vertical sur du papier absorbant pour éliminer le surnageant résiduel. Laver le culot d’ADN en ajoutant 1 mL d’éther diéthylique pour éliminer les résidus éventuels du test chimique de l’ADN isolé. Spin (10 min) à 1 600 g à 0 ° C dans une centrifugeuse. Jeter le surnageant.
      13. Dissoudre le culot d’ADN dans le volume approprié (habituellement dans le 100-400 µL d’atteindre une concentration d’ADN de 0,5 - 1 µg/µL) d’eau distillée (ou 0,15 mM 1,5 mM et citrate de sodium chlorure de sodium). La solution d’ADN peut reposer toute la nuit à 4 ° C, ou peut être chauffée à 37 ° C pendant 10 à 30 min augmenter la dissolution de l’ADN.
      14. Avant de la ranger, séparer l’ADN en petites parties aliquotes (10-20 µL), car répétés de gel et de dégel des solutions d’ADN pourrait entraîner une diminution d’adduit concentrations. Stocker à-80 ° C ou plus froid.
        Remarque : La détermination spectrophotométrique de l’ADN : la méthode simple et précise, qui est largement utilisée pour mesurer la quantité d’ADN dans une préparation si l’échantillon est pur (c'est-à-diresans d’importantes quantités de contaminants tels que des protéines, de phénol ou autre acides nucléiques), est une mesure spectrophotométrique de la quantité d’ADN de UV irradiation absorbée par ces bases (reportez-vous aux procédures décrites précédemment)28.
  5. Procédures pour la détection de l’ADN de la formation d’adduits
    1. 32 Analyse post-marquage-P
      NOTE : L’hydrolyse de l’ADN utilise l’hydrolysat préparé à ce stade de l’analyse des adduits (2.5.1.) ainsi que de désoxynucléotides (non modifiées) normal (2.5.7.).
      1. Dissoudre une nucléase micrococcique (MN) dans l’eau à une concentration de ~ 450 unités (U) / mL. Dialyser contre l’eau distillée et ajuster à 300 U/mL. Dialyser solution phosphodiestérase (SPD) rate et ajuster à 4 U/mL.
      2. Mélanger MN et SPD à concentrations finales 150 mU/µL MN et 2,5 mU/µL SPD (solution MN/SPD). Prenez la solution d’ADN contenant 12,5 µg et évaporer à sec dans un évaporateur. Dissoudre dans 6,5 µL d’eau distillée.
      3. Ajouter 5,0 µL de solution de MN/SPD (concentration finale de MN est 60 mU/µL, concentration finale du SPD est de 1 mU/µL) et 1,0 µL de tampon de digestion (concentration finale de succinate sodique est de 20 mM, concentration finale de CaCl2 est de 8 mM). Le volume final du mélange est 12,5 µL. Mix et permettre des réactions pendant 3 h à 37 ° C.
      4. Enlevez 2,5 µL (transfert sur un autre tube) pour davantage de dilution et l’analyse de désoxynucléotides non modifié (2.5.7.)
    2. Procédure d’enrichissement nucléase P1
      1. Ajouter à la restants 10,0 µL d’hydrolysat, tampon d’acétate µL sodium 0,65 (concentration finale, 40 mM), 0,65 µL de solution de2 ZnCl (concentration finale de 0,1 mM), 1,25 µL de solution de NP1 (concentration finale, 0,385 µg/µL) et 0,45 µL d’eau distillée. Le volume final du mélange est 13 µL.
      2. Laissez le mélange agir pendant 30 min à 37 ° C et terminez la réaction avec l’ajout de 3 µL de solution de Tris.
    3. n-procédure d’enrichissement de Butanol
      1. Ajouter le restant 10,0 µL d’hydrolysat de l’ADN, 215 µL de solution de formiate d’ammonium 11,6 mM, pH 3,5 et 25 µL 10 mM TBA chlorure solution. Extrait avec 250 µL n-butanol (saturé d’eau) en mélangeant vigoureusement. Spin (3 min) à 1 600 g pour séparer les couches et décoller le haut n-couche de butanol. Extraire une fois de plus avec 250 µL n-butanol (saturé d’eau), spin, enlever la partie supérieure n-butanol couche et se combinent avec l’ancien extrait.
      2. Ajouter 400 µL d’eau (imprégnée de n-butanol) à cet extrait et mélanger vigoureusement. Tourner à couches distinctes et de supprimer la couche aqueuse inférieure. Répétez cette procédure de lavage à l’aide de 400 µL d’eau (imprégnée de n-butanol). Ajouter 3 µL de 250 mM solution Tris-HCl pH 9.5, dans le n-couche de butanol. Évaporer n-butanol à sec dans un évaporateur à température ambiante.
      3. Dissoudre le résidu dans 100 µL n-butanol, évaporer à sec à nouveau et dissoudre le résidu dans 16,0 µL d’eau.
    4. Étiquetage des adduits
      1. Ajouter 1 µL de solution tampon de bicine (tampon de marquage) et 4,5 µL du mélange contenant 100 µCi [γ -32P] ATP, 45 pmol d’ATP froid et 10,0 U de T4-PNK (T4-phosphonucleotide kinase) à 16,0 µL de solution de mélange d’enrichissement NP1 ou butanol. Les concentrations finales des réactifs sont les suivantes : bicine de 20 mM, 10 mM MgCl2, dithiotreitol 10 mM, la spermidine 0,5 mM et 0,5 U/µL T4-PNK, ATP de 3 µM. Le volume total du mélange est 20 µL.
      2. Laissez le mélange agir pendant 30 min à température ambiante. S’appliquent à l’ensemble de l’échantillon (i.e. 20 µL) sur la plaque de PEI-cellulose TLC (2.5.6.).
    5. Évaluation de l’efficacité de NP1 ou n -butanol, amélioration des procédures
      1. Laver le fond du tube avec de l’eau 50 µL. Mélanger vigoureusement pendant 30 s et l’essorage (1 min) à 1 600 g dans une centrifugeuse pour y établir n’est aucune contamination sur le couvercle. Spot 5 µL sur une plaque de PEI-cellulose TLC (20 x 20 cm). Chromatographier en utilisant une solution de 280 mM (NH4)2SO4 et 50 mM NaH2PO4, pH 6,8.
    6. Séparation de TLC de désoxynucléotides adduits
      1. Prélaver les plaques TLC avec de l’eau distillée. Il est conseillé surtout des plats faits maison.
        NOTE : Ce lavage doit être effectué pour enlever la couleur jaune de plaques, une couleur qui peut élever le fond, en particulier sur le front du solvant.
      2. Repérer l’ensemble de l’échantillon sur la plaque de PEI-cellulose TLC et commencez à chromatographie (2.5.4.) ; nettoyage des adduits est réalisée en mettant au point la plaque dans le sens de D1 et D2 (Figure 2).
      3. Mettre la plaque dans une direction de D1 (Figure 2). Tampon de phosphate de sodium utilisation 1,7 M, pH 6,8, pour s’assurer que les adduits de l’ADN sont encore au début de la plaque de TLC. Par analogie, développer la plaque, en direction de la D2 à l’aide de ce tampon. Pour plus d’informations sur les tampons possibles pour les procédures, voir les solutions décrites pour la résolution de plusieurs types d’adduits20,28.
        Remarque : Le développement de la plaque, en direction de D2 peut être omis.
      4. Laver la plaque dans l’eau désionisée après chromatographie pendant environ 5 minutes dans deux bains consécutifs. Ensuite, sécher les plaques.
      5. Développer les plaques en D3 et D4 direction à l’aide de 3,5 M au lithium formiate tampon pH 3.5, contenant 0,5 et 8,5 M urée pour D3 direction M Tris-HCl buffer, pH 8,0, contenant de l’urée LiCl et 8,5 M de 0,8 M pour D4 direction (Figure 2). Les solvants doivent être ajustés pour développer l’adduit de taches sur la plaque de TLC. Pour plus d’informations sur les tampons possibles pour les procédures de développement D3 et D4, voir les solutions décrites pour la résolution de plusieurs types d’adduits23,24,25,28.
      6. Pour éviter tout problème en D4, après mise au point dans une direction de D4 et un lavage à l’eau, mettre les plaques (le long de D4) à 1,7 M de phosphate de sodium, pH 6.0 (habituellement assignés comme développement Direction D5), au sommet d’une mèche de papier (12 x 11,5 cm).
        Remarque : La D5 direction peut aussi être omise. Dans ce cas, il est nécessaire d’ouvrir le réservoir de TLC lorsque le solvant a atteint le sommet de la TLC et permettre une course jusqu'à 60 min. Cette méthode est encore mieux que l’ajout d’une mèche (la méthode couramment utilisée dans de nombreux laboratoires pour supprimer tous les problèmes en D4).
    7. Quantification de désoxynucléotides (non modifiées) normale après hydrolyse
      1. Diluer une aliquote de l’hydrolysat (de 2.5.1. décrivant l’hydrolyse de l’ADN) avec de l’eau distillée, (i.e., 2,5 µL du mélange de digestion 2.5.1. réglé à 250 µL et 10 µL de cette solution réglé à 150 µL).
      2. Prenez un 5 µL (10 pmol normal désoxynucléotides) aliquote du présent recueil, ajoutez 2,5 µL de tampon de 10 mM Tris-HCl, pH 9,0 et étiquette comme dans 2.5.4. (le volume final du mélange est 10 µL). Laisser pour réagir pendant 30 min à température ambiante.
      3. Prélever un 4 µL aliquote du mélange et diluer jusqu'à 750 µL avec 10 mM Tris-HCl, pH 9,0. Mix et essorage à mettre en place qu'il n’y a pas de contamination du couvercle. Appliquer 5 µL sur une plaque de PEI-cellulose TLC. Développer la plaque TLC dans une solution de 280 mM (NH4)2SO4 et 50 mM NaH2PO4, pH 6,5. Laisser pour sécher après TLC.
      4. Utilisez l’autoradiographie exécutée pendant environ 45 min à température ambiante pour localiser les quatre désoxyribonucléosides non modifiées bis-phosphates. Couper le spot pour la quantification par scintillation en milieu liquide ou Cerenkov comptage.
    8. Calcul du parent adduit étiquetage (RAL)
      1. Déterminer les valeurs des comptages dans les taches de l’adduit et comtes dans la partie aliquote d’étiquetés non modifiées désoxynucléotides (normal).
        Remarque : Ces derniers doivent être déterminés à 180 000 chefs d’accusation moins de matières que le premier, un chiffre qui est le facteur de conversion à appliquer au comte de non modifiées désoxynucléotides (normal) pour évaluer les valeurs RAL des niveaux d’adduit. RAL de l’ADN des adduits est calculée selon l’équation (2) ci-dessus.
    9. Détection de liaison de l’essai cancérogènes ou de drogues à l’ADN à l’aide de médicaments radioactifs marqués
      1. Évaluer les 3H ou 14C radioactivité d’ADN modifié avec des produits chimiques par scintillation liquide.
      2. Ajouter 10 à 50 µL de solution d’ADN à 3 mL d’une solution de scintillation dans le flacon à scintillation. Bien mélanger. Mesurer la radioactivité à l’aide du compteur à scintillation.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Representative Results

À l’aide de protocoles décrits ici pour l’utilisation de l’activation par catalyse enzymatique (c.-à-d., P450, peroxydase, réductase) pour enquêter sur la puissance des produits chimiques (substances cancérigènes/drogues) pour être métabolisé en intermédiaires, ce qui entraîne leur covalente liaison à l’ADN (génération de l’ADN des adduits), nous avons pu résoudre (i) un nouveau mécanisme de l’action pharmacologique de l’agent anticancéreux ellipticine (pour une revue, voir29,30,,31), (ii) l’étiologie de deux néphropathies associées au cancer de tractus supérieur urothéliales causé par l’acide aristolochique usine alcaloïde (néphropathie acide aristolochique et néphropathie endémique des Balkans) (pour une revue, voir32,33,34, 35,36,37,,du3839) et (iii) le potentiel génotoxique des mécanismes de la cancérogénèse de plusieurs carcinogènes comme un polluant atmosphérique 3 - nitrobenzanthrone (3-NBA)40,41,42,43,44,45 et son homologue réductrice, 3-aminobenzanthrone (3-ABA),46 ,47,48 usine alcaloïde aristolochique32,de l’acide,33,34,35,36,37 , 38 , 39 et une amine aromatique o- anisidine. 49 , 50 , 51 , 52 par ailleurs, les enzymes déterminer les effets biologiques de ces produits chimiques ont été déterminées qui emploient les méthodes décrites.

Ici, représentant des résultats sur activation oxydative d’ellipticine par P450s et peroxydases génération de covalent des adduits avec l’ADN et sur la réduction de 3-NBA en métabolites qui par covalence modifié l’ADN, sont présentées.

La plante alcaloïde ellipticine (5,11-diméthyl-6H- pyrido [4, 3 -b] carbazole) et ses dérivés sont des agents antitumoraux, qui agissent comme des médicaments endommageant l’ADN par l’intermédiaire de plusieurs mécanismes, inclus dans l’arrêt du cycle cellulaire et l’induction de apoptose (pour un aperçu, voir29,30,,31). En utilisant les protocoles décrits dans le présent travail, nous avons démontré que le médicament anticancéreux génère l’ADN covalent adduits après métabolique bioactivation catalysée par P450s microsomique (Figure 3) et peroxydases (Figure 4)29, 30 , 31 , 53 , 54 , 55 , 56 , 57 , 58 , 59 , 60 , 61et cela expliquent la forte efficacité de cet agent contre le cancer des cellules30. La [3H]-ellipticine radiomarquée et la version de nucléase P1 du 32P-post-marquage technique ont été principalement utilisés dans les études29,30,31,53 ,,61. À l’aide de l’étude complexe avec les systèmes enzymatiques subcellulaires, les inhibiteurs de l’enzyme et les enzymes pures dans les expériences utilisant les protocoles décrits, enzymes P450 ellipticine oxydant aux espèces réactives formant ADN adduits prédominant et structures de ces espèces réactives ont été caractérisés29,30,31,55. Le P450s examinés, l’enzyme CYP3A4 humaine est plus efficace en oxydation ellipticine 12-hydroxyellipticine et 13-hydroxyellipticine, les métabolites de l’ellipticine, qui se décomposent spontanément à ellipticine-12-ylium et ellipticine-13-ylium liaison à l’ADN (Figure 5). 55 , 61 les enzymes CYP the génèrent également des autres métabolites comme 9-hydroxyellipticine, qui est considéré comme une désintoxication métabolite, 7-hydroxyellipticine et ellipticine N2-oxyde, qui se forment comme le mineur métabolites ellipticine. La 9-hydroxyellipticine ainsi que 7-hydroxyellipticine et ellipticine N2-oxyde sont principalement formés par CYP1A1 et CYP2D6, respectivement. 55 , 57 , 58

Peroxydases (c.-à-d., la peroxydase de raifort (HRP), la lactoperoxydase (LPO), myéloperoxydase (MPO) et cyclooxygénases (COX-1 et COX-2)) métaboliser ellipticine pour générer les mêmes adduits à l’ADN dérivé ellipticine (Figure 4)61 par les mécanismes illustrés à la Figure 5.

Nitroaromatique 3-NBA (3-nitro-7H-benzdeanthracene-7-one) est un composant des gaz d’échappement diesel et se trouve dans les particules en suspension dans62,63,,64. Le métabolite principal de ce polluant, 3-ABA,64,65 a été détecté dans l’urine des travailleurs des mines de sel qui ont été exposés à des émissions de diesel pour un long moment63. Cette constatation a démontré que ces travailleurs ont été exposés à 3-NBA. Cette nitroaromatique provoque des tumeurs du poumon chez les rats après d’instillation intratrachéale67. 3-NBA agit également comme un agent mutagène dans le test d’Ames Salmonella typhimurium (de souche YG1024 surexprimant nitroréductase et O- acétyltransférase), générant plus de 6 millions de révertants par nanomole dans cette souche62. Son activité génotoxique a aussi été démontrée par génération d’adduits covalents avec l’ADN in vitro, après l’activation de plusieurs enzymes, à l’aide de protocoles décrits dans ce travail et in vivo dans plusieurs organes des animaux rongeurs (Figure 6 )39,40,41,42,43,44,45,46,47 ,64,67,,68.

L’ADN 3-NBA-dérivés des adduits formés après l’activation de la 3-NBA avec cytosoliques réductases (c.-à-d. NQO1) sont mesurées par la nucléase P1 et n-méthodes d’enrichissement des 32P-post-marquage méthode décrite dans les protocoles de butanol présentés dans cette étude. Les résultats indiquent que la formation de l’ADN jusqu'à cinq adduits (adduit taches 1-5 dans la Figure 7), et trois d'entre elles ont été caractérisées pour être 2-(2'-deoxyadenosin-N6-yl)-3-aminobenzanthrone (dA -N6-C2-ABA ; adduit Spot 1), N-(2'-deoxyguanosin-N2-yl)-3-aminobenzanthrone (dG -N2-C2-ABA ; adduit spot 3) et N-(2'-deoxyguanosin-8-yl)-3-aminobenzanthrone (dG-C8 -N-ABA ; adduit points 4. et 5) (Figure 7 et Figure 8). Utilisant la version nucléase P1 du 32P-post-marquage méthode, le dG-C8 -N-ABA (adduit points 4 et 5) était indétectable (Figure 7 et Figure 8). Ce souligne résultat que certaines limitations de cette version de 32P-post-marquage se produisent, à savoir, la détection faible (le cas échéant) des adduits désoxynucléotides qui sont déphosphorylé par nucléase P1 (c.-à-d. des adduits formés au cours de oxydation des arylamines ou par réduction de carbazol aromatique aux N- hydroxyarylamine-dérivés substitués en C8 de désoxyguanosine). Semblable à l’étude avec ellipticine, utilisant l’étude complexe avec les systèmes enzymatiques subcellulaires, inhibiteurs de l’enzyme, enzymes purs et ADN adduit normes dans les expériences utilisant les protocoles décrits dans cet ouvrage, la prédominant cytosolique enzymes de réduction métabolisant 3-NBA en métabolites générant des adduits d’ADN, à savoir, le métabolite réactif formé par réduction du 3-NBA (N-OH-ABA), et les structures de l’ADN de trois adduits généré par 3-NBA ont été caractérisés (Figure 7 et La figure 8). Dans le foie, bioactivation du 3-NBA in vitro s’est avérée être attribuable à l’homme et le rat NQO1 (Figure 7), tandis que l’homme N,O- acétyltransférases (NATs), NAT2, NAT1, sulfotransférase (SULT), SULT1A1 et, à un moindre mesure, SULT1A2 sont les enzymes prédominants de la phase II activant 3-NBA42. POR microsomal hépatique est également efficace dans l’activation de la 3-NBA41, mais chez les souris, 3-NBA est principalement bioactivated par NQO1 plutôt que cette microsomique POR42. Dans le poumon, qui est le tissu de cible pour 3-NBA cancérogénicité67, NQO1 tant XO réduisent 3-NBA d’adduits d’ADN production de métabolites. Cependant, XO semble agir comme une enzyme activatrice de mineure 3-NBA dans cet organe69.

Figure 1
Figure 1 : Schéma du dosage post-marquage P 32. Les différentes étapes de la méthode de 32P-post-marquage et ses procédures améliorées sont indiqués. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 2
Figure 2 : modèle de l’ADN adduit élution sur plaques de CCM PEI-cellulose. La chromatographie multidirectionnelle d’ADN adduits sur PEI-cellulose plaques apparaissent. L’origine est une position de départ sur la plaque de PEI-cellulose TLC. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 3
Figure 3 : 32P-post-marquage analyses de l’ADN des adduits formés dans l’ADN de thymus de veau incubé avec ellipticine, NADPH et rat (A) et (B) humaines microsomes hépatiques, (C) un contrôle goûter sans microsomes. Adduits 1 et 2 assignés par des flèches sont générées dans désoxyguanosine dans l’ADN d’ellipticine activé avec les microsomes. 32 P-post-marquage a été réalisée en utilisant la version nucléase P1 de la méthode (étape 2.5.2.) Origines sont situées aux coins bas gauche (D3 de bas à haut et D4 de gauche à droite). D2 a été omis. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 4
Figure 4 : 32P-post-marquage analyses de l’ADN induite par l’ellipticine adduits. Adducts formés dans les thymus de veau ADN réagit avec ellipticine (100 µM) et la peroxydase de raifort (A), lactoperoxydase bovine (B), myéloperoxydase humaine (C), ovin cyclo-oxygénase-1 (D), humain (cyclo-oxygénase-2 E) (5 µg peroxydases étaient présents dans les incubations), du foie de son ADN des rats traités avec ellipticine de 40 mg par kilogramme de poids corporel (PC) (F), de l’ADN de thymus de veau réagit avec ellipticine et CYP3A4 humaine (G), avec 13 - hydroxyellipticine()H), ellipticine N2-oxyde (j’ai) et 12-hydroxyelipticine (J). Des expériences ont été effectuées à l’aide de la version de nucléase P1 du dosage (étape 2.5.2.) Les origines sont au niveau des coins bas gauche (D3 de bas à haut et D4 de gauche à droite). D2 a été omis. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 5
Figure 5 : oxydation du ellipticine par les peroxydases et CYP montrant les métabolites ellipticine et ceux suggérés pour générer des ADN des adduits. Les composés entre crochets n’ont pas encore été détectée dans les conditions expérimentales utilisées dans les expériences, et ils sont les métabolites électrophiles postulés comme liaison espèce ultime à l’ADN. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 6
Figure 6 : ADN et activation métabolique de la formation d’adduits de 3-nitrobenzanthrone. 3-NBA, 3-nitrobenzanthrone ; NQO1, oxydoréductase de NAD (P) h ; NAT, N,O- acétyltransférases ; SULT, sulfotransférase ; CYP, cytochrome P450 ; POR, NADPH : cytochrome P450 oxydoréductase ; HRP, la peroxydase du raifort ; LPO, lactoperoxydase ; MPO, myéloperoxydase ; COX-1, la cyclo-oxygénase-1. R = COCH -3 ou -SO3H ; dA -N6-ABA, 2-(2'-deoxyadenosin-N6-yl)-3-aminobenzanthrone ; dG -N2-ABA, N-(2'-deoxyguanosin-N2-yl)-3-aminobenzanthrone ; dG-C8 -N-ABA, N-(2'-deoxyguanosin-8-yl)-3-aminobenzanthrone. S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 7
Figure 7 : 32P-post-marquage des analyses d’ADN dérivés 3-NBA adduits. La nucléase P1-(panneaux à gauche) et n-versions d’extraction de butanol (panneaux de droite) de la méthode ont été utilisés. Aa et A,b, adduits formés en veau ADN de thymus réagit avec 3-NBA (300 µM) après activation avec cytosol hépatique de rat. Ba et Bb, adduits formés dans le thymus de veau ADN, ont réagi avec 3-NBA (300 µM) après activation avec cytosol hépatique humain (fraction mis en commun). Cun et Cb, adduits formés dans le thymus de veau ADN, ont réagi avec 3-NBA (300 µM) après activation avec hépatique de rat pure NQO1 (0,09 unités). Dun et Db, adduits formés dans le thymus de veau ADN, ont réagi avec 3-NBA (30 µM) après activation avec NQO1 recombinante humaine (0,06 unités). Ea et E,b, adduits formés en saumon testicule ADN traitées avec N-OH-ABA. Fa et Fb, adduits formés au foie ADN de type sauvage de même portée sur un fond de C57BL/6 exposés à 2 mg de 3-NBA par kg de poids corporel s’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Figure 8
Figure 8 : 32P-post-marquage des analyses d’ADN dérivés 3-NBA adduit normes [dG -N2-C2-ABA (A), dA -N6-C2-ABA (B) et dG-N-ABA C8 - (C)] (panneaux une) et structures de 3-NBA et ces 3-NBA-ADN adduits () b des panneaux). Le n-butanol extraction la version de la méthode a été utilisé (panneaux en un). S’il vous plaît cliquez ici pour visionner une version agrandie de cette figure.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Discussion

Dans cet article, il est démontré une méthodologie largement accessible pour étudier l’activité des produits chimiques pour être bioactivated à des intermédiaires métaboliques, aboutissant à la génération de l’ADN covalent des adduits. Il s’agit d’une question cruciale, parce que l’évaluation de la puissance des produits chimiques environnementaux ou de drogues de leur activation enzymatique en métabolites générant ADN covalent adduits est un domaine important dans le développement du cancer et son traitement. La modification de l’ADN par des agents cancérigènes, considérée comme la cause du développement de la tumeur est maintenant jugée comme un dogme central de la cancérogenèse causée par les substances cancérigènes. Findings, such as the phenomena of の éventail confirme this suggestion that: various carcinogens of the carcinogenic (i) properties の depend à à à in DNA; nucleophilic centers reacting metabolites these compounds of bioactivation (ii) les niveaux de l’ADN des adduits fréquemment correspondent aux nombreuses réponses carcinogènes ; (iii) et la mutation de certains gènes suppresseurs de tumeur et l’activation des proto-oncogènes plusieurs pourrait être causée par leur modification avec des produits chimiques avec des puissances cancérigènes. En outre, la modification covalente de l’ADN par les médicaments anticancéreux a été démontrée comme l’un des plus efficaces endommageant l’ADN effets de ces médicaments, qui se traduit par leur utilisation dans le traitement du cancer.

Il y a deux points critiques qui déterminent l’évaluation efficace des produits chimiques pour leurs propriétés génotoxiques, c'est-à-dire leurs puissances pour former l’ADN covalent adduits, notamment : (i) pour trouver, résoudre et de caractériser l’efficacité du enzymatique systèmes sont capables d’activer les agents cancérigènes/médicaments à liaison espèces électrophiles les centres nucléophiles de l’ADN et (ii) développer et utiliser les techniques plus appropriées, par lequel des adduits d’ADN/drogues – cancérogène sont trouvées et structurellement caractérisés. Les méthodes appropriées pour les deux fonctions sont décrites dans la présente étude.

Procédures d’isolement pour des fractions cellulaires contenant des enzymes de biotransformation (échantillons microsomiques ou cytosoliques possédant P450s et c'est-à-dire peroxydases de bioactivating autres enzymes ou réductases POR, NQO1, XO et AO), les protocoles pour bioactivation de test cancérigènes/médicaments par les systèmes enzymatiques (incubations avec ADN) et leur usage indiqué dans ce travail, il est indiqué, comme en témoignent les résultats représentatifs, leur aptitude à l’évaluation des propriétés génotoxiques de produits chimiques.

En outre, les méthodes appropriées pour la détection et la quantification des adduits avec l’ADN comme deux versions de l’enrichissement de la technique de P-post-marquage 32(les nucléase P1 - et n -butanol procédés d’extraction) et l’utilisation de composés testés radioactivement marqués se sont avérées être appropriées pour les études évaluant la génotoxicité des xénobiotiques cancérigène et les médicaments.

Quant à la détermination de l’ADN covalent des adduits, non seulement ces deux méthodes, mais aussi autres méthodes appropriées pour les adduits à détection et mesure de l’ADN ont été établies8,70,71,72 ,,du7374,75,76,77,78,79,80,81 , 82. jusqu’en 1981, la quantification de l’ADN des adduits utilisés produits chimiques radioactifs (cancérogènes/drogues), marquées par les 3H ou 14C, qui ont été préparés de manière synthétique. Ces méthodes ont été utilisées utilement pour les études avec ellipticine comme décrit dans cet ouvrage (voir53,54). Néanmoins, il est généralement difficile de préparer les dérivés avec radioactivité élevée pour leur utilisation réussie73,80,81. Par conséquent, même si cette procédure est encore utilisée, il est malheureusement limité à in vitro des expériences semblables à celles décrites ici. D’autres techniques de spectrométrie de masse, électron pulvériser d’ionisation (ESI), désorption-ionisation laser assistée par matrice (MALDI), spectrométrie de masse à accélérateur (AMS), fluorescence, méthodes biologiques tels que le dosage immunologique et 32 P-post-marquage décrite dans la présente étude en détail, ont été élaborées (pour examen, voir8,16,70,71,72,73, 74,75,76,77,78,79,80,81,82).

Le dosage de 32P-post-marquage décrit dans le protocole de ce travail est montré, qui non seulement s’applique dans les expériences in vitro (voir résultats représentant), nommément, essais de nouveaux composés de génotoxicité ou mécanistiques enquêtes d’activation de l’agent cancérigène et les médicaments, mais il a aussi utilisations supplémentaires comme l’évaluation de l’exposition humaine aux carcinogènes environnementaux, études sur les mécanismes de développement de tumeurs, suivi de réparation de l’ADN, examen ADN endommagent par endogène composés et des réactions d’oxydation et étudier la réponse des patients aux cytotoxiques anticancéreuse médicaments72,83.

Cette technique est toutefois pas sans quelques limitations73. Les lésions de l’ADN, qui ne sont pas stables comme monodeoxynucleotides, ne peut pas être déterminées de façon fiable. Les 32P-post-marquage méthode n’est pas capable d’identifier les structures de l’ADN adduit. Par conséquent, la caractérisation structurale de l’ADN des adduits fréquemment repose sur la démonstration de leur cochromatographie avec les normes synthétiques des structures connues. En effet, une telle méthode a été utilisée dans les deux exemples des résultats représentatifs montrés dans ce travail (ellipticine, 3-NBA).

En conclusion, les protocoles montrés dans cet ouvrage peuvent être considérées comme des méthodes appropriées pour évaluer la puissance des produits chimiques environnementaux ou médicaments à être enzymatiquement bioactivated métabolites générant ADN covalent adduits, un processus très important pour la développement du cancer et son traitement.

Subscription Required. Please recommend JoVE to your librarian.

Disclosures

L’auteur n’a rien à divulguer.

Acknowledgments

Cette étude a été financée par la Fondation tchèque pour la Science (GACR, subvention 17-12816S).

Materials

Name Company Catalog Number Comments
Tris Sigma-Aldrich 252859
Potassium chloride Sigma-Aldrich P9541
Sodium acetate Sigma-Aldrich S2889
Phenol Roth 0032.8
Phenol/Chloroform/Isoamylalcohol Roth A156.1
Ethanol Penta 70390-11000
Calf thymus DNA Sigma-Aldrich D4522
NADH Sigma-Aldrich N7004
NADP+ Sigma-Aldrich N5755
NADPH Sigma-Aldrich N7505
D-glucose 6-phosphate Sigma-Aldrich 7647001
D-glucose 6-phosphate dehydrogenase Sigma-Aldrich G6378
Supersomes Corning Gentest 456211, 456203, 456220, 456204, 456210, 456222, 456219, 456212, 456206, 456207, 456202
Human liver microsomes Corning Gentest 452172
Tween 20 Sigma-Aldrich P1379
Hypoxanthine Sigma-Aldrich 77662
2-Hydroxypyrimidine Sigma-Aldrich H56800
Ethyl acetate Sigma-Aldrich 437549
Diethyl ether Sigma-Aldrich 179272
Micrococcal nuclease from Staphylococcus aureus Sigma-Aldrich N3755
Spleen phosphodiesterase from calf spleen, Type II Calbiochem 524711
Nuclease P1 from Penicillium citrinum Sigma-Aldrich N8630
Bicine Sigma-Aldrich 163791
DL-Dithiotreitol Sigma-Aldrich D0632
Spermidine Sigma-Aldrich S2626
Tetrabutylammonium chloride Sigma-Aldrich 86870
n-Butanol Sigma-Aldrich 437603
T4-polynucleotide kinase USB Corp 70031Y
[γ-32P]ATP Hartman Analytic GmbH FP-201
PEI-impregnated cellulose TLC plates Macherey-Nagel 801053
Packard Instant Imager A202400 Packard G120337
Ellipticine Sigma-Aldrich 285730
3-Nitrobenzanthrone prepared (synthesized) as shown in ref. 40

DOWNLOAD MATERIALS LIST

References

  1. Croom, E. Metabolism of xenobiotics of human environments. Prog. Mol. Biol. Transl. Sci. 112, 31-88 (2012).
  2. Guengerich, F. P. Common and uncommon cytochrome P450 reactions related to metabolism and chemical toxicity. Chem. Res. Toxicol. 14, (6), 611-650 (2001).
  3. Guengerich, F. P. Cytochrome P450 and chemical toxicology. Chem. Res. Toxicol. 21, (2), 70-83 (2008).
  4. Stiborova, M., et al. NADH:Cytochrome b5 Reductase and Cytochrome b5 Can Act as Sole Electron Donors to Human Cytochrome P450 1A1-Mediated Oxidation and DNA Adduct Formation by Benzo[a]pyrene. Chem. Res. Toxicol. 29, (8), 1325-1334 (2016).
  5. Rendic, S., Guengerich, F. P. Contributions of human enzymes in carcinogen metabolism. Chem. Res. Toxicol. 25, (7), 1316-1383 (2012).
  6. Wienkers, L. C., Heath, T. G. Predicting in vivo drug interactions from in vitro drug discovery data. Nat. Rev. Drug Discov. 4, (10), 825-833 (2005).
  7. Guengerich, F. P., Liebler, D. C. Enzymatic activation of chemicals to toxic metabolites. Crit. Rev. Toxicol. 14, (3), 259-307 (1985).
  8. Poirier, M. C. Linking DNA adduct formation and human cancer risk in chemical carcinogenesis. Environ. Mol. Mutagen. 57, (7), 499-507 (2016).
  9. Rappaport, S. M., Li, H., Grigoryan, H., Funk, W. E., Williams, E. R. Adductomics: characterizing exposures to reactive electrophiles. Toxicol. Lett. 213, (1), 83-90 (2012).
  10. Luch, A. Nature and nurture - lessons from chemical carcinogenesis. Nat. Rev. Cancer. 5, (2), 113-125 (2005).
  11. Nebert, D. W., Dalton, T. P. The role of cytochrome P450 enzymes in endogenous signalling pathways and environmental carcinogenesis. Nat Rev Cancer. 6, (12), 947-960 (2006).
  12. Phillips, D. H. Macromolecular adducts as biomarkers of human exposure to polycyclic aromatic hydrocarbons. Imperial College Press. London. 137-169 (2005).
  13. Phillips, D. H. DNA adducts as markers of exposure and risk. Mutat. Res. 577, (1-2), 284-292 (2005).
  14. Hemminki, K. DNA adducts, mutations and cancer. Carcinogenesis. 14, (10), 2007-2012 (1993).
  15. Hanawalt, P. C., Spivak, G. Transcription-coupled DNA repair: two decades of progress and surprises. Nat. Rev. Mol. Cell Biol. 9, (12), 958-970 (2008).
  16. Geacintov, N. E., Broydem, S. Repair-resistant DNA lesions. Chem. Res. Toxicol. 30, (8), 1517-1548 (2017).
  17. Randerath, K., Reddy, M. V., Gupta, R. C. 32P-labeling test for DNA damage. Proc. Natl. Acad. Sci. USA. 78, (10), PubMed ID: 7031643 6128-6129 (1981).
  18. Reichert, W. L., Stein, J. E., French, B., Goodwin, P., Vanarasi, U. Storage phosphor imaging technique for detection and quantitation of DNA adducts measured by the 32P-postlabeling assay. Carcinogensis. 13, (8), 1475-1479 (1992).
  19. Chang, L. W., Hsia, S. M. T., Chang, P. C., Hsieh, L. L. Macromolecular adducts - biomarkers for toxicity and carcinogenesis. Annu. Rev. Pharmacol. Toxicol. 34, 41-67 (1994).
  20. Gupta, R. C., Reddy, M. V., Randerath, K. 32P-post-labeling analysis of nonradioactive aromatic carcinogen DNA adducts. Carcinogenesis. 3, (9), 1081-1092 (1982).
  21. Reddy, M. V., Randerath, K. Nuclease-P1-mediated enhancement of sensitivity of 32P-postlabeling test for structurally diverse DNA adducts. Carcinogenesis. 7, (9), 1543-1551 (1986).
  22. Mourato, L. L., Beland, F. A., Marques, M. M. 32P-Postlabeling of N-(deoxyguanosin-8-yl)arylamine adducts: a comparative study of labeling efficiencies. Chem. Res. Toxicol. 12, (7), 661-669 (1999).
  23. Randerath, E., Agrawal, H. P., Weaver, J. A., Bordelon, C. B., Randerath, K. 32P-Postlabeling analysis of DNA adducts persisting for up to 42 weeks in the skin, epidermis and dermis of mice treated topically with 7,2-dimethylbez[a]anthracene. Carcinogenesis. 6, (8), 1117-1126 (1985).
  24. Everson, R. B., Randerath, E., Santella, R. M., Cefalo, R. C., Avits, T. A., Randerath, K. Detection of smoking-related covalent DNA adducts in human placenta. Science. 231, (4733), 57-65 (1986).
  25. Gupta, R. C. Enhanced sensitivity of 32P-postlabeling analysis of aromatic carcinogen-DNA adducts. Cancer Res. 45, (11 Pt 2), PubMed ID: 4053037 5656-5662 (1985).
  26. Bradford, M. M. A rapid and sensitive method for the quantitation of microgram quantities of protein utilizing the principle of protein-dye binding. Anal. Biochem. 72, 248-254 (1976).
  27. Omura, T., Sato, R. The carbon monoxide-binding pigment of liver microsomes. I. Evidence for its hemoprotein nature. J. Biol. Chem. 239, PubMed ID: 14209971 2370-2378 (1964).
  28. Stiborová, M., Asfaw, B., Frei, E., Schmeiser, H. H., Wiessler, M. Benzenediazonium ion derived from Sudan I forms an 8-(phenylazo)guanine adduct in DNA. Chem. Res. Toxicol. 8, (4), 489-498 (1995).
  29. Stiborova, M., Rupertova, M., Schmeiser, H. H., Frei, E. Molecular mechanisms of antineoplastic action of an anticancer drug ellipticine. Biomed. Pap. Med. Fac. Univ. Palacky Olomouc Czech Repub. 150, (1), PubMed ID: 16936898 13-23 (2006).
  30. Stiborová, M., Rupertová, M., Frei, E. Cytochrome P450- and peroxidase-mediated oxidation of anticancer alkaloid ellipticine dictates its anti-tumor efficiency. Biochim. Biophys. Acta. 1814, (1), 175-185 (2011).
  31. Stiborova, M., Frei, E. Ellipticines as DNA-targeted chemotherapeutics. Current Med. Chem. 21, (5), 575-591 (2014).
  32. Arlt, V. M., Stiborova, M., Schmeiser, H. H. Aristolochic acid as a probable human cancer hazard in herbal remedies: a review. Mutagenesis. 17, (4), 265-277 (2002).
  33. Arlt, V. M., et al. Aristolochic acid mutagenesis: molecular clues to the aetiology of Balkan endemic nephropathy-associated urothelial cancer. Carcinogenesis. 28, (11), 2253-2261 (2007).
  34. Stiborová, M., Frei, E., Arlt, V. M., Schmeiser, H. H. Metabolic activation of carcinogenic aristolochic acid, a risk factor for Balkan endemic nephropathy. Mutat. Res. 658, (1-2), 55-67 (2008).
  35. Stiborová, M., Frei, E., Schmeiser, H. H. Biotransformation enzymes in development of renal injury and urothelial cancer caused by aristolochic acid. Kidney Int. 73, (11), 1209-1211 (2008).
  36. Schmeiser, H. H., Stiborová, M., Arlt, V. M. Chemical and molecular basis of the carcinogenicity of Aristolochia plants. Curr. Opin. Drug Discov. Devel. 12, (1), PubMed ID: 19152223 141-148 (2009).
  37. Gökmen, M. R., et al. The epidemiology, diagnosis, and management of aristolochic acid nephropathy: a narrative review. Ann. Intern. Med. 158, (6), 469-477 (2013).
  38. Stiborová, M., Martínek, V., Frei, E., Arlt, V. M., Schmeiser, H. H. Enzymes metabolizing aristolochic acid and their contribution to the development of aristolochic acid nephropathy and urothelial cancer. Curr. Drug Metab. 14, (6), 695-705 (2013).
  39. Stiborová, M., Arlt, V. M., Schmeiser, H. H. Balkan endemic nephropathy: an update on its aetiology. Arch. Toxicol. 90, (11), 2595-2615 (2016).
  40. Arlt, V. M., et al. Metabolic activation of the environmental contaminant 3-nitrobenzanthrone by human acetyltransferases and sulfotransferase. Carcinogenesis. 23, (11), PubMed ID: 12419844 1937-1945 (2002).
  41. Arlt, V. M., Stiborova, M., Hewer, A., Schmeiser, H. H., Phillips, D. H. Human enzymes involved in the metabolic activation of the environmental contaminant 3-nitrobenzanthrone: evidence for reductive activation by human NADPH:cytochrome P450 reductase. Cancer Res. 63, (11), PubMed ID: 12782579 2752-2761 (2003).
  42. Arlt, V. M., et al. Environmental pollutant and potent mutagen 3-nitrobenzanthrone forms DNA adducts after reduction by NAD(P)H:quinone oxidoreductase and conjugation by acetyltransferases and sulfotransferases in human hepatic cytosols. Cancer Res. 65, (7), 2644-2652 (2005).
  43. Osborne, M. R., et al. Synthesis, characterization, and 32p-postlabeling analysis of DNA adducts derived from the environmental contaminant 3-nitrobenzanthrone. Chem. Res. Toxicol. 18, (6), 1056-1070 (2005).
  44. Arlt, V. M., et al. Identification of three major DNA adducts formed by the carcinogenic air pollutant 3-nitrobenzanthrone in rat lung at the C8 and N2 position of guanine and at the N6 position of adenine. Int. J. Cancer. 118, (9), 2139-2146 (2006).
  45. Stiborová, M., et al. Mechanisms of the different DNA adduct forming potentials of the urban air pollutants 2-nitrobenzanthrone and carcinogenic 3-nitrobenzanthrone. Chem. Res. Toxicol. 23, (7), 1192-1201 (2010).
  46. Arlt, V. M., Hewer, A., Sorg, B. L., Schmeiser, H. H., Phillips, D. H., Stiborova, M. 3-aminobenzanthrone, a human metabolite of the environmental pollutant 3-nitrobenzanthrone, forms DNA adducts after metabolic activation by human and rat liver microsomes: evidence for activation by cytochrome P450 1A1 and P450 1A2. Chem. Res. Toxicol. 17, (8), 1092-1101 (2004).
  47. Arlt, V. M., Henderson, C. J., Wolf, C. R., Schmeiser, H. H., Phillips, D. H., Stiborova, M. Bioactivation of 3-aminobenzanthrone, a human metabolite of the environmental pollutant 3-nitrobenzanthrone: evidence for DNA adduct formation mediated by cytochrome P450 enzymes and peroxidase. Cancer Lett. 234, (2), 220-231 (2006).
  48. Stiborová, M., et al. 3-aminobenzanthrone, a human metabolite of the carcinogenic environmental pollutant 3-nitrobenzanthrone, induces biotransformation enzymes in rat kidney and lung. Mutat. Res. 676, (1-2), 93-101 (2009).
  49. Stiborová, M., Miksanová, M., Havlícek, V., Schmeiser, H. H., Frei, E. Mechanism of peroxidase-mediated oxidation of carcinogenic o-anisidine and its binding to DNA. Mutat. Res. 500, (1-2), 49-66 (2002).
  50. Stiborová, M., Miksanová, M., Sulc, M., Rýdlová, H., Schmeiser, H. H., Frei, E. Identification of a genotoxic mechanism for the carcinogenicity of the environmental pollutant and suspected human carcinogen o-anisidine. Int. J. Cancer. 116, (5), 667-678 (2005).
  51. Naiman, K., Martínková, M., Schmeiser, H. H., Frei, E., Stiborová, M. Human cytochrome-P450 enzymes metabolize N-(2-methoxyphenyl)hydroxylamine, a metabolite of the carcinogens o-anisidine and o-nitroanisole, thereby dictating its genotoxicity. Mutat. Res. 726, (2), 160-168 (2011).
  52. Naiman, K., et al. Formation, persistence, and identification of DNA adducts formed by the carcinogenic environmental pollutant o-anisidine in rats. Toxicol. Sci. 127, (2), 348-359 (2012).
  53. Stiborová, M., Bieler, C. A., Wiessler, M., Frei, E. The anticancer agent ellipticine on activation by cytochrome P450 forms covalent DNA adducts. Biochem. Pharmacol. 62, (12), 1675-1684 (2001).
  54. Stiborová, M., Stiborová-Rupertová, M., Borek-Dohalská, L., Wiessler, M., Frei, E. Rat microsomes activating the anticancer drug ellipticine to species covalently binding to deoxyguanosine in DNA are a suitable model mimicking ellipticine bioactivation in humans. Chem. Res. Toxicol. 16, (1), 38-47 (2003).
  55. Stiborová, M., et al. The anticancer drug ellipticine forms covalent DNA adducts, mediated by human cytochromes P450, through metabolism to 13-hydroxyellipticine and ellipticine N2-oxide. Cancer Res. 64, (22), 8374-8380 (2004).
  56. Kotrbová, V., et al. Cytochrome b5 shifts oxidation of the anticancer drug ellipticine by cytochromes P450 1A1 and 1A2 from its detoxication to activation, thereby modulating its pharmacological efficacy. Biochem. Pharmacol. 82, (6), 669-680 (2011).
  57. Stiborová, M., et al. Cytochrome b5 increases cytochrome P450 3A4-mediated activation of anticancer drug ellipticine to 13-hydroxyellipticine whose covalent binding to DNA is elevated by sulfotransferases and N,O-acetyltransferases. Chem. Res.Toxicol. 2, (5), 1075-1085 (2012).
  58. Stiborová, M., et al. Ellipticine oxidation and DNA adduct formation in human hepatocytes is catalyzed by human cytochromes P450 and enhanced by cytochrome b5. Toxicology. 302, (2-3), 233-241 (2012).
  59. Sulc, M., et al. Effectiveness of human cytochrome P450 3A4 present in liposomal and microsomal nanoparticles in formation of covalent DNA adducts by ellipticine. Neuro Endocrinol. Lett. 37, (Suppl 1), PubMed ID: 28263536 95-102 (2016).
  60. Stiborová, M., et al. Cytochrome b5 plays a dual role in the reaction cycle of cytochrome P450 3A4 during oxidation of the anticancer drug ellipticine. Monatsh. Chem. 148, (11), 1983-1991 (2017).
  61. Stiborová, M., Poljaková, J., Ryslavá, H., Dracínský, M., Eckschlager, T., Frei, E. Mammalian peroxidases activate anticancer drug ellipticine to intermediates forming deoxyguanosine adducts in DNA identical to those found in vivo and generated from 12-hydroxyellipticine and 13-hydroxyellipticine. Int. J. Cancer. 20, (2), 243-251 (2007).
  62. Enya, T., Suzuki, H., Watanabe, T., Hirayama, T., Hisamatsu, Y. 3-Nitrobenzanthrone, a powerful bacterial mutagen and suspected human carcinogen found in diesel exhausts and airborne particulates. Environ. Sci. Technol. 31, (10), 2772-2776 (1997).
  63. Seidel, A., Dahmann, D., Krekeler, H., Jacob, J. Biomonitoring of polycyclic aromatic compounds in the urine of mining workers occupationally exposed to diesel exhaust. Int. J. Hyg. Environ. Health. 204, (5-6), 333-338 (2002).
  64. Arlt, V. M. 3-Nitrobenzanthrone, a potential human cancer hazard in diesel exhaust and urban air pollution: a review of the evidence. Mutagenesis. 20, (6), 399-410 (2005).
  65. Hansen, T., Seidel, A., Borlak, J. The environmental carcinogen 3-nitrobenzanthrone and its main metabolite 3-aminobenzanthrone enhance formation of reactive oxygen intermediates in human A549 lung epithelial cells. Toxicol. Appl. Pharmacol. 221, (2), 222-234 (2007).
  66. Stiborová, M., et al. 3-aminobenzanthrone, a human metabolite of the carcinogenic environmental pollutant 3-nitrobenzanthrone, induces biotransformation enzymes in rat kidney and lung. Mutat. Res. 676, (1-2), 93-101 (2009).
  67. Nagy, E., et al. DNA adduct and tumor formations in rats after intratracheal administration of the urban air pollutant 3-nitrobenzanthrone. Carcinogenesis. 26, (10), 1821-1828 (2005).
  68. Stiborová, M., et al. The environmental pollutant and carcinogen 3-nitrobenzanthrone and its human metabolite 3-aminobenzanthrone are potent inducers of rat hepatic cytochromes P450 1A1 and -1A2 and NAD(P)H:quinone oxidoreductase. Drug Metab. Dispos. 34, (8), 1398-1405 (2006).
  69. Stiborová, M., et al. The environmental pollutant and carcinogen 3-nitrobenzanthrone induces cytochrome P450 1A1 and NAD(P)H:quinone oxidoreductase in rat lung and kidney, thereby enhancing its own genotoxicity. Toxicology. 247, (1), 11-22 (2008).
  70. Poirier, M. C. Chemical-induced DNA damage and human cancer risk. Nat. Rev. Cancer. 4, (8), 630-637 (2004).
  71. Poirier, M. C. Chemical-induced DNA damage and human cancer risk. Discov. Med. 14, (77), PubMed ID: 23114584 283-288 (2012).
  72. Phillips, D. H. Detection of DNA modifications by the 32P-postlabelling assay. Mutat. Res. 378, (1-2), 1-12 (1997).
  73. Phillips, D. H., et al. Methods of DNA adduct determination and their application to testing compounds for genotoxicity. Environ. Mol. Mutagen. 35, (3), 222-233 (2000).
  74. Phillips, D. H. Smoking-related DNA and protein adducts in human tissues. Carcinogenesis. 23, (12), 1979-2004 (2002).
  75. Phillips, D. H., Hewer, A., Arlt, V. M. 32P-postlabeling analysis of DNA adducts. Methods Mol. Biol. 291, 3-12 (2005).
  76. Farmer, P. B., et al. DNA adducts: mass spectrometry methods and future prospects. Toxicol. Appl. Pharmacol. 207, (2 Suppl), 293-301 (2005).
  77. Singh, R., Farmer, P. B. Liquid chromatography-electrospray ionization-mass spectrometry: the future of DNA adduct detection. Carcinogenesis. 27, (2), 178-196 (2006).
  78. Phillips, D. H., Arlt, V. M. The 32P-postlabeling assay for DNA adducts. Nat. Protoc. 2, (11), 2772-2781 (2007).
  79. Phillips, D. H. On the origins and development of the (32)P-postlabelling assay for carcinogen-DNA adducts. Cancer Lett. 334, (1), 5-9 (2013).
  80. Phillips, D. H., Arlt, V. M. 32P-postlabeling analysis of DNA adducts. Methods Mol. Biol. 1105, 127-138 (2014).
  81. Stiborová, M., Frei, E., Bieler, C. A., Schmeiser, H. H. 32P-Postlabelling: a sensitive technique for the detection of DNA adducts. Chem. Listy. 92, 661-668 (1998).
  82. Stiborová, M., Rupertová, M., Hodek, P., Frei, E., Schmeiser, H. H. Monitoring of DNA adducts in humans and 32P-postlabelling methods. A review. Collect. Czech. Chem. Commun. 69, 477-498 (2004).
  83. Beach, A. C., Gupta, R. C. Human biomonitoring and the 32P-postlabelling assay. Carcinogenesis. 13, 1053-1074 (1992).

Comments

0 Comments


    Post a Question / Comment / Request

    You must be signed in to post a comment. Please or create an account.

    Usage Statistics